Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Silence adolescence

J’avais 14 ans et je revenais de camps de vacances. Il était beau, il était directeur d’un camps de vacances et m’a demandé de lui faire une fellation dans le bus de nuit de retour du camps.
Il m’a dit que je devais essayer que je ne devais avoir peur et que personne ne devait le savoir c’était entre nous un secret. Il mit de l’éducation sexuelle dans ma vie de manière assez perverse. Je n’ai rien dit en descendant du bus. C’était notre secret, j’étais fière qu’il se soit intéressé à moi…. 😒
J’avais 15 ans et des rêves encore plein la tête. Une vie de famille presque idéale et des amis. Je suis mes parents en vacances pour l’été comme toujours. Une petite maisonnette dans les bois, près de la mer à la valette du Var. Je suis dans une période de questionnement sur tout plein de sujets. Je ne suis pas forcément bien dans cette transformation physique qui m’oblige à sortir de mon milieu pour chercher d’autres expériences. Je me fais vite des amis à cette époque et à peine arrivée on se retrouve une bande sur la plage à faire bronzette ou au café à refaire le monde à notre dimension. On s’étend tous bien on rigole, on partage des moments extra. Mes vacances commençaient bien. Un jour mes parents décident d’aller faire des courses sans moi. Je reste seule et comme je m’ennuyais je suis sortie dehors à l’orée des bois pour essayer de les apercevoir et ne les voyant pas à hauteur d’homme je suis montée sur un gros rocher. Une fois perchée j’ai scruté l’horizon sans rien apercevoir. J’allais descendre quand tout a coup j’ai senti une main m’agripper, une lame blanche sous la gorge, une voix: bouge pas si tu crie personne ne t’entendra on est seul là. Laisse toi faire et je ne te ferais rien. Puis, il baisse violemment ma petite culotte blanche, je suis vierge, je n’ai jamais eu de rapport. C’est pas que je ne voulais pas mais j’attendais le bon. Celui avec qui j’aurais partagé ces doux instants de partage de corps et de plaisir… Cette découverte je la voulais unique et belle. Mais la vie en avait décidé autrement. Il mit son poing dans mon petit vagin. Je sentais cet aller retour, ce va et vient du poing et lui me disait tu jouit, tu aime ça salope… J’avais 15 ans et tout mes rêves venant de s’envoler en quelques secondes. Je saignais, j’avais mal. Il me violantait tant l’esprit que le corps. Mon cerveau a disjoncté, j’étais spectatrice d’un drame auquel je ne pouvais rien faire. Subissant et espérant que cela allait vite s’arrêter. Un bruit nous fit sursauter, j’entendais mes parents qui se disputaient pour les clés du logement ils n’arrivaient pas à ouvrir la porte. Il me regarda me menaça que si je disais quoi que ce soi il me retrouverais et me tuerais et que de toute façon personne ne me croirais. Je ne savais que dire, je lui posais cette question idiote comment tu t’appel ? Il me dit **** ****, il partit en courant en même temps. Moi comme abasourdie par ce qui venait de m’arriver. J’ai pensé, tu ne trouvera plus jamais de mari et ta vie est foutu si tu le dit aux autres et surtout à tes parents. Je ne voulais pas que mon père se mette en difficulté à cause de moi et j’avais honte. Honte de m’être fait avoir par cet inconnu. De n’avoir pas pu prévoir ce qui m’est arrivé et de me retrouver la culotte souillée de sang et mal au vagin comme jamais.
Je décidais de tout cacher au monde entier. J’ai nettoyé ma culotte, dis à ma mère que mes règles étaient arrivées plus tôt. Je me suis créer une histoire d’amour de vacance qui a fini par une séparation à cause de la distance. Ma vision de la vie et des autres, ma confiance en l’autre sont parti à tout jamais ce jour là.
Tentative de suicide, drogues, fugues, ont été le lots de mon adolescence suite à ce viol peu commun. J’ai fais un déni de viol pendant plus de 20 ans. Fais des études pour oublier et passer le temps, ne pas penser, ne pas me rappelé… Faire autre chose pour oublier. Le travail me permettant de me concentrer sur d’autres sujets. Un journal à annoncé en Normandie qu’un homme prénomme **** **** ******** originaire du Var, avait violé et tué une jeune étudiante en iufm. Arrêté par la police et mit en prison en Normandie. J’ai alors pris conscience que mon silence avait peut-être coûté la vie à cette jeune femme et que si c’était le même homme ce do t j’étais sur, j’étais coupable de n’avoir rien dit et de l’avoir laissé faire et continuer voir aggraver ses attaques…. J’ai beaucoup pleure pour cette jeune femme. Je me suis sentie si proche d’elle. J’ai alors décidé de ne p’us me taire. Mais on ne se refait pas. Je ne suis pas une bavarde pour certains sujets surtout quand on a pas envie que ça nous arrive, on ne va pas le crier sur tout les toits !! 😅 C’est aux autre de nous aider nous les femmes violées à nous exprimer à nous libéré de nos maux car seules ont ne peut pas, on est trop engagé dans la relation et notre conscience est perdu, elle ne sais pas comment faire. C’est aux autres de nous aider à sortir de notre torpeur, sinon c’est de la non-assistance à personne en danger.
C’est à la naissance de ma fille que j’ ai réalisé combien j’avais eu tors de donner raison à cet individu. J’ai commencé à parler à ma famille et mes amis… Ma vie de cauchemar c’est un peu améliorée. Mais jamais oh grand jamais je ne pourrais connaître ce que c’est qu’un premier amour sexuel désiré, partagé d’un commun accord avec toutes les précautions qu’il se doit entre les deux personnes, le respect, l’amour, la tendresse et la douceur… 😒 Ma première fois sera toujours violante avec un inconnu, une arme et des mots vulgaires haineux.
Mon adolescence à été gâche à cause de cet homme et pourtant j’aime les hommes, ceux qui sont respectueux qui sont attentif comme peuvent l’être certains. Je ne veux surtout pas faire d’amalgame pour tout les hommes et je sis que c’est une maladie pour ceux qui agisse de la sorte avec violence et comme en temps de guerre Vis à vis de la femme. J’ai toujours eu des relations masculines, depuis et je remercie ceux qui m’ont permis d’oublier ce moment de violence et qui ont combler mes souffrances par de la tendresse et de l’amour. Je m’excuse auprès de mes parents à qui j’en ai voulu de ne pas m’avoir protégé mais qui n’y sont pour rien et ceux à qui j’ai pu paraître dure et méchante alors que s’était une façade pour ne plus donné envie de me violer.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Theultimates*n
Theultimates*n
1 mois plus tôt

WoW… je ne sais pas quoi dire. Je pense que si tu as encore des problèmes te mettre à la lecture te sera d’une grande aide les livres guérissent très bien la solitude et la tristesse… je reviendrais pour te donner quelques noms de livres intéressants! C’est tellement dur. Le simple fait que tu sois vivante est une preuve de ta force, en vrai, TU TE REFAIS

Merci de remplir les champs obligatoires.



Kdo
Kdo
1 mois plus tôt

Témoignage triste, affreux, et touchant à la fois … Vous avez raison de souligner l’importance de parler de tous ces actes immondes commis par ces monstres … Vous êtes forte et courageuse malgré ces regrets .. vous n’avez pas culpabiliser de votre silence pendant ces années… Mais j’admire votre façon d’en parler actuellement .. j’espère que de nombreuses personnes ici prendront conscience de l’importance de la parole en lisant votre témoignage et de l’importance de ne pas rester dans le silence, la honte ou la culpabilité qui ne sont jamais justifiés en soit … une victime n’est coupable de rien… de tout cœur avec vous. Je vous souhaite une vie heureuse pour la suite.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME