Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Que dois-je faire ?

Quand j’étais enfant, j’ai subis des abus par mon frère et deux oncles.
Ils étaient adolescents à l’époque.
Ils agissait séparément alors que j’avais des âges différents et je pense qu’aucun d’eux n’est au courant qu’ils ne sont pas seul à avoir fait ça.
Deux ans après que ça s’est arrêté avec moi, j’ai appris qu’ils avaient fait subir pareil à 4 autres enfants de ma famille.
On sait qu’ils ont arrêtés en grandissant.
Je suis restée longtemps dans le déni et il m’a fallut une dizaine d’années pour trouver le courage d’en parler à ma mère.
J’en ai parlé à ma mère après qu’elle m’ait révélée qu’elle avait subit des abus par un membre de la famille dans son enfance.
Plus tard, j’ai appris que mes tantes avaient aussi subit de abus, toujours dans la famille.
Ma mère pense que sa mère(donc ma grand-mère) a aussi subit des abus mais qu’elle n’en a jamais parlé.

Tout ça pour dire que les abus dans ma famille, se répète de génération en génération.
J’ai peur pour les enfants actuels et futurs de ma famille.
Parce que les agresseurs ne sont jamais les mêmes d’une génération à l’autre et qu’on ne peut donc pas prendre de précautions.
Ça a brisé ma vie et je ne veux pas porter la responsabilité d’abus futurs alors que j’ai peut-être le pouvoir de changer les choses.
Je me suis un peu renseignée et j’ai lu que pour casser un schéma familial, il faut briser le silence et que la famille au complet soit au courant.

Je suis partagée, je ne sais pas quoi faire sachant qu’en parlant je peux briser la cohésion familiale, être la cause de conflits, de divorce,… en bref je pourrais faire plus de mal que de bien même si ce n’est pas mon intention.
Mais bon laisser des abus se perpétrer ça ne m’enchante pas non plus.

Qu’est-ce que je devrais faire selon vous ?

PS: je ne souhaite pas déposer plainte pour de multiples raisons.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

10
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
10 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
CookiezCatoune Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Catoune
Membre

Chère Anonyme,

Vous nous demandez quoi faire, mais vous ne souhaitez pas en parler devant toute la famille pour les raisons que vous avez indiquées, vous ne voulez pas porter plainte, mais vous voulez que les abus cessent!

En clair : vous avez uniquement deux choix, faire cesser les abus ou ne pas faire cesser les abus et vous ne voulez ni de l’un ni de l’autre!

Alors la réponse est simple : prenez une décision et tenez vous y !

La solution vous la connaissez déjà, porter plainte et tout dire pour que les abus cessent, mais vous n’en voulez pas!

Il vous appartient de choisir et de vivre ensuite avec les conséquences de vos choix!

Si vous ne portez pas plainte pour protéger les enfants actuels, vous serez complice des abuseurs, donc complice de délits sexuels, et vous n’aurez pas porté secours aux enfants en danger ! Ce n’est pas moi qui le dis, mais la Loi !

Je ne vous juge pas et n’essaie pas de vous culpabiliser, je m’efforce de vous guider au mieux, tout en vous rappellant ce que dit la Loi!

Si vous voulez vivre avec ça, c’est vous qui voyez, mais c’est lourd à porter et vous allez en souffrir!

Prenez la bonne décision, celle qui se conforme à la loi, car elle est faite pour guider et agir au mieux !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Cookiez
Membre

Bonjour Catoune,

Je ne sais pas si j’ai été très clair mais les abus ont cessés.
Quand j’ai appris que c’était arrivé à d’autres enfants deux ans après qu’ils aient cessés avec moi, ça se passait encore avec une enfant et un seul agresseur.
J’ai informé l’enfant que l’agresseur n’avait pas le droit, que ce qu’il avait fait était mal.
Je lui ai fait promettre de m’en parler si ça arrivait encore mais de toute façon je ne l’ai plus jamais laissés seule en présence de l’agresseur.
Et ça a cessé à partir de ce moment là.
Depuis, les agresseurs se sont arrêtés, ils ont pris de l’âge et ils ont beaucoup changés.
J’ai l’intime conviction qu’ils ne feront plus jamais ça, qu’adolescent ils ne mesuraient pas la portée et les conséquences de leurs actes.
Certes il reste toujours une part de doute mais ce doute, je le ressens pour chaque membre de ma famille puisque le problème se répète dans ma famille et pas avec les mêmes agresseurs d’une génération à l’autre.
Surtout que j’ai appris que des victimes avaient elles même reproduit étant enfant car les agresseurs avaient rendu ça banal et normal à leurs yeux.
Je crois que la seule solution c’est de briser la loi du silence au sein de ma famille pour condamner les abus.
De demander aux parents d’être attentifs, d’informer leurs enfants et de faire de la prévention pour que les enfants puissent être assez armé et pour pouvoir se confier si jamais cela arrive.
Porter plainte, à quoi ça servirait franchement ?
Ils étaient mineurs, qu’est ce qu’ils prendront ?
Au mieux un rappel à l’ordre, au pire un classement sans suite voir rien ?
Et puis si je porte plainte, je suis presque convaincue que les autres victimes ne me suivront pas, donc mon témoignage ne serait pas assez solide.
Dès que je leurs parle de ce sujet, elles se renferment, évite le sujet et elles ne comprennent pas pourquoi je reviens là-dessus.
Tu crois que s’ils veulent recommencer, ma plainte les en empêchera ?
Tu a déjà suivit des affaires de viol ?
La majorité des agresseurs qui ont été emprisonnés récidivent et eux ont eu la malchance d’être emprisonné, la plupart ne le sont pas malgré une plainte déposée, renseigne toi sur les chiffres.
Ça prouve bien que la plainte ne prévient absolument pas la récidive !
Sans compter le manque de justice qui règne dans ce genre d’affaire: classement sans suite, peine très insignifiante, culpabilisation de la victime, correctionnallisation des viols, etc.
Voilà pourquoi je pense que dans mon cas, ça ne servira à rien de faire appel à la justice.
Pour moi la décision que je dois prendre doit me sembler logique, avoir du sens en fonction de mon objectif.
Mon but n’est pas de faire des reproches ou de me venger de mes agresseurs, ça je peux le faire seule.
Moi mon but c’est de protéger les enfants qui sont de potentielles victimes et l’agresseur peut être n’importe qui dans ma famille, pas seulement ceux qui l’ont déjà été !
Comme ça a été le cas avec ma mère et mes tantes, le/les agresseur.s de leurs génération ne sont pas le même que ceux de ma génération.

Je ne dis pas que je ne veux pas en parler à ma famille tout court.
Je me demande si je ne me fais pas du soucis pour rien, que ça ne se reproduira pas forcément et que si ma démarche provoque plus de dégâts que de positif, je me demande si je servirait vraiment la cause des enfants ou si je détruirais une partie de bonheur en brisant leurs famille nucléaire ou élargie.
Mais si vous pensez que cela en vaut la peine, qu’il est indispensable d’en parler à ma famille et que cela sera bénéfique pour les enfants, je le ferais même si ça me semble très très difficile.
C’est pour cela que je sollicite des avis.
Alors merci pour le tien wink

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Bonjour Cookiez,

Je n’aime pas du tout votre plaidoyer sur la justice de notre pays et je n’aime pas du tout vos conclusions concernant de le dire ou non à votre famille ! C’est mon droit!

Vous n’avez pas du tout le discours d’une victime ! Mais alors, vraiment pas !

Vous ne parlez pas des abus ni des conséquences des abus sur vous ou votre famille et vous ne recherchez pas ce que veut à tout prix une victime !

Les victimes savent de quoi je parle et elles comprendront sans que je ne l’écrive!

C’est votre nouvelle tactique maintenant? Chaque fois que j’en dénonce une, vous en trouvez une autre! Ça commence à être lassant à la longue!

Toujours ce discours de dissuasion de porter plainte et de ne pas dénoncer les agresseurs sexuels et les violeurs!

D’ailleurs vous le dites : « ça sert à rien! ».

Là, vous avez mis le paquet !

Écoutez, sincèrement, je fatigue ! Et je pense que ce combat entre nous sera sans fin, car vous camperez sur vos positions, qui sont de museler les femmes et d’empêcher qu’elles parlent et ne se défendent, alors que nous sur ce site, nous souhaitons tout le contraire !

Votre témoignage ne visait qu’à pouvoir, encore une fois, déverser votre propagande, c’est consternant !

Je n’irai pas plus loin sur ce post !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Cookiez
Membre

Wow Catoune avec tous le respect que je te dois, faut arrêter la paranoïa, je n’ai rien contre la plainte et j’encourage vivement toutes les victimes qui en ont la force et qui y trouve un sens de défendre ses droits !

Déjà je n’ai pas affirmé que la justice ne sert à rien, je donne seulement mon point de vue qui est que la justice est très laxiste concernant les affaires de viols et d’agressions sexuels et je trouve cela désolant et décourageant pour les victimes, ce qui est très dommage.
Pourtant les lois sont assez bien faites en France même si elles ne sont pas parfaites.
J’ai dit que DANS MON CAS, je trouve que la justice ne ME sert à rien puisque mon but c’est de protéger les enfants de ma famille et que la justice n’est pas apte à répondre aux attentes que j’ai car si je porte plainte contre mes agresseurs, la justice ne peut me garantir qu’ils  ne récidivent pas, surtout que comme je l’ai déjà dit, ils étaient mineurs donc n’auront probablement pas de privation de liberté et comme déjà mentionnée, j’ai le sentiment que ma famille est gangrenée et que n’importe qui peut être agresseur.
Donc JE préfère ne pas faire appel à la justice et essayer de faire une démarche au sein de ma famille qui me semble plus bénéfique et conséquente, encore une fois dans MON CAS.
J’ai lu beaucoup de témoignages et d’article scientifique ou de presse qui aborde le sujet de la justice à propos des violences sexuelles et la réalité est désolante, je ne m’en réjouit pas du tout.
Je te met une partie d’un témoignage de la Dr. Muriel SALMONA pour appuyer mon avis, avec le lien en dessous :
《…ce n’est pas pour rien qu’il n’y a que 9% de plaintes déposées, qu’au final 70% de ces affaires sont classées et qu’il n’y a que 1% de condamnations. Et on sait que les procédures judiciaires sont maltraitantes : notre enquête a montré que 80% des victimes disent avoir très mal vécu les procédures judiciaires. Et que dans l’état actuel, porter plainte, ce n’est pas du tout une garantie d’être jugée, d’être entendue, en fait, les femmes se retrouvent forcément mises en cause, traitées comme des coupables—on ne peut donc pas leur renvoyer cette injonction de porter plainte.》

https://www.google.com/amp/s/revolutionfeministe.wordpress.com/2018/04/22/violences-sexuelles-une-volonte-de-ne-pas-condamner/amp/

Après c’est que mon avis, libre à toi de penser le contraire.

Par contre, j’apprécie pas du tout ta façon de décrédibiliser mon témoignage et de m’attribuer des intentions qui ne sont pas les miennes.

Non je ne parle pas des abus et des conséquences puisque je pense que ça n’est pas nécessaire pour demander vos avis sur ma situation.
En quoi ça t’aiderait à me donner une réponse de savoir qu’on m’a pénétré ou que j’ai des difficultés avec le lien social ?
Vous dites que je ne cherche pas ce que les victimes veulent à tout prix !
Vous savez les victimes ne sont pas un ensemble, nous sommes avant tout des personnes à part entière avec des réactions et des convictions differentes.
On se doit de respecter la liberté et la volonté de chaque victime qu’elles soit ces choix !
Imposer à une personne qui a été victime de porter plainte n’est pas aidant à mon sens, ça doit être un choix personnel.
Tu crois pas qu’on les a déjà assez forcer ? Pour encore les obliger à porter plainte ? C’est quand qu’on leurs donnera le droit de donner leurs avis, merde ?!
Et si peu de victimes porte plainte, c’est que je ne suis pas la seule à rencontrer des difficultés ou à ne pas vouloir déposer plainte dans le contexte actuel.

Je trouve les mouvements mee too, balancetonporc très positif, c’est déjà une belle avancée, j’encouragerai toujours les victimes à parler parce moi c’est ça qui m’a aidé à m’en sortir et je sais à quel point le silence tue.
Pour ce qui est de la plainte, je respecte le choix de chaque victime même si j’ai beaucoup de respect pour celles qui ont eu la force de le faire.
J’aurai souhaité déposer plainte à mes 12 ans quand ça c’est arrêté, j’aurai pu éviter qu’il y’ai d’autres victimes mais malheureusement je ne connaissait pas la loi, je ne savais même pas mettre de mots sur ce que j’avais vécu, je me sentais tellement coupable et me croyant seule, j’ai mis ça de côté.
À 14 ans, quand j’ai appris pour les autres, j’ai protégé la dernière victime et vu que c’était la seule enfant à l’époque plus personne ne risquait rien.
Je me sentais toujours aussi coupable au point où je n’arrivais pas à nommer cela des « abus », je ne me sentais pas assez solide pour le dire aux parents, je ne voulais pas briser ma famille et comme je me disais que le mal était déjà fait, j’ai essayé d’avancer tant bien que mal en me taisant.
Les autres victimes n’ont également pas osé parler.
Aujourd’hui, grâce à une psy, je me sent moins coupable et j’ai pu en parler à ma mère, ma tante et aux autre victimes.
Je fais des petites avancées et ça me va, je vais a mon rythme, à présent je ne ressens pas le besoin de porter plainte puisque je ne pense pas que mes agresseurs sont encore des dangers.
Je comprends ta volonté de mettres les agresseurs derrière les barreaux mais tant que le tabou régnera, que l’on ne s’indigne pas contre le traitement des victimes durant la plainte, contre le laxisme de la justice, contre la culture du viol, etc.
Certaines victimes ne choisiront pas forcément la plainte au risque de dégrader sa santé mentale et de ne pas être reconnu !
Pour celles qui se sentent assez forte et confiante malgré ce climat, FONCEZ et sachez que vous avez toute mon admiration.

Déjà mon but n’était pas d’énoncer les raisons pour lesquelles je ne souhaite pas déposer plainte, c’est juste parce que ton commentaire me donnait l’impression que pour toi c’est LA solution, ce n’est pas mon avis en tout cas pas dans ma situation, ce qui m’a amené à expliquer pourquoi je ne veux pas porter plainte.

Catoune, merci de ne pas imposez ta manière de voir les choses.
Je respecte ton opinion et ça doit être mutuel même si on ne partage pas le même avis.

Bonne soirée.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Re-bonsoir Cookiez,

• Je vous respecte, la preuve en est que je vous vouvoie et que je vous réponds !

• Vous écrivez : « Merci de ne pas imposez ta manière de voir les choses. »

Il faut savoir ! Vous me demandez mon avis, je vous le donne !

• Vous ai-je imposé un choix ?

Non !

La preuve, j’ai écrit : « Il vous appartient de choisir et de vivre ensuite avec les conséquences de vos choix! »

Mais aussi : « Je ne vous juge pas et n’essaie pas de vous culpabiliser, je m’efforce de vous guider au mieux, tout en vous rappellant ce que dit la Loi! »

• Vous dites tout et son contraire en ce qui concerne votre cas, mais en ce qui concerne la justice et le dépôt de plainte, là, vous êtes sûre de vous et allez même chercher les propos du Docteur Muriel Salmona pour étayer vos dires !

Alors, je vais vous imiter :

Muriel Salmona : « Même si les faits sont prescrits, il est toujours utile de porter plainte, cela peut aider à retrouver d’autres victimes »

Source : dailymotion.com/video/x6r5xd6

Et :
franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-02-aout-2018

Muriel Salmona : « Si les victimes portent plainte, c’est parce qu’elles croient en la justice, et surtout pour qu’il n’y ait pas d’autres victimes »

Muriel Salmona : « une agression sexuelle sur un mineur peut lui faire perdre jusqu’à 20 ans d’espérance de vie. Il ne faut plus tolérer ces violences et ces privilèges donnés à des hommes ».

Source : franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-02-aout-2018

• Vous dites tout et son contraire en ce qui concerne votre cas !

Vous écrivez :

« Tout ça pour dire que les abus dans ma famille, se répète de génération en génération.
J’ai peur pour les enfants actuels et futurs de ma famille. »

« Ça a brisé ma vie et je ne veux pas porter la responsabilité d’abus futurs alors que j’ai peut-être le pouvoir de changer les choses. »

« Je crois que la seule solution c’est de briser la loi du silence au sein de ma famille pour condamner les abus. »

Puis, vous écrivez :

« Je me demande si je ne me fais pas du soucis pour rien, que ça ne se reproduira pas forcément et que si ma démarche provoque plus de dégâts que de positif, je me demande si je servirait vraiment la cause des enfants ou si je détruirais une partie de bonheur en brisant leurs famille »

« je ne pense pas que mes agresseurs sont encore des dangers. »

• Je comprends pourquoi vous tergiversez ! Ce n’est pas facile, il s’agit de votre famille!

D’ailleurs vous l’écrivez :

« Je suis partagée, je ne sais pas quoi faire sachant qu’en parlant je peux briser la cohésion familiale, être la cause de conflits, de divorce,… en bref je pourrais faire plus de mal que de bien même si ce n’est pas mon intention.
Mais bon laisser des abus se perpétrer ça ne m’enchante pas non plus.
Qu’est-ce que je devrais faire selon vous? »

• Regardez jusqu’où vous êtes confuse :

Vous écrivez : « je ne pense pas que mes agresseurs sont encore des dangers. »

Et : « Mais bon laisser des abus se perpétrer ça ne m’enchante pas non plus. »

• Je pourrais éplucher toutes vos contradictions, mais, je ne vais pas le faire, car JE VOUS CROIS !

Votre confusion est réelle ! Je la ressens !

Mais, ce que vous dites sur la justice et le dépôt de plainte, ça, ça me fait voir rouge!

Pourquoi ? Parce que vous ne savez pas si les agresseurs n’agressent que dans votre famille ou s’ils agressent d’autres enfants extérieurs à votre famille!

Mais, même sans cela, regardez ce que vous écrivez : « Ça a brisé ma vie »!

Et lisez ce qu’écrit le Docteur Salmona : « une agression sexuelle sur un mineur peut lui faire perdre jusqu’à 20 ans d’espérance de vie. »

Source : celle de Franceinter.fr

Sachant les ravages d’une agression sexuelle sur un mineur, la question que moi je me pose est pourquoi n’avez-vous pas encore fait votre choix ?

Vous voulez protéger les enfants de votre famille, c’est louable, mais ceux des autres, vous en faites quoi ?

Et comment serez vous certaine d’avoir vraiment protégé les enfants de votre famille?

Je comprends ce qui vous retient, mais faites un choix, ne continuez pas à tergiverser, car cela vous détruit!

Vous voulez que l’on vous aide à prendre votre décision, je l’ai fait, je vous ai donné mon avis, mais je ne vous l’impose pas !

• « Vous savez les victimes ne sont pas un ensemble, nous sommes avant tout des personnes à part entière avec des réactions et des convictions differentes. »

La constante : une douleur et une tristesse qui ne vous quittent jamais !

N’est-ce pas ?

• « Par contre, j’apprécie pas du tout votre façon de décrédibiliser mon témoignage et de m’attribuer des intentions qui ne sont pas les miennes. »

Je vous ai piqué au vif, pour faire sortir de vous des informations importantes qui me renseignent!

Je sais, c’est douloureux pour vous et je vous présente mes excuses ! Mais, comment faire autrement ? J’ai peu de temps pour vous cerner et voir où se situe le problème!

Mon conseil : rapprochez-vous d’Associations qui aident les victimes d’inceste!

Je vous les fait parvenir via un autre commentaire!

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Cookiez,

Vous consultez une psy, c’est bien ! Vous dites que vous progressez avec elle, je m’en réjouis ! A-t’elle un avis sur ce que vous devez faire ?

Sachez qu’il y a des psychologues spécialisé(e)s dans l’inceste dans toutes les Associations qui viennent en aide aux victimes d’inceste, et les consultations avec elles ou ils, sont gratuites!

Pourquoi ne pas les rencontrez, ils ou elles vous donneront un avis plus éclairé que le mien, c’est certain ?

Mon avis de victime d’un pédophile pendant presque 4 ans lorsque j’avais 6 ans et demi, m’incite à vous dire que la seule priorité est la protection de TOUS les mineurs et de TOUTES les mineures!

Voici quelques Associations :

– AIVI
Association Internationale des Victimes de l’Inceste.
Adresse : Maison des associations B7
20, rue Edouard Pailleron
75019 PARIS
tél. : 09 72 23 84 09
Site : aivi.org
AIVI gère huit groupes de parole en France : Lille, Lyon, Paris (deux groupes), Marseille, Rennes, Toulouse et Nantes.
Services, annuaire de professionnels et groupes de parole gratuits pour les adhérents (de 22 à 52 euros par an).

– AREVI – Actions – Recherches et Echanges entre Victimes de l’Inceste
Adresse : Centre Cerise
46, rue Montorgueil
75002 Paris
Site : incestearevi.org
Aide aux victimes, guide de ressources, groupes de paroles à Paris tous les lundis de 20h à 21h30, production de connaissances sur le thème de l’inceste, publications, travaux, ateliers thématiques

– SOS inceste pour revivre, site internet : sos-inceste-pour-revivre.org
Adresse : 35 A Rue Paul Bert, 44100 Nantes

Téléphone : 02 22 06 89 03
Secrétariat
Les lundi – mardi – mercredi et jeudi de 09h00 à 17h30.

Pour une prise de RDV, une adhésion… : [email protected]
Pour du soutien : [email protected]

Permanences d’écoutes téléphoniques et entretiens au local ( sur rendez-vous )
Les mardis et jeudis de 14h00 à 17h00.
Les mercredis de 10h00 à 13h00.
Le 1er et 3ème lundi de chaque mois de 18h30 à 20h30.

Forum : partage de témoignages et échanges.

Groupe de parole mensuel
De 18h à 20h, un mercredi par mois. (Après entretien préalable et sur inscription uniquement.)

– Collectif inceste, site internet : collectif-inceste.org
– organisation de débats publics
– groupe de parole thématique à Bordeaux
– présence actives dans les médias et réseaux sociaux.
– entraide et information à destination des victimes de maltraitances sexuelles intrafamiliale et de leur proche.

Pourquoi ne pas participer à des groupes de parole, cela peut vous aider aussi à prendre la bonne décision ?

Prenez soin de vous car vous n’avez pas fini de payer les conséquences d’une famille dysfonctionnelle et incestueuse!

Quoi que vous décidiez, vous en souffrirez!

Alors, vous avez toute ma compassion et toute ma tendresse!

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.



Cookiez
Membre

Désolée, de vous avoir tutoyé.

Je sais que je vous ai demandé votre avis mais  j’avais le sentiment que vous discréditez mon témoignage seulement parce que je ne souhaite pas déposer plainte.
Comme si une personne qui est réellement victime souhaite forcément porter plainte sinon ce n’en est pas une.
Et donc je percevais votre avis comme une forme de forçage.
Maintenant j’ai bien compris que vous ne souhaitez pas me contraindre, que j’ai mal interprété.

Je vous rejoint dans l’idée qu’il est très utile de porter plainte mais à quel prix ? C’est ça qui me pose problème.
Pour mon cas, je trouve que c’est déjà assez difficile de faire face à ma famille alors si la justice ne m’aide pas, me culpabilise, est  remplie de misogynie,etc., je pense qu’il faut bien réfléchir et s’assurer qu’on est assez forte pour  surmonter toutes les embûches et les déceptions qui ressortirait du système judiciaire.
Après certaines victimes qui ont témoigné, ont affirmé que le processus de la plainte s’est bien passée, qu’elles ont été bien traitées par le personnel et entendue par la justice.
Je ne dis pas que tout est noir, juste qu’il faut se préparer au pire étant donné le contexte judiciaire actuel et les idées reçues sur les violences sexuelles qui persistent dans notre société.

C’est sûr que je ne parviens pas du tout à être objectif comme ça concerne ma famille.
Et sans doute que je suis trop indulgente et aveuglée pour cette raison.
Je m’en rends compte mais je ne le fais pas exprès.

Quand je dis que j’ai peur que ça se reproduise dans ma famille je ne vise pas forcément mes agresseurs ! C’est pour cela que je dis que je crois que mes agresseurs ne recommenceront plus mais que j’ai quand même peur que des abus surviennent dans ma famille.
Les futurs agresseurs peuvent être de nouvelles personnes vu comme inconsciemment l’inceste est banalisé dans ma famille.

Vous avez raison, ils se pourraient aussi que les victimes soient extérieur à la famille.
Et donc ce n’est pas suffisant d’uniquement attaquer le problème de l’intérieur.

Si je n’ai pas encore fait mon choix ç’est parce que c’est très compliqué d’en faire un, vu les conséquences que ça peut causer.
Déjà que ça fait peu de temps que je commence à voir un peu de lumière dans ma vie, j’ai peur de re sombrer et de ne pas être assez forte pour remonter la pente.
Mais bon il le faut parce que si un jour j’apprends qu’il y’a d’autres victimes, je re sombrerai de façon plus violente.
Avant ça, je ne m’en sortais déjà pas alors penser à aider les autres me semblaient insurmontable.
Aujourd’hui, je me sens mieux et je me sens prête à affronter ces vieux démons pour que les autres n’aient jamais à le faire.

Ma psy me laisse poser mes choix, elle ne cherche pas à me pousser dans un sens ou un autre.
On réfléchit ensemble pour que je prenne mes propres décisions.
Sauf que là, j’ai du mal à les prendre seule.

Merci pour les coordonnées des associations.

Vous m’avez mis une grosse claque depuis hier soir !
Il est juste que je ne dois pas prendre des mesures que dans ma famille et si je ne voyais pas plus loin que de potentiels victimes dans ma famille, il me semble que c’était pour me protéger moi parce que depuis hier, je pense aux enfants extérieur à ma famille, à la plainte et je me sens déjà très mal sachant tous les dégâts que ça peut causer dans ma famille et dans ma vie même si c’est nécessaire pour protéger les enfants.

Je contacterai les associations pour tenter de prendre ma décision.

Merci pour votre aide Catoune.

J’espère que de votre côté ça va, j’ai vu que vous êtes très actif sur le site, c’es très généreux de votre part !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Cookiez,

Pardon, j’ai été débordée et je n’ai pu vous répondre hier !

• Ne soyez pas désolée de m’avoir tutoyée ! Il n’y a pas de mal ! Vous pouvez me tutoyer!

Si j’ai indiqué que je vous vouvoyais, c’était pour vous montrer tout le respect dont je fais preuve envers vous, puisque vous le remettiez en cause !

• « sentiment que vous discréditez mon témoignage seulement parce que je ne souhaite pas déposer plainte. » et « j’ai mal interprété. »

-> Pas uniquement, mais vous avez quasiment vu juste, vous avez assez bien interprété mes propos!

Très important : Fiez-vous toujours à ce que vous ressentez!

Ce n’est pas parce que vous ne souhaitez pas porter plainte, que j’ai mis en doute votre statut de victime, et par là-même, la véracité de votre témoignage, c’est l’ensemble de vos propos ou plus exactement la façon dont vous les avez formulés, qui m’y ont conduite !

Cookiez, sur ce site nous sommes parasité(e)s par des personnes mal intentionnées, que l’on nomme « Trolls », qui ne cherchent qu’à diffuser leur sale propagande ou à insulter les victimes!

Je suis donc obligée de tester les personnes qui témoignent pour savoir à qui j’ai affaire, surtout si leurs propos sont favorables aux Trolls!

Votre réaction m’a renseignée ! Pardon pour le test ! Croyez bien que je préfèrerais ne pas avoir à agir ainsi!

• « Et donc je percevais votre avis comme une forme de forçage. »

-> Mauvaise perception !

• « vous ne souhaitez pas me contraindre »

-> Absolument ! Vous êtes libre de choisir ! Je vous donne mon avis, puisque vous me l’avez demandé!

• « juste qu’il faut se préparer au pire étant donné le contexte judiciaire actuel et les idées reçues sur les violences sexuelles qui persistent dans notre société. »

-> Non Cookiez ! Il ne faut pas penser, il ne faut pas réfléchir, il ne faut pas attendre, il faut que cela devienne un automatisme de porter plainte!

Un individu vous harcèle sexuellement, vous agresse sexuellement ou vous viole, on demande à ce que cet individu soit puni!

Peu importe que le contexte soit difficile ou non, on fait son devoir d’éducation (clin d’œil à Simon)!

Un enfant fait une bêtise on le gronde voire on le punit !

Pourquoi cela devrait être différent pour un adolescent voire un adulte?

Si l’on attend, les preuves disparaissent ! Si l’on réfléchit, on se trouve des excuses pour ne pas agir!

Il faut foncer et faire son devoir ! Parce qu’on ne le fait pas que pour soi, on le fait pour la collectivité ! Il y a très certainement d’autres victimes et il faut penser à elles!

Si la victime qui a pu s’enfuir n’avait pas fait son devoir, Guy Georges n’aurait jamais été arrêté et combien d’autres femmes aurait-il encore violées et tuées?

• « Vous avez raison, ils se pourraient aussi que les victimes soient extérieur à la famille.
Et donc ce n’est pas suffisant d’uniquement attaquer le problème de l’intérieur. »

-> Absolument !

Le problème est que vous ne savez pas si les membres de votre famille agressent et violent d’autres enfants!

Est-ce que ceux qui vous ont agressée travaillent auprès d’enfants ? Et les autres membres de votre famille?

• « Les futurs agresseurs peuvent être de nouvelles personnes vu comme inconsciemment l’inceste est banalisé dans ma famille. »

-> C’est clair ! Et ça continuera de génération en génération ! Des vies foutues ! Avec le risque que cela s’étende à l’extérieur de votre famille!

Il faut y mettre un frein !

Mais, je sais que c’est très dur lorsque cela concerne les membres de sa famille !

• « C’est sûr que je ne parviens pas du tout à être objectif comme ça concerne ma famille.
Et sans doute que je suis trop indulgente et aveuglée pour cette raison. »

-> Ce n’est pas une question d’objectivité ni d’indulgence ni d’aveuglement!

C’est juste déchirant !

• « Si je n’ai pas encore fait mon choix ç’est parce que c’est très compliqué d’en faire un, vu les conséquences que ça peut causer. »

-> Tout à fait ! Mais, ce n’est pas ce qui vous retient d’agir !

Agresseurs ou pas, vous aimez votre famille ! C’est l’affection que vous leur portez qui vous empêche d’agir et non la peur de causer des dégâts ou de sombrer à nouveau!

• « Déjà que ça fait peu de temps que je commence à voir un peu de lumière dans ma vie, j’ai peur de re sombrer et de ne pas être assez forte pour remonter la pente. »

-> C’est pour cela qu’il vous faut du soutien !

Votre psy mais aussi les psys de ces Associations qui sont spécialisées dans l’inceste et dont les consultations sont gratuites ! Alors, rencontrez-les en plus de votre psy, elles auront un regard nouveau et peut-être plus éclairé !

Participez à des groupes de parole ou au Forum des victimes d’inceste!

Entourez-vous de toute l’aide possible pour rester forte et la tête hors de l’eau !

• « Mais bon il le faut parce que si un jour j’apprends qu’il y’a d’autres victimes, je re sombrerai de façon plus violente. »

-> J’ai eu cette peur moi aussi ! J’ai beaucoup culpabilisé et beaucoup pleuré sur le sort des autres enfants, car malgré ma plainte, je n’ai pu empêcher ce Kiné d’exercer et de continuer à violer!

Mon conseil : faites uniquement ce que vous pouvez et ne culpabilisez jamais sur le fait qu’il y ait d’autres victimes ou pas ! Souvenez-vous toujours que ce n’est pas vous qui violez ou qui agressez sexuellement ces enfants!

• « Aujourd’hui, je me sens mieux et je me sens prête à affronter ces vieux démons pour que les autres n’aient jamais à le faire. »

-> C’est louable ! Mais, ayez au préalable tout le soutien possible, n’agissez pas seule!

• « Sauf que là, j’ai du mal à les prendre seule. »

-> C’est normal ! Il s’agit de votre famille et vous aimez vos proches!

Ces Associations vous aideront !

• « Vous m’avez mis une grosse claque depuis hier soir ! »

-> Désolée ! Décidément, je vous ai beaucoup blessée ! Vous devez regretter d’avoir témoigné et d’être tombée sur une personne comme moi ! Je suis navrée ! Je ne voulais pas vous faire de mal!

• « depuis hier, je pense aux enfants extérieur à ma famille, à la plainte et je me sens déjà très mal sachant tous les dégâts que ça peut causer dans ma famille et dans ma vie même si c’est nécessaire pour protéger les enfants. »

-> Comme je vous l’ai déjà écrit, ce n’est pas vous qui agressez ou qui violez ! Vous êtes une victime et vous n’êtes coupable de rien!

Si je vous ai parlé des enfants extérieurs à votre famille, c’est pour que vous ayez une vue d’ensemble avant de choisir !

Ma mère non plus n’a pas pensé aux autres enfants, que ce Kiné allait encore violer pendant 40 ans, lorsqu’elle a pris la décision de ne pas porter plainte, alors que ma sœur lui avait raconté avec ses mots d’enfant ce qui se passait!

Lorsque je lui en ai parlé, il y a à peine 10 jours, elle aussi a pris une sacrée claque, lourde de 40 années pendant lesquelles d’innombrables enfants ont été violés!

Elle a réalisé les conséquences de son choix ! Elle m’a dit l’air consterné : « Je n’y ai même pas pensé ! Je suis une idiote! ».

C’est la première fois que j’entends ma mère se critiquer ! Ça fait drôle !

La voyant en peine, je lui ai dit ce que me psy m’avait répondue lorsque je lui ai dit à quel point ma mère me faisait honte !

Ma psy m’a dit ceci : « Les autres enfants qui ont été violés, ils ont des mères, eux aussi ! Et qu’ont-elles fait ? Rien ! Tout comme votre mère ! Vous voyez, elle n’est pas pire que les autres mères ! ».

Grâce à ma psy, ma mère m’est apparue moins moche !

Alors, Cookiez, si je vous ai raconté ceci, c’est pour que vous compreniez que s’il s’avère que des enfants extérieurs à votre famille aient été agressés sexuellement par un membre de votre famille, n’oubliez pas que ces enfants ont aussi des mères et que vous n’êtes pas obligée de porter toute cette peine, toute cette culpabilité, sur vos épaules!

J’espère que vous saisissez ce que j’essaie de vous faire comprendre!

Après ce que je viens de vous écrire, vous devriez mieux le vivre maintenant!

• Merci pour le compliment ! C’est gentil!

Toute ma tendresse !

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.



Cookiez
Membre

Bonsoir Catoune

Et moi, hier j’étais trop fatiguée pour vous répondre, alors on est quitte wink

Ah d’accord, je comprends mieux pourquoi je me sentais limitte attaquée, c’était donc un test haha.
Quoi que, ça fait un peu peur de savoir que j’ai le même discours que des trolls qui cherchent à rabaisser les victimes :\
J’espère que je n’ai blessé, ni démoralisé  personne, ce n’était pas mon but.

C’est vrai que ça devrait être un automatisme de porter plainte pour des violences sexuelles, comme on porterait plainte naturellement si on était victime d’un cambriolage.
Comme on dit le viol c’est le crime parfait et c’est bien dommage qu’il y’ait autant d’impunité parce que, qu’est ce qu’il est dévastateur pour les victimes.
Après la responsabilité n’appartient pas qu’à la victime, il y’a tout l’environnement qui est également responsable de cette loi du silence, que ce soit l’entourage, la justice ou la société.
Moi j’ai toujours sentie que je devais la fermer et que si je parlais tout serait dans mon désavantage parce que quand on est victime de violences sexuelles c’est malheureusement trop souvent la victime qu’on pointe du doigt, qu’on accuse, qu’on rejette.
Quand j’étais adolescente pour moi c’était impossible de porter plainte déjà parce que ça concernait ma famille mais aussi quand j’entendais les discours autour de cette problématique venant de gens proches ou inconnus !

Un des agresseurs a déjà travaillé auprès d’enfant et logiquement il n’était jamais seul avec eux mais on est jamais sûr, et les deux autres n’ont jamais travaillé avec des enfants à ma connaissance.
Mais bon ils sont quand même entourés d’enfant avec la famille.

Oui c’est l’affection qui m’empêche d’agir parce que je pense que je n’aurai pas autant hésité s’il s’agissait de porter plainte contre un inconnu.
Je me rends compte à quel point mon jugement est biaisé maintenant et je ne veux pas faire partie des gens qui protége des délinquants ou criminels que parce qu’ils font partie de la famille.

Oh, c’est pas grave, c’est sûr qu’au début j’étais remontée mais j’avais besoin d’être secoué je crois.
Non, arrêtez je devrais vous remercier grandement pour votre disposition à aider les victimes sur le site !
Vous êtes la seule personne a avoir pris le temps de me répondre alors je ne regrette vraiment pas votre intervention !

Et merci pour votre témoignage.
Effectivement, les victimes portent souvent la culpabilité de l’agresseur et il est clair que les victimes ne sont pas seules à ne pas bouger pour que les agresseurs soient empêchés de continuer leurs méfaits en toute impunité.
Pratiquement tout le monde joue au sourds et aveugles.

Je suivrais vos conseils, j’en parlerai à ma psy et je verrais avec un juriste ce que je peux faire.

Prenez soin de vous, vous avez l’air d’être une belle personne.

Bisou

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Cookiez,

J’aime bien le « je me suis sentie LIMITE attaquée »! LIMITE ?

Moi qui pensais avoir mis le paquet ! Bon d’accord, je recommence alors ?

• « j’ai le même discours que des trolls qui cherchent à rabaisser les victimes :\ »

-> Non ! Pas du tout ! Vous ne rabaissez pas les victimes, vous faites juste plaisir aux Trolls, lorsque vous critiquez la justice et montrez que porter plainte est contraignant, qu’on obtient rarement la condamnation des porcs et qu’en plus ça ne sert à rien puisqu’ils récidivent !

En clair, une victime qui lit vos propos, n’a ensuite aucune envie d’aller porter plainte, et les porcs s’en réjouissent et vous remercient!

Du coup, lorsque j’ai lu votre plaidoyer, je me suis demandé si vous étiez un Troll qui livrait encore sa propagande pour faire taire, une fois de plus, les victimes, ou si vous étiez l’une d’entre-elles, trop déçue par le manque de considération des victimes en général et le manque de justice à leurs égards!

Aussi, j’ai dû employer, pour en avoir le coeur net, une méthode très controversée, mais qui a fait ses preuves!

Je vous ai testée, provoquée, et même décrédibilisée, car vos propos plaisaient trop aux Trolls, afin d’analyser votre réaction, ce qui m’a renseignée sur votre statut de victime et vos véritables intentions!

Je sais, ce procédé est très douloureux pour la victime, mais aussi pour moi, car la victime, déstabilisée et secouée par cet électrochoc, va détourner toute la colère qu’elle ressent envers elle, sur moi, et je vais déguster! Aie!

La façon dont la victime me répond, ainsi que le contenu de sa réponse vont être déterminants ! En effet, le principal atout de cette méthode, est que la victime sort de sa zone de confort, elle exprime donc crûment ce qu’elle ressent, et à travers ses propos, on découvre qui est vraiment la victime et où se situe sa souffrance ! Là, je sais si je peux l’aider ou non !

J’espère que vous saisissez mieux le pourquoi j’ai dû recourir à ce procédé qui vous a fait souffrir ! J’espère aussi que vous ne m’en tiendrez pas trop rigueur!

• « J’espère que je n’ai blessé, ni démoralisé personne, ce n’était pas mon but. »

-> Je sais ! Je vous suis rentrée dedans exprès, pour que vous puissiez le préciser!

• « C’est vrai que ça devrait être un automatisme de porter plainte pour des violences sexuelles, comme on porterait plainte naturellement si on était victime d’un cambriolage. »

-> Absolument ! On porte plainte pour le matériel mais pas pour le corporel ! L’être humain tient plus à des objets qu’à son propre corps ! C’est démentiel !

• « c’est bien dommage qu’il y’ait autant d’impunité parce que, qu’est ce qu’il est dévastateur pour les victimes. »

-> C’est bien ce que je dénonce ! Il faut absolument que porter plainte devienne un automatisme pour les victimes et qu’il y ait zéro tolérance pour les porcs!

• « Après la responsabilité n’appartient pas qu’à la victime »

-> La victime n’a aucune responsabilité dans ce qu’elle subit!

Par contre, si elle ne dénonce pas le porc, si elle fait le choix de se taire, elle endosse une part de responsabilité dans les délits et les crimes que peut commettre le porc!

• « il y’a tout l’environnement qui est également responsable de cette loi du silence, que ce soit l’entourage, la justice ou la société. »

-> Non ! Vous avez tort !

L’entourage, la justice, la société, …, ne peuvent pas porter plainte et mettre hors d’état de nuire le porc ! Seule la victime a LE DROIT et même LE DEVOIR de le faire ! Toute autre personne ne peut pas se substituer à elle!

Que l’entourage, la justice, la société, …, n’aident en rien ou presque pour punir les porcs voire même les protègent, et en cela favorisent la loi du silence, c’est certain!

• « Moi j’ai toujours sentie que je devais la fermer et que si je parlais tout serait dans mon désavantage »

-> Vous avez donc fait le choix de vous taire et de ne pas chercher à punir les agresseurs sexuels pour ne pas perdre « des avantages »!

Lesquels ? Qu’auriez-vous perdu?

• « c’est malheureusement trop souvent la victime qu’on pointe du doigt, qu’on accuse, qu’on rejette. »

-> Doit-on se taire pour autant ?

Pour ne pas être pointée du doigt, accusée ou rejetée, doit-on les laisser disposer de nos corps comme ils le souhaitent?

Vous préférez être une poupée gonflable pour ne pas être la paria de la famille ? Parce que c’est ce que vous êtes en train d’écrire!

• « Quand j’étais adolescente pour moi c’était impossible de porter plainte déjà parce que ça concernait ma famille »

-> Il est clair que cela n’aide pas à parler ni à agir!

Mais, il faut dépasser cet obstacle, car sinon les hommes de la famille se servent gratuitement des corps féminins à leur disposition, ainsi cela leur évite de dépenser de l’argent afin de payer des prostituées!

• « j’entendais les discours autour de cette problématique venant de gens proches ou inconnus ! »

-> Que disaient-ils ?

Racontez-nous, afin que votre expérience serve à d’autres !

• Vos trois agresseurs ont-ils des enfants? Si oui, avez-vous discuté avec eux pour savoir s’ils avaient subi des attouchements voire pire?

Qui étaient les 4 autres victimes ? Ont-elles subi la même chose que vous ou il y a eu pire?

Pourquoi ne pas décider avec elles, de réunir toute la famille et de parler devant tout le monde de ce que vous avez enduré en les menaçant de porter plainte si cela devait se reproduire sur les nouvelles générations?

Cela protégera les enfants de votre famille ! Mais le risque, c’est que les agresseurs de servent de corps féminins à l’extérieur de la famille ! Mais, ce sera plus difficile pour eux, car si l’enfant parle, pour eux, c’est la prison!

En famille, ils étaient peinards et ne risquaient rien, car qui ose dénoncer sa famille?

Parlez-en avec les 4 autres victimes ! Déjà, vous disposerez de leur point de vue!

• « Oui c’est l’affection qui m’empêche d’agir parce que je pense que je n’aurai pas autant hésité s’il s’agissait de porter plainte contre un inconnu. »

-> Je sais !

Vous voyez bien que le discours sur la justice laxiste et la plainte qui ne sert à rien, ne sont que des prétextes pour cacher la véritable raison qui fait que vous n’avez jamais agi contre eux!

Vous vous êtes trouvé des excuses pour éviter de vous en vouloir de ne rien faire contre eux! C’était trop dur à supporter de vous sentir lâche!

Alors, il fallait faire taire cette souffrance coûte que coûte, et tout était bon à prendre, pour ne plus avoir mal!

Cookiez, ce n’est nullement un jugement ni un reproche ni une critique, car les victimes font comme elles peuvent pour survivre!

Moi aussi, j’ai été lâche ! J’ai préféré refouler plutôt que d’affronter, trouver des prétextes pour ne pas agir !

Nous le faisons tous et toutes !

• « Je me rends compte à quel point mon jugement est biaisé maintenant »

-> Inutile de vous accabler !

Cookiez, vous êtes venue sur ce site nous demander notre avis, c’est donc que quelque part, vous aviez un conflit interne!

Un côté de vous sait parfaitement ce qu’il en est, mais comme il en souffre, l’autre lui dit : « refoule et tu iras mieux ! ». Devinez qui a gagné?

Est-ce que votre psy ne vous a pas mise sur la voie ? Est-ce qu’elle n’a pas essayé de vous le faire comprendre ?

• « je ne veux pas faire partie des gens qui protége des délinquants ou criminels que parce qu’ils font partie de la famille. »

-> Vous savez très bien que c’est beaucoup plus complexe que cela!

Vous êtes en train de vous faire des reproches et ce n’est pas sain du tout!

Le but de notre échange n’est pas de vous faire culpabiliser et de vous amener à porter plainte contre votre famille, mais d’avoir une vue d’ensemble, de considérer chaque paramètre, en interne comme en externe!

Le but est aussi de vous diriger vers des personnes qualifiées qui sauront vous guider mieux que moi : Associations, groupes de parole, psychologues spécialisées dans l’inceste, juristes,…

Ensuite, en ayant tous les éléments en mains, vous ferez un choix et ce choix sera conforme à ce que vous souhaitez ! Ainsi, vous serez forte et vous pourrez faire face à votre choix, quel qu’il soit!

Votre choix doit venir de vous et pas d’une tierce personne ! N’oubliez pas que les conseilleurs ne sont pas les payeurs!

• « c’est sûr qu’au début j’étais remontée »

-> Normal, il y avait de quoi ! J’avais mis le paquet!

• « mais j’avais besoin d’être secouée je crois. »

-> Je confirme ! Maintenant, vous avez ouvert les yeux!

• « je ne regrette vraiment pas votre intervention ! »

-> Merci Infiniment !

Le principal pour moi est que vous ayez avancé ! Si c’est le cas, alors je suis ravie!

La méthode électrochoc est dure pour la victime, mais tellement salutaire après !

Je déteste l’employer, mais dans certains cas, il le faut!

• « Non, arrêtez je devrais vous remercier grandement pour votre disposition à aider les victimes sur le site ! »

-> Pas besoin ! Ma plus grande joie, c’est lorsque les victimes reviennent me dire sur le site ou en privé qu’elles vont mieux et qu’elles sont enfin heureuses ! Et il y en a!

Alors, j’espère que vous reviendrez vous aussi pour me dire comment vous allez ou si vous avez besoin de conseils ou d’un avis ! N’hésitez jamais à me solliciter !

Je tarde un peu dans mes réponses parfois, mais je réponds toujours!

• « Vous êtes la seule personne a avoir pris le temps de me répondre »

-> Nous ne sommes que trois bénévoles en ce moment pour répondre aux victimes. On se partage un peu la tâche ! Je ne peux pas répondre à tous les posts, Psionic et Koxie non plus!

• « Et merci pour votre témoignage. »

-> Je me sers de mon expérience pour aider car je ne suis pas psy !

Et un exemple, c’est plus concret et on comprend mieux!

Et puis, c’est un site d’échange ! C’est ce qui fait sa force!

• « il est clair que les victimes ne sont pas seules à ne pas bouger pour que les agresseurs soient empêchés de continuer leurs méfaits en toute impunité.
Pratiquement tout le monde joue au sourds et aveugles. »

-> C’est vrai !

On met tellement de poids sur les épaules de la victime, qu’elle préfère renoncer, ce que je peux comprendre !

Mais, si nous voulons que cela change, il faut à tout prix dénoncer les coupables et qu’ils soient punis!

Pour info : un mineur agresseur sexuel qui a 13 ans ou plus au moment des faits, peut aller en prison!

• « Je suivrais vos conseils, j’en parlerai à ma psy et je verrais avec un juriste ce que je peux faire. »

-> Parlez-en aussi avec les psychologues des Associations qui sont spécialisées dans l’inceste. Leurs consultations sont gratuites!

Participez aussi à des groupes de parole.

Parlez-en avec les 4 autres victimes de votre famille.

Réunissez tous les avis. Prenez le temps de peser le pour et le contre. Dès que votre choix est fait, tenez vous-y !

• « Prenez soin de vous, vous avez l’air d’être une belle personne. »

-> Je vais essayer ! Merci de votre attention et merci infiniment pour le compliment!

Pour la « belle personne », ma balance me dit « va courir » et mon miroir crie « pitié ! Cassez-moi ! ». Alors, « belle » ?

• Désolée pour ma réponse tardive !

Toute ma tendresse !

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.