Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Violé par mon oncle

Bonjour,
Voici un extrait de la plainte que j’ai déposé auprès du Procureur du Roi (Belgique) en février 2021.
(…)
En 1983, j’ai été victime de violences sexuelles de la part de mon oncle xxxxxx. J’ignore son adresse actuelle.
Alors agé de 10 ou 11 ans, ma mère a décidé, dans un contexte de violences intra-familiales liées à l’alcool, de quitter momentanément le domicile familial pour loger plusieurs jours chez mes grands-parents. Mon oncle y vivait avec eux. Il a été décidé que je partagerais sa chambre durant cette période. C’est alors qu’il a commencé à m’imposer des attouchements et relations sexuelles. Ces actes ont duré le temps de mon hébergement chez mes grands-parents. Par la suite, ils se sont reproduits à plusieurs occasions. Sous influence, par honte peut être et dans un contexte social et familial difficile, je n’ai pas eu l’occasion de révéler ces faits à mes parents. Avec le recul, des signes pouvaient cependant être décelés. J’ai cru pouvoir enfouir dans ma mémoire ces moments difficiles. Cependant, j’ai toujours ressenti un certain mal de vivre qui m’a poursuivi pendant de longues années. Ayant eu l’occasion de m’élever socialement et de fonder ma propre famille, mon mal être est resté vivace avec une certaine incapacité à connaitre le bonheur. En 2015, j’ai consulté un psychologue qui m’a aidé à cerner l’origine de mes maux. Après un suivi thérapeutique de trois ans, j’arrive doucement à me réconcilier avec moi-même et à découvrir une certaine joie de vivre. Mais la plaie reste vive et ne cicatrisera jamais. Ce fardeau, je dois le porter chaque jour et l’évoquer suscite une vive émotion. C’est une condamnation à vie que cette personne m’a infligée.
Je ne possède évidemment aucune preuve de ces agissements. Si les faits sont très lointains et sont très probablement frappés de prescription, j’agis dans une démarche qui devrait me permettre d’alléger quelque peu cette douleur en dénonçant ces faits. Il est important pour moi, de nommer officiellement la personne responsable de ces actes.
Par ailleurs, cette personne est toujours vivante, a fondé une famille et est susceptible de fréquenter des enfants. Elle pourrait donc représenter une menace potentielle pour ces enfants.

Fin de l’extrait

A ce stade, malgré la prescription, j’ai été entendu par la police avant que mon agresseur soit lui-même entendu. L’occasion m’a été donnée d’en parler enfin avec ma mère et mes soeurs. Je me suis libéré, par la parole, de ce cailloux dans ma chaussure qui m’a longtemps empêché de courir vers l’avant et de profiter pleinement de ma vie. J’ai toujours cru que j’allais pouvoir oublier, confiner ces souvenirs dans le tréfonds de ma mémoire. C’est un leurre. L’enfant qui est mort ce jour là, il m’a manqué toute ma vie. J’ai vécu dans un sarcophage, mort vivant, sans goût à la vie avec cette sensation perpétuelle de solitude et d’abandon. Faire ces démarches maintenant me permettent de me réconcilier avec cet enfant mort, de le prendre par la main et de l’emmener avec moi avec toute la bienveillance et l’amour qu’il aurait du avoir.
Notez que depuis, j’ai appris que ma soeur a également été victime. Je pense qu’il doit y avoir d’autres victimes parmi mes cousins/cousines. J’attends de pouvoir lire son audition où je ne m’attends guère à ce que la vérité éclate. Cependant, j’espère que la parole pourra ternir le reste de sa vie.
In fine, ce récit est un parmi tant d’autres. Cette violence doit cesser. Maintenant. Les démons ne survivent pas à la Lumière.

Stan

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME