Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

En tant que maman

Si votre enfant revient après un DVH de chez son père et adopte un comportement qui pose question : pleurs inexpliquées, mutisme, maux de vente, de tête, agressivité, chute des notes, fugues, conduites à risque… c’est qu’il y a un problème ! Ces comportements sont à prendre très au sérieux car il peut y avoir des agressions sexuelles, de la maltraitance psychologique etc…
Ne foncez pas tête baissée à la gendarmerie pour un dépôt de plainte ou une main courante. Prenez déjà contact avec un psy (hôpital, cmp, cabinet de ville) afin qu’ils reçoivent votre enfant. Au cours des séances, tout au tard l’enfant parlera et le professionnel a obligation de faire un signalement au Procureur. Car si c’est vous qui montez au créneau cela risque de faire capoter les suites judiciaires surtout si vous êtes séparés, divorcés, ou en instance. L’expérience prouve que les mères qui dénoncent sont rarement, voire jamais crues et risquent en retour les foudres de la Justice, ayant pour conséquences l’inversement de la garde de l’enfant, voire son placement. Le maître mot dans ce type de situation : gardez la tête froide, faite appel aux professionnel de santé et professionnels du droit, contacter éventuellement une association, surtout ne décidez pas seule de ne plus présenter votre enfant pour un dvh chez son père; Car là; c’est vous qui passerez en correctionnelle. Vous risquez une condamnation avec sursis mais surtout car le père ira en justice, vous risquez assurément que votre enfant soit placé chez le parent agresseur et que le parent sain donc vous et protecteur ne bénéficie plus que d’un DVH classique, ou en espaces médiatisés surveillés par des tiers car vous serez suspectées d’aliénation parentale.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

5
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
3 Nombre de commentaires
2 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
5 Nombre de personnes ayant commentés
GMLYJCléaAnamaryAnne64 Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Anne64
Invité
Anne64

la justice est effrayante.

Merci de remplir les champs obligatoires.



mary
Invité
mary

Même situation! Je cherche toujours la solution. Peut être demander un asile dans un autre pays

Merci de remplir les champs obligatoires.



Ana
Invité
Ana

Idem pour mes enfants, c’est l’école qui a fait le signalement, suivi de la psychologue qui a mis 3 pages de détails sordides, près de 3h d’audience chez le juge des enfants pour voir écrit dans la décision que le père doit faire attention à ses agissements…. Et si les mêmes faits m’avaient été reprochés je n’aurai plus jamais vu mes enfants.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Cléa
Invité
Cléa

c’est une certitude que vous n’auriez plus vu vos enfants ! Nous sommes dans un monde d’hommes ! La parole des enfants et celle des mères sont rarement prises en compte surtout par les Juges des Enfants ! Si vos enfants continuent à faire état de gestes incorrects de la part du père, il faut toujours qu’ils soient suvis par un psychologue, pedopsychiatre car ils referont un signalement au parquet. Courage Madame, Bien sincèrement

Merci de remplir les champs obligatoires.



GMLYJ
Invité
GMLYJ

Je suis dans cette situation. Enfin surtout ma fille de 6ans. Je ne sais plus quoi faire pour la protéger ça fait depuis qu’elle a 3 ans qu’elle explique que son père la touche. Je le savais violeur mais ne pouvais pas imaginer qu’il était pédophile (pourtant avec le recul je me dit que ses propos déplacés n’étaient pas seulement des blagues de mauvais goût).
J’ai été condamnée pour non présentation d’enfant et ma fille se retrouve à vivre chez son bourreau, elle n’ose plus parler de quoi que ce soit car à la perversité s’ajoute la violence. Le peu de temps que je peux passer avec elle me fait voir qu’elle va de plus en plus mal. Et moi, la mère aliénante que je suis, n’ai même plus la force de vivre. Tant que la justice protégera plus les personnes qui ont un métier public que les enfants on éradiquera jamais ce genre d’horreur.

Merci de remplir les champs obligatoires.