Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Mon beau père ce pervers manipulateur

Mes parents ont divorcés alors que j’avais 9 ans. C’est ma mère qui a été à l’initiative de cette décision puisqu’elle était tombée amoureuse d’un autre homme qui est alors devenu mon beau père.
Jusqu’à mes 14 ans tout allait bien. Il était cool avec moi, plutôt patient mais toujours sur la réserve.
La relation a basculée brutalement. Je n’ai rien vu venir.
Il est rentré dans ma chambre un matin alors que je me préparais pour aller au collège. Je me rappelle cette scène dans les moindres détails. Il a posé sa tête contre le mur, l’air rêveur, et il m’a dit ” tu sais **prėnom** tu es une femme attirante il va falloir que tu te méfies avec les garçons”
C’était tellement étrange, j’étais vraiment choquée non pas de ses paroles mais de sa façon de le dire. J’ai ris et j’ai dis un truc bête comme “ne t’inquiètes pas” juste pour masquer mon malaise….j’ai fais une crise d’angoisse ( la 1ère ! ) juste après son départ et 30 min après il me déposait devant mon collège en me faisant une bise au coin de ma bouche. Tout a chaviré.
“Incident” isolé puisque nous vivions à 5 dans une maison. Ma mère, lui, mon demi frère ( de cœur ) et ma sœur. Quelques mois après ma mère trouve un nouveau travail, nous déménageons sans mon demi frère et ma sœur assez grands pour faire leur vie de leurs côtés.
Il a du se sentir en confiance, isolés comme on l’était…..
Au début de cette nouvelle vie, il était dans la séduction. Quelques phrases de sa part m’ont marqué.
“Tu as des mains magnifiques, tu sais que je suis déjà tombé amoureux d’une femme juste parce qu’elle avait de belles mains ? Tu as des mains faites pour porter des bagues ”
” tu sens tellement bon ! ton parfum est vraiment craquant”
J’ai oublié le reste par contre je me rappelle les mains baladeuses qui touchaient par inadvertance mes fesses, ma poitrine….et ses bises toujours trop près de mes lèvres. Ma mère ne voyait rien n’entendait rien….enfin….aujourd’hui j’ai des doutes sur ça mais je n’aurais jamais la réponse.
J’étais tellement perturbée que j’en ai écris des lignes, toujours codées, au cas où ma mère tombe dessus. J’ai photocopié un livre d’un témoignage d’une fille qui se faisait violer par son père et surligné les passages qui me parlaient. Ma mère n’a rien vu….mouais….en attendant, à ma demande, on a installé un verrou à ma porte de chambre que je fermais tous les soirs.
Puis un jour je l’ai confronté en lui disant qu’il y avait quelque chose d’anormal. En 2h de discussion épuisante j’ai réussi à lui faire dire ” que toute vérité n’est pas bonne à dire” et que “ça concernait des sentiments entre lui et moi” J’ai été clair en lui disant que maman était là et qu’il arrête son cirque….J’avais toujours 14 ans.
C’était déjà dur mais après ça, ça a été la descente aux enfers.
Il me dévalorisait sans cesse, se moquait de moi, m’attaquant sur le moindre de mes défauts, quotidiennement. C’était devenu un calvaire. Nous ne nous adressions la parole que pour nous faire des reproches…on a failli en venir aux mains. Ma mère n’a rien vu.
Je suis partie en dépression. Anxiolytiques, anti-dépresseur, somnifères…..J’ai développé une phobie scolaire tellement je me sentais en décalage avec les gens de mon âge et j’ai raté mes études.
J’ai voulu faire une tentative de suicide et je me suis retrouvée aux urgences psy. Ma mère me faisait des tours en voitures la nuit pour calmer mon angoisse. Le monde me semblait tellement menaçant tellement triste.
J’ai tenu mon secret pour ne pas blesser ma mère jusqu’à mes 30 ans. Ma mère et lui s’était séparé depuis 10 ans. Quelques mois après mon départ de la maison à mes 19 ans. Puis elle m’a demandé s’il s’était passé quelque chose d’anormal avec lui. Je n’ai pas réussi à mentir. Elle a eu mal mais le plus dur encore aujourd’hui c’est de me dire qu’elle savait mais qu’elle a préféré fermer les yeux….

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

5
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
Fichiers Photo et Image
 
 
 
Fichiers Audio et Video
 
 
 
Autres types de fichiers
 
 
 
5 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
4 Nombre de personnes ayant commentés
ZaraganDelphineLaureViva Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Viva
Invité
Viva
Hors ligne

Beaucoup de mères font semblant de ne pas voir pour ne pas perdre “l’homme de leur vie”, surtout quand il s’agit d’une seconde union. Je suis désolé de vous le dire mais votre mère a préféré occulter le fait qu’elle soit avec un porc capable de s’en prendre à sa fille de peur de se retrouver seule.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Laure
Invité
Laure
Hors ligne

Désolée pour ce qui t’es arrivée, j’imagine à quel point ca a du etre dure… Pour ta mère, ne la connaissant pas, je ne me permettrai aucun jugement (ni positif ni negatif) mais je ne suis pas sûre que cela soit aussi simple que “elle a préféré laisser souffrir sa fille que de souffrir elle-même”. Accepter un fait douloureux nécessite d’avoir la force pour l’affronter, autrement notre cerveau tend à le nier complètement, même lorsque ca semble evident. D’autre part, le beau père que tu decris ressemble au profil du pervers narcissique (je dis bien ressemble mais c’est à verifier) et il s’agit là de personnes êxtrement manipulatrices. Moi j’en ai connu un et il a réussi à me faire croire que, à petite dose, c’était pas grave de faire gouter de l’alcool à une petite de 3 ans. Lorsque tu es sous emprise, tu intègres progressivement une vision déformée de la réalité qui te fait accepter l’inaceptable, et plus le temps passe plus il devient difficile de faire marche arrière car remettre en question un seul comportement déviant nécessite de tout remettre en question. Même si cela te semble êxtrement difficile, ne crois tu pas qu’en discuter avec elle te ferait du bien ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Delphine
Invité
Delphine
Hors ligne

Je suis l’auteur de ces lignes….et oui tout n’est pas si simple. Avait elle vraiment conscience de ce qu’il se passait ou pensait elle a une profonde mésentente entre mon beau père et moi. Elle était sûrement dans le déni mais pour qu’elle me pose la question « Est ce qu’il s’est passé quelque chose avec lui? » de but en blanc des années après tout ça m’intrigue vraiment.
Je n’ai jamais voulu lui dire pour l’épargner mais j’étais tellement perturbée qu’au moment des faits quand j’avais 14 ans je lui ai posé la question «  dis moi est ce que tu as remarqué que machin avait des déviances sexuelles ? »
La question du sexe était un peu tabou entre nous mais ça a du lui faire bizarre que sa fille de 14 ans pose cette question….j’avais tout préparé pour que ma question ne lui paraisse pas bizarre en utilisant l’ex de mon beau père qui médisait contre lui. J’ai été très surprise qu’elle me dise simplement «  non je n’ai rien remarqué » sans jamais creuser la question. Ni ce jour là ni jamais. C’est là que je me dis oui peut être deni….mais aussi peut être qu’elle a eu des doutes et qu’elle a laissé couler….

Pervers narcissique peut être. Il semble avoir le profil mais je n’en ai pas la certitude car mes souvenirs de lui sont biaisés avec le temps normal wink En tout cas je n’ai jamais été sous emprise. Il a juste gâché mon adolescence, il m’a fait prendre conscience très tôt de la perversité chez certaines personnes. Mais je n’ai pas été sous emprise. Je le sais pour avoir été réellement sous emprise pendant 3 ans avec une autre personne….

Merci de remplir les champs obligatoires.



Zaragan
Membre
Zaragan
Hors ligne

Je vais donner mon avis sur la question, au risque d’être brutal et d’écrire un texte très long. Mais, je suis plutôt de l’avis de Viva. Déjà, je ne suis pas d’accord avec le fait qu’on a pas le droit de juger parce que « on ne connaît pas. » Ça ne marche pas trop car selon votre avis Laure, on n’a donc pas le droit de juger un pédophile, un pervers. Et évidemment, je ne suis pas d’accord. D’ailleurs, connaître quelqu’un peut biaiser notre avis sur cette personne, car si elle commet une chose horrible (comme des abus sexuels), on aura tendance à ne pas vraiment y croire ou vouloir essayer de l’excuser à tout prix. Je suis contre cet état d’esprit car cela revient à défendre une personne qui ne le mérite pas et qui fait souffrir les autres , et de décrédibiliser et abandonner une victime, tout ça parce qu’on est dans le déni. (On a le droit d’être septique je dis pas, mais faut pas non plus innocenter la personne). C’est pourquoi je me permet de juger les pervers et également les témoins qui ne réagissent pas et qui les laissent donc agir impunément. Personnellement, je n’excuse jamais les témoins qui dénient les faits, ça fait souffrir la victime car elle n’a pas la reconnaissance et la protection qu’elle mérite. Les victimes ont rarement la force de réagir, alors c’est aux témoins de le faire car ils le peuvent. Et quand les victimes agissent, c’est rare qu’elles soient écoutée, protégée et soutenue, par ailleurs, ça peut provoquer l’effet inverse. Alors il faut avoir la « force », mais sa mère n’est (a ce que je sache) pas victime mais témoin, ce n’est pas d’elle dont il s’agissait mais de sa fille, la personne en danger. C’est pas facile de digérer une info en effet, mais fuir au lieu d’agir, ça fait souffrir l’autre qui de toute façon souffre bien plus de la situation. Au final, c’est la victime qui doit tout encaisser. Le devoir d’un parent est de protéger son enfant, de ne pas nier sa souffrance et de le réconforter, quitte à sacrifier son confort . Et c’est un devoir aussi en tant que citoyen d’aider une victime et de l’éloigner du danger. Je trouve ça moyen d’excuser un tel comportement, car pendant qu’elle se voilait la face, sa fille en payait les conséquences et elle a même failli y laisser la vie… Par ailleurs, ceux qui rejettent la faute aux victimes sont également dans le déni, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut les excuser vu tout le mal qu’ils font ! Le cas de la mère de Delphine est plus complexe, mais tout ça pour dire qu’il ne faudrait pas trop vite l’excuser non plus. On ne sait pas tout. Et au final, on ne peut qu’émettre des hypothèses.
Je suis persuadée qu’elle savait qu’un truc n’allait pas, ce n’est pas pour rien qu’elle a demandé si quelque chose d’anormal c’était passé avec lui… C’est clairement le signe qu’elle avait des doutes mais que pour x raison, elle a préféré ne pas s’y attarder. D’ailleurs, le fait qu’elle ne cherchait pas à creuser la question, c’est aussi un signe évident. Est-ce que votre mère a tenter de savoir pourquoi vous allez si mal ? Si ce n’est pas le cas, alors c’est qu’elle se doutais que ce type était lié à votre santé. Et cela montre un comportement assez désinvolte de ne pas chercher à savoir. En faite, avoir des doutes mais laisser couler, ça s’appelle être dans le déni justement. Comme être manipulée, quelque part, on est dans le déni à cause du manipulateur qui fait taire nos doutes et notre libre-arbitre pour continuer ses abus. Ayant été manipulée par mon violeur, (même si le contexte est totalement différent) on finit toujours par avoir des doutes, que soit on fait taire, soit on les écoute et on prends conscience de l’escroquerie (après y a aussi la question de la peur et de la pression qu’il exerce sur nous qui rentre en jeu). Bah en faite, si, concrètement, elle a préféré laisser sa fille souffrir que de souffrir de la réalité sur l’homme qu’elle aimait et de devoir le virer pour la protéger. Personnellement, je donne deux explications à ce manque de réaction : il faut être sois lâche car on ne veut pas se mouiller pour aider l’autre et on a peur du changement donc « ne pas avoir la force », sois être horrible car on tolère les agissements du coupable et on s’en cogne de ce que ressent la victime. Je pense donc que votre mère est dans le premier cas de figure (enfin j’espère pour vous!). On peut aussi se demander si elle était manipulée mais on a pas assez d’éléments pour le savoir. Et puis même si elle était manipulée, ça n’excuse pas tout. Dans tout les cas, que votre mère était vraiment sous son influence ou non, cela ne change rien au faite qu’elle n’est pas réagit. Le silence et le déni a permis à ce pervers de vous détruire. Elle n’a pas protéger sa fille ou même essayer, alors on peut lui reprocher cela. Subir de telles choses et voir un être aimé censé nous protéger ne pas réagir (voir pire tolérer)… Je comprends à quel point c’est dur et c’est terriblement injuste. Surtout quand on est jeune et traumatisée. L’amour et la colère sont des sentiments très puissants. Donc j’imagine qu’une partie de vous cherche à l’excuser totalement. Comme une partie de vous lui en veut, ne comprends pas pourquoi elle n’a rien fait. Donc l’amour est opposé à la colère.
Chère Delphine, il est tout a fait légitime que vous en voulez à votre mère, surtout si celle ci n’assume pas sa part de responsabilité, ne vous soutient pas aujourd’hui et c’est tout aussi légitime de lui en vouloir même si elle s’excuse et/ou agit dignement. Après, c’est aussi légitime de pas lui en vouloir, mais il faut faire attention à ne pas vite négliger et justifier ses actions sans savoir ou parce que « c’est ma mère donc je suis obliger de ne pas lui en vouloir » et à ne pas faire taire sa colère et sa rancœur. Parce que la colère est une façon de cacher la tristesse qu’on ressent. C’est normal de ressentir de la colère après avoir vécu cela. C’est une manière pour nous victime, d’être révolté par ce qu’on a subit, une prise de conscience et une manière d’avancer. Donc oui, en tant que victime on peut en vouloir aux témoins qui n’ont rien fait pour nous aider. Même si cela n’était pas son but, elle vous a tout de même fait souffrir car elle ne vous a pas protéger. C’est pour ça que je considère qu’elle a une part de responsabilité dans votre souffrance. Évidemment le véritable coupable, c’est ce pervers, et lui, il n’a aucune excuses ! Mais je pense qu’elle vous doit tout de même quelques excuses et explications. Vous avez sans doute besoin de parler avec elle, savoir les raisons pour lesquelles elle n’a pas agit. (Savoir ne veut pas dire justifier par contre.) La confronter directement, il faut en avoir la force, savoir faire la part des choses, ne pas se laisser persuader et convaincre facilement (donc ne pas être manipuler et contrôler par l’avis de l’autre). Sachez donc que si elle vous rejette la faute et vous reproche quelque chose : ne la croyez pas ! Vous êtes victime et personne n’a a vous reprocher quoique ce soit. Après , n’écartez pas l’hypothèse qu’elle s’en veut et que du coup, elle déni ces actions et peut donc vous mentir. Peut-être cela vous aiderait-il d’avoir des avis extérieurs sur votre situation ? Notamment des avis professionnels de psys par exemple .

Dans tout les cas, je vous invite à avoir votre propre avis.
Prenez soin de vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Zaragan
Membre
Zaragan
Hors ligne

Dans tout les cas Delphine, vous avez besoin d’aide, je vous conseille donc sincèrement de contacter des associations contre l’inceste (car oui, même si il n’y a pas de lien de sang, c’est de l’inceste ) et de toute façon les asso contre l’inceste se chargent aussi des cas de pédocriminalité. (Il vous a dit des choses à connotations sexuelles, a essayé de vous « séduire » et vous a agressée sexuellement alors que vous étiez mineure). Elles vous écouteront, vous conseilleront, vous accompagneront et vous redirigeront vers des soins. Vous avez surtout besoin de consulter des psy compétents. Ce que vous avez vécu a laissé des traces, c’est certain… Vous souffrez sans doute de psychotraumatisme et dans ce cas, j’insiste vraiment sur l’importance d’être suivi psychologiquement.
Vous pouvez signaler les faits que vous avez évoqué sur la plateforme de signalement en ligne des violences sexuelles que l’on peut trouver sur le site du service public. Il existe même des plateformes pour retrouver des victimes comme Coabuse ou l’asso Parler. Dites vous que vous n’êtes pas sa seule victime et probablement pas la dernière ni la première…

Je vous incite à consulter le forum, section « Obtenir de l’aide », vous y trouverez une liste recensant les ressources que j’ai évoqué, et autres pouvant vous aider.

Courage !
De tout cœur avec vous Delphine.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Obtenir de l'aide

Retrouvez dès maintenant tous les conseils de nos membres, ainsi qu'une liste d'associations en mesure de vous venir en aide, en vous rendant dès maintenant sur le forum BalanceTonPorc.com.