Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Viol conjugal, violences psychologiques et alcool

L’amour de ma vie..
C’est ce que je ressentais au plus profond de mon être ..
Au bout de 3 ans de relation et la construction de notre nid douillet arrive la naissance de notre première fille et des problèmes à son boulot .. commence la descente aux enfers … un verre, puis deux puis la bouteille puis un cubi de 10 litres de vin en 1 semaine … commencent les violences verbales et psychologique., je m’éloigne de mes amis, petit à petit le piège se referme sur moi .. alors tout cet amour que j’ai a donner qu’il ne mérite pas je vais le distribuer à mon premier, puis deuxième et troisième enfant en pensant qu’un jour il se réveillera pour devenir ce père et mari aimant dont j’ai toujours rêvé .. j’ai honte de dire qu’ils ont étés comme des pansements pour moi, ma force et ce qui m’a aidé à tenir..au lieu de sa je suis là dans la maison , au foyer, prise de poids obésité je me réfugie dans la nourriture la journée et j’exauce ses souhaits le soir sans évidemment oublier d’écarter les jambes parceque j’ai un devoir conjugal envers lui, lui qui me permet de rester à la maison pour m’occuper des enfants, lui à qui je dois tout le confort que tout le monde rêve .. moi dans ma cage dorée…
Il est beau parleur à toujours de belles phrase, il était enseignant, beau garçon..
Arrivent les Crises de colères violences ..je me vois encore accroupie enceinte de ma seconde fille a 9 mois de grossesse à nettoyer le sol parceque l’assiette c’est envolée toute seule le repas était trop tiède .. je me souviens encore du plat qu’elle contenait ..
Je n’ai pas le droit d’assumer ma féminité, sa chose rien qu’à lui .. que personne ne puisse deviner comment j’étais sous mes vêtements..
Jamais de jupe je suis trop aguicheuse, sauf en sa présence …3 minutes de retard en rentrant des course : c’est qui que tu vois et qui te saute ?
Tu es allé voir qui ? Le verre qui s’éclate en milles morceaux au milieu du salon.. du vin plein les murs blancs..devant les enfants qui déjeunent.. les cris les insultes …
Arrive l’anorexie, le grand vide.. non je suis devenue ce que je ne voulais jamais devenir, la boniche dans la cuisine…on se croit dans les années 20.. demander la permission pour aller prendre un bain si il est d’accord de surveiller les enfants.. mais non c’est moi qui décide toujours de tout et il fait tout pour que je sois heureuse.. c’est lui qui est malheureux … c’est vrai il a commencé à boire c’est à cause de moi … je n’arrive pas à le rendre heureux.. je culpabilise et je me noie de plus en plus dans le silence..
Les seules rares soirées passées avec la dernière amie qu’il me reste.. il a presque réussi à m’en éloigner aussi ..
Ces seules soirées ou au retour, au moment de t’allonger dans ce lit qui sent la vinasse grâce à ces verres remplis de vin moisi, de moucherons, qui traînent depuis deux semaines, (si jamais j’ai soif la nuit chérie tu comprend) ce fameux retour de soirée ou tu te fais renifler de bas en haut une fois allongée ou on te souffle dans le cou en te disant « tu sent l’homme ! » tu sais ce qu’il va se passer ..mais sans avoir le temps de dire ouf tu sens les 100 kilos de celui à qui tu as promis amour et fidélité te pénétrer avec une violences sans nom, comme un animal, tu deviens une chose, un pantin désarticulé qui doit encore gémir soupirer et prouver que le plaisir est partagé .. pour que ça ce termine au plus vite…
Jusqu’à la prochaine fois que les enfants seront couchés et qu’après avoir descendu ses verres cul sec il te prendra par les cheveux pour que tu lui fasses sa petite gaterie qu’il mérite à que tu feras sans rechigner pour que ça ce finisse au plus vite à nouveau et chaque fois en survolant ce corps inerte qu’il abusera tu te trouveras en apesanteur au dessus de la scène, comme si tu sortais de ton corps pour être ton propre témoin.. et un jour tu oses, pour tes enfants, et on te menace la corde à la main d’en finir à cause de toi.. devant les enfants en pleurs , tu es la méchante, tes enfants ont peur que leur père devienne une étoile alors tu rebrousses chemin.. pour un an et deux et trois … et au bout de 10 ans tu oses pour de vrai, après les larmes, les supplications surgissent les premiers et derniers coups ….je m’en souviendrais toujours, empoignée par le cou et traînée sous la douchette de l’évier de la cuisine pour me rafraîchir les idées, le choc, l’impact d’un poing, le bruit du fracas de la porte d’un meuble de cuisine cassé en deux net a coup de pied et son « enfermes toi dans ta chambre je pourrais revenir » …mon appel à la gendarmerie, tremblante alors qu’il partait de la maison pour prendre l’air, ma main courante en ligne ce soir là…
le regard des parents le lendemain matin à l’école, le questionnement des enfants, non pas d’inquiétudes c’est une porte de voiture ouverte à la Hâte…
Les questions de la maîtresse, non il ne s’en prend pas aux enfants …
j’ai voulu porter plainte le lendemain.. le gendarme qui me dit que ce sont des choses qui arrivent madame et que si je porte plainte je ne pourrais pas divorcer à l’amiable, que ça prendra plus de temps… Alors j’ai rangé mon certificat médical, ma colère et ma tristesse. J’ai divorcé en 4 mois en effet..
Je suis divorcée depuis 4 ans bientôt maintenant .. et mon regret c’est de ne pas en avoir parlé, mon nouveau mari à connaissance de certaines choses … mais pas tout …le regret de ne pas avoir porté plainte ..
Ma plus grande crainte maintenant ? c’est que mes enfants m’en voudront plus tard …de ne pas leur avoir dit …pourquoi j’ai divorcé … même si je pense que mon aînée qui aura 11 ans doit se souvenir de quelque chose .. elle qui a 4 ans pour la fête des pères a voulut lui servir un verre de vin pour lui monter le petit déjeuner au lit …

Je les laisse un week-end sur deux et la moitié des vacances chez lui avec cette boule au ventre constante qu’il arrive quelque chose sur la route …
Je n’ai pas voulu les empêcher de voir leur père … c’est peut être une erreur.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

1
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
psionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Chère amie anonyme, je vous remercie pour votre témoignage très sobre, juste et si poignant. Vous décrivez avec une acuité remarquable la dérive infernale de la violence conjugale et toutes ses abominations. J’aurais beaucoup à dire mais je vais à ce stade me contenter dans un premier temps de vous indiquer des sites et des liens qui pourront vous aider à vous reconstruire.

Associations de lutte contre les violences faites aux femmes
CFCV – Collectif féministe contre le viol
http://www.cfcv.asso.fr

numéro d’urgence: 0 800 05 95 95
FNSF – Fédération nationale solidarité femmes
http://www.solidaritefemmes.asso.fr
CNIDFF – Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles
http://www.infofemmes.com
Femmes solidaires
http://www.femmes-solidaires.org
FDFA – Femmes pour le dire Femmes pour agir
http://www.femmespourledire.asso.fr
La FNSF / Le souffle

http://www.victimedeviol.fr/associations.html

http://www.resonantes.fr/

Réseau France victimes
http://www.france-victimes.fr/
site très bien fait avec nombreuses adresses et liens par régions.

Sites médicopsychologiques:
** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
http://www.institutdevictimologie.fr/annuaire.php

** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** psy coach: un espace consacré au harcèlement
https://www.psy-coach.fr/

** soutien-psy en ligne
https://www.soutien-psy-en-ligne.fr/

Ne vous accablez pas chère amie anonyme, vous avez déjà fait beaucoup: vous avez réussi à divorcer, à sortir de cette enfer. Consultez les associations auprès de chez vous, discutez-en avec un thérapeute que vous indiqueront les associations pour sans doute plus tard faire comprendre ce que vous avez vécu à vos enfants qui vont eux-mêmes grandir et comprendre votre souffrance. Le principal pour l’instant est de vous reconstruire, de vous préserver et de veiller à ce que vos enfants ne soient pas endoctrinés par leur père contre vous. Nous sommes là pour vous aider, nous ne vous jugerons pas.
N’hésitez pas à nous recontacter.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.