Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Abus d’âme.

J’avais 16 ans j’étais en rupture familiale, suite au décès de mon grand père, mon pilier le seul qui me servait de repère. Ma mère ne gérer plus rien elle ne regarder qu’à travers les fond épais de ses bouteilles de vodka. Me voilà prise dans le tourbillon de la fuite car je me sentais perdu et oublié. Et voilà qu’à l’enterrement de mon défunt grand père mon cousin germain qui me lance ses regards insistent dans le rétroviseur de sa voiture me dit « Allons chez moi » et sans suivie de deux tristes années, où il me consolait d’une bien misérable manière, celle dont j’ai dû faire le choix de tuer une partie de moi même au planning familial. J’ai du laisser des centaines de sacs en plastique remplis de vomis pour pouvoir évacuer ma peine, mais rien y fesait d’après lui ceci était l’amour. Au fil du temps persuadé que l’erreur venait de ma personne, je me condamner à la souffrance à perpétuité.
Je penser pouvoir oublier, j’ai morcelé au fils des années jusqu’à ce une j’apprenne que ce malade avait eu une petite fille.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mephisto
Mephisto
1 mois plus tôt

Vous aviez 16 ans, vous étiez mal dans votre peau, lui, son âge n’est pas donné, mais semble plus “vieux” d’après votre témoignage, du fait qu’il vous conduisait.

Donc effectivement, si ce que vous avez vécu sur “deux ans” a été un calvaire au point de vomir dans des sacs, vous êtes alors victime.

Est-il coupable ? Théoriquement oui, après, lui en avez vous parlé ou pas ? A-t’il essayer de vous culpabiliser ? Ou vous même d’avoir accepter des choses, et en même temps, vous étiez jeune et fragilisée.

Et puis, il avait de par son âge, et étant “cousin”, donc la cellule familiale, un “ascendant” sur vous.

Donc tout ceci me fait dire que vous n’êtes pas responsable de ce qui s’est passée, si cette relation vous avez rendu heureuse, il n’y aurait pas de débat, là, cela s’est rajouté au traumatisme de perdre un être cher.

Et quelque part, en vivant cette “histoire”, vous avez effectivement ou vous l’avez ressentie comme cela, une part de vous-même, et c’est souvent les gens ayant subi des viols qui le ressentent ainsi, une perte d’eux-mêmes, de sortir de leur corps, d’accepter des choses mécaniquement et de s’en vouloir alors qu’ils sont “victimes” avant tout.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME