Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Un patron pervers et harceleur sexuel

J’avais 18 ans et je venais de trouver mon premier petit boulot : vendeuse de glaces à Marseille, mais j’étais très loin de penser que j’aurais eu à faire à un patron pervers. J’avais remarqué que ce patron était très tactile avec les autres vendeuses et je trouvais cela très bizarre qu’elles ne disent rien. Cet harceleur sexuel n’hésitait pas à mettre des mains aux fesses et même des fessées et cela même devant les clients. Le pire est que ce porc était fier de ce qu’il faisait. Le premier jour il m’avait dit qu’il serait possible que je gagne un peu plus que prêvu, mais que cela ne dépenderait que de moi. Naïvement je pensais qu’il me demanderait de faire des heureus supplémentaires. Le lendemain, il me demande de venir dans son petit bureau derrière et il me donne un billet de 100 francs, en me le donnant il me prend mon autre main et la met sur son sexe en me disant que si je veux plus, il suffit simplement que je lui montre ce que je savais faire. Je lui est donc montré ce que je savais faire en prenant mon sac et en partant. J’en avais parlé à mes parents à l’époque, mais mon père ne m’avait pas crû que j’avais été victime d’un harceleur sexuel très dangereux et m’avait traité de fénéante car il pensait que j’avais inventé cela car je ne voulais pas travailler. Non papa, je n’avais pas menti, je n’ai rien à me reprocher, par contre non seulement toi tu n’as pas fait ce qu’un père est censé faire pour protéger sa fille, mais en plus tu as rejeté la faute sur moi en me traitant de fénante. Après cela, je suis devenue très méfiante et cela à radicalement changé la vision que j’avais de la vie. Depuis, il ne m’est rien arrivé de très grave, mise à part des insultes sexistes, des dragueurs lourds dans la rue, bref toutes les gaïetés que la majorité doivent supporter au quotidien. Merci de m’avoir permis de m’exprimer, même plus de 20 ans après, cela fait vraiment du bien. Merci de m’avoir lu et surtout bon courage à toutes les victimes qui ont vécu des choses beaucoup plus grave que moi.




  • Nous vous proposons de lire également

    Poster un Commentaire

    4 Commentaires sur "Un patron pervers et harceleur sexuel"

    avatar
      
    smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth

      Notification par e-mail  
    plus récents plus anciens plus de votes
    M'envoyer un e-mail si
    sd31
    Invité
    sd31

    J’ai connu le même genre de personnage à Toulouse : un patron de bar.

    anonyme
    Invité
    anonyme

    c’ est dur de ne pas etre soutenue par sa famille c’ est typiquement machiste

    Catoune
    Membre
    Chère Anonyme, Vous avez bien fait de ne pas accepter de l’argent en échange de faveurs sexuelles et de quitter ce job, malgré les reproches et les mauvais jugements de votre père ! Vous pouvez être fière de vous ! Tenir tête à un pervers, puis ensuite à votre propre père, parce que vous êtes sûre de vous et de vos valeurs morales, n’est pas une chose aisée ! Vous m’impressionnez ! Peu d’entre-nous ont le courage de s’affirmer, surtout devant leur père ! Donc bravo à vous ! Je pense que ce qui vous a fait le plus mal dans cette histoire, c’est la réaction de votre père, mais aussi celle de votre mère ! Votre mère a joué les autruches et ne vous a pas défendue, et votre père vous a mal jugée et même accusée à tort ! Ce n’est pas qu’il ne vous ait pas crue ni même défendue, c’est pire que cela ! Pour votre père, une main aux fesses ne doit pas vous empêcher de bosser et de ramener du fric ! En clair, vous faire sauter par ce porc pour gagner plus, il n’y voit aucun inconvénient, bien au contraire ! Sacré papa… Lire plus »
    My2Cents
    Invité
    My2Cents

    Félicitations pour votre sang-froid et votre courage, c’est cela qui vous a évité le pire !

    Les parents – surtout jusqu’aux années 90 – n’étaient pas les mieux placés pour comprendre leurs enfants victimes, ils pensaient toujours qu’une fille « faisait des histoires »… Je n’ai pas osé parlé de certains harcèlements dont j’ai été victime alors ado/jeune adulte, préférant me faire engueuler par ma mère. Je savais qu’elle ne me croirait pas, ou me dirait probablement que « c’est la vie »…

    Vos parents n’ont pas dérogé à la malheureuse règle d’alors, mais ce qui compte est que vous avez gardé la tête haute face à votre agresseur.

    Cordialement,

    M2C