Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Harcelée sur le parking de mon lieu de travail

J’ai été harcelée 5 mois durant, par un client de ma boîte, habitant tout près des bureaux où je travaille. Dès que j’arrivais sur le parking, il venait à ma voiture, me disait que j’étais charmante, qu’il aimerait en savoir plus sur moi, etc… Chaque jour, je lui disais, je suis mariée, passez votre chemin. Il me disait qu’il n’y avait pas de citadelle qui ne se prenne. Certains de mes collègues ont vu son manège, mais n’ont rien fait. ça faisait marrer les collègues hommes, les femmes me regardant de plus en plus de travers, comme si j’étais responsable de cette situation. Le type exerçait sur moi quotidiennement une pression, m’empêchant de passer pour m’obliger à lui répondre. Il disait toujours qu’un jour il me posséderait. c’était une idée fixe. Je lui disais non, arrêtez de m’ennuyer, laissez moi passer. Il continuait. Je lui ai dit un jour que j’allais appeler la police. Comme il disait être fonctionnaire lui-même, il a pâli, et m’a laissée tranquille quelque temps. Puis au bout de quelques semaines, il a remis ça. Allant à ma voiture pour me capter au moment de la descente. J’avais peur désormais d’aller au travail. Je changeai mes heures. Il changea les siennes. Comme je ne cédais pas à ses avances, il utilisa le chantage affectif, me disant que j’étais la seule femme qui lui plaisait et qu’il ne pourrait pas envisager quelqu’un d’autre que moi. Il me disait que je pouvais essayer de le « goûter » et que si ça ne me plaisait pas, alors je pourrais le laisser. J’ai été de plus en plus méchante pour le repousser, et il a fini par se calmer. Mais il rôde toujours autour des bureaux de ma boîte, l’air de plus en plus défait, comme obnubilé par ma présence. Je crains qu’un jour il ne veuille m’agresser physiquement. Du coup, j’évite de sortir du bureau seule. Je ne fais pas d’heures supplémentaires. Je pars comme une fusée du bureau, et je cours vers ma voiture pour partir. C’est ça chaque soir. ça se passe à Orléans.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

13
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
6 Nombre de commentaires
7 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
3 Nombre de personnes ayant commentés
loulouCatouneluz Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
luz
Membre

Dans un premier temps, vous pourriez demander à un homme de vos proches de vous accompagner et/ou venir vous chercher à votre travail. Quelquefois c’est suffisant pour calmer ce genre de personnages.
En parallèle, vous prenez des photos et filmez (photos et films datés -bien que je ne sois pas sûre qu’en dehors du travail les photos et films soient recevables … Catoune?), vous notez dans un carnet dédié chaque présence et chaque interpellation du bonhomme (avec dates et heures) … au cas où, dans l’optique d’un dépôt de plainte nécessaire par la suite; vous auriez déjà vos preuves de harcèlement.
Vous pourriez également expliquer à vos collègues que pour vous la situation n’est pas drôle du tout, que c’est même angoissant, que vous envisagez de peut-être porter plainte pour harcèlement, et leur demander s’ils seraient prêt(e)s à se porter témoins le cas échéant. Souvent les personnes qui observent ces situations « de l’extérieur » ne se rendent pas compte de la peur que cela peut générer. Leur en faire prendre conscience peut-être suffisant pour leur faire changer d’attitude (leur demander par exemple quelle serait leur réaction si cela arrivait à leur fille, ou leur soeur…)
Vous pouvez envisager d’ores et déjà de déposer une main courante, et en informer l’individu en question; demander aux policiers de lui faire un « rappel à la loi ». Il ne m’a pas l’air bien courageux, ça le calmerait certainement.
Ou alors vous attendez un peu tout en accumulant vos preuves, et vous déposez une plainte pour harcèlement, avec déjà vos preuves et vos témoins « sous le coude ».
Bon courage.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Anonyme,

Vous êtes harcelée sexuellement, cela ne fait aucun doute !

Toutes les idées de Luz qui visent à vous protéger sont excellentes ! Étoile a aussi raison quand elle vous dit de vous faire accompagner et raccompagner au travail par votre mari !

Luz, tu me demandes si filmer ou photographier cet harceleur est recevable par les juges ?
Ma réponse est NON ! Et c’est même dangereux pour Anonyme car si ce pervers porte plainte, les sanctions de la CNIL sont terribles !

Par contre, Anonyme, je vous invite à le prendre en photo, vous pourrez ainsi la montrer à la Police, ce qui leur permettra d’appréhender cet individu !

Envoyez aussi cette photo à votre mari, vos parents ou à des amies, en leur disant que ce type vous harcèle. Ils pourront la montrer à la Police si vous venez à être agressée !

La seule chose, ne vous servez pas de ces photos comme preuves devant des juges ! Utilisez-les pour faciliter les recherches de la police et c’est tout !

Ce que vous devez faire :

1) Anonyme, en avez-vous parlé à votre mari de ce harceleur sexuel ? Faîtes-le !

2) Prenez cet harceleur en photo. Envoyez-la à votre entourage en disant que cet individu vous harcèle sexuellement !

3) Enregistrez les propos de cet harceleur avec votre portable ou un Dictaphone. Les enregistrements audio sont recevables par les juges s’ils sont réalisés afin de se défendre contre un harcèlement sexuel ou moral.

Dans un arrêt du 07 mars 2012, la Chambre Criminelle de la Cour de cassation a admis la validité à titre de preuve d’un enregistrement audio réalisé par un particulier à l’insu de la personne poursuivie.

4) Ensuite, alerter votre employeur quant à ce harcèlement sexuel que vous subissez sur le parking de l’entreprise. Votre employeur a l’obligation de vous venir en aide car il en va de sa responsabilité civile voire pénale.

Pour une entreprise, assurer le bien-être de ses salariés, ce n’est pas un luxe, c’est une obligation légale inscrite dans le Code du travail (art. L4121-1) : « Pèse sur tout employeur l’obligation d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale de ses salariés »

La responsabilité civile de l’entreprise est systématiquement engagée lorsque, en raison de son activité professionnelle, le salarié subit un dommage physique ou psychologique, et ce, même si les moyens nécessaires ont été mis en œuvre pour protéger la santé des salariés.

Conséquence : l’employeur a l’obligation de mener une politique de prévention vigoureuse. Il s’agit, tout d’abord, de faire en sorte qu’il n’arrive rien à son salarié, mais également, de pouvoir démontrer, le cas échéant, que l’employeur a fait tous les efforts nécessaires pour éviter l’accident. »

Incivilités, menaces, agressions, cambriolages… Dans les secteurs où les salariés sont en contact avec le public, les employeurs doivent évaluer de tels risques et anticiper des mesures à mettre en place en cas d’événement violent ou d’agression. Mais attention, une réflexion doit également être menée en amont sur les façons d’éviter que de tels agissements ne surviennent.

Les violences externes sont des violences exercées contre un salarié sur son lieu de travail (ou tout autre lieu dans lequel il est amené à se rendre pour des motifs professionnels), par un ou des individus extérieurs à l’entreprise (clients, usagers, patients…).

Le parking de l’entreprise en fait parti quand vous arrivez sur votre lieu de travail ou en repartez ! Trajet domicile-travail.

On distingue les violences criminelles, le plus souvent de prédation (cambriolages, vols, rackets, homicides) qui touchent un nombre de professions bien définies, des violences du public envers les salariés. Celles-ci peuvent prendre différentes formes : incivilités, menaces, agressions verbales ou physiques ou actes de vandalisme. Quelles qu’elles soient, ces violences mettent en péril la santé et la sécurité des salariés concernés…

L’ampleur actuelle du phénomène est préoccupante :
pour les salariés qui travaillent dans l’insécurité ou qui ont le sentiment de travailler dans l’insécurité,
pour les employeurs qui peuvent voir leur responsabilité civile et pénale mise en cause en raison d’un événement survenu sur les lieux de travail.

Le Code du travail énonce l’obligation pour l’employeur d’assurer la sécurité et de protéger la santé des travailleurs pour tous les aspects liés au travail, ce qui implique notamment de prévenir les violences externes qui surviennent dans le cadre du travail.

Au cours de l’évaluation des risques qu’il est tenu d’effectuer, l’employeur doit repérer les éventuels postes ou situations de travail à risque, les personnes exposées et les principaux facteurs de risque (ou principales causes).

À partir de cette évaluation, des mesures de protection collective permettant de prévenir les situations de violence externe doivent être recherchées avec les travailleurs concernés.

Une politique de prévention et gestion des violences externes doit également anticiper les mesures permettant d’en réduire l’impact quand malgré tout elles surviennent.

Rappelons que les harcèlements moral et sexuel sont interdits et réprimés par le Code du travail et le Code pénal.

Pour des situations urgentes, des réponses plus rapides sont à proposer aux salariés en difficulté. L’employeur prendra ainsi en compte le plus tôt possible les plaintes avérées, afin de mettre un terme aux agissements hostiles et d’apporter un soutien aux salariés affectés. Il s’agit d’éviter que leur santé ne se dégrade, et autant que possible, de leur permettre de se maintenir en poste.

Voir le lien : inrs.fr/risques/agressions-violences-externes/ce-qu-il-faut-retenir.html

5) Munissez-vous d’un sifflet pour donner l’alerte ou crier très fort que ce type vous harcèle sexuellement et appelez à l’aide.

Ne subissez plus ! Agissez ! Défendez-vous contre ce porc ! Soyez forte !

N’hésitez pas à revenir vers nous. On reste à votre écoute et on essaiera de vous aider! Bon courage Anonyme !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Vous êtes harcelée sexuellement, cela ne fait aucun doute !

Toutes les idées de Luz qui visent à vous protéger sont excellentes ! Étoile a aussi raison quand elle vous dit de vous faire accompagner et raccompagner au travail par votre mari !

Luz, tu me demandes si filmer ou photographier cet harceleur est recevable par les juges ?
Ma réponse est NON ! Et c’est même dangereux pour Anonyme car si ce pervers porte plainte, les sanctions de la CNIL sont terribles !

Par contre, chère Anonyme, je vous invite à le prendre en photo, vous pourrez ainsi la montrer à la Police, ce qui leur permettra d’appréhender cet individu !

Envoyez aussi cette photo à votre mari, vos parents ou à des amies, en leur disant que ce type vous harcèle. Ils pourront la montrer à la Police si vous venez à être agressée !

La seule chose, ne vous servez pas de ces photos comme preuves devant des juges ! Utilisez-les pour faciliter les recherches de la police et c’est tout !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Luz, tu me demandes si filmer ou photographier cet harceleur est recevable par les juges ?
Ma réponse est NON ! Et c’est même dangereux pour Anonyme car si ce pervers porte plainte, les sanctions de la CNIL sont terribles !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Les photos et les films sont irrecevables comme preuves par les juges !

Pire, si le harceleur porte plainte pour violation de son image, Anonyme, risque des sanctions pénales ou civiles !

Si l’article 9 du Code Civil est fréquemment invoqué par les personnes reprochant à un titre de presse ou à un site internet la violation de leur droit à l’image, les atteintes à la vie privée d’une personne peuvent également faire l’objet de poursuites sur le plan pénal.

Ainsi, l’article 226-1 du Code Pénal punit d’un an d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende le fait de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui notamment en fixant, enregistrant ou transmettant l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé sans son consentement.

Le parking d’une entreprise est un lieu privé.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Anonyme,

Cela ne fait aucun doute, vous êtes harcelée sexuellement par ce porc !

Ce que vous devez faire :

1) En avez-vous parlé à votre mari de cet harceleur sexuel ? Faîtes-le !

2) Prenez cet harceleur en photo. Envoyez-la à votre entourage (mari, parents, amies) en disant que cet individu vous harcèle sexuellement !

Cette photo ne doit en aucun cas servir de preuve ! Elle doit juste permettre à la police de faciliter leurs recherches et d’appréhender cet individu s’il vous agresse!

3) Enregistrez les propos de cet harceleur avec votre portable ou un Dictaphone. Les enregistrements audio sont recevables par les juges s’ils sont réalisés afin de se défendre contre un harcèlement sexuel ou moral.

Dans un arrêt du 07 mars 2012, la Chambre Criminelle de la Cour de cassation a admis la validité à titre de preuve d’un enregistrement audio réalisé par un particulier à l’insu de la personne poursuivie.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

4) Ensuite, alerter votre employeur quant à ce harcèlement sexuel que vous subissez sur le parking de l’entreprise. Votre employeur a l’obligation de vous venir en aide car il en va de sa responsabilité civile voire pénale.

Pour une entreprise, assurer le bien-être de ses salariés, ce n’est pas un luxe, c’est une obligation légale inscrite dans le Code du travail (art. L4121-1) : « Pèse sur tout employeur l’obligation d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale de ses salariés »

La responsabilité civile de l’entreprise est systématiquement engagée lorsque, en raison de son activité professionnelle, le salarié subit un dommage physique ou psychologique, et ce, même si les moyens nécessaires ont été mis en œuvre pour protéger la santé des salariés.

Conséquence : l’employeur a l’obligation de mener une politique de prévention vigoureuse. Il s’agit, tout d’abord, de faire en sorte qu’il n’arrive rien à son salarié, mais également, de pouvoir démontrer, le cas échéant, que l’employeur a fait tous les efforts nécessaires pour éviter l’accident. »

Incivilités, menaces, agressions, cambriolages… Dans les secteurs où les salariés sont en contact avec le public, les employeurs doivent évaluer de tels risques et anticiper des mesures à mettre en place en cas d’événement violent ou d’agression. Mais attention, une réflexion doit également être menée en amont sur les façons d’éviter que de tels agissements ne surviennent.

Les violences externes sont des violences exercées contre un salarié sur son lieu de travail (ou tout autre lieu dans lequel il est amené à se rendre pour des motifs professionnels), par un ou des individus extérieurs à l’entreprise (clients, usagers, patients…).

Le parking de l’entreprise en fait parti quand vous arrivez sur votre lieu de travail ou en repartez ! Trajet domicile-travail.

On distingue les violences criminelles, le plus souvent de prédation (cambriolages, vols, rackets, homicides) qui touchent un nombre de professions bien définies, des violences du public envers les salariés. Celles-ci peuvent prendre différentes formes : incivilités, menaces, agressions verbales ou physiques ou actes de vandalisme. Quelles qu’elles soient, ces violences mettent en péril la santé et la sécurité des salariés concernés…

L’ampleur actuelle du phénomène est préoccupante :
pour les salariés qui travaillent dans l’insécurité ou qui ont le sentiment de travailler dans l’insécurité,
pour les employeurs qui peuvent voir leur responsabilité civile et pénale mise en cause en raison d’un événement survenu sur les lieux de travail.

Le Code du travail énonce l’obligation pour l’employeur d’assurer la sécurité et de protéger la santé des travailleurs pour tous les aspects liés au travail, ce qui implique notamment de prévenir les violences externes qui surviennent dans le cadre du travail.

Au cours de l’évaluation des risques qu’il est tenu d’effectuer, l’employeur doit repérer les éventuels postes ou situations de travail à risque, les personnes exposées et les principaux facteurs de risque (ou principales causes).

À partir de cette évaluation, des mesures de protection collective permettant de prévenir les situations de violence externe doivent être recherchées avec les travailleurs concernés.

