Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Agressée près de mes enfants

Il y a 3 semaines de cela, j’ai été agressée sexuellement par un ami de mari. Pour comprendre toute lhistoire, il faut reprendre quelques temps avant…
L’homme, que je nommerai G, avait rompu avec sa compagne. Il se disait déprimé à la suite de cette rupture et, le malheur ne venant je mais seul, il avait eu des soucis de santé . Mon époux et moi-même nous étions souvent appelés pour venir le voir car il disait apprécier notre compagnie, que cela lui faisait du bien moralement. Lors de l’une de ces rencontres, je l’avais encouragé à débarrasser les affaires de son ex-compagne et de faire un grand ménage pour repartir du bon pied. D’esprit govial et généreux, G plaisait beaucoup à mon mari et mes enfants.
Un jour, G proposa de venir le voir, les enfants et moi. au retour de chez ma grand-mère, sa maison étant sur ma route. J’ai accepté.
Arrivés chez lui, G est très content de nous voir. Nous parlons, je bois des jus de fruits, lui de la bière mais raisonnablement. Il invite mes enfants à se baigner. A ce moment il me propose de venir voir, à l’intérieur, les transformations de son logement. En effet, il me dit s’être débarrassé des affaire de son ex-compagne, qu’il suivi mes conseils… mais, à peine, ai-je franchi le pas de la porte, il commence à mettre sa main sous ma robe pour toucher mon sexe. J’essaie de retenir son bras mais il introduit ses doigts. Je lui dit très clairement que je ne veux pas, je lui demande d’arrêter à plusieurs reprises, lui répète « s’il te plaît, j’en ai trop besoin ». Je ne veux crier alors que mes gamins sont à cinq mètres car, bêtement, j’ai peur de les inquiéter, j’ai peur que tout ça tourne mal. Il faut savoir que G a des armes illégales dont il a déjà fait usage. Il arrête mais me pousse plus au fond de la pièce. Il dit « vouloir me prendre ». Je proteste, demande de ne rien faire car je ne prends aucun contraceptif . Là, il me lance « tu aimes bien le sexe hard ». Je lui dit qu’il se trompe, que j’ai même cela en horreur mais il s’en fiche, il n’en a rien à faire de ce que je lui dis, il s’invente des choses pour se déculpabiliser. Il me tourne contre l’évier, écarte mes jambes et les maintient ainsi avec les siennes. Je manque de tomber car j’ai des chaussures à talons, le sol est glissant, je me rattrape à l’évier. Il essaie de rentrer son sexe dans le mien. Je retiens sa verge avec ma main, je continue de lui demander d’arrêter, qu’il y a mes enfants mais il poursuit ses mouvements. Je comprends, à ce moment là, qu’il pense être dans mon vagin, je veux que tout s’arrête, j’ai peur de tomber enceinte ou d’attraper une maladie sexuellement transmissible, alors j’attends sans plus rien dire. Au bout de quelques secondes, je sens son sperme dans ma main…
J’ai attrapé le torchon pour m’essuyer. Lui, a fait comme si de rien n’était, il m’a même dit merci à plusieurs reprises. A cet instant, j’avais tellement honte de moi, je me sentais si mal que je n’ai pas répondu. Je suis allée rapidement vers mes enfants en leur demandant de sortir de l’eau. Ils voulaient rester. Je les ai disputé pour qu’ils se dépêchent. J’avais encore plus honte de moi : je criais maintenant sur eux alors que j’aurais dû crier sur G. Lui était en train de me demander de revenir seule. Comment peut-on être aussi désinvolte après ça ? Mes enfants et moi sommes partis dans la foulée.
Quelques jours après, j’ai tout raconté à une amie qui m’a aidée à en parler à mon époux. Celui-ci était furieux, il ne comprenait pas pourquoi je ne m’étais pas défendue davantage. Moi aussi je me le demande, je revis la scène et je crée un nouveau scénario dans lequel je frappe G mais la réalité est tout autre… On a honte, on cherche à dissuader son « ami » par la parole en se persuadant qu’il va comprendre, on ne veut pas faire d’histoires avec le copain de son mari… quand ça ne marche pas, on s’inquiéte, tout se mélange, on se demande comment les choses pourraient tourner, on se pose des questions « stratégiques  » stupides : comment récupérer les gamins qui jouent dans l’eau ? je m’enfuis sans mon son sac ? sans leur vêtements ? où sont mes clés de la voiture ? dans mon sac ou sur la table ? va-t-il me poursuivre avec une arme ? sommes-nous en danger si j’hurle ? mes gamins vont-ils comprendre ? que vont-ils penser de moi ?… autant de questions qui vous traversent l’esprit quand vous tentez vainement de vous libérer de votre agresseur… Je n’ai rien fait hormis lui demander d’arrêter… alors voilà, en plus de ce que j’ai subi, je reste avec le poids de la culpabilité. J’espère qu’en écrivant mon histoire cela m’aidera un peu ou, mieux encore, j’espère qu’elle pourra aider quelqu’un. Marianne

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si