Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Derrière les fourneaux, devant les clients, derrière le bar…

Ca c’est passé l’été de mes 18 ans.
Je travaillais dans un restaurant pour payer mes études.
J’étais la seule serveuse et la seule fille employée en dehors des cuisines. Le premier soir, le barman (beaucoup plus âgé que moi) voulais m’inviter pour “prendre un verre”, que j’ai refusé directement. Pendant les semaines qui ont suivies il était “trop galant”, c’était écœurant…
Pendant la dernière semaine il trouvait toujours une bonne excuse pour venir se coller derrière moi et caresser le bas de mon dos. A CHAQUE FOIS, A CHAQUE FOIS, je lui lançait un regard sombre comme si j’allais le tuer. Il souriait et riait “tu n’aimes pas ça?”. Si seulement il avait été le seul de mes soucis….
L’un des serveurs faisait deux fois ma taille et trois fois mon poids. Il me donnait toutes sortes de noms: “mon cœur, bébé, …” et à chaque fois je lui disait que j’avais un prénom et qu’il DEVAIT m’appeler par mon prénom!
Un jour ça m’a vraiment énerver! On était sur la terrasse avec des clients, et l’un des autres serveurs m’a lancer comme ça: “Si tu l’écoutes pas, il va te soulever très très haut!”. Personnes n’a réagit. Mais la pire des réactions était la mienne: je n’ai rien fait à part sourire bêtement. Après cela j’avais peur qu’il m’arrive quelque chose donc j’écourtais ma pose et évitais de la prendre dans des endroits isolés.
Le dernier jour, le collègue qui faisait deux fois ma taille avait oublié son pourboire sur la terrasse, donc pour éviter toutes tentatives de vols je lui ai ramené dans la cuisine. Il était seul avec l’un des cuisiniers aussi grand que lui, je lui ai donné et en allant vers la sortie il m’a sifflé en criant “Aux pieds!” . Apparemment c’était une blague digne de faire rire.
J’ai mis du temps à comprendre ce que j’avais vécue. Je me sentait mal à l’aise et j’avais la boule au ventre avant d’aller travailler, mais je me disais “Tu exagères”, “Ce n’est pas si grave”…
C’est quand j’ai vue la réaction de mes amies qui m’ont prisent aux sérieux, que je me suis dite qu’il fallait peut être que j’en parle à mes parents. Et en effet pour mes parents c’était une forme d’harcèlement sexuel. Je les remercie de m’avoir écouté et de ne pas avoir minimisé ce qui avait pris place.

Je vous en prie, arrêtons de sexualiser l’être humain et particulièrement la femme, pour être libre de la peur et du silence. Au delà du corps, la femme à une pensée et des capacités qui ne devraient pas se substituer à l’expertise de flairer un potentiel danger sexuel.

Mon histoire pour certain/e, serait malheureusement seulement l’introduction de la leur. Je ne pourrais jamais comprendre le traumatisme qui s’en suit, mais je partage l’angoisse de marcher seule dans le métro (que ce soit pendant ou en dehors des heures de pointe), de mettre une robe ou du rouge à lèvre…

Ne perdez jamais espoir car la vérité se fera entendre un jour !

Merci de votre lecture

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
anonyme
anonyme
14 jours plus tôt

je te conseille de faire du self defense qui donne confiance en soi, permet de répondre aux attaques, au harcélement en tout genre, de ne pas avoir peur des prédateurs dans la rue et transports, tu as été vicitime d’homme qui profite de la jeunesse des jeunes femmes gentilles et polies , il faut les recadrer avec un homme de ta famille, ou ton entourage….n’hesite pas a crier en cas d’abus,à en faire trop, ça les surprend….heureusement que Me too a calmé les porcs; bon courage..n’ai paspeur…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME