Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

VACANCES EN FAMILLE : Attouchement par mon demi-frere

Un soir d’été de mes 14 ans, nous sommes en vacances en famille (Moi, mon père, ma belle mère, son fils (14 ans aussi), et ma demi-sœur). Nous passons quelques jours chez la sœur de ma belle-mère a quelques centaines de kilomètre de la maison. Pendant ce séjour, je confie au fils de ma belle-mère que désormais je le considère comme mon frère (en effet nous vivons ensemble depuis nos 7 ans)

Un certain soir, je vais me coucher très tôt car j’ai mes règles et j’ai très mal au ventre. Je me réveil dans la nuit, avec la main de ce garçon dans mon bas de pyjamas. Très gênè de la situation, je fais comme si je n’étais pas réveillé et me tourne de l’autre coté du lit. Il insiste, il balade sa main sale partout sur mon corps comme si il était en train de découvrir un nouveau jeu. Je suis incapable de dire combien de temps ça a duré mais ça m’a parut comme une éternité. Paralysée par la situation, je continue de faire semblant de dormir, jusqu’au moment où je lui mets une gifle.

Après cette gifle, il s’arrête. Vous me direz surement que j’aurais du le gifler plus tôt. Mais J’étais à la fois paralysée, apeurée, et vulnérable.

S’en était surement finit pour lui, il s’est endormit, il a continuer sa nuit, puis sa vit comme si de rien n’était.

Pour moi ce n’était que le début…

Nous avons pour habitude de toujours dormir dans le même lit quand nous partons en vacances. Je suis donc rester dans ce même lit avec lui toute la nuit. La plus longue de toute ma vie. Je ne retrouvai pas le sommeil, j’étais terrifiée. Toute la nuit je me disais que des mon réveil j’allais tout balancer.

Le lendemain matin, je me réveil en dernière, étant donnée que je n’avais quasiment pas dormit de la nuit. Tout le monde déjeune en famille, tout le monde souris. Moi je vois ce garons, qui la veuille je considérai comme mon frère, et qui aujourd’hui m’a détruit intérieurement et continue a sourire devant sa famille. Je me souviens encore du jogging blanc et tee-shirt bleue qu’il portait ce jour même. En une nuit il était devenu vraiment très très laid.

Devant cette image de famille parfaite, je me dit alors que j’en parlerai une fois de retour à la maison. Puis, sur le trajet du retour, je me pose des tas de questions : Est-ce qu’ils vont me croire? Est-ce qu’on va me faire passé pour une menteuse? Est-ce que je vais être reniée de cette famille qui est aussi la mienne? Est-ce que ma belle mère m’accepterai encore dans sa Maison?

Je finis par me dire que j’attendrais le bon moment pour en parler. Les jours et les années passent. Plusieurs fois par an, pour chaque vacances en familles, je continue à dormir avec ce garçon, avec la peur qu’il recommence. Souvent, je me réveil la nuit, car dans mon inconscient je sent encore sa main me toucher. Puis, je me demande si je ne me cache pas derrière mon inconscience, pour ne pas revivre une nouvelle fois CECI.

Il est idéalisé au quotidien par sa chère Maman. Elle le vois comme un Dieu. Elle est éblouit par son fils. Tout comme chaque Maman j’imagine. Et moi de mon coté, je m’efface et m’éloigne de plus en plus.

Je perd confiance.

Le quotidien est de plus en plus lourd a supporter. A mes 19 ans, ma belle mère souhaite m’adopter. J’en parle a l’une de mes profs qui est très ouverte et qui est a mon écoute. Je serai redevable toute ma vie à ce petit bout de femme, pour m’avoir soutenue et comprise. C’était le première adulte a qui j’ai put me confier. Je lui ai donc tout raconté. Elle m’a poussée à dire à ma belle mère ce qui s’était passé avant qu’elle m’adopte.

Quelques semaines plus tard, je prend mon courage à deux mains. et je lui explique. Devinez sa réaction!

Elle à rit. Elle à rit d’étonnement. Certes elle m’a aussi dit que j’aurais dût lui en parler plus tôt et qu’elle lui en toucherai quelques mots. Mais la conversation dure une 20 aine de minutes. Je me suis sentit touût de même libérer d’un poids. Puis la vie reprend son cours.

Elle m’adopte.

Quelques mois plus tard, nous repartons en vacances tous ensemble, comme tous les ans.

Nous sommes dans un club de vacances. A priori tout pour être heureux : boissons et nourriture à volonté, les animateurs emmènent la bonne humeur et font danser les vacanciers.

Bien sur, je partage encore le même lit que lui. Inévitablement, dans la nuit je me réveil, alors qu’il est en trains de me pincer le téton.

Cette fois-ci je n’ai que quelques minutes d’hésitation. Je me tourne, il arrête. puis je sors de la chambre, en pleur, en allant chercher réconfort sous le toit de mon père et de ma belle mère.

Ma belle mère me réceptionne. Je suis effondrée, je n’arrive pas a parler.
Elle me fait assoir sur une chaise dans leur jardinet. Je reprend mon calme. Je lui raconte ce qu’il s’est passé en pleurant toutes les larmes de mon corps. Cela réveil mon père. Comment pensez-vous qu’un père peut régir face a une telle situation?

Cela va surement vous surprendre, mais sa toute première réaction est :
« IL DOIT ÊTRE SOMNAMBULE »

Ne soyez pas gêné d’en rire (même ma psy ne savait plus quoi dire). J’avoue qu’avec du recul il est bien mieux d’en rire que d’en pleurer. Mais je risