Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Le silence et la protection

Bonsoir,
A l’age de 6ans j’ai été victime d’abus sexuel de la part de mon frère. Aujourd’hui j’ai 16ans et c’est maintenant que j’en souffre le plus… avant je ne comprenais pas, je ne savais pas la gravité des actes. J’ai décidé d´en parler il y a quelques mois. Je ne sens pas mon frère concerné.. moi qui ai voulu protéger ma famille pendant ces années d’ignorance tout me retombe dessus.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

6
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
4 Nombre de commentaires
2 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
5 Nombre de personnes ayant commentés
clemenceHedVictoireMargueriten n Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
n n
Invité
n n

Quand tu en as parlé à quelqu’un, que s’est-il passé pour toi?
Peux-tu expliquer davantage « je ne sens pas mon frère concerné…moi qui ai voulu protéger ma famille pendant ces années d’ignorance tout me retombe dessus »?
Il est important que tu ne restes pas seul(e) avec ta souffrance.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Marguerite
Invité
Marguerite

C’est impératif d’en parler tu as bien fait
N’oublie pas de te préserver toi et ta vie future, en déposant plainte. La reconnaissance des faits et de sa culpabilité sont essentiels pour ne pas perdre pied

Merci de remplir les champs obligatoires.



Victoire
Invité
Victoire

Bravo pour ton courage ! Adulte, c’est déjà d’une difficulté extrême de parler, alors à ton âge, c’est encore plus admirable. Malgré ce que tu as subi, malgré ta souffrance actuelle, tu as probablement beaucoup de force en toi.

Sans doute ton frère feint-il de ne pas se sentir concerné pour tenter de minimiser les faits ; c’est une forme de défense. Mais son attitude ne doit pas te laisser penser – ni laisser penser à ta famille – que ce qu’il t’a fait subir n’est « pas si grave ».

Bien sûr qu’à 6 ans, on ne sait pas, on ne comprend pas. Tout ce qui se passe dans notre petit monde est « normal » à nos yeux – même si parfois, on sent bien que « quelque-chose » ne va pas… Donc, ne culpabilise pas.

Tu dis que « tout te retombes dessus ». Je suis de l’avis de « N N » : peux-tu nous en dire plus ? As-tu subi des menaces de la part de ta famille ? T’a-t-elle demandé de te taire ? T’accuse-t-on de vouloir « détruire » ta famille ? A-t-on mis en doute tes propos ? …

Merci de remplir les champs obligatoires.



Hed
Invité
Hed

Je me suis mal exprimé. Je veux dire que aujourd’hui j’ai dû être entendu par la police deux fois, subir un examen gynécologique… alors que mon frère, qui sait qu’une affaire est en cours, n’a rien… il reste tranquillement dans son canap. Comme si que j´en avais pas déjà assez souffert.

Merci de remplir les champs obligatoires.



n n
Invité
n n

Une des choses difficiles dans une telle procédure, c’est que tout est très long, et les victimes ne sont pas informées de ce qui se passe.
C’est la procédure habituelle : les policiers t’écoutent deux fois et il y a un examen médical.
Ca veut dire qu’ils font leur travail correctement. Mais je comprends que cela ait été difficile pour toi. Après ça, ils te laissent tranquille pour un moment.
Maintenant, ils sont en train de faire une enquête discrète sur ton frère, ils recherchent des éléments de preuves, sans que ton frère soit inquiété, c’est normal. Ils veulent avoir déjà des éléments sur ton frère avant d’écouter ce qu’il a à dire. Quand ils auront fini cette enquête, ils convoqueront ton frère pour l’auditionner.
Par la suite, il est possible, même probable qu’ils organisent une confrontation, c’est à dire qu’ils vous convoqueront toi et ton frère en même temps. Si c’est difficile pour toi à ce moment là de te trouver trop près de lui, ou en face de lui, n’hésite pas à le leur dire, pour t’asseoir plus loin, ou même lui tourner le dos si ça te facilite les choses pour parler.
Tout au long de l’enquête, de temps en temps, tu peux demander des renseignements sur l’enquête en cours, demander où ils en sont, à la personne qui a recueilli ta plainte.

Ne t’occupe pas de ton frère, ne t’inquiète pas, son tour viendra, un mauvais quart d’heure pour lui j’espère.
Soit fort(e) à l’intérieur de toi, tu as fait ce qu’il fallait. Ton frère a mal agi, il en paiera les conséquences un jour. Toi tu es digne, et tu peux être fièr(e) de ce que tu fais aujourd’hui.
Te sens-tu assez écouté(e), et soutenu(e), par la police, par ta famille…?
Il est important pour toi que tu ne te sentes pas seul(e) dans cette épreuve, que tu puisses en parler.
Tu peux consulter sur internet et /ou contacter une association pour t’aider, te donner des informations si tu as des questions, t’écouter si c’est « trop lourd », telle que Peau d’âne, AIVI, VivreSoleilRenaître(région PACA), lemondeatraversunregard, Enfance-majuscule…
Cela pourrait sans doute aussi t’aider de parler avec un psy.

J’admire le courage que tu as eu et je t’en souhaite encore beaucoup, et n’hésite pas à revenir ici nous tenir au courant, ou t’exprimer si tu en ressens le besoin.

Merci de remplir les champs obligatoires.



clemence
Invité
clemence

oui quand on décide de parler il est fréquent que la famille désigne la victime comme celle qui apporte la honte sur la famille. Tu n’es pas coupable de ce que l’on t’as fait. Tu as bien fait de parler.

Merci de remplir les champs obligatoires.