Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



On ne me croit pas

J’ai été violée par un de mes amis en qui j’avais confiance. Il avait prémédité ce viol par jalousie de me voir avec un autre garçon. Ses amis que j’apprécie beaucoup ne me croient pas, et je n’arrive pas à vivre avec ça. Ça me fait terriblement souffrir. Je les ai supplié de me croire. Ils m’ont dit qu’ils ne me croiraient jamais. Je n’arrive pas à être éveillée, je crie de douleur et pleure en permanence, le seul moment où je suis calme c’est quand je dors grâce aux somnifères. Je n’ai plus de vie, j’ai l’impression qu’on me plante des poignards en plein coeur à chaque seconde. S’ils réfléchissaient 2sec, je ne vois pas pourquoi je serais dans cet état et gaspillerait ma vie si je mentais. Et quel intérêt. Le fait de ne pas me croire m’a plus détruite que le viol en lui-même. Si seulement ils me croyaient, ça m’enleverai tellement de souffrance. Je n’ai plus aucun espoir, je ne crois plus en rien, je ne suis plus que l’ombre de moi-même, je me sens morte, j’attends juste la fin de ma vie à présent.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Zaragan
Zaragan
5 jours plus tôt

Bonjour,

Je vous comprends. Cela fait très mal de ne pas être crue et c’est si injuste car ils sont censés vous aider, ne serait-ce que par devoir civique. C’est une double peine : être agressée puis se retrouver seule en parlant, contrairement à l’agresseur qui est pourtant le responsable… Malheureusement, certains pensent qu’il est préférable de croire un potentiel violeur qu’une potentielle victime, qu’importe la détresse de cette dernière et les conséquences… Ils ne savent rien, ne vivent pas ce qu’elle peut ressentir, alors c’est facile de l’ignorer. Et souvent, ils ne veulent pas voir la vérité en face, et préfèrent vivre confortablement dans le mensonge. Ce sont aussi ceux qui sont le plus susceptibles de banaliser, de justifier des actes inexcusables et injustifiables… Je tiens donc à vous affirmer que leur réaction n’est pas normale ou saine. Je ne vois pas comment on peut continuer de côtoyer quelqu’un qui a potentiellement commis un viol, surtout quand on voit que la victime va très mal, sans même douter de lui ou s’éloigner un minimum. Leur comportement est au mieux irresponsable et naïf, au pire complice et dénudé d’empathie. 

Mais le véritable sujet, c’est vous, donc, c’est à vous que je vais m’adresser directement.
Écoutez, je vais peut-être être trop directe dans mes propos, donc je tiens à préciser que je ne cherche aucunement à vous faire de reproches, mais à cerner votre situation. En lisant votre témoignage, j’ai eu l’impression que vous donnez trop d’importance à ces personnes. Comme si vous pensiez (consciemment ou non) que leur avis “déterminait” votre rétablissement, que les convaincre serait une étape nécessaire à passer et que sans leur approbation, vous ne pourriez pas aller mieux… et/ou peut-être que leur réaction vous pousse à croire que personne ne voudra ou ne pourra jamais vous croire et vous empêche ou rends plus difficile d’en parler (si ce n’est que anonymement sur un site internet). C’est d’autant plus fort si personne d’autres n’est au courant, ou si d’autres personnes ne vous croient pas non plus… C’est sans doute là une des raisons pour laquelle vous vous sentez aussi coincée et désespérée. Et c’est logique de penser cela, car ce que vous avez vécu vous a conditionnée.
Le viol que vous avez subit est le fruit de votre souffrance et vous a traumatisée. Cette sensation de ne plus vivre et d’être ”quelqu’un d’autre”, ces difficultés à dormir, ces larmes, ce désespoir… : ce sont les conséquences du traumatisme. (Vous souffrez peut-être même d’un syndrome de stress post-traumatique ou autres troubles. Comprendre est une 1ere étape pour se relever. Je vous conseille de vous renseigner, que ce soit en consultant une une association ou des sites (ex: Mémoire traumatique et victimologie) ou en allant directement demander un diagnostic à un thérapeute). Et ces personnes qui ne vous croient pas (et donc ne vous aident pas) cultivent ce fruit et le font mûrir. Tout cela vous empêche de prendre du recul, vous enferme dans une détresse et un désespoir constant. Il est vrai que s’ils avaient réagi avec respect et bienveillance, vous seriez dans une meilleure situation. Être crue ne signifie pas qu’on est forcément heureuse et qu’on va bien (c’est plusieurs facteurs qui le permettent), mais cela nous met sur la voie de notre rétablissement. Pour autant, vous n’êtes pas seule : beaucoup de victimes connaissent cette situation. Il est possible de renaître malgré ces difficultés supplémentaires. Le traumatisme peut être exacerbé par la réaction d’autrui… mais il peut aussi être diminué en travaillant sur ce dernier et en étant entouré par des personnes bienveillantes.
En attendant, vous ne pouvez pas vivre avec des gens qui soutiennent votre agresseur, et qui vous laissent seule avec vos démons. C’est difficile de vivre dans de telles conditions et… vous n’avez pas à le supporter. Vous n’avez rien à leur prouver. Vous n’avez pas à gaspiller votre énergie et votre santé mentale pour des personnes qui ne se préoccupent pas de vous et vous n’avez pas à attendre leur feu vert pour avancer… Parce que vous n’avez pas besoin qu’ils vous croient pour vivre et aller mieux. Vous n’avez pas besoin d’eux ou de leur approbation. L’avis de ceux qui ne veulent pas vous croire vous fait mal, et pour être honnête avec vous, peut-être qu’ils vous feront toujours mal… mais souvenez-vous qu’il existe des gens qui peuvent et veulent vous croire. Des personnes qui vous montrent que vous avez de la valeur ou qui vous traitent simplement avec respect et dignité. Et dans ces moments-là, essayez de vous rappeler de leur avis, et focalisez-vous sur ceux-ci. Ce sont ces avis là qui comptent, car ce sont eux qui ont raison.

Je ne sais pas où vous vous situez vis-à-vis de cela mais : Avez-vous des personnes qui seraient plus susceptibles de vous croire dans votre entourage ? Un membre de votre famille ? Un ami (qui ne serait pas proche de votre agresseur) ? Si c’est trop dur, que vous avez trop peur de ne pas être crue ou avez envie d’avoir un avis extérieur: peut-être que se tourner vers des professionnels, une association ou une ligne d’écoute serait plus envisageable ? Je pense notamment aux associations ou lignes d’écoute dédiées spécifiquement aux victimes de violences sexuelles comme le Collectif Féministe Contre le Viol. C’est anonyme et les écoutantes vous écouteront. Elles peuvent aussi vous aider à trouver une aide psychologique ou juridique. Le site Arrêtons les violences recense une bonne partie des associations nationales et régionales existantes. Je vous conseille d’y jeter un œil et même de les contacter si vous avez besoin d’être informée, aidée et rassurée. (il y a aussi une liste sur le forum de ce site)

Ce n’est pas possible d’effacer un traumatisme, mais vous pouvez vivre avec. Ce ne sera pas facile, il y a des moments de doutes, de souffrances comme celui que vous connaissez, mais il y aura aussi des moments de bonheur. Battez-vous pour vous-même, vous en valez la peine. Mais vous n’êtes pas obligée de vous battre ou de supporter tout ça seule. Vous avez de la valeur et vous ne méritez que d’être entourée par des personnes bienveillantes. 

Ne laissez personne vous faire croire que vous avez tort, surtout ceux qui ne veulent pas vous croire.
Je vous souhaite bon courage.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Zaragan
Zaragan
5 jours plus tôt

Je rajoute quelque chose: Je vous crois.
Et je ne suis pas la seule à en être capable.

Courage

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME