Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Le dire à nos amis communs ?

J’ai rencontré **** à un cours d’impro. Nous sommes tous devenus un groupe d’amis (environ 10), et cela fait un an que nous faisons du théâtre tous ensemble, que nous nous voyons tout le temps. Il me plaît, il est drôle, tout le monde l’apprécie. Il prend le temps de me séduire, tranquillement, et je me dis chouette, une possibilité de relation avec quelqu’un de confiance !

Lors de notre premier rapport, il enlève le préservatif sans me le dire, et éjacule en moi. Quand je réalise, je suis choquée. Il me dit : “Désolé… Tu prends la pilule ?”. Pourtant je reste. Comme si je ne voulais pas voir la vérité en face.
La deuxième fois, je lui dis tout de suite : “Ce qu’il s’est passé la dernière fois ne peut plus JAMAIS arriver” – “Oui tu as raison, c’était vraiment pas bien !”.
Mais c’est arrivé encore. Je devais lui lancer les capotes pour qu’il comprenne le message ; le repousser avec mon bassin quand il se frottait contre moi sans protection ; mais voilà, à ces moments-là, il lui arrivait de “glisser” comme par mégarde, et puis de reglisser “juste un peu”, et c’était frustrant, non seulement de devoir toujours être sur mes gardes, mais aussi parce que j’avais envie de lui, et qu’il continuait à ne pas vouloir utiliser de protection pour les rapports, et que je devais le repousser. Ca arrivait plus facilement quand j’étais ivre, et pendant la nuit où j’étais en demi-sommeil, et avais moins la force de me débattre.

Un jour, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai dit pour la enième fois (mais de manière sérieuse) qu’il n’avait pas mon accord pour le faire sans capote. Que je me sentirais plus safe si je savais que, quoi qu’il arrive, qu’importe l’état dans lequel on est, et combien on en a envie, il respectera cette limite. Il était surpris, désolé, a checké le lendemain que j’étais à l’aise avec notre rapport de la veille. Je me suis dit que le changement était peut-être possible. Mais il a recommencé.

Et puis peu à peu il a commencé à m’éviter. A répondre à mes textos 3 jours après. La relation s’est arrêtée sans rien dire. Le problème, c’est que je le vois toutes les semaines en cours d’impro. Au début, j’étais très froide et distante, je nourrissais la rancoeur. Je trouvais ça injuste d’être la seule à souffrir de tout ça. Donc j’ai voulu le pardonner intérieurement, je lui ai trouvé des excuses, j’ai prétendu qu’on est potes, j’ai recommencé à lui parler comme si de rien n’était, j’ai continué ma vie de mon côté.

Et d’un coup, les mots “abus sexuels” et “viols” se sont imposés à moi comme une évidence, des mois plus tard. Alors j’ai des questions :

1. Pourquoi cette histoire tourne en rond dans ma tête ? Est-ce que j’en fais tout un plat ? Il n’y a pas eu de violence, je suis revenue vers lui, il pense que je suis passée à autre chose. Je n’ai pas l’impression que ça ait eu des impacts graves sur ma vie, quoique je me demande maintenant si mon drôle de comportement ces derniers temps est lié à ça ou si je passe juste par une petite crise de la trentaine.

2. Est-ce que je devrais lui écrire un message ? Mais qu’est-ce que j’en attends en retour ? Et quel comportement adopter ensuite, car nous allons nous revoir via nos amis et loisirs ?

3. Est-ce que je dois le dire à mes amis de l’impro ? Ils savent que la relation ne s’est pas bien passée, mais ils pensent qu’il a juste agi comme n’importe quel looser qui n’assume pas le manque d’engagement. Je ne veux pas ternir leurs relations, je ne veux pas mentir, je ne veux pas faire un drama ; mais aussi, il ne mérite pas leur attention. Enfin pourquoi pas ? Un agresseur a aussi des amis, non ? Je ne sais pas trop quoi faire. Je le vois tout le temps à cause de ce groupe qui est toute ma communauté, et je ne veux pas les perdre, eux. Je ne veux pas les mettre mal à l’aise.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ilili
Ilili
2 mois plus tôt

Bonjour,

Le fait d’y penser est justifié, c’est bien un viol car il y a eu contrainte alors que le non était clair car pas de protection… Et les dangers y étant liés sont connus, entre les MST et une grossesse indésirables qui risquerait de poser un dilemme plein de culpabilité et de sacrifices… Sans compter le simple fait de ne pas en avoir envie.

C’est dans ces cas là qu’envisager un soutient psychologique pour faire le point serait appréciable, le tout en toute confiance et sans jugement.

Quand à lui il semble assez immature, j’ignore s’il est prêt à se remettre en question mais il ne faut pas lui laisser penser que son comportement est normal car il risque de le reproduire.

Pour le dernier point c’est délicat. Si vous faites du théâtre, peut être proposer le thème du consentement, ce qui fera passer le message en douceur.

Bon courage, ce n’est jamais facile

Merci de remplir les champs obligatoires.



peu imorte
peu imorte
2 mois plus tôt

Je pense que tu devrais en parler a tes amis de l’impro (de confiance) pendant un café ou quelque chose comme ça

Merci de remplir les champs obligatoires.



Ines
Ines
2 mois plus tôt

Je pense que si nous venons ici c’est que nous avons tous “ce syndrome de l’imposteur” quand a nos mauvaises expériences, on se demande si on dramatise, si ce n’est pas a cause de nous, on se dit que si on avait agi différemment ça ne se serait pas passée. Mais je pense que si tu en est venu a publier ton témoignage ici c’est qu’au fond de toi meme tu possèdes un peu la réponse a ta question non ?
Mais je vais quand meme te donner mon ressenti quand a ton expérience
C’est ultra violent. Et ce n’est pas parce que sur le moment tu n’as pas réalisé le violence de l’acte que a posteriori tu ne vas pas cogiter dessus, ressentir un mal être profond.
Est ce que c’était un viol ? Je ne sais pas mais en tout cas ce n’était pas un rapport sexuel sain et consenti.
Tu as dit PLUSIEURS fois que tu ne voulais pas qu’il retire la capote, cette personne avait ta confiance. Cette personne avait toute les informations nécessaires et toutes les cartes en main pour que vous kiffiez a 2 votre rapport mais il a quand meme décidé de faire selon son bon vouloir et son plaisir égoiste.
Cet homme est une RACLURE et je pense que ses amis méritent d’être au courant il pourrait faire un choix en toute connaissance de cause de si il veulent le garder dans leur vie ou non. Et si ça éclate dans ton groupe de pote alors ça éclatera. Mais la vérité doit toujours primer pour le bien de tous. Et je pense que pour ton psychisme ce n’est pas une bonne idée d’enfouir ça tout au fond de toi meme si ce n’est pas le traumatisme de ta vie le mieux c’est d’en parler.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME