Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Un malaise que personne ne comprend

Je travaille dans une usine en tant qu’intérimaire. Tout se passe bien et je m’entends bien avec tous mes collègues jusqu’à ce que l’un d’entre eux commence à avoir une attitude bizarre envers moi. Un jour, il vient à mon poste pour me parler et cherche à être proche de moi. Il me fixe avec un regard qui me rend mal à l’aise. Je lui dis de ne pas m’approcher, car son comportement me déplaît. Il cherche à comprendre pourquoi, car il n’a concrètement rien fait. Je lui explique mon malaise, je lui demande de s’éloigner et de retourner à son poste. Il revient me voir plusieurs fois dans la journée pour comprendre mon attitude et s’énerve progressivement, me disant qu’il n’avait rien fait, qu’il avait déjà reçu une plainte “injustifiée” pour harcèlement sexuel au travail et que ça n’allait certainement pas recommencer avec moi.
En discutant avec une ancienne intérimaire (pas celle de la plainte, encore une autre), je me suis rendue compte qu’il avait eu la même attitude avec elle. Allant jusqu’à lui demander : “Est-ce que je peux te prendre dans mes bras ? Est-ce que je peux te faire des bisous ?” à plusieurs reprises.
Malheureusement pour moi (enfin façon de parler), je ne lui ai pas laissé l’opportunité d’aller aussi loin. Maintenant au travail, je passe pour la folle qui a eu un comportement bizarre, car personne n’arrive à comprendre que de simples regards et le fait qu’il m’approche d’une certaine façon aient pu réveiller mon instinct de défense et me mettre mal à l’aise.
J’en ai parlé au chef d’atelier qui a dit qu’il me changerait d’équipe si ça venait à compromettre l’ambiance de travail.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

8
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
Fichiers Photo et Image
 
 
 
Fichiers Audio et Video
 
 
 
Autres types de fichiers
 
 
 
8 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
3 Nombre de personnes ayant commentés
AnonpsionicCatoune Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Anonyme,

Vous avez bien fait d’en parler au Chef d’atelier, mais apparemment cela n’a pas servi à grand chose!

Je vous invite à rassembler des preuves et à vous défendre, mais seulement si vous souhaitez faire carrière dans cette entreprise!

1- Demandez à l’intérimaire qui vous a parlé de cette autre femme qui aurait été victime de harcèlement sexuel par ce même porc, de vous remettre une lettre attestant de ce qu’elle a vu ou de ce que cette femme lui a confié avoir subi de la part du porc!

2- Trouvez la femme qui a été harcelée et demandez lui son témoignage et si elle souhaite porter plainte avec vous contre ce porc!

3- Enregistrez, à l’insu de tous vos collègues et du chef d’atelier, avec votre portable ou un Dictaphone, tout ce qui vous est dit par le porc ou au sujet du porc et le traitement que les autres salariés vous infligent!

4- Si vous recevez des emails, des sms ou des appels, conservez et sauvegardez toutes ces preuves!

5- Mettez-vous en arrêt maladie si la pression est trop forte au travail !

Demandez à votre médecin traitant de vous faire un certificat attestant les conséquences du harcèlement sexuel que vous subissez de la part du porc!

6- Une fois toutes les preuves réunies, vous avertissez par courrier votre employeur, l’agence d’intérim qui vous emploie, de votre intention de porter plainte contre ce harceleur sexuel et que vous avez des preuves suffisantes pour cela!

Vous faites un double de ce courrier et vous en gardez une copie datée, signée, tamponnée et avec la mention “remis en main propre ce jour”. Cela évite un recommandé avec AR, sinon envoyez un courrier recommandé avec AR à votre employeur!

L’article L4121-1 du Code du travail indique ceci : « Pèse sur tout employeur l’obligation d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale de ses salariés »

7- Contactez le Médecin du travail et l’Inspection du Travail pour les avertir de cette situation!

8- Portez plainte dans un Commissariat, car les Policiers ont l’obligation de prendre votre plainte et remettez-leur les copies de toutes les preuves ! Conservez les originaux!

9- Rapprochez-vous d’Associations venant en aide aux femmes victimes de violences sexuelles au travail pour vous aidez dans vos démarches, car il vous faut de l’appui pour lutter pour vos droits !

En voici quelques unes :

• Le CIDFF (centre international des droits des femmes et des familles).

Les consultations de juristes et même de psychologues (soutien) sont gratuites ! Coordonnées du CIDFF le plus proche de chez vous sur Google.

• AVFT
(Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail)

Défense des victimes de violences sexuelles au travail
Accueil téléphonique : 01 45 84 24 24
Horaires : lundi : 14h à 17h – mardi au vendredi : 9h30 à 12h30
Site : [email protected]

• 116 006 – Numéro d’aide aux victimes

Écoute, informe et conseille les victimes d’infractions ainsi que leurs proches.
Par téléphone : 116 006 (appel gratuit)
Ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 19h
Le service est également accessible en composant le +33 (0)1 80 52 33 76 (numéro à tarification normale).
Par courriel
[email protected]

• Numéro national d’aide aux victimes :

Le 08VICTIMES, soit le 01 41 83 42 08
est un numéro non surtaxé (coût appel local) disponible 7 jours/7 de 9h à 21h.
En dehors de ces horaires : [email protected]

• L’Association “Parler”, de Sandrine Rousseau, qui accompagne les victimes de violences sexuelles dans le depot de plainte, et après.
Site : associationparler.com

En espérant avoir pu vous aider !

De tout cœur avec vous !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anon
Membre
Anon
Hors ligne

Bonjour je suis l’auteure de ce témoignage,

La lecture de votre commentaire m’a beaucoup rassurée et soulagée, merci beaucoup. Je vous remercie également pour tous les conseils et les précisions que vous m’apportez concernant ma situation. En vous lisant, je me rends compte que les femmes qui ont la force d’aller jusqu’au bout de ces procédures sont très courageuses. Ça semble tellement complexe et difficile. Il y a tellement de démarches et de preuves à fournir alors qu’on est soi-même en position de fragilité et d’insécurité.

J’ai parlé à l’intérimaire qui a été victime du même harceleur. À l’époque, elle a préféré demander à son agence d’intérim de lui trouver rapidement une mission dans une autre entreprise plutôt que de se confronter à lui et d’en parler à ses responsables. Cependant, elle m’a dit que si j’en avais besoin, elle n’hésiterait pas à leur raconter ce qu’il lui avait fait.

Concernant la personne qui a porté plainte, cela s’est passé avant que nous arrivions l’autre intérimaire et moi dans l’entreprise. D’après les informations que j’ai pu avoir, la plainte a été classée sans suite. Mes collègues m’ont dit que cette personne avait fait de fausses accusations. Ils ont donc tous défendu le harceleur et confirmé que toutes les accusations contre lui étaient des mensonges. Je n’en sais pas plus concernant les détails de cette histoire ni concernant l’identité de cette personne.

Je ne sais pas si moi-même je serais capable de réunir des preuves, mais je peux toujours en parler à mon agence d’intérim et au N+1 de mon chef d’atelier qui n’est pas du genre à laisser passer ce genre de chose lui.

Merci vraiment pour votre aide.
Ça fait déjà du bien de se sentir écoutée et comprise.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Anon,

Merci pour votre réponse !

Comme je viens de l’écrire à Christelle, une autre victime, ce soir je suis épuisée, donc ma réponse sera plus complète demain!

Pour ce soir, je vous relaye juste l’information de Fabienne, une victime, qui était intervenue sur le post “Agression sexuel au travail” du 30/05/18.

D’ailleurs dans les commentaires de Luz et de moi sur ce post, vous trouverez des informations qui vous aideront dans ce que vous traversez !

• Fabienne :
“Pour avoir été harcelée sexuellement par mon patron et avoir consultée une avocate trop tard après la plainte au pénal, aller à la police d abord est une mauvaise stratégie car si la plainte est classée sans suite au pénal, cela peut servir le coupable au prud homme en sa faveur et elle sera obligée de rembourser les frais d avocat.
En effet, la majorité des plaintes au pénal dans ces cas sont classés sans suite alors qu au prud hommes, ils sont plus souvent condamnés…donc moralité saisir les prud hommes toujours en premier! Nous sommes que trop peu informées sur le sujet.”

À demain Anon ! Bonne soirée !

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
Membre
psionic
Hors ligne

Chères Anon et Catoune, en relisant vos échanges il m’est venu l’idée d’une fiche thématique sur le sujet de la plainte pour harcèlement et agression sexuelle en milieu professionnel. Catoune, la remarque de ton dernier post, soutenue par une citation d’un autre témoignage suggère qu’il pourrait être pertinent de faire une fiche pratique sur ce thème. Votre sentiment, des remarques ? Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anon
Membre
Anon
Hors ligne

Merci Catoune pour ces nouvelles informations très utiles.
Prenez le temps de vous reposer, j’ai déjà beaucoup d’éléments pour avancer grâce à vous.

Bonjour psionic,
De mon point de vue, je dois dire que réunir toutes ces informations dans un topic pourrait être très utile pour les victimes qui se sentiraient perdues dans les démarches et qui ne sauraient pas quoi faire ni par où commencer

Merci à vous deux pour l’aide et le soutien que vous m’apportez ^^

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Anon,

Merci pour votre compréhension et votre compassion ! Je suis en effet très malade depuis le premier janvier, mais depuis mardi je suis au plus mal, si bien que je ne sais pas si l’intervention à l’hôpital va pouvoir se faire vendredi !

Il est vrai que mon premier commentaire est assez complet!

Il vous faut savoir qu’au pénal, toutes les preuves sont admises, même les enregistrements audio à l’insu des auteurs des faits de harcèlement moral ou sexuel!

L’arrêt du 07 mars 2012, la Chambre Criminelle de la Cour de cassation a admis la validité à titre de preuve d’un enregistrement audio réalisé par un particulier à l’insu de la personne poursuivie.

Source : legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000025470795&fastPos=82

Mais, ce n’est qu’au pénal et uniquement au pénal que toutes les preuves sont admises pour faire condamner les auteurs d’infractions!

C’est pour cela que je vous disais d’aller porter plainte dans un Commissariat!

Fabienne nous indique qu’il vaut mieux s’adresser aux Prud’hommes car au pénal, la plainte est trop souvent classée sans suite!

Sauf qu’au Pénal, c’est l’auteur des faits qui doit prouver que les faits ne se sont pas produits et pas besoin de payer un avocat pour la victime, alors qu’aux Prud’hommes, il faut que la victime fasse la preuve que les faits se sont bien produits et la victime doit bien souvent faire appel à un avocat!

Au Civil, les enregistrements audio réalisés à l’insu de l’auteur des faits sont considérés comme des preuves déloyales et ne sont donc pas admises !

Sauf, qu’il y a du nouveau au Civil, depuis l’arrêt du 3 octobre 2018 !

En effet, la Chambre Civile de la Cour d’appel de Bastia s’est fondée sur la décision de la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins rendue le 24 mars 2015, qui avait reconnu la réalité des « relations sexuelles » entre le psychiatre et sa patiente sur la base d’un enregistrement sonore, effectué par cette dernière, à l’insu du psychiatre.

La recevabilité de ces enregistrements n’a semble-t-il pas fait débat devant la Cour d’appel de Bastia, celle-ci ne statuant pas explicitement sur ce point. Elle ne les a cependant pas écartés alors que ces preuves sont habituellement considérées déloyales en matière civile.

Source : avft.org/2019/01/24/recevabilite-denregistrements-clandestins-des-instances-disciplinaires-creusent-une-breche-a-quand-en-droit-social/

Lorsque l’on attaque au Civil, c’est pour obtenir une indemnisation de son préjudice!

Voilà, tout ce que je peux vous dire sur le Pénal et le Civil. Il me faut travailler sur les Prud’hommes pour que la fiche soit plus complète ! Je le ferai quand j’irai mieux ! Pour l’instant je mettrai juste ces informations sur le Forum !

Mais, mon conseil est de consulter les juristes spécialisés des CIDFF ou de l’AVFT qui sont gratuits !

Pour ma part, je donne juste un début d’infos à la victime et je la dirige vers les professionnels qui peuvent l’aider efficacement!

Sur le Forum, vous trouverez aussi une fiche sur l’aide juridique et bien d’autres infos!

Si vous tenez à ce travail, réunissez des preuves et avec l’aide des juristes qualifiés, battez-vous !

Je dis toujours qu’il faut punir les porcs car impunis, ils font pire à la suivante ! Mais, il faut aussi en mesurer les conséquences et faire preuve de prudence, surtout en matière d’emploi !

Le médecin du travail est aussi un très bon interlocuteur qui peut agir pour protéger votre santé ! Pensez-y !

Bonne chance Anon et n’hésitez pas à revenir nous donner des nouvelles, car vos infos peuvent servir aux autres victimes!

Vos infos sont précieuses pour toutes les autres victimes!

De tout cœur avec vous et merci pour votre échange!

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anon
Membre
Anon
Hors ligne

Bonjour,

Me revoici pour parler de mes démarches et de ce qu’il s’est passé par la suite.
Dans un premier temps, j’ai été voir mon agence d’intérim qui a prévenu les ressources humaines de l’entreprise dans laquelle je travaille, mais personne ne m’a jamais convoqué pour me demander quoi que ce soit. Je ne sais pas si par ailleurs mon harceleur a été convoqué, mais j’en doute.
J’ai demandé à changer d’équipe pour ne plus avoir à travailler avec lui, ce qui est chose faite.
J’ai écrit une lettre dans laquelle j’ai détaillé point par point tout ce que le harceleur m’avait fait et l’intérimaire qui était partie à cause de lui a fait de même (j’ai pu lire qu’il avait été pire avec elle).
Avec ces deux lettres en main, j’ai pris rendez-vous avec le CIDFF dont vous m’aviez parlé. Il m’ont conseillé de porter plainte à deux (car avec le témoignage de l’autre intérimaire, la plainte aurait plus de poids). Cependant, rien ne peut garantir que la plainte ne serait pas classer sans suite comme la première. Ils m’ont orienté vers France Victimes pour avoir plus de détails concernant le dépôt de plainte.
J’ai demandé à l’autre intérimaire, mais elle ne souhaite pas porter plainte. S’il continuait ou s’il faisait la même chose à une autre fille et que je revenais vers elle, elle m’a promis d’y réfléchir.
Voilà, je voulais vous tenir informé et merci encore pour votre aide.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Anon,

Merci d’être revenue me donner de vos nouvelles ! J’apprécie !

Quelle avancée ! Vous n’avez pas chômé ! Vous avez été très vite !

Je suis contente de lire que vous n’avez plus à travailler avec ce porc!

Par contre, maintenant que vous avez averti votre employeur, il vous faut aller jusqu’au bout et porter plainte, même si vous êtes seule!

Ne craignez rien, au pénal, vous n’avez pas d’avocat à payer, ni de frais de procès car c’est le Procureur qui décide de poursuivre le porc ou pas ! Ensuite, c’est au harceleur de faire la preuve que les faits ne se sont pas produits ! C’est lui qui aura besoin d’un avocat !

S’il vous attaque pour dénonciation calomnieuse, il perdra, car il ne pourra pas prouver que les faits ne se sont pas produits ! En plus, il aura les frais du procès à payer en plus de son avocat !

L’AVFT confirme ne pas avoir connaissance qu’un seul procès ait eu lieu pour Dénonciation Calomnieuse !

Le témoignage de l’autre intérimaire est un plus ! Vous a-t’elle donné des raisons au fait qu’elle préfère ne pas porter plainte?

Elle a peut-être besoin d’être rassurée ! Dites-lui qu’elle n’a rien à perdre question frais du procès et avocat ! Cela ne lui coûtera rien!

Peut-être craint-elle pour son emploi ou que cela lui porte préjudice ?

Mais, elle risque elle aussi d’être entendue par la police et peut-être même par son employeur au moment où les faits se sont produits, du fait de son témoignage ! Alors, pourquoi ne pas porter plainte, puisqu’elle sera quand même entendue?

Pour le CIDFF, les juristes n’ont pas pu vous aider ? Pourquoi ?

Avez-vous contacté l’AVFT ? Cette association est spécialisée dans les violences sexuelles faites aux femmes au travail!

Pour ce qui est du non retour pour l’instant de votre employeur, à mon avis, soit il marche sur des oeufs pour savoir qui dit vrai, soit il espère que vous renoncerez à porter plainte !

Je tiens à vous féliciter, car c’est plutôt rare de voir une femme aller au combat et se battre pour ses droits !

Sachez que votre expérience peut être utile aux autres femmes, aux autres victimes, aussi si vous le voulez bien sûr, continuez à nous donner de vos nouvelles, vous aiderez beaucoup de monde!

Bravo à vous Anon ! Je suis fière de vous!

Je reste à votre écoute !

De tout cœur avec vous !

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.