Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Viol conjugal par un pervers narcissique

Bonjour. J’ai 18 ans, en première année de Bachelor, et aujourd’hui j’ai décidé de parler de mon agression sexuelle.
J’ai été en couple avec un garçon de mon âge pendant toute l’année, à l’époque où j’avais 17 ans. Tout se passait bien au départ mais j’avais cette sensation de malaise avec mon copain, un pressentiment dans son comportement, il en faisait trop (love bombing) : déclarations, restaurants, cadeaux, mots d’amours.. Ça paraissait faux, et n’étant pas plus attachée à lui que ça je n’y ai pas porté plus d’attention. Cependant, la relation a basculé à partir du moment où je le suis ouverte sur mon passé donc sur mes failles : forcing sexuelle avec mon ex, problème d’abandon familial, hypersensibilité etc. Son comportement a complètement vrillé, entre tromperies, critiques, dégradations, moqueries, violences psychologique, j’ai vécu des moments insupportables de juin à septembre. J’ai emménagé avec lui sous SA pression , il ne voulait pas rester avec moi si je ne vivais pas avec lui, il écrivait d long messages romantiques et dramatique pour que je me décide enfin à accepter tout en sachant que c’était une décision forcée. Nous sommes dans la même école. En septembre, mon PN revient dans l’appartement où je résidais déjà depuis tout l’été (lui était en vacances les deux mois), et c’est l’enfer : pression psychologique intense, je parle à ma mere tous les jours car je vais mal, mensonges de sa part, dégradation constamment te, harcèlement moral, je suis femme de ménage à l’appartement, il fait des crises de jalousie quand je sors et j’en passe. C’en ai trop. Le 21 septembre 2022, il passe à l’acte. Le matin avant d’aller à l’école (il cachait notre relation, nous n’étions plus vraiment ensemble c’était compliqué), pendant que je prépare le petit déjeuner, il se met à être extrêmement froid soudainement et quand je lui demande calmement pourquoi il me parle mal, il s’emporte te me balance des horreurs “personne ne t’aime, Calimero tout le monde se fou de toi, t’es une victime” etc etc. C’était la goutte de trop, étant complètement à bout de nerfs depuis des mois je craque et fond en larme ne lui demandant pourquoi il est devenu méchant avec moi, et il me rit au nez sans aucune émotions. Me sentant en prison dans un appartement avec un copain odieux, dans la même école, loin de ma famille, prenant des anxiolytique tous les jours, me scarifiants car je n’arrive plus à exprimer mon mal être, je casse un verre te tente de m’ouvrir le ventre. Il me retient en état violent et me menace d’appeler ma mère en disant “regarde tu veux inquiéter toute ta famille? c’est ça que tu veux?”. Il utilise ma famille pour me faire culpabiliser. Etant en pleine crise d’angoisse je le supplie d’arrêter de se comporter comme ça avec moi, je lui dis que je veux mourir et que je regrette d’être ici avec lui. Il me plaque contre le mur et commence à m’étrangler en disant “arrête de pleurer putain arrête de pleurer” par peur que les voisins entendant. J’étais tétanisée. J’ai manqué de vomir et il m’a lâcher le cou à ce moment là. Puis je me souviens d’être effondré au sol en pleure puis black out. Mon souvenir suivant est celui du viol. Il me met sur le canapé et commence a vouloir m’embrasser. Je refuse te lui dit non, je le pousse, en pleurs, et il dit “ça va te détendre”. Je le repousse en lui disant de ne pas approcher je le frappe sur le torse avec mon pied, puis il me tient les bras. A bout de force mentale et physique, je lache l’affaire et le laisse coucher avec moi, tout en pleurant. J’avais envie de mourir je ne pouvais plus bouger, j’étais vide. Il me retourne et me demande de faire une sodomie, or, c’est une pratique à laquelle je m’oppose radicalement et c n’est pas la première fois qu’il force là dessus. Je lui dis non, que mon corps n’est pas prêt et que je ne veux pas. Il prononce ces phrases qui m’on énormément marqués : “force toi si tu m’aime” “mais is t’es prête, c’est dans ta tete” “force toi pour moi” “allez force toi”. Je remue pour ne pas qu’il me pénètre et a bout de fatigue et de forcing je lui dis “si j’accepte promet moi de rester avec moi” ce a quoi il repeint oui de la tete de façon nonchalante. Il tente et je bouge mon corps en continuant d lui dire que je ne veux pas, que je ne suis pas prête. Il s’énerve te me pénètre violemment, suite à quoi je cris parceque ça faisait tres mal, et je tombe sur le canapé en tremblant. Il me fait un bisou et va en cours. Je suis restée tétaniser 1h sur ce canapé nue, tremblante. Aujourd’hui, j’ai porté plainte, j’ai des appels comme preuves où mon violeur ex copain dit “Oui c’est vrai” en parlant de l’agression. Ça n’avance pas. Je ne suis plus en cours depuis octobre, je ne suis pas sortie de chez moi et je consulte un psychologue, tout en étant sous Xanax. C’est invivable. J’avais accès à ma vie de rêve, mes études de rêve, mais ce moment à bousillé mon corps et ma santé mentale. A l’heure actuelle mon agresseur nie tout et me traite de folle, mais a tout assumer en se moquant de moi en face. Il est toujours à l’école, qui ets au courant de la situation. Je ne sais plus quoi faire. Je veux partager mon histoire sur les réseaux pour faire entendre ma voix et montrer à celles et ceux qui n’ont pas eu la force de dénoncer leurs viols qu’ils ne sont pas seuls et que ce combat contre les viols, violences conjugales et déviances sexuelles est en action. Merci d’avoir lu mon témoignage. A l’heure actuelle, j’ai affreusement envie de me tuer, depuis cet éventent je ne pense qu’à ce qu’il s’est passé, je me demande pourquoi je n’ai pas fuis plus tôt, je suis dévasté qu’une personne en qui j’avais confiance te que j’aimais m’ai fait subir ça.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Olivier
Olivier
1 mois plus tôt

Ta vie mérite d’être vécue. Ce que cette personne t’a fait subir n’est pas normal : c’est un crime. Ta douleur va passer. Les études peuvent attendre et la vie est pleine d’opportunités.

Ne t’isole pas, ne reste jamais seule les premiers temps, parle à tes amies, tes parents, toutes les personnes qui doivent entendre que c’est maintenant que tu as besoin de leur soutient indefectible.
Demande de l’aide à chaque fois que tu en ressens le besoin.

Ce n’est pas de ta faute.

Les pensées suicidaires sont un symptôme (malheureusement normal) qui justifie d’appeler les urgences.
Pas d’hésitation : c’est une psychiatre (en plus du psychologue) qu’il te faut, le Xanax soulage le stress seulement, mais il n’est pas efficace tout seul dans ton cas.

Ces pensées ne dureront pas, crois moi. Demande à être bien entourée médicalement et affectivement.

Courage, tu n’es pas seule !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME