Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

J’avais 6-7 ans

Aujourd’hui j’ai pris mon courage à 2 mains pour enfin dire à mon cousin (âgé de 12 ans à l’époque) ce que j’avais sur le cœur et à quel point il a changé la personne que j’aurais pu être. Voici le message que je lui ai envoyé :
« « C’est souvent lorsqu’elle est le plus désagréable à entendre qu’une vérité est le plus utile a dire »

Cela fait un moment que je voulais t’envoyer ce message, mais je n’ai pas eu le courage de le faire plus tôt, tu dois sûrement te douter que ça aller venir un jour ou l’autre. Au fond de toi, je pense que tu sais déjà de quoi je vais te parler. Je voulais que tu saches à quel point tu as changé ma vie à tout jamais, car tu m’as volé quelque chose que tu n’aurais jamais dû. Je me suis toujours demandé pourquoi j’étais si bizarre, renfermée, d’une timidité maladive, mal dans ma peau, alors je me dis que si enfin je me décide à en parler et que je te fous dans la gueule ce que tu m’as fait subir, peut-être que j’irai enfin mieux et serais libérée.
C’était déjà au fond de moi, mais depuis qu’on s’est revu au baptême de *****, j’ai beaucoup de mal à vivre avec et à le porter, et j’ai besoin de mettre les choses au clair et te dire enfin ce que j’ai sur le cœur, ce que je pense de tout ça et surtout ne plus rester muette face à ça! D’abord parce que j’ai une fille qui a eu 7ans (l’âge que j’avais à l’époque) et parce qu’aucun enfant NE DOIT vivre ça!
Mais d’abord, commençons par le commencement, tu te rappelles de cette 1ère nuit chez mamie *****, celle qui m’a pourrie la vie à tout jamais, ou en pleine nuit dans la petite chambre tu es venu, je dormais, et tu m’as réveillé parce que tu me léchais (le sexe) quand j’ai regardé ce qu’il se passait tu m’as dit de me rendormir et tu es parti. Le lendemain, tu as fait comme si de rien n’était.
Le plus triste, c’est que quand j’y repense, tu avais tout prémédité, tu avais mis des petites lumières, tu avais préparé cette chambre pour moi (pas pour l’un de mes frères), tu me l’avais dit et montré, ça m’avais fait plaisir c’était trop joli, comment ne pas avoir envie de dormir dans cette chambre quand on a 6-7 ans! Puis c’est arrivé d’autres fois… d’ailleurs à cause de toi j’ai eu beaucoup d’infections urinaires à cet âge là!
Je pense que grâce à ça tu as pu vérifier ta sexualité, mais il y avait peut-être des filles ou garçons de ton âge à cette époque avec qui tu aurais pu voir ça, je te parle de personne consentante bien sûr!
La fois aussi où on habitait à *****, et qu’on était avec *****. (Mon petit frère) dans la chambre, tu avais la gaule, ***** avait peut-être 3 ans, moi 6, tu as sorti ton pénis et tu nous a demandé de lui faire des bisous, heureusement que ce jour là maman t’a surpris! Tu n’avais pas le droit de nous initier aux délires de ton âge, nous étions tellement petits et innocents!
Après tout ça, tu achetais mon silence avec des bonbons et des petites attentions.
Je suis donc devenue une petite fille très timide, discrète et très mal dans sa peau. Je me cachais derrière *****, mon PETIT frère, pour tout, même pour demander du ketchup à la caissière au mac do, j’avais trop peur, j’étais incapable de m’affirmer. J’ai eu une grosse période où j’ai eu peur des hommes aussi, des papas de mes copines, un de mes oncles, …
Je suis devenue un gros garçon manqué, histoire d’enlever toute féminité qui pourrait se dégager de moi et qui pourrait attirer les mecs!
J’ai mis beaucoup de temps avant de sortir avec un garçon, car j’avais peur de ce qu’il pouvait me faire.
Je ne te parle même pas de la peur que j’ai quand je dors chez quelqu’un, je ne dors plus que d’un œil, de peur que quelqu’un vienne dans ma chambre en pleine nuit. Donc j’évite au maximum de dormir hors de chez moi. Il y a des périodes où je fais des terreurs nocturnes, je m’endors et j’ai l’impression de me réveiller, quand j’ouvre les yeux je vois cette personne très sombre à côté de mon lit, j’essaye de bouger mais suis paralysé, heureusement que mon homme est là pour me réveiller et me sortir de là, après j’ai peur de me rendormir.
Côté nourriture aussi, j’ai un problème, mais ça, ça se remarque juste physiquement (Anorexie).
Parlons addiction maintenant, pour compenser mon mal-être j’aime me détruire, l’héroïne a été mon amie pendant quelques années, l’alcool et la fumette aussi, à Paris c’était plutôt la cocaïne (tous les jours).
Je me suis scarifié à l’adolescence et porte toujours ces stigmates sur mon bras gauche. Un jour j’avais tellement mal intérieurement, que je me suis arraché une grosse mèche de cheveux. Je me suis brûlé le bras avec des bâtons d’encens…. et j’en passe! J’étais suicidaire, mais plus maintenant car j’ai eu un enfant et ça a mis fin à mes idées noires.
Quand on s’est revu au baptême, tout est remonté à la surface, puissance 10, tu étais étonné de ne plus avoir de mes nouvelles depuis des années, tu m’as affirmé que tu te rappelais de tout ce qui s’était passé avant ton accident, et de la relation « particulière » que l’on avait tous les 2, tu m’étonnes, saches juste que je ne me suis pas sentie privilégiée de vivre ça avec toi, tu as abusé de moi! Tu n’avais pas le droit de t’approprier mon corps, il m’appartient, personne n’a le droit! Tu m’as agressé sexuellement! Je me sens salie et honteuse d’avoir subit ça!
Tu as changé à tout jamais la personne que j’aurais pu être!
Il n’y a pas un jour où je ne pense pas à ce que tu m’as fait!
Je comprends que tu n’as peut-être pas eu une enfance facile et que tu as vécu des choses difficiles, mais ça n’excuse en rien ce que tu m’as fait!
Chaque mot utilisé est pensé, et n’est pas là juste pour te casser. J’ai réfléchi aussi aux conséquences que cette mise au point va avoir sur toi et sur moi, ainsi que sur ma famille, mais j’ai vraiment besoin de mettre les choses à plat, de ne plus garder ce secret très lourd à porter (pour ma part) pour pouvoir enfin tourner la page et peut-être me libérer de ce mal que tu m’as fait et qui me hante.
Sur ce, j’espère ne plus jamais te revoir! »

J’ai 33 ans maintenant. Personne de ma famille n’est au courant de cette histoire. Le jour où ma mère nous a surpris avec mon frère et mon cousin, elle a surtout été marqué par le fait que mon frère était tout petit (3ans), mais par par le fait que moi, 6ans, j’étais là aussi et j’ai vécu la même chose que lui. Puis je me suis enfermée dans le silence.
Si vous remarquez un changement de comportement chez votre enfant, s’il vous plaît, ne fermez pas les yeux.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
1 mois plus tôt

Chère anonyme, quelle abomination ce monstre criminel vous a infligé ! Les récits d’abus incestueux et pédophiles sont les plus destructeurs sur le psychisme de l’enfant. Votre liste des conséquences illustre parfaitement cela car tous les effets connus y figurent: scarification, troubles alimentaires, somatisation, addictions, prises de risques. Tout y est et tout cela est bien la conséquence de l’abus incestueux de ce criminel de cousin.
La maternité a été un sursaut salvateur pour vous, c’est une issue heureuse avec l’amour d’un homme en plus.
Il n’en reste pas moins que vous avez sans doute encore besoin d’aide.
Je vous invite à consulter notre liste des liens utiles et de conseils aux victimes dans le forum en section “trouver de l’aide”. Sinon prenez contact avec l’une de ces associations:

** SOS incestes violences sexuelles: écoute, soutien et accompagnement thérapeutique, groupe de paroles et ateliers.
Tel : 02 22 03 89 03
** Enfance bleu Enfance maltraité: soutien psychologique et juridique, prise en charge thérapeutique aux enfants et adultes victime durant l’enfance.
TEL à Paris: 01 56 56 62 62 (lundi-jeudi 11h-18h, vendredi: 10-17h)
**AREVI-Association d’action/recherche et échange entre les victimes d’inceste : propose des groupes de paroles, des ateliers aux victimes de plus de 18 ans.
** l’AIVI- Association Internationale pour les Victimes d’Inceste : annuaire de professionnels, des ateliers et un forum ect… pour les membres. Inscription gratuite.
**Kaléidos: prise en charge psycho-socio-éducative des victimes
Tél.04 222 32 81 (en Belgique)
**Le monde à travers un regard : groupes de parole , ateliers , forum ect…
**Parler et Revivre pour les victimes de violences sexuelles durant l’enfance
qui ont besoin d’être accueilli, écouté, conseillé, accompagné.
téléphone : 06 40 95 42 75

Votre lettre est bien mais elle manque de fermeté, il me semble que vous êtes encore trop douce avec lui, vous l’excuser trop alors que c’est un monstre impardonnable car à cause de lui vous avez failli mourir de nombreuses fois avec vos addictions, votre douleur psychique aurait pu vous conduire à l’irréparable. Je vous invite à le dénoncer comme un il mérite: un monstre criminel et pervers ignoble qui cherche la mort des autres pour assouvir ses pulsions de mort sur eux en les transformant en objets d’assouvissement de ses penchants pervers.

vous pouvez le poursuivre jusqu’à 30 ans après votre majorité au pénal, 20 au civil mais comme il était mineur il ne risque qu’une peine pour mineur.

Cependant, un jugement et un procès constituent une reconnaissance de la part de la société qui n’a pas su vous protéger, et surtout le désigne comme agresseur sexuel. Cela peut faire sens sur votre chemin de guérison, comme une part de votre reconstruction.

Vous pouvez voir cela avec les associations.

Vous faites très bien de le dénoncer publiquement, mais n’attendez rien de votre famille, elle risque même de se retourner contre vous, cependant, vous saurez ainsi mieux à quoi vous en tenir et ainsi cela sera aussi une bifurcation importante dans votre chemin de guérison.

De tout coeur avec vous.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.