Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Attouchements

Bonjour à tous et à toutes
Voici maintenant plus de 30 ans, j ai subi vers 11 ans des attouchements sur le sexe de la part du frère de mon grand père qui heureusement n a jamais eu d enfant pendant des vacances d été. Ce pervers avait bien sûr réussi à me culpabiliser et j ai refoulé cet événement jusqu’à mes 26 ans, après avoir été très mal dans ma peau lors de l adolescence, je me sentais coupée de moi même. Mon agresseur n a jamais été puni, et a pu mourir sans etre inquiete, car moi et mes parents mis au courant sur le tard avions peur de ses réactions violentes à l égard de mes grands parents. Je me suis reconstruite mais avoue avoir toujours cette blessure affective

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

11
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
Fichiers Photo et Image
 
 
 
Fichiers Audio et Video
 
 
 
Autres types de fichiers
 
 
 
11 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
PetitefilleCatoune Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Anonyme,

À quel âge avez-vous trouvé le courage d’en parler à vos parents ?

Qu’est-ce que ce monstre aurait pu faire à vos grands-parents si vous aviez porté plainte contre lui ?

Vous écrivez : “Je me suis reconstruite mais avoue avoir toujours cette blessure affective.”

Qu’entendez-vous par blessure affective?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Petitefille
Membre
Petitefille
Hors ligne

Cher catoune j ai eu le courage de leur en parler vers 30 ans seulement et la peur était qu Il prenne un fusil chez lui et tue dans sa colère vu qu il habitait juste à côté..la blessure c est une émotion de grande tristesse et de douleur et de vulnérabilité dès que le sujet est abordé …je dois aussi me reconnecter à moi même régulièrement pour ne pas sombrer dans le deni et le dégout de moi même..J ai eu une fille récemment et j aimerais vraiment pas qu une telle chose lui arrive plus tard j espère que je pourrai la protéger je pense que la plus belle arme est la parole

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Petitefille,

Je comprends votre peur ! Les ordures s’en servent pour vous réduire au silence!

Ils vous culpabilisent ou vous menacent, vous et ceux à qui vous tenez ! Ils se servent de votre amour pour vos proches, afin que vous vous taisiez !

Le pire, c’est qu’il a réussi son coup, il a gagné et vous en remettre sera extrêmement difficile, voire impossible!

Le seul espoir réside en votre fille ! Vous vous accrocherez à la vie, pour elle ! Vous survivrez!

Par contre, il vous faut absolument consulter une thérapeute, afin d’évacuer le poison qu’il a mis en vous et de traiter la blessure de votre âme !

Le poison, c’est votre sentiment de culpabilité et de honte, votre dégoût de vous-même, alors que le seul coupable, la seule pourriture, c’est votre porc ! Une thérapie vous aidera à extraire de vous, son venin!

Quant à la blessure de votre âme, malheureusement, vous la garderez à vie! De temps à autre la tristesse et la douleur vous envahiront, mais avec un bon suivi psychologique, vous apprendrez à vivre avec !

Vous souhaitez protéger votre fille de la multitude de porcs existants sur cette planète et vous plébiscitez la parole comme arme ! C’est bien, mais pas suffisant ! N’oubliez pas que les porcs savent réduire aux silences leurs victimes!

Ajoutez-y une bonne dose de militantisme, tout ce qui fera reculer ce fléau ! Et là, peut-être que votre fille aura une chance de ne jamais croiser la route d’un porc!

À part à vos parents, en avez-vous parlé à quelqu’un d’autre de ce que ce porc vous a fait?

Êtes-vous suivie par une psy ?

Que faites-vous pour vous sentir mieux, lorsque votre plaie saigne?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Petitefille
Membre
Petitefille
Hors ligne

Merci pour votre message catoune il me fait beaucoup de bien , vous avez raison ! J ai déjà fait une thérapie mais un suivi psy peut encore être nécessaire car encore à plusieurs moments je peux bloquer cette vie en moi cela se traduit par une erutophobie / peur de rougir que je soigne par mon métier de commerciale d une part et par des pauses de méditation courtes que je m accorde régulièrement et qui me permettent de me ressourcer. A part mes parents, mes grands parents juste avant leur mort et après la mort du porc, mes oncles tantes et cousins et aussi mes fils aînés et compagnon et des bonnes copines ont ete mis au courant également… je pense qu’ oser faire du militantisme ne peut en effet faire que du bien..je partage déjà un maximum d infos à ce sujet sur facebook..que faire d autre tout en protégeant son anonymat ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Petitefille,

• J’ai été me documenter un peu sur l’éreutophobie!

C’est un trouble de l’anxiété, provoqué par la honte (parce qu’on se sent inférieur) et la peur du regard ou du jugement des autres (parce qu’on se sent en danger car vulnérable et transparent).

Le processus essentiel est une hyper-conscience de soi, liée à l’anxiété et/ou à des traits psychologiques particuliers (manque de confiance en soi, importance excessive accordée au regard de l’autre et à l’apparence physique, hypersensibilité à la honte, etc).

Dans l’éreutophobie, le système sympathique s’emballe. Il dilate les vaisseaux du visage, ce qui entraîne la rougeur.

En clair, le système nerveux est détraqué!

• Les traitements :

– la psychothérapie cognitivo-comportementale (TCC), qui permet de comprendre les mécanismes de son anxiété, de mieux accepter ses émotions, de s’affirmer auprès des autres, de se décentrer de son rougissement et de le dédramatiser, et ainsi de diminuer les rougissements et surtout de ne plus en souffrir.

– La psychothérapie d’inspiration analytique qui vise à mettre au jour les souhaits inconscients consistants à « être imperturbable », à « camoufler sa sensibilité », à montrer « bonne figure », notamment pour être accepté par les autres, être aimé, être adulé etc. voire pour éviter d’être rejeté. Ce travail de désillusion permet aussi d’éviter au sujet de développer des stratégies d’adaptation visant à «être parfait devant l’autre».

– La prise de bêta-bloquants (ponctuellement) ou d’antidépresseurs (traitement de fond) peut être une solution envisageable si l’anxiété est très forte et invalidante. Il est préférable alors de suivre une thérapie pour pouvoir obtenir des changements durables et ainsi arrêter le traitement dans un second temps.

– la sympathectomie : opération chirurgicale, pour les cas les plus extrêmes, qui vise à tenter d’arrêter physiquement les rougissements. Attention aux risques liens à cette opération.

– L’hypnose permet parfois de guérir en quelques séances en travaillant sur les mécanismes inconscients qui génèrent l’émotion dans le contexte en cause, mais aucune étude scientifique n’a démontré cette efficacité.

– la méditation

• Chère Petitefille,

il est clair que l’agression sexuelle dont vous avez été victime et ses conséquences, notamment la honte éprouvée qui provoque constamment la peur d’être mal jugée par autrui, le sentiment de culpabilité que votre porc a ancré en vous et qui aggrave aussi cette honte, ainsi que le fait de ne pouvoir en parler à quiconque, ni de pouvoir agir contre votre porc par crainte de représailles contre vos grands-parents, en gros votre sacrifice pour épargner tout le monde sauf vous, ont provoqué une altération sérieuse à l’intérieur de votre cerveau ! Votre système nerveux s’est détraqué ! D’où l’émergence de cette maladie!

Ce qui me surprend, c’est que vous n’ayez pas d’autres altérations de votre état de santé!

Celle que vous avez est déjà assez invalidante, mais le fait que votre porc soit mort, que vous n’ayez pu rien faire contre lui de son vivant et que vous ne puissiez désormais plus rien faire contre lui, devrait vous dévorer, vous ébranler, vous anéantir, et par là même déclencher d’autres maladies, genre dépression ou pire ! Or il n’en est rien!

Vous dites que vous avez été coupée de vous-même pendant longtemps, puis que vous vous êtes reconstruite, mais que parfois vous en souffrez!

Quelle est la fréquence de cette souffrance ? Une fois par jour ? Plus ou moins?

Qu’est-ce que cela vous fait de vous être sacrifiée ? De savoir que votre porc n’a jamais pu être puni et ne le sera jamais ? De n’avoir pu jamais lui dire en face, ce qu’il est?

Qu’est-ce qui a motivé cette envie de témoigner sur ce site ? Qu’est-ce qui vous a poussé à franchir ce pas ?

Vous dites écrire sur Facebook ! Racontez-vous votre histoire ? Militez-vous?

Vous écrivez : “que faire d autre tout en protégeant son anonymat”?

Votre phrase m’interpelle ! Vous voulez protéger son anonymat, alors que moi, j’aurais écrit que je ne pouvais pas livrer de détails pour ne pas risquer de procès en diffamation!

Vous, vous voulez protéger son anonymat, en clair, le protéger ! Encore!

Vous le protégez encore ! Et cela fait écho à votre inertie envers lui, votre manque d’action contre lui !

Comprenez-moi, il n’est pas question de vous reprocher quoi que ce soit ou de vous juger de quelque manière que ce soit!

Je suis une victime, comme vous, donc pas de jugement ni de reproche entre nous, juste un questionnement pour vous aider à y voir plus clair !

Est-ce que votre porc est mort d’un coup ou a-t’il agonisé?

Car, dans le cas de l’agonie, moi j’aurais été lui dire ses 4 vérités et lui dire mon plaisir de le voir crever et partir griller en enfer ! Mais, c’est moi, pas vous !

Donc, s’il a agonisé ou s’il était affaibli dans ses derniers moments, il ne pouvait plus s’en prendre à vos grands-parents, donc la peur des représailles contre eux était levée ! Alors, pourquoi ne pas avoir agi ? Ne pas lui avoir crié votre souffrance?

J’aimerais savoir pourquoi vous ne lui avez jamais dit ce que vous pensiez ou jamais agi contre lui ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Petitefille
Membre
Petitefille
Hors ligne

Merci Pour vos recherches sur le problème d ereutophobie je vais garder la méditation pour l instant avec une thérapie je pense. Il était très important au college et lycée et j ai voulu prendre le taureau par les cornes et choisir une formation commerciale ce qui m a valu de gros obstacles à dépasser et j ai un bon travail mais à 40 passés le problème existe toujours même si j essaie de le prendre avec humour donc j essaie de vivre cela au maximum et de l accepter. Je n ai pas d autres problèmes majeurs car je suis assez sportive et vais régulièrement chez l ostéopathe . Pour l anonymat je parlais également du mien , il a pas mal souffert dans sa mort a ce qu il parait mais j avais cessé tout contact et mes parents aussi et n avais pas ressenti l envie d aller le voir, peut être en me disant intérieurement ce n est pas si grave avec la peur d être à l origine d une grosses rupture familiale et d un gros scandale. Je sais ca peut paraitre incompréhensible. Face au fait qu il n a pas été puni c est bizarre mais je ne ressens rien à part au depart si peut être une souffrance , j en ai pris mon parti, mais je regrette en effet de ne pas avoir osé porter plainte à mes 26 ans. Apres la naissance de mon 1er enfant j ai un jour osé lui téléphoner car il n arrêtait pas de faire des blagues un peu salaces a tout le monde dans les réunions familiales comme d habitude et je lui ai demandé d arrêter cela car je n avais pas oublié ce qu il avait fait quand j avais 11 ans et il m répondu qu il ne se rappelait de rien mais qu il me demandait pardon s est inquiété de savoir si ma mère et ma grand mère étaient au courant je lui ai dit que non il m a dit que du coup il allait passer une mauvaise journée je lui ai dit que ce n était rien en comparaison avec l adolescence que j avais très mal vécue à cause de lui, et puis après lorsque l on se croisait chez mes grands parents il était fuyant honteux et avait la même réaction avec mes parents qui avaient arrêté de l inviter. Mes grands parents plusieurs années après n ont émis aucune réaction lorsque je leur ai annoncé la nouvelle ils apparaissaient sideres mais ils n ont pas fait plus de commentaires et lorsque j ai eu un moment avec ma grand mère sur son lit de mort je n ai pas ose lui en reparler je regrette maintenant. C était comme si rien ne s était passé… je me demandais même avant si je ne l avais pas imaginé mais non je suis sûre maintenant et j ai minimisé les conséquences que cela a pu avoir sur moi. Merci encore pour toutes vos questions qui m amènent à réfléchir sur moi même et qui j espère pourront aider d autres personnes

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Petitefille,

Concernant votre éreutophobie, le fait de le prendre avec humour, de l’accepter et de vous affirmer auprès des autres dans votre travail, cela en diminue les effets!

En fait, vous faites de l’auto-psychothérapie cognitivo-comportementale (TCC), sans vous en rendre forcément compte!

• Vous n’avez pas répondu à ces questions :

– Quelle est la fréquence de cette souffrance ? Une fois par jour ? Plus ou moins?

– Qu’est-ce que cela vous fait de vous être sacrifiée pour ne heurter personne?

– Qu’est-ce qui a motivé cette envie de témoigner sur ce site ? Qu’est-ce qui vous a poussé à franchir ce pas ?

– Vous dites écrire sur Facebook ! Racontez-vous votre histoire ? Militez-vous?

• “Je n ai pas d autres problèmes majeurs”

-> Je m’en réjouis !

• “je n’avais pas ressenti l envie d aller le voir, peut être en me disant intérieurement ce n est pas si grave avec la peur d être à l origine d une grosses rupture familiale et d un gros scandale. Je sais ca peut paraitre incompréhensible.”

-> Ce n’est pas incompréhensible, c’est très perturbant!

Vous écrivez : “ce n’est pas si grave” = vous minimisez, vous êtes dans le déni !

-> Un vieux de votre famille vous tripote le sexe et ce n’est pas grave ? C’est de l’inceste et de la pédophilie et ce n’est pas grave?

Vous écrivez : “avec la peur d être à l origine d une grosses rupture familiale et d un gros scandale”

Je traduis : j’ai peur de détruire la famille, mieux vaut me taire, je me sacrifie !

-> Pensée noble, mais c’est du bla bla ! Et vous le savez!

Cette pensée noble permet le sacrifice et d’accepter le choix de vous taire ! Vous êtes chevaleresque dans ce geste !

Sauf que ce n’est pas la peur de détruire votre famille qui vous pousse à vous taire! C’est la peur de ne pas être crue par votre famille et donc de la perdre!

Vous êtes encore dans le déni !

Je n’ai pas besoin de traduire le reste de vos écrits pour comprendre ce qui s’est passé, mais je continue !

Vous avez compris pourquoi vous n’avez rien dit et rien fait contre lui ?

Et votre maladie montre le conflit qui existe en interne chez vous !

Et on retrouve ce conflit dans :

“J’en ai pris mon parti, mais je regrette en effet de ne pas avoir osé porter plainte à mes 26 ans.”

-> propos contradictoires !

• “Face au fait qu il n a pas été puni c est bizarre mais je ne ressens rien”

-> c’est normal que vous ne ressentiez rien face au fait qu’il n’ait pas été puni, puisque vous vous êtes montrée chevaleresque envers lui, comme envers toute la famille ! Vous vous êtes sacrifiée pour protéger tout le monde !

Vous avez minimisé l’acte répugnant de votre porc, afin de pouvoir l’absoudre de ses péchés, et ce faisant, vous vous êtes donnée le beau rôle, vous vous êtes montrée généreuse!

Ainsi, pas de honte, pas de culpabilité de vous être laissée faire, de n’avoir rien dit ni rien fait contre lui!

Minimisation des faits => pas grave => pas de honte et pas de culpabilité ressenties d’avoir été déshumanisée => pas besoin de dénoncer le porc => pas de culpabilité à supporter d’avoir créer le scandale et d’avoir détruit la famille !

Et le bonus : comme je ne dénonce pas le porc => je suis généreuse !

En clair, votre grand-oncle vous tripote le sexe, tout va bien et vous vous sentez généreuse : vous avez aidé un miséreux du sexe à avoir du plaisir => magnifique !

Pardon, mais quel bordel cela doit être dans votre tête ! Sauf que vous n’en avez pas conscience, car le déni vous protège pour le moment !

Attention à l’atterrissage !

-> Réglez ce problème avec l’aide d’une psy avant que cette bombe à retardement ne vous explose à la figure !

• “il ne se rappelait de rien”

-> Sauf qu’il a rasé les murs après que vous lui ayez rappelé ses actes abjects !

En un sens, vous lui avez dit ce que vous aviez à lui dire, vous vous êtes défendue! Vous lui avez rendue sa honte, sans même en avoir conscience, puisque vous n’avez pas eu à affronter cette honte, protégée par votre déni !

-> Du moins, c’est ce que je perçois dans vos écrits !

Votre comportement est assez déroutant, mail il trouve son explication dans “je dois aussi me reconnecter à moi même régulièrement pour ne pas sombrer dans le deni”

En clair, votre inconscient se connecte à votre conscient et lui livre certaines infos, uniquement à des moments précis, ce qui vous a permis de vous défendre et de dire vos 4 vérités à votre porc, puis il se déconnecte du conscient et vous replongez dans le déni qui vous protège!

Et votre déni se retrouve dans “C était comme si rien ne s était passé… je me demandais même avant si je ne l avais pas imaginé”

• Conclusion : Je pense, comme vous, que vous n’êtes connectée à vous même qu’à certains moments, que le déni vous protège encore ! Vous ne vous autorisez pas à vivre vos émotions, votre ressenti sur les actes de votre porc, mais aussi, sur les vôtres ou sur l’absence des vôtres !

Il est temps de consulter une psy qui vous permettra de ne plus vous couper de vos émotions et d’être vous-même dans votre globalité!

Qu’en pensez-vous ?

Merci de répondre aux questions que je vous avais posées !

Toute mon affection !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Petitefille
Membre
Petitefille
Hors ligne

Catoune
J en pense que je pensais que cette histoire était “réglée ” mais finalement pas du tout et qu en effet je vais devoir reprendre contact avec un psy pour mieux me reconnecter à moi même. J ai ressenti le besoin de témoigner en lisant un article sur votre site dans causette. Car la souffrance revient quand même quotidiennement je dirais sous différentes formes. Ce que vous dites sur ma protection de ce porc n est pas ce que j ai dit mais je vois ou vous voulez en venir, c est vrai que je me disais que ce que j avais subi n était pas si grave par rapport aux autres qui ont pu avoir viol avec pénétration mais si quand même les dégâts dont psychiques ce que je ressens par rapport à ce porc qui n a pas été puni c est une grosse souffrance quand même quand je ne refoule pas mes sentiments. Mon parcours personnel a été important mais il me reste en effet des étapes à franchir pour mieux vivre et protéger ma fille au mieux mer c pour votre soutien

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Petitefille,

Je vous en prie ! BTP est un site où les victimes s’entraident !

Juste quelques infos, je suis une victime de viols, un pédophile. Je ne suis pas psy ! Je suis bénévole sur ce site, je fais ce que je peux pour aider les victimes qui souffrent et j’espère faire plus de bien que de mal!

Je vous dis cela, car une psychothérapie fait terriblement souffrir ! Je préfère vous prévenir!

Le but est que la victime affronte les émotions qu’elle a refoulées ! Ceci afin de guérir!

Je suis navrée de vous avoir mis face à ce constat : « je pensais que cette histoire était « réglée » mais finalement pas du tout »!

Vous en souffrez tous les jours, je m’attendais à cette réponse de votre part! Je pense que vous aviez besoin que je vous le montre, que j’agisse comme un miroir, de manière à le réaliser, à en prendre pleinement conscience!

Maintenant, vous ne pouvez plus l’ignorer, ni le minimiser !

Bien sûr que vous n’avez pas protégé votre porc sciemment ! Vous n’avez pas voulu briser ou perdre votre famille, puis plus tard, vous n’avez pas voulu que ce pourri tuent vos grands-parents, et c’est pour éviter de supporter le poids de cette culpabilité, que vous n’avez pas agi contre lui ! Ce sont vos peurs et vos angoisses qui l’ont protégé!

Et c’est bien ce qui vous fait souffrir, car vous vous le reprochez, de manière consciente ou pas ! D’où votre mal être depuis les faits!

Surtout Petitefille, ne culpabilisez pas pour avoir eu peur ! Le seul coupable, c’est votre porc ! C’est lui, le détraqué sexuel, le pervers, le pédophile !

Vous n’aviez que 11 ans ! Que peut-on faire à cet âge-là pour se défendre contre un prédateur?

Puis, comment en parler après, en grandissant ? C’était votre parole contre la sienne ! Et le fait de ne pas vouloir briser ou perdre votre famille pesait lourd dans la balance ! Puis, s’est rajouté la peur qu’il ne fasse du mal à vos grands-parents, ce qui vous a fait taire pour de bon ! Le fardeau aurait été trop lourd à porter!

Ce n’est pas pour rien que votre maladie découle de votre anxiété ! La peur vous a longtemps dominée!

Et ce n’est pas pour rien, que vous avez choisi un métier en relation avec la clientèle! C’est une façon de combattre votre peur, de vous affirmer !

Sauf que vous ne réglez pas le problème, car il ne s’agit pas des mêmes peurs ! Vous compensez, vous contrebalancez, c’est tout!

En ce qui me concerne, c’est pire que vous ! Je compense mon immense colère! Et croyez-moi, la colère fait bien plus de dégâts que la peur!

Vous avez encore des étapes à franchir pour espérer guérir ! Mais, n’oubliez pas, vous avez été capable de vous reconstruire, vous avez une fille, de quoi espérer dans la vie ! Et ça, c’est magnifique!

Moi, je ne me suis pas reconstruite !

Je pense que notre échange vous aura permis de mieux comprendre votre fonctionnement et de mieux cerner ce qui vous reste à régler, de façon à ne plus avoir mal et de sourire sincèrement à la vie!

• Il y a une chose que vous ne m’avez pas dite et que j’aimerais absolument savoir! Vous avez lu un article sur ce site, mais pourquoi avez-vous témoigné ? Qu’est-ce qui vous a fait sauter le pas ? Qu’espériez-vous ? Aviez-vous des attentes particulières?

• Un dernier point : pouvez-vous m’indiquer le lien où se trouve l’article sur causette.fr concernant ce site ? Je n’ai pas su le trouver! Merci par avance !

Toute ma tendresse !

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.



Petitefille
Membre
Petitefille
Hors ligne

Bonjour catoune le causette concerne est celui d octobre 2018 p.22-25 mais insiste plus sur la version Twitter. Ce qui m a motivé c est l envie de délester un poids de mes épaules et rompre le solitude intérieure par rapport à ce qui s est passé et ausdi l envie d en parler avec des personnes qui l ont vécu aussi je recherchais du réconfort en fait et j étais loin de me douter que nos échanges allaient être aussi qualitatifs j espère que vous pourrez vous reconstruire un jour et bravo pour votre investissement

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité
Catoune
Hors ligne

Chère Petitefille,

• Merci pour cet admirable compliment, “j’étais loin de me douter que nos échanges allaient être aussi qualitatifs”! Merci aussi pour vos félicitations, “bravo pour votre investissement” ! Ils nourrissent mon cœur et mon âme !

• Merci pour l’info sur le magazine Causette numéro 93 ! Le problème c’est qu’avec mon IPhone 4, je n’ai pas pu avoir accès aux pages que vous m’avez indiquées ! Comme je ne suis ni sur Facebook ni sur Twitter, j’ai tenté de trouver la version dont vous m’avez parlée, mais, je n’y suis pas parvenue ! C’est dommage!

• Si je vous ai poussée à exprimer les raisons qui vous ont fait poster, ce n’est pas pour en tirer une gloire quelconque, mais pour deux raisons :

1) Pour que vous preniez conscience des besoins et des attentes qui sont les vôtres ! Cela souligne vos manques ! Il vous faudra travailler sur ces points avec une psy, pour les combler ! Vous pouvez aussi participer à un groupe de parole et échanger avec des victimes !

2) Pour que les victimes, s’identifient à vous plus facilement, et sachent tout le bien et tout le réconfort que procurent le fait de parler, de briser le silence, de s’ouvrir aux autres, d’échanger avec d’autres victimes et de n’être plus isolée dans son coin à supporter seule ses traumatismes!

• Merci de vous être livrée, comme vous l’avez fait ! Vous en inspirerez tellement d’autres et en un sens, vous leur viendrez en aide!

Alors, merci au nom de toutes les victimes, votre témoignage et notre échange les porteront!

Merci pour votre souhait me concernant! C’est très gentil à vous ! Mais, je suis trop abîmée ! Souhaitez-moi de retrouver l’espoir ! Là, même si elle est minuscule, il y a peut-être encore une chance !

Aimez votre fille comme une maman doit aimer son enfant ! Veillez sur elle ! Votre amour et votre attention envers elle, la protégeront et ne la laisseront pas sans défense ! N’oubliez pas que les détraqués sexuels s’en prennent surtout aux proies faciles!

Prenez bien soin de vous et de votre famille ! N’hésitez pas à revenir échanger sur votre post, je serai avertie, ou en conversation privée !

Toute ma tendresse !

Catoune

Merci de remplir les champs obligatoires.