Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Violée quotidiennement à 13 ans avec la complicité de mes parents

Je suis issue d’une famille assez spéciale, des parents polytoxicomanes, une mère violée dans son enfance à de multiples reprises par son père, ses oncles, ses frères, sur le long d’une route alors qu’elle faisait du stop, en somme une vie pas très joyeuse. Mon père buvait et consommait divers produit dès le réveil et avait une consommation bien plus élevée que ma mère. Je me suis toujours demandé s’ils avaient conscience qu’ils avaient une fille. Un jour un ami de mon père, ou plutôt un marginal qu’il venait de rencontrer au bistrot; est venu s’installer du jour au lendemain à la maison. Il avait 29 ans, moi 13. Nous vivions certes dans une petite maison, mais j’avais un petit cagibi dans lequel je jouais régulièrement et dans lequel certaines personnes restaient dormir les soirs de “défonce”. Cependant et je ne savais pour quelle raison, le nouvel ami de mon père venait dormir dans ma chambre. D’abord par terre, puis très rapidement dans mon lit 1 personne. J’ai bien évidemment laissé la place et avez décidé de m’installer par terre, jusqu’à ce que mon père me mette ce qu’il appelait une dérouillé. La suite vous l’imaginez, mais parents étaient au courant, ils étaient fiers de moi parce que j’étais devenue une femme, j’avais 13 ans, lui 29. Nous avions un “rituel” le dimanche après-midi, nous allions dans ma chambre, mais parents dans la leur et tous le monde ressortaient le sourire aux lèvres, sauf moi qui n’avais envie que d’une chose : de mourrir. Je semblais être la seule à comprendre que ce qu’il se passait n’était pas normal. Un jour lors d’une visite médicale au collège, j’ai failli tout raconter, mais je ne l’ai pas fait, je n’ai pas osé, j’ai eu pitié pour mes parents, je ne sais pas pourquoi mais j’arrivais encore à les excuser alors que je savais que le soir même cela recommencerait. Bizarrement je les excusent encore, car je mets tout ça sur le compte des produits. Ma grand-mère n’a jamais eu connaissance des abus dont j’ai été victime, mais par contre elle savait que mes parents consommaient énormément et elle disait qu’elle ne reconnaissait plus mon père et qu’avant de connaitre ma mère il était adorable, doux, mais que la drogue l’avait transformé en déchet.
Malgré tout je suis encore là, je suis moi-même mère de famille, j’ai préféré ne rien dire à mon compagnon de peur d’être jugée, mais j’avais envie de raconter mon histoire, certes hors du commun mais c’est mon histoire, mon passé et je ne peux pas l’effacer, mais surtout je sais que des centaines voir peut-être des milliers d’enfants et adolescents sont actuellement en train de vivre des attrocités similaires à celles que j’ai vécu et cela me rend malade que l’on fasse rien. Je sais que des personnes extérieures se doutaient de quelque chose, les voisins nottament, mais personne n’a rien fait, ni rien dit. Pour finir et répondre directement aux personnes qui vont me dire que je n’ai qu’à porter plainte : 1. Je n’ai aucune trace de mon violeur, je ne sais pas s’il est dans la rue ou mort et je ne veux plus entendre parler de lui, j’ai refais ma vie et tiré un trait sur mon passé. 2. Mes parents sont tous les deux décédés, d’un suicide, du moins il parait … une balle dans la tête pour ma mère et deux pour mon père … Personnellement je n’y crois pas une seule seconde, mais bon …

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
6 mois plus tôt

Chère anonyme, votre récit est l’un des pires que nous connaissions en bientôt trois ans d’existence du site. Votre conclusion est claire, mais c’est de vous qu’il s’agit. Votre récit est un plongeons dans l’horreur des milieux anomiques de la toxicomanie aux marges de la société avec lumpen prolétariat déstructuré et jamais loin, le crime. Ces milieux sont toujours destructeurs et toxiques pour les jeunes enfants comme le sont de toute manière toutes les fausses alternatives qui reposent sur des bases malsaines, je n’entre pas dans les détails. Cette abomination que vous avez subie est insupportable rien qu’en lisant votre récit poignant et sobre.
Maintenant c’est de vous qu’il s’agit et vous avez besoin d’aide. Je vous invite à prendre contact avec des associations de victimes:

Le monde à travers un regard : organise des groupes de paroles, ateliers artistiques, forum ect…

http://lemondeatraversunregard.org/qui-sommes-nous/

** l’AIVI (Association Internationale pour les Victimes d’Inceste) site internet:

https://aivi.org/

https://www.sos-inceste-violences-sexuelles.fr/

De plus vous avez besoin de consulter, voici des liens pour vous aider;

Sites médicopsychologiques:
La sidération: pourquoi une victime ne réagit-elle pas durant l’agression?
https://www.filsantejeunes.com/letat-de-sideration-psychique-20843

** psychotraumatisme:
AFTD, Association francophone du trauma et de la dissociation :
Rubrique ”Liste des membres” :
http://www.aftd.eu/liste-des-membres.php

** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
http://www.institutdevictimologie.fr

** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** indiqué par Céline9: un site très intéressant d’ailleurs
https://www.cyrinne.com/

** psy coach: un espace consacré au harcèlement
https://www.psy-coach.fr/

** soutien-psy en ligne
https://www.soutien-psy-en-ligne.fr/

Je laisse la liste des liens complets aux victimes:

https://pastebin.com/ZJWB02JY

Votre témoignage précieux montre que vous avez pu vous extraire de cette abomination, je vous invite à consulter et à réfléchir avec un thérapeute et une association de victimes à la possibilité de révéler cette enfance affreuse.

Il est impossible que vous soyiez jugée mais votre réaction est bien normale: c’est celle de la victime de pédophilie avec la complicité de ses parents qui cherche à se protéger et se préserver.

Ici vous ne serez jamais jugée et vous pouvez revenir comme bon vous semble ou jamais, comme vous le souhaitez.

Encore merci de votre témoignage précieux.

De tout coeur avec vous.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.