Une politique de prévention et gestion des violences externes doit également anticiper les mesures permettant d’en réduire l’impact quand malgré tout elles surviennent.

Rappelons que les harcèlements moral et sexuel sont interdits et réprimés par le Code du travail et le Code pénal.

Pour des situations urgentes, des réponses plus rapides sont à proposer aux salariés en difficulté. L’employeur prendra ainsi en compte le plus tôt possible les plaintes avérées, afin de mettre un terme aux agissements hostiles et d’apporter un soutien aux salariés affectés. Il s’agit d’éviter que leur santé ne se dégrade, et autant que possible, de leur permettre de se maintenir en poste.

Voir le lien : inrs.fr/risques/agressions-violences-externes/ce-qu-il-faut-retenir.html

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

5) Munissez-vous d’un sifflet pour donner l’alerte ou crier très fort que ce type vous harcèle sexuellement et appelez à l’aide.

6) Toutes les idées de Luz qui visent à vous protéger sont excellentes ! Étoile a aussi raison quand elle vous dit de vous faire accompagner et raccompagner au travail par votre mari !

7) Si vous avez tout essayé et que la personne continue de vous harceler, il est possible qu’elle souhaite vous attaquer. Mais en général, votre agresseur aura été dissuadé par les mesures décrites plus haut. Beaucoup d’agresseurs s’enfuient lorsque leur victime crie et attire l’attention des passants, par peur d’être reconnu ou attrapé.
Si vous vous faites agresser, utilisez vos clés et tenez-les fermement, vos poings, vos doigts et tout ce qui peut vous servir d’arme et criez aussi fort que possible. Frappez votre agresseur dans les yeux ou ses parties génitales, griffez et mordez-le. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour vous défaire de son emprise.
Si vous avez pris des cours d’auto-défense, utilisez-les. N’essayez cependant pas cette prise de judo que vous ne maitrisez pas parfaitement. Vous aurez plus de chance en attaquant la personne avec vos poings.

Ne subissez plus ! Agissez ! Défendez-vous contre ce porc ! Soyez forte !

N’hésitez pas à revenir vers nous. On reste à votre écoute et on essaiera de vous aider! Bon courage Anonyme !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Désolée ! Mon commentaire ne voulait pas s’afficher ! Trop long ? Donc je l’ai scindé en plusieurs morceaux avec quelques ajouts !

Merci de remplir les champs obligatoires.



loulou
Invité
loulou

Il est très bien et efficace ton commentaire.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Merci beaucoup Loulou !

J’y ai passé des heures, pour effectuer les recherches nécessaires, puis pour l’écrire et surtout pour réussir à ce qu’il s’affiche.

Êtes-vous l’auteure du témoignage ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



luz
Membre

Oui, j’avais un gros doute, et j’aurais mieux fait de m’abstenir.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Au contraire Luz, tu as bien fait car cela permet de faire une piqûre de rappel et d’expliquer clairement les risques !

En fait, au pénal, tu peux utiliser les photos, les films, tous les moyens sont bons mêmes les plus déloyaux pour apporter la preuve de la culpabilité d’une personne.

Par contre, si celui qui est condamné par un moyen déloyal t’attaque au civil, tu risques amende et prison si tu n’as pas respecté sa vie privé !

Traduction de :

Les objectifs du droit pénal légitiment la recevabilité de moyens de preuve déloyaux dès lors qu’ils permettent d’assurer la protection de la communauté des citoyens.

En matière civile, la notion de loyauté permet d’assurer le respect de la vie privée. Elle est toutefois laissée à l’appréciation souveraine du juge du fond, ce qui ouvre un champ à l’incertitude.

Voir le lien : journaldunet.com/management/expert/51911/les-enregistrements-effectues-a-l-insu-d-une-personne-sont-ils-valables-en-justice.shtml

En plus Luz, j’ai bien aimé ton appel du pied ! T’as eu de la chance que je lise ce témoignage !

Merci de remplir les champs obligatoires.