Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Violée par mon ex soutenu par sa mère

Bonjour à toutes et tous,

Je vous apporte ici mon témoignage car ça me ferait du bien d’en parler. Je précise que je ne suis pas non plus abattue ni traumatisée, je me suis toujours efforcée de ne pas ruminer mon vécu pour ne pas sombrer.

Je vais ici vous parler de mon ex, que j’appellerai Alexis par souci d’anonymat.
On s’est connus en septembre 2015, j’avais 19 ans, et nous avons fini ensemble en janvier 2016. Nous avions beaucoup de centres d’intérêt communs, et c’est comme ça que de fil en aiguille nous avons finis ensemble. Il avait 4 ans de plus que moi et il était (malheureusement) du genre Tanguy, en particulier dans sa relation avec sa mère -mère poule étouffante et intrusive qui, littéralement, lui téléphonait toutes les 2h pour savoir si ses cours se passaient bien et si il allait manger du pain le soir-. Il vivait chez ses parents, et ces derniers m’ont proposé de les rejoindre sous leur toit, afin de rester avec Alexis -ce que, à regret, j’ai accepté-.

La première chose qui m’avait frappée avec lui c’était son intérêt pour le sexe. En couple, il ne jurait que par ça. Si j’avais le malheur de refuser le sexe, il me disait « c’est pas une relation saine ça, un couple ça couche au moins une fois par jour ». Il était également anti-préservatifs (soi-disant ça lui retirait tout son plaisir) et, naïve que j’étais et sans réelle expérience, il me jurait que tant que l’éjaculation a lieu après les règles, je ne tomberai pas enceinte. Et quelle grossière erreur, je suis tombée enceinte et ai dû avorter à mes frais. A partir de là, j’ai commencé à prendre la pilule contraceptive.

Cette dernière joue un rôle majeur dans l’histoire car elle a fini par m’ôter toute libido un an après, en 2017. Quand ma libido a commencé à partir et que mes refus s’accentuaient, il a commencé à me faire des choses dans mon sommeil (rapport avec éjaculation, sexe oral, etc..). A chaque fois que ça me réveillait, je lui reprochais son acte en lui disant que je détestais ça, il me disait « mais non, c’est romantique, c’est pour te réveiller en douceur ». Et ceci, il a continué à le faire jusqu’à notre rupture en 2018.

A cela s’ajoutèrent d’autres choses qui me dérangeaient fortement avec lui, à commencer par sa misogynie digne d’un Incel. Il a toujours détesté les femmes et l’a toujours dit sans se cacher, il disait même détester sa propre mère. Il passait aussi son temps à dénigrer des féministes en tout genre.

Puis , en 2018, c’est là que tout éclata.
J’avais rencontré à l’école un garçon qui me faisait fondre (aujourd’hui mon petit-ami), adorable et respectueux comme jamais. Bref, c’était le coup de foudre, autant pour moi que pour lui. Quand on s’est avoué qu’on s’aimait, je n’avais pas encore rompu avec Alexis car j’attendais de pouvoir trouver un appartement pour le faire (je savais pertinemment qu’il me mettrait aussitôt à la porte si je lui demandais de rompre). Ceci s’est passé en juin.
En août arrivèrent des choses immondes avec Alexis, encore. Cette fois il m’avait violée délibérément pendant mon sommeil. Là où, habituellement, il reconnaissait quand il me faisait des choses dans mon sommeil, cette fois-ci il a nié en bloc.

En effet, pendant qu’il faisait son affaire, je me suis réveillée mais ne l’ai pas montré. J’ai fait mine que je dormais encore, car j’avais l’intention de le confronter le lendemain. Il n’est pas allé « jusqu’au bout » de son affaire ce soir-là. Le lendemain matin, je lui ai fait remarqué que je me sentais humide et qu’il m’avait forcément fait des choses dans mon sommeil (je continuais à prétendre que j’étais inconsciente quand ça a eu lieu).
Et quelle ne fut pas sa réaction ? « Jamais je ferais ça, depuis le temps que tu me dis que tu en as horreur ». A cet instant, j’avais envie de pleurer. Je lui ai donc révélé que j’étais réveillée quand c’est arrivé, et il a eu LE CULOT de prétexter qu’il ne s’en souvient pas, que ça ne lui ressemble pas etc !! A partir de là, j’ai fini par dormir dans mon coin.

Avec mon amant, on continuait à se parler et on se voyait en ville (on n’est jamais allé plus loin que des baisers pendant tout le temps où j’étais encore avec Alexis ).
Seulement, en septembre, Alexis a découvert ma relation avec cet amant, et a donc décidé de me mettre à la porte avec l’aide de ses parents. Et là, le plus « drôle » arrive, car sa mère me demanda « En plus tu dormais dans un lit à part au lieu d’avec Alexis, c’est dégueulasse ». Je lui ai répondu « Vous savez que votre fils m’a violée ? », et voici donc la réponse de madame : « N’importe quoi, jamais il ne ferait ça, on l’a bien éduqué ! Il m’a raconté ce qu’il t’a fait, c’est juste du romantisme. Quand on est un couple, on est consentant en permanence, et même si tu n’as pas envie, tu dois te forcer pour le bien-être de ton homme, moi c’est ce que je fais ».
Je lui rétorquai que c’était tout de même du viol, qu’il n’y a pas de « consentement définitif », elle m’a répondu « De toute façon, votre génération ‘balancetonporc’, c’est de la bêtise, c’est facile de crier au viol ».

Elle aura défendu son fils avec corps et âme, et lui m’aura violée.
(D’ailleurs, Alexis m’a dit que, comme au moment du viol je le trompais déjà avec mon amant, alors ça veut dire que c’est lui qui a été violé et pas moi. Vous y croyez ?)

Pour conclure, maintenant je vis ma vie au côté de mon chéri et loin de cette histoire. Je tenais absolument à en faire part. Si j’avais pu donner un nom, je l’aurais fait, car je souhaite du fond du coeur qu’aucune de vous ne tombe sur cette famille de timbrés, violeurs de père en fils.

Merci à celles et ceux qui m’auront lu.

Je vous souhaite beaucoup de bonheur, puissiez-vous vous sentir mieux et aller de l’avant. Je vous souhaite beaucoup d’amour

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
Koxie Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Koxie
Membre

Bonjour, merci pour votre témoignage, mais je pense que vous feriez mieux de le signaler et d’en parler à un professionnel pour construire votre vie sans cauchemard, c’est très grave ce qu’a fait Alexis (vous ne devez pas aimer les alexis pour choisir ce nom-là!) ou alors c’est le sens du mot qui vous a plu: celui qui repousse les hommes,
C’est grave aussi pour sa mère et son mari. Non, il ne faut pas se forcer dans un couple, et si on n’en a pas envie, rien nous oblige à le faire: mariée ou pas, en couple ou non. Surtout dans ces conditions, c’est de l’avilissement.
Je peux vous donner des sites à consulter pour que vous alliez plus loin dans votre démarche,
Violences Femmes Info – 3919
Écoute, informe et oriente les femmes victimes de violences, ainsi que les témoins de violences faites à des femmes.
Traite les violences physiques, verbales ou psychologiques, à la maison ou au travail, et de toute nature (dont les harcèlements sexuels, les coups et blessures et les viols).
Ne traite pas les situations d’urgence (ce n’est pas un service de police ou de gendarmerie).
Par téléphone
39 19 (appel gratuit depuis un téléphone fixe ou mobile)
Ouvert
de 9h à 22h du lundi au vendredi,
et de 9h à 18h le samedi, le dimanche et les jours fériés.
Appel anonyme.
Appel ne figurant pas sur les factures de téléphone.
– le 116 006 – ce numéro anonyme d’aide aux victimes permet de bénéficier d’une aide et d’être orienté vers différents réseaux associatifs spécialisés.
(appel gratuit)
Ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 19h
Le service est également accessible en composant le +33 (0)1 80 52 33 76 (numéro à tarification normale).
Par courriel
[email protected]
– Violences conjugales – Ligne directe 24/24 et 7/7j.
sos-detresse.fr
Vous êtes victime de violence au foyer ? Parlez-en. 100% Anonyme. SOS Détresse.
Personnes en détresse. · Situations d’urgence.
– stop-violences-femmes.gouv.fr
( plein d’infos dont l’ordonnance de protection comment l’obtenir,…) est un site officiel mis en place par le Gouvernement. Il recense des informations générales et donne les coordonnées d’associations spécialisées.
Bon à savoir : si une femme surfe sur ce site, elle peut en un clic effacer les traces de son passage; son conjoint violent ne pourra donc pas savoir qu’elle l’a consulté.
– Halte Aide Femmes Battues
14, rue Mendelssohn – 75020 PARIS
Tél. 01 43 48 20 40 – Fax 01 43 48 81 50
– L’Association Parler de Sandrine Rousseau : « parler pour que ça compte » qui organise dans certaines villes des groupes de paroles et un accueil des victimes.

Ne baissez pas les bras!

Merci de remplir les champs obligatoires.



Koxie
Membre

Votre histoire m’a fait mal au coeur, et je comprends très bien ce que vous pouvez ressentir. les propos que je peux écrire n’a qu’un seul but, vous donner les moyens de sortir de cette histoire.

Merci de remplir les champs obligatoires.