Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



j’avait 10 ans

Bonjour mon cousin plus âgé de 5 ans que moi ma fait des attouchements et un viol digital, j”avait 10 ans, ça a duré 2 ans ça à détruit ma vie de femme, j’y pense encore et j’ai 52 ans, ça me hante encore depuis que j’ai appris qu’il a fait pareil à sa fille, je m’en veux de n’avoir rien dit et de garder ce secret en moi

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Zaragan
4 mois plus tôt

Chère anonyme, je me doute combien c’est dur d’apprendre que son agresseur a fait du mal à autrui. Cette culpabilité qui ronge ne doit pas aider… Je compatis et suis désolée pour vous et votre nièce. Mais, vous savez : vous n’êtes pas responsable de son comportement, vous ne le contrôlez pas. Au contraire: c’est lui qui vous a contrôler, manipuler, traiter en objet et pousser à vous taire. Il vous a annihilée et n’importe qui à votre place aurait été aussi impuissant et déboussolé. Tout ça pour dire que c’est lui qui est responsable de ces actes, c’est lui qui a choisit de vous agresser sexuellement & violer puis de faire de même avec sa fille. Et s’il y avait des personnes qui étaient au courant mais qui n’ont rien fait: elles aussi sont fautives. Mais vous (en tant que victime) n’êtes clairement pas celle qui est responsable.
La question c’est: comment auriez-vous pu parler? Est-ce qu’on vous aviez été prévenue et informée sur les violences sexuelles dont l’inceste ? Est-ce qu’on vous aviez été prévenue que n’importe qui peut vous faire du mal, même ceux en qui vous avez confiance? Que le danger ne provient pas que des inconnus et des adultes ? Est-ce qu’on vous a dit que si ça arrive, vous aviez la possibilité de vous confier? Mais surtout qu’on va vous croire, vous soutenir et vous protéger ? Est-ce que les autorités et professionnels étaient formés pour vous écouter, protéger et accompagner? Est-ce qu’il y a eu de la prévention, des affiches ect… partout ainsi que des dispositifs efficaces et connus de tous? Est-ce que la société prenait et prend suffisamment au sérieux cela ?
Et puis parler ce n’est pas suffisant, il faut aussi qu’on soit écouté et cru (et ça on ne peut pas le contrôler non plus). Pour parler il faut un environnement sain, rassurant et attentif. Il faut que les autres nous montrent qu’on peut leur parler, qu’ils peuvent nous aider/protéger. Il faut aussi qu’on sache qu’on n’est pas seul à avoir vécu cela mais que c’est (trop) courant. Je ne penses pas que vous aviez eu tout ça. (Et beaucoup de victimes n’ont pas tout ça encore aujourd’hui, d’où l’existence de ce site…).Vous n’étiez qu’une enfant, vous ignorez comment, quand et à qui en parler… en faite peut-être que vous n’avez jamais considérer que c’était une option d’en parler. Peut-être même que vous avez mis du temps à réaliser ce qui vous étiez arriver et que c’était réel. Et puis il y a aussi la culpabilité, la honte, l’incompréhension, la peur, l’amnésie traumatique, la présence de l’agresseur…
L’écrasante majorité des victimes gardent le silence ou parle des années après, surtout en cas de pédocriminalité/inceste. S’il y autant d’impunité ce n’est pas parce que les victimes ne parlent pas… (Encore une fois on blâme les victimes qui culpabilisent déjà). Mais parce qu’il y a un “dysfonctionnement” (dans tout les domaines) dans la manière de traiter les victimes et les agresseurs. Et ce “dysfonctionnement” pousse les victimes a rester silencieuses et les agresseurs a pouvoir agir sans en être inquiéter.

Cela vous hante car vous êtes traumatisée. C’est une énorme plaie mais ce n’est jamais trop tard pour en prendre conscience et apprendre à s’aimer, à “se pardonner”, à prendre soin de soi et à vivre. Vous pouvez cicatriser. Il y a plusieurs moyens : groupes de paroles, suivi thérapeutique (EMDR, TCC, thérapie intégrative, d’exposition…), ateliers artistiques… Dans tout les cas, il faut que ça vous fasse du bien, que ça vous libère et que ça vous permet de comprendre les rouages des violences, de la culpabilité et du traumatisme pour pouvoir vous en défaire. Cela ne se fait pas directement, parfois ça peut être dur mais sur le long terme c’est bénéfique. Quand on trouve les bonnes personnes et les bonnes méthodes, c’est bien plus facile de travailler sur son traumatisme que de l’ignorer. Si vous avez besoin de parler, de conseils, de soins ect… je vous invite à contacter une association contre les violences sexuelles ou pédocriminalité/inceste/maltraitance. On peut en trouver une bonne partie sur le site Arrêtons les violences et SOS incestes & violences sexuelles. Vous pouvez aussi tomber sur les bonnes personnes à proximité de chez vous (professionnels, hôpitaux, CMP, Centre de psychotrauma…). Personnellement, le site Mémoire traumatique et victimologie m’a beaucoup aidée pour comprendre le trauma et ses conséquences.

Quand la culpabilité nous aveugle, on n’oublie qu’on est innocente mais aussi combien on est forte et remplie de ressources. Il en faut pour pouvoir continuer à vivre après ça et garder secret quelque chose d’aussi destructeur et douloureux. Le problème c’est que c’est tellement épuisant de “survivre” que faire autre chose peut être difficile et on finit par s’oublier.
Cette année vous avez écrit ce qui vous est arrivé sur un site anonyme, c’est déjà une belle avancée vous ne trouvez pas ?
Courage
De tout cœur avec vous

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME