Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Violée en soirée par un homme d’une dizaine d’années de plus que moi

Je m’en souviens comme si c’était hier. Je n’ai rien oublié, et pourtant qu’est-ce que j’ai essayé !

J’étais en troisième, ça devait être l’année 2013 je crois, je venais d’avoir 14 ans.

Je ne me souviens plus de la douleur que je ressentais avant que ça arrive, parce qu’elle n’a plus jamais été la même. A côté de ça, elle aurait sûrement été supportable. En tout cas je souffrais. Je m’en souviens. Ce soir-là, pour noyer mon chagrin, ça a été vodka. Une des premières fois où je l’ai bue pure. J’ai aimé ça. J’ai trop aimé ça d’ailleurs. Je me revois, avachie sur le canapé en cuir blanc, les paupières lourdes et les yeux qui piquent. Une petite fille qui jouait à la grande. Et puis d’un coup ce gars, grand, brun. Sûrement mignon le gars en question, mais j’étais trop bourrée pour m’en souvenir.

Il me tend la main, me dit qu’on va se coucher, et naïvement moi j’ai envie d’aller me coucher. Je le suis dans l’escalier avec la moquette grise dessus. Ça me fait drôlement rire et j’arrête pas de tomber. Pourtant il y avait rien de drôle dans cet escalier. On rentre dans la première chambre, grise aussi. Et là, le calvaire commence.

Derrière moi, je l’entends fermer le verrou, alors que je me jette sur le canapé-lit. Il attrape mes cheveux (à l’époque ils m’arrivaient presque aux fesses), d’un coup, la douleur m’a réveillé et il m’a tiré par terre contre le mur. A partir de là, j’ai compris ce qui allait arriver. Il défait sa braguette, et m’oblige à le sucer. Je n’ai jamais pu aller plus loin dans l’histoire, mais aujourd’hui je vais le faire.

Je serre les dents et je ferme les yeux, en pensant que ça va le décourager. Il s’est mis en colère, a continué à me tenir par les cheveux et m’a cogné contre le mur. Longtemps, j’ai cru que ma tête allait s’ouvrir en deux. Mais non, c’est solide ces choses-là. Quand il a enfin arrêté, j’étais silencieuse et je pleurais. Il a ouvert ma bouche et il a fait des va-et-vient. Il y avait comme un marteau-piqueur dans ma tête, j’avais mal, et à chaque coup qu’il donnait, ma tête frappait à nouveau dans le mur. Il sentait mauvais, une odeur atroce, et je fermais les yeux pour ne pas que l’image soit pire que l’odeur. J’avais envie de vomir. Il allait de plus en plus profond dans ma bouche, je respirais plus, j’aurai aimé mourir ici. Mais il a fini par arrêter, et j’ai cru que c’était fini. Mais non.

En me rattrapant par les cheveux, il me rassoit sur le canapé. Je me mets en position fœtale, dans laquelle je me sens en sécurité. Je n’arrêtais pas de me répéter « Il va partir, c’est fini, il va partir ». Mais je l’entends se déshabiller, puis se rapprocher de moi à nouveau. Je lève la tête, la seule fois où j’ai osé le regarder pour le supplier d’arrêter. Il m’a souri. Mais pas un gentil sourire. Un sourire de prédateur, un loup affamé qui va se jeter sur sa proie. Je crois, que c’est l’une des choses qui me fait le plus mal aujourd’hui, ce sourire. A partir de là, il a commencé à me parler. Et jusqu’à la fin il n’arrêtera pas : « T’aime ça salope », « T’es une bonne petite pute », « Allez, je sais que t’aime ça », comme s’il s’attendait à me voir en extase devant ce qu’il me faisait subir. La honte a dû apparaitre dès ce moment-là.

Une gamine de 14 ans, anorexique, en boule sur un canapé sale, ça aurait tenté qui ?

Il me dit de m’allonger, je ne le fais pas, il devient violent, me force. Je lutte, pendant près de 5 ou de 10 minutes je lutte jusqu’à épuisement. Il comprend qu’il a gagné. Il enlève mes vêtements, je ne me bat plus, j’ai perdu et je sens mon âme se détacher de ce corps-objet qui de toute évidence ne m’appartient plus.

Il couche son gros corps sur moi, et serre mes poignets tellement fort que je me souviens de cette douleur. Il est lourd, trop lourd pour moi, je suffoque sous son poids. Je sens son souffle, son odeur et son corps qui dégoulinent de sueur. Il pue. Il pue la bière tiède, l’animal mort, la clope aussi un peu. C’est affreux. Je sens ses doigts sur mon corps, qui se balade de mon ventre à mes seins, sa peau qui se colle à la mienne. Il me pénètre, d’un coup, sans préliminaires. J’ai mal mais je ne le montre pas. C’est à cause des coups qu’il m’a donné ? C’est parce que je suis vierge ? Je n’en sais rien et je m’en fou pas mal, parce que la douleur physique importe peu au point où j’en suis.
Les minutes qui suivirent furent longues, interminables. Lorsqu’enfin il sort de moi, je me dis que c’est fini pour de bon. Il éjacule sur mes seins et mon ventre. Il se lève, se rhabille et part. Aucun mot adressé à moi, il me laisse là comme un objet, souillée et sale.

Je me suis rhabillée, très vite, sans me nettoyer. Je me suis mise en boule dans un coin de la chambre, position fœtale toujours et je me suis endormie là. Tout le reste ne fait pas parti de l’acte en lui-même, mais m’a traumatisé aussi. Comment je suis rentrée sale chez ma tante, le nombre de douches que j’ai pris par jours pendant des mois, ma tête en sang et les mensonges que j’ai dû raconter, ma peur des garçons et mon dégout du sexe, les nuits affreuses que j’ai passée pendant plus d’un an… L’acte en soi, même si ça a été le plus dur, n’a pas été le seul traumatisme. Ça s’est étendu sur des mois, voire des années.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
7 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
amazone
amazone
6 années plus tôt

je ressens ta douleur et tout ce que je peux te dire c’est que tu es courageuse d’avoir pu le raconter maintenant. Tu t’ai senti coupable parce que tu avais bu? parce que tu as suivi ce porc? surtout pas !!!!
il a abusait de toi tu étais qu’une gamine !! il y a une chose que je regrette, c’est que nous n’ayons pas la force de dénoncer ces faits au moment ou cela se passe, car quelque part d’autres victimes subissent et si nous n’avons pu rien faire pour nous on aurez peut etre pu en sauver d’autre. J’espére que tu vas mieux maintenant et que tu n’as pas laissé ce porc te détruire. Merci pour ton témoignage 🙂

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anonyme
Anonyme
6 années plus tôt
Répondre à  amazone

Merci beaucoup. J’avais un peu effacé ce traumatisme mais c’est revenu ces dernières années. Je penses porter plainte, car aujourd’hui je connais mon agresseur (le meilleur ami de ma cousine). Malheureusement, c’est un cap assez difficile à passer puisque personne dans ma famille n’est au courant, et la réaction de ma cousine notamment me fait très peur. Je n’ai pas de “preuves”, j’étais une gamine et j’étais saoule…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anonyme
Anonyme
6 années plus tôt
Répondre à  Anonyme

Merci beaucoup pour le numéro, je penses qu’il va m’être utile. Merci aussi pour ton gentil message !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
6 années plus tôt

Chère Anonyme,

Où en êtes-vous ? Avez-vous contacté l’Association Viol Femmes infos que vous a recommandé Etoile ?

C’est bien d’avoir eu le courage de tout nous raconter et d’aller jusqu’au bout !

Vous dites que personne n’est au courant. Je pense que c’est une erreur de ne pas parler, mais je sais combien c’est difficile !

Ne gardez pas ce poison en vous ! Parlez-en au moins avec une psy, c’est important !

Donnez-nous de vos nouvelles. Merci.

Merci de remplir les champs obligatoires.



frangipane
frangipane
5 années plus tôt

J’ai beaucoup de peine en te lisant
Je trouve à peine les mots
Si tu repasses par là, j’aimerais également savoir où tu en es
Tu as fais une 1ère démarche, c’est bien
En connaissance de cause comme beaucoup ici, je te conseillerai vraiment d’en parler, pour extérioriser, et ainsi te déculpabiliser, tu n’es pas fautive, de RIEN, Ce mec t’as violée , avec violence !
Comme je te comprends et comme j’aimerais te rassurer, te soutenir, saches qu’ici, et ailleurs, il existe des personnes qui le feront
Crois en toi, ressources toi, soigne ton anorexie, parles, parles et parles, il faut extérioriser ton mal-être
Absolument, c’est une question de survie, sinon, tu risques de continuer dans tes choix et actions à te saboter
Je t’embrasse, prend soin de toi <3

Merci de remplir les champs obligatoires.



frangipane
frangipane
5 années plus tôt

Comme tu l’as dit, tu étais une gamine, et saoûle
Ce n’est pas de ta responsabilité, tu ne l’as pas cherché, tu ne méritais pas ça

Merci de remplir les champs obligatoires.



Allan 68300
Allan 68300
5 années plus tôt

Bonjour A……. il est clair que ce crime (viol=crime) doit être démoncé à la justice mais il faut bien te préparer au Niveau des faits et dates. Le mieux esr d’aller directement voir chez un avocat et de porter plainte directement auprès du procureur de la République . L’avocat s’en chargera de le faire. Mais ne te fait pas trop d’illusion, en France et partout dans le monde, le viol est encore trüs minimisé et les Peines encouru ne sont que sybolique voir nul. Il faut vraiment tomber sur un juge qui connais et qui combat ces crimes de Viols. Mais fais déjà la démarche de la plainte et sors de ce cauchemard qui sans le mettre en lumière te pourrira ta vie futur. Je connais assez bien le sujet pour te le conseiller. Bonne Chance et surtout bon Courage et n’est jamais peur de cette ordure. regarde le dans les yeux-

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME