Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Pendant l’enfance (environs 4-5 ans)

Alors, c’était il y a assez longtemps, il ne me reste donc que des flashs très flou.
Je pense toujours en avoir eu conscience, mais pas de la gravité de ce qu’il s’est passé, si cette phrase peut avoir un sens (?).
Je devais avoir 4 ou 5 ans. J’étais chez mes grand-parents avec mon père, mes grand-parents et mon oncle.
On est à trois en haut avec mon père et mon oncle, les deux en train de discutaient. Mon père descend au bout d’un moment et mon oncle me propose de rester pour regarder son ordinateur. A partir de là, c’est très flou.
J’ai un flash de tentative de pénétration et d’autre détails que je ne veux pas particulièrement évoqué, car cela reste encore assez douloureux.
Je ne me rendais pas compte à l’époque de ce qui c’étais passer, j’étais complètement étrangère en ce qui concerne « le corps » et la « sexualité ».
Après cet événement, en remettant ma ceinture violette avec une étoile (c’est l’un des détails très précis qu’il me reste, c’est assez futile), il me dit « ça reste notre secret. » (phrase qui m’a profondément marqué). Je descend comme ci de rien n’était, et avec mon père on part de chez mes grands parents. Dans la voiture, j’explique à mon père que mon « tonton » m’a fait garder un secret, il me demande en rigolant qu’est-ce que c’est. J’ai une relation assez fusionnel et basé sur la confiance avec mon père, depuis toute petite, donc je me suis mise à lui en parler comme si tout étais normal. Je ne me souvient pas de la conversation exacte, mais ce que je sais c’est qu’il a réagit d’une manière dont je ne le remercierait jamais assez. Il s’est mis à me poser des questions, sans me faire sentir comme j’avais fait une bêtise, sans s’énerver même si j’avais l’impression qu’il était VRAIMENT remonté. Je n’ai plus aucun souvenir après, juste des bribes de cauchemars, des souvenirs que je ne sais dire s’ils sont réels ou imaginer, à base de lui avec sa copine en « sexwebcam » et moi derrière à regarder. Je ne sais vraiment pas dire si ce sont des vrais souvenirs qui se sont déroulé avant, ou juste des cauchemars très réaliste.
J’ai eu des parents vraiment géniaux et »compréhensif », qui on porter plainte. Je me souviens de quelque rendez-vous chez un psychologue (qui me laisser dessiner partout, encore un autre détail futile) ou au tribunal. C’étais comme un jeu pour moi à l’époque je ne m’en rendez vraiment pas compte.
Mes parents ont gagné le procès et, il me semble, qu’il a écopé de 1 ans de prisons ferme et un bracelet électronique pendant un an (je ne suis pas du tout sûre, je n’ai pas envie de dire de bêtise).
Après tout ce temps, je me suis demander pas mal de fois si ce n’étais pas de ma faute, mais j’essaie juste de ne plus y penser et de vivre avec. J’étais gamine, et ne savais même pas ce à quoi me servez mon appareil génital mise à part pour uriner, donc bon.
Ce qui fait le plus mal, c’est que mes grand-parents font comme si de rien n’étais quand il est là avec sa copine pendant les repas, que quand ils sont en skype, on me demande de venir dire bonjour, et qu’il ose encore faire l’oncle sympathique avec mon petit frère et moi. Même si on ne le voit qu’une fois par an au maximum, mes parents sont toujours énervé de le voir « essayer de les rendre jaloux » (vis à vis de ses possessions, etc., alors qu’ils s’en foutent totalement) et voir sa copine (égocentrique, il faut bien se l’avouer), se pavaner alors qu’elle n’est même pas au courant.
Enfin bref, je pense que ça peut me faire du bien d’en avoir parler, à défaut de ne pas y arriver avec mes parents.
Pour toutes les victimes de quelconque agression, je vous envoie tout mon respect et mon amour, personne ne devrait subir quelconque agression. Osez parler, même si le système juridique est poussiéreux et qu’on peut vous faire passer comme un.e menteur.se , osez parler et entourez-bien.
Je suis consciente de la « chance » que j’ai eu de ne pas être confronter à « ça » seule, et de n’avoir pas eu conscience de ce que certain.e.s peuvent endurer.
En espérant que sa puisse en aidez certain.e.s.
Tout mon Amour,
A.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

3
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
3 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
psionicLouve Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Louve
Membre

Bonjour, je vous remercie infiniment pour votre témoignage et votre bienveillance. Même après avoir été victime vous réussissez à ressentir de l’empathie pour les autres.
RIEN N EST DE VOTRE FAUTE ! Je suis heureuse que vous ayez pu en parler avec votre père et quelle belle réaction de la part de votre famille !
J’ai dû faire des fellations à un oncle enfant et j’ai tout gardé pour moi jusqu’à plus de 20 ans; Cela a agi comme un poison en moi. Je regrette de ne pas avoir parlé avant car j’aurais peut-être réussi à construire plus d’estime pour mon corps et mon âme.
La dernière agression sexuelle subie a été « fatale ». Elle date de 2018. Il s’agit du père de mon ex compagnon (je l’ai quitté car après m’avoir fait croire à beaucoup de choses durant un an dont son soutien par rapport à l’agression de son père, lorsque j’ai porté plainte il est passé du côté de l’agresseur. Pourtant, je n’ai pas été la seule victime et celà durait depuis au moins 20 ans. Ce que j’ai vu dans le regard de mon dernier agresseur m’avait mis la puce à l’oreille. J’étais certaine de ne pas être la seule victime et ce porc a continué à me harceler me menacer me caresser quand je sortais des toilettes. J’ai dû rester chez moi pendant que mon ex continuait à côtoyer mon agresseur comme si de rien n’était et j’ai cru à ses pseudo excuses de cancer, de tumeur, d’alzheimer, de début de sénilité.
Si cette ordure ne gardait pas encore ses petites filles de 5 environ je n’aurais pas porté plainte. Là je ne voulais pas qu’elles soient gâchés par des actes qui auraient dû faire réagir son entourage depuis bien longtemps. Ils ont été plus lâches que vos parents peut-être parce qu’au fond ils ne réussissent pas à comprendre l’impact d’agressions sexuelles. J’ai fait un signalement au 119 et j’ai eu le droit à cette phrase qui me reste encore gravée « c’est vous ou la petite fille que vous voulez sauver? » « qu’est ce qui vous fait dire qu’elle a aussi été agressée ? Vous appelez et vous ne pouvez même pas dire si vous avez remarqué des choses chez cette enfant » Comme je l’ai dit ce jour là au téléphone, je n’avais aucune certitude pour la petite fille mais la seule certitude que j’avais était qu’il avait été capable de me foutre un doigt au vagin avec des paroles qui me restent encore gravées dans la tête et que pour cette raison je préférais le signaler pour éviter qu’il s’en prenne à une enfant. (d’autant que je venais d’apprendre qu’au moins deux personnes de son entourage étaient au courant depuis des années.)
Je ne regrette pas mon signalement car MERDE il faut arrêter de croire que l’on peut mentir sur un viol ou une agression sexuelle. Il faut parler, signaler. Ce n’est pas une question d’argent mais une question de construction de soi, de protection d’autres victimes éventuelles en incitant l’agresseur A SE FAIRE SOIGNER, à faire face aux conséquences de ses actes.
Merci pour votre témoignage qui montre qu’une famille peut avoir l’intelligence de ne pas couvrir ce genre d’actes. Je ne comprends pas vos grands-parents car fermer les yeux c’est comme cacher la « merde » sous un tas de sciure et se dire « tant pis si d’autres marchent dedans ». Je préfère le courage dont ont fait preuve vos parents en enlevant la merde. Je les remercie du fond du coeur de ne pas être des moutons et d’avoir compris l’importance de vous protéger. Le pardon OUI mais lorsqu’il y a demande de pardon, reconnaissance de ce qui a été fait et de l’impact (les cauchemars, les peurs, ….).
Aujourd’hui j’ai enfin compris l’importance de ne pas se laisser faire et surtout de construire sa vie en ne laissant pas ces ordures gâcher le reste de notre vie.
Je suis des thérapies et j’ai même fait des séances d’hypnose. Il semblerait que j’ai refoulé un autre événement plus jeune. Je revois des images mais j’ai peur de soulever quelque chose de plus lourd qui pourrait expliquer que j’ai passé ma vie à subir et à porter la pancarte « Allez y je ne me défendrai pas et je ne dirai rien. C EST FINI!!!!!!!!!! ».
Je dis MERDE aux pauvres cons qui ferment les yeux sur les actes des agresseurs sexuels et à vous je redis MERCI et je vous souhaite le meilleur pour la suite de votre vie.
La vie est belle lorsqu’elle se construit avec des personnes de confiance et de respect. Je continue à y croire et j’attaque aussi le kravmaga (après des cours de découverte) car le prochain qui me voit comme une proie facile je le massacre !!!! J’espère aujourd’hui que la justice ne fermera pas les yeux sur ma dernière agression.

Bien à vous. De tout coeur également avec TOUTES les victimes (y compris ceux et celles qui n’ont pas obtenu réparation de la part de la justice ! Vivement que l’on parle des pervers sexuels et des violeurs comme des dinosaures.  »
Je veux bien croire que les violeurs et les pervers agissent ainsi sous l’effet de souffrances antérieures mais est-ce les aider que de fermer les yeux ?????? J’ai été abusée à plusieurs reprises et ça ne me donnera jamais le droit de violenter sexuellement un autre enfant ou un/une autre adulte.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Louve
Membre

Pour information, j’ai trouvé un thérapeute homme qui « assure » dans le sens où il a réussi à me mettre en confiance. Les victimes ont besoin d’un soutien psychologique pour passer certains caps et comprendre leur statut de victime même face au déni !
Je vais aussi vous dire quelque chose que l’on m’a dit sur ces fameuses images qui nous reviennent « les images peuvent trahir mais les ressentis du corps NON. Il y a des souvenirs qui ne s’inventent pas. »
Compte tenu des réactions de vos parents, je pense qu’avec l’aide d’un ou une thérapeute pour vous accompagner vous pourrez en parler avec eux. Peut-être ont ils besoin de déposer certaines choses et de comprendre qu’ils ont fait ce qui était nécessaire. Ils peuvent s’en vouloir de ce qui s’est passé (souvent les parents regrettent de ne pas avoir éviter à leur enfant ce qu’ils ont vécu enfin je parle des vrais parents) alors que le seul coupable est bien votre oncle.
Surtout ne vous obligez pas à supporter sa présence et à faire comme si de rien n’était. Je vous conseille vraiment de vous faire aider par une personne compétente dans ce genre de situation. Chacun est différent et votre liberté de penser est essentielle !
Bien à vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
Membre

Chère anonyme, tout d’abord je vous remercie de votre témoignage très courageux. J’approuve également totalement les deux réactions de Louve. Je souhaite juste ajouter quelques remarques et des liens.

Tout d’abord, les récits d’inceste et de pédophilie sont toujours les plus insupportables. Il faut savoir qu’il s’agit rien de moins que d’une mort psychique pour les psychiatres car ce sont des actes les plus destructeurs pour la personne en devenir qu’est l’enfant. Vous étiez une toute petite fillette de 4 ou 5 ans, c’est abominable ! Ensuite dans les souvenirs d’inceste dans l’enfance il n’y a pas de détail futile: tout a son importance, et s’agence dans un ensemble qu’il s’agit de préciser à l’aide d’une thérapie. C’est ce qu’exprime Louve avec éloquence. La ceinture violette avec une étoile a une signification profonde pour vous: c’est pour cela qu’elle vous est restée. Il est clair que vous avez refoulé, car souvent la violence de l’agression sexuelle pour l’enfant est tellement destructrice que le psychisme préfère l’enregistrer à l’état brut sans la symboliser par le rêve dans l’inconscient. Il vous reste des bribes, éparses et floues mais aussi des souvenirs très douloureux dont vous ne pouvez parler. Ces souvenris peuvent être remémorés, fortuitement ou plus proabablement par un travail en thérapie. Attendez-vous à des retours très violents, je vous conseille donc de consulter un thérapeute, comme l’évoque Louve.
Ensuite, les dessins avec le psy, c’est un classique et pas un détail futile: cela aide beaucoup le psy, il sait déceler dans vos dessins de fillette votre douleur psychique, c’est pourquoi il vous incitait à dessiner, d’allleurs dessiner pour l’enfant est souvent un moyen d’évacuer de l’angoisse.
Le souvenir du dialogue sexuel de votre oncle avec sa compagne n’est pas inventé: une fillette ne peut rêver de cela, c’est donc que vous l’avez vécu et cela reste et revient dans vos rêves.
Heureusement pour vous que vos parents ont su entendre votre souffrance et vous protéger, en cela ils sont admirables et ils sont allés jusqu’au bout.

Je vous invite à consulter et entreprendre une thérapie chère anonyme. Voici quelques liens utiles dans cette perspective:
** l’AIVI (Association Internationale pour les Victimes d’Inceste) site internet:

https://aivi.org/

https://www.sos-inceste-violences-sexuelles.fr/
numéro vert: 02 22 06 89 03
ARSINOE – Liens Utiles
http://www.arsinoe.org/arsinoe-liens.php
Sites médicopsychologiques:
** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
http://www.institutdevictimologie.fr/annuaire.php

** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** indiqué par Céline9: un site très intéressant d’ailleurs
https://www.cyrinne.com/

** psy coach: un espace consacré au harcèlement
https://www.psy-coach.fr/

** soutien-psy en ligne
https://www.soutien-psy-en-ligne.fr/

Je vous invite à contacter des associations de victimes d’inceste et de pédophilie et surtout à consulter rapidement avec un bon thérapeute apte à entendre votre souffrance. C’est important car vous avez des souvenirs traumatisants dont certains sont trop douloureux pour être évoqués ici.

N’hésitez pas à revenir nous demander quoi que ce soit.

Tendresse, affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.