Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

C’était il y a 2 ans, j’avais 13 ans et eux 15, 16, 17 ans.

J’ai 15 ans aujourd’hui, quand je poste ce témoignage. C’était il y a 2 ans, en 2016. Je faisais partie des Jeunes-Sapeurs-Pompiers. C’était très mal foutu : les vestiaires étaient mixtes, seul une rangé de casiers minables servaient à nous, les filles, dissimuler des garçons. On était 5 filles pour 40 garçons. J’étais l’unes des plus jeune, 13 ans. On s’entendait tous très bien, j’étais bien trop naïve envers les garçons et les hommes. J’étais tombée amoureuse d’un garçon de 15 ans, c’était mon bînome principal durant les entraînements et les exercices physiques. Lors d’un camping, il a essayé de m’embrasser mais je l’ai repoussé. Vous parlez de ça n’est pas importantmais ça l’est pour la fin.
Juillet 2016, on part en colonnie de vacance en Allemagne pendant 10 jours. Un minuscule chalet de quatre pièces avec une seule salle de bain. Les filles, nous étions cette fois ci 4, dormait avec la Sapeur Pompier adulte dans une chambre, moi j’avais pris le lit de camp volontairement pour que les autres aient un bon lit. Les garçons, environ une vingtaine, dormaient dans des tentes dehors. On était au bord d’un lac, c’était magique. Du moins jusqu’au deuxième jours seulement. J’étais le genre de fille coincée, timide, peu bavarde et toujours avec ses bouquins. Ça ne plaisait pas aux filles, je ne savais pas pourquoi mais l’unes d’entre elles avec qui je m’entendait bien auparavant ne pouvait plus me voir. Elle m’a tabassé, mains, pieds, ceinture, a bouzillé la plupart de mes affaires. 4 garçons de 17 ans me défendaient, mais ils n’étaient pas toujours là pour m’aider. Un garçon de 16 ans m’a proposé des choses sexuelles que j’ai refusé, il m’a insulté donc je l’ai giflé. Il a rapliqué plus tard avec ses deux potes, ils m’ont tabassé dans un coin de pièce en me bloquant tout passage pour fuir, il a finit par m’étrangler, moi je pleurais, il m’a dit une chose avant de me pousser dehors  » Va pleurer, c’est tout ce que tu sais faire « . Je me suis promis de ne plus jamais pleurer.
C’était comme ça, tout le temps. J’avais appelé mon père pompier qui était resté en France, il avait appelé Mon Capitaine et celui-ci, lors d’un garde à vous s’est moqué de moi. Tout le monde a rit. Le soir, je suis allée seule me baigner dans le lac, en maillot de bain. Il faisait nuit, et je me souviens que je regardais l’eau, et j’hésitais a me laisser couler pour me noyer et mourir. J’étais dégoûtée de la vie, des gens, des humains. Je me dégoûtais aussi, car j’étais faible, minable, pitoyable. Puis, j’ai pensé à de bons souvenirs, et j’ai décidé que je ne me tuerais pas, car je rentrerai bientôt chez moi, dans quelques jours. Mais c’est là que le calevaire à vraiment commencé. J’ai entendu quelqu’un entrer dans l’eau et venir vers moi. Je me suis retournée et j’ai vu ce garçon de 17 ans. Il était grand, ni fin ni gros, des cheveux blonds. Il me parlait mais je ne répondais pas. Puis, il s’est avancé vers moi, m’a contourné pour se placer derrière moi. Et d’un coup, il a passé ses bras autour de mon ventre. J’avais peur car j’étais minuscule et lui géant et avait beaucoup plus de force que moi. Il m’a caressé le ventre, il me collait fortement contre son torse. Je sentais son sexe qui bandait contre mes fesses, il me disait des choses immondes. « T’es une soumise, on peut te faire ce qu’on veut tu te défend jamais.  » Il avait raison. J’étais en transe, absente. Il a remonté sa main sur mon sein pour retirer mon haut de maillot de bain, et il a insulté mon père.  » Tu crois que c’est parce que ton père est pompier et flic que personne peut te toucher?  » Et c’est à ce moment que j’ai décidé de réagir. J’ai l’ai pincé de toutes mes forces et j’ai hurlé. Sûrement par peur qu’on m’entende, il m’a lâché et je suis sortie du lac. Tout le monde dormait, je suis entrée dans la chambre et je me suis mise dans le lit de camp. J’ai pleuré, je n’avais pas réussi a tenir ma promesse.
1 mois plus tard , je recevais un message du garçon que j’aimais.  » Tu veux que je te fasse voir ma bite ?  »
Mon frère est allé le trouver et l’a tabassé.
Pour ce qu’il s’est passé dans le lac, je n’en ai jamais parlé a mes parents. Seul mes trois meilleurs amis, une fille ( qui elle s’est faites violée et la justice n’a rien faite) et deux garçons, les deux seuls en qui j’ai confiance, sont au courant.
Il m’est arrivé enclre beaucoup de choses avec des garçons… Je ne suis pourtant pas aguicheuse, séductrice ou autre, je suis très pudique. Peut être ma petite taille et mes formes ? Je ne saurais jamais. Je n’ai plus confiance, et je pense même être devenue lesbienne, mais je ne suis pas sûre. Mes parents sont des fois vraiment horribles avec moi, comme mon père qui m’a enclre dit hier pour aucune raison  » Va te suicider « . Je suis détruite depuis 2 ans, je pleure énormément la nuit, je suis insomniaque, mes amis me laissent tous tomber car j’ai eu des problèmes de santé et qu’un membre de ma famille est mort, et qu’ils ont, j’imagine, peur que sa détaigne sur eux. Mes meilleurs amis habitent loin de moi, je suis seule. J’ai déjà pensé au suicide, car à quoi bon une vie pareille? Mais j’espère encore un peu, que ma vie devienne rose… J’avais besoin de me vider, d’écrire un bout de moi sur ce site dont j’avais tant entendu parler. Il n’y a aucune morale comme  » les filles soyez fortes  » etc… Car quelque chose comme ça, déjà sa rend pas la personne tactile ( du moins moi, je repousse les gestes tactiles comme câlin, bisous, etc… ) et que c’est pas une simple phrase idiote qui va tout changer. Je suis déprimante… Mais la vie est comme ça, déprimante. La vie est injuste. Et moi je ne suis qu’une gamine terrifiée parmis tant d’autres victimes de X ou X choses, dans ce monde de merde.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

8
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
8 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
4 Nombre de personnes ayant commentés
JustCatouneAnonymeloulou Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
loulou
Invité
loulou

Ecoute moi bien ma petite jeune- fille pompier, là tu as vécu des choses très dures et cela continue, tu dois aussi exaspérer un peu tes parents qui déraillent avec toi, mais sache que ce sont des choses que tu vas surmonter bientôt.
Tu vas avancer en âge et voir les choses autrement, tu as de la force en toi, tu vaux mieux que les sales gosses dont tu nous parles, tu as une famille prête à se mouiller pour toi, un frère qui sait agir , de la volonté et des ressources.
Alors toi , pompier, tu vas commencer par sauver ta première victime en détresse : toi.
Mets y du tien. Fais le maximum. Dis lui qu’elle ne sera jamais la soumise de quelqu’un. Que si elle travaille bien en classe elle se débrouillera plus tard. Etc…
Les garçons qui t’ont fait du mal, si tu ne peux pas encore te venger, ignore les. Les mauvais souvenirs, dis- toi que chacun a les siens, oui, oui, et les surmonte le plus souvent. Lesbienne? Cela reste à voir, et puis quelle importance, tu feras comme tu le sens. Les deuils? Là on ne peut rien faire. Chacun aura les siens. Pense plutôt à soutenir en les aimant les membres de ta famille aussi affectés.
La vie déprimante? Parfois. mais aussi merveilleuse et belle. Souvent. Tu verras.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anonyme
Invité
Anonyme

Je ne les exaspère pas… et un père ne doit jamais dire ça à sa propre fille, quoi qu’il se passe. Et je ne sais pas si je suis réellement lesbienne ou autre oui, je dirais plus que c’est la peur des hommes, et je me dis que les femmes sont peut être mieux… Et me sauver seule, c’est si difficile… J’ai un avenkr déjà tout tracé, je rentre peut être dans un lycée militaire dans un an. Je me suis énormément endurcie, je fais du self combat, j’ai un caractère assez  » glacial  » et solitaire, mais à l’intèrieur, ce que j’ai vécu etc m’ont détruis. J’aimerai redevenir la filette souriante et amicale, sociable d’avant mais elle a totalement disparue pour laissé place à une peur constante, a une méfiance et a un rejet de tout sentiments plus qu’amicaux. Mais j’essaie de me sortir de toute cette merd*, vraiment. J’ai un grand frère génial mais dur et trop  » étouffant « , un petit frère qui m’insulte continuellement mais une adorable petite soeur que j’aime tant… J’ai une meilleure amie géniale mais elle habite a 2h de chez moi et a un père violent qui l’autorise a peine à sortir donc on se voit extrêmement peu… Je me sens seule et j’ai la haine, la rage contre tous ces gens horribles qui méritent pas de vivre…

Merci de remplir les champs obligatoires.



loulou
Invité
loulou

Chère jeune- fille,
Bien entendu aucun père ne peut dire cela à sa fille, incompréhensible, à moins peut- être d’un comportement d’ado vraiment déstabilisant et la remarque du père viendrait comme un électro- choc. J’ai en tête une ado vraiment affreuse qui est allée jusqu’à planter un couteau dans la table pendant le repas, couteau qui tenait debout dans le bois, et là le père a dit sur le ton du reniement:
– Je ne veux pas d’une fille caractérielle.
Cette remarque inattendue dite sur un ton convaincu par un père très estimé lui a, dit – elle, sauvé la vie, elle s’est calmée.
Mais c’est juste un exemple pas forcément adapté à ton cas.
Lesbienne, juste à cause d’une mauvaise expérience enfant (13 ans) avec un ado minable qui profite de sa force? Je n’y crois pas.
Les femmes mieux ? Pas sûr du tout. Un garçon correct et qui plaît vraiment, c’est aussi très bien, merveilleux, et cela existe.
Traumatisée ? Oui, sans doute faudrait- il consulter, je ne suis pas spécialiste. Je crois que ce serait bien, je ne connais pas trop la façon de procéder pour les mineures, il y a des adresses sur ce site. ta peu,r ta crainte ne sont pas normales, conséquences d’un trauma.
Se sauver seule ? Il faut essayer si on ne trouve pas de ressources ailleurs. Il faut aussi cultiver l’amitié qui offre tant de ressources.
L’avenir tout tracé, je me demande si on doit l’accepter ou plutôt mieux choisir. Il faut choisir ce que l’on aime vraiment, pas forcément le lycée militaire dur et masculin où il faudra trop batailler, comme dans ce camp peut- être s’il est mal tenu par des hommes incompétents pour gérer les soucis garçons- filles , pourquoi pas le lycée normal où on fait des études tranquillement avec ses amies.
Pourquoi choisir la difficulté si elle n’offre pas plus que la voie douce et cool pour soi ? Toi seule peut réfléchir et répondre.
Tu es armée et préparée physiquement, c’est une grande chance pour toi. Mais tu peux continuer cette formation sans en faire ta profession.
Un bon test : que conseillerais- tu pour ses études à la petite soeur que tu aimes tant ? Sois aussi bonne pour toi- même.
Attention au tournant que tu prends côté études.
La petite- fille aimable que tu as été est toujours là, juste secouée, elle va revenir en jeune- fille qui va mieux. Je te le souhaite et je crois que c’est vraiment normal qu’ elle revienne.
Le petit frère ne t’insulte plus, parles- en à tes parents, tu ne l’acceptes plus. Terminé, s’il continue, fais comme s’il n’existait plus pour toi, vois ce qui peut l’atteindre, tu le connais. Et sévis.
Le grand frère, aime- le il le mérite, mais ne copie pas sa dureté masculine, lui c’est lui, toi c’est autre chose.
Parle beaucoup avec ton amie, par écrit c’est très bien aussi.
Essaie de te faire la vie qui te plaît à toi, sans te forcer, on ne réussit pas mieux par la force.
La rage, à quoi bon, pense à toi, eux ont sans doute déjà la monnaie de leur pièce, le mal revient en boomerang, l’avenir d’un harceleur est affreux, la vie leur donnera une triste leçon.
Recentre- toi sur toi, que tu aies de quoi vraiment t’en sortir, des diplômes, une carrière, de l’indépendance, alors tu seras armée. Vraiment, et cela c’est maintenant que la bataille se mène.
Le reste arrivera tout seul.
Bien à toi.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Anonyme,

Vous écrivez : « j’ai la haine, la rage contre tous ces gens horribles qui méritent pas de vivre… »

Traduction : je me hais, je suis tellement en colère contre moi que je ne mérite pas de vivre !

Pourquoi je me déteste ? Parce que je me suis faite casser la gueule, peloter, maltraiter, railler, moquer, nier, tuer par des mots,…, et je ne me suis pas vengée, je n’ai pas dit un mot, je me suis laissée faire sans broncher, sans réagir…, je ne suis qu’une lâche, qu’une merde, ils ont raison, je ne mérite pas de vivre !

Cela vous va comme autoportrait ?

Mais non, il est incomplet ! Il manque le plus croustillant !

Je suis masochiste, j’aime souffrir, j’aime me faire du mal, me faire détester, alors après les Sapeurs-Pompiers qui m’ont déjà pas mal déglinguée, j’attaque le lycée militaire, juste pour en prendre encore plus plein la gueule, et pour qu’il y aillent à fond, je vais leur dire que je suis lesbienne, ils vont me bousiller ! Chouette ! Ah, mais je me suis entraînée, comme cela je tiendrai encore plus longtemps et je pourrai être encore plus explosée ! Magnifique ! J’ai hâte ! Et là-bas, j’aurai accès à des armes peut-être et je pourrai me faire sauter le caisson ! Ça me tarde ! Trop impatiente !

Je crois qu’il vous faut des SOINS ! De tout urgence les soins !

Car le jour où vous aurez atteint un niveau de haine envers vous-même, il se peut que vous assassiniez votre famille, des innocents, des camarades de lycée, toute personne qui sera dans votre champ de vision !

Je connais trop bien cette colère, cette rage, cette violence,.., vous êtes dangereuse et si vous ne vous soignez pas vous deviendrez une vraie psychopathe ! J’en reconnais les signes !

Je peux être dangereuse moi aussi, vu la maltraitance que j’ai subie, mais j’ai choisi de faire le bien et je me soigne !

Si vous souhaitez faire le bien vous aussi et ne jamais tuer un innocent que vous aurez jugé coupable pour une pécadille, parce que vous aurez atteint les limites du supportable, soignez-vous et consultez une psychiatre !

Il faut que votre niveau de colère retombe ! Faites tout pour si vous ne voulez pas un jour être une meurtrière !

Regardez la réalité en face ! Affrontez qui vous êtes et faites le bon choix !

Merci de remplir les champs obligatoires.



loulou
Invité
loulou

Oh Catoune! Là tu le lui fais l’électro- choc salutaire.
Je pense que tu as raison, c’est dit avec beaucoup de fermeté et je crois que cette jeune- fille sensible et intelligente va réfléchir et ne plus se cogner comme une mouche derrière la vitre. Elle va trouver sa voie de salut.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Je sais Loulou ! Ce n’est pas de gaieté de cœur, tu me connais ! Je ne veux que son bien !

La violence que cette jeune fille a en elle n’est pas sa faute, tout comme la violence qui est en moi, n’est pas ma faute, c’est celle de nos agresseurs !

Mais, elle devra faire un choix et là, ce qu’elle décidera de faire de sa vie, c’est elle qui en sera responsable !

Ce que je lui ai dit, l’empêchera peut-être de basculer du mauvais côté !

Tout dépend de son cœur ! Soit, il est bon et généreux, soit il est sec et n’est plus que colère!

Elle aime sa petite sœur et une amie, il y a donc encore de l’espoir pour qu’elle choisisse la voie de l’amour et non celle de la haine !

Le choix lui appartient !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Just
Invité
Just

Le monde n’est pas un merde. On est pas tous comme les hommes que t’as trouvé. courage!

Merci de remplir les champs obligatoires.



loulou
Invité
loulou

Heureusement Just, et c’est avec les hommes aussi que le monde sera meilleur pour les femmes, en attendant, avouez que vous préférez être un garçon, c’est plus vivable. Il faut ce mouvement de révolte pour que les hommes n’écrasent plus les femmes et perdre leur pouvoir sur elles, pour eux c’est tellement difficile.
Notre jeune fille de ce post ne répond pas, cela me désole, je lui souhaite de trouver la voie la meilleure pour elle. La sienne, pas celle des valeurs viriles, dures des hommes de sa famille ou de son entourage, mais les siennes, vraiment adaptées à elle. Elle manque de modèles féminins je pense, de modèles valorisés. Il faut qu’elle même en devienne un.

Merci de remplir les champs obligatoires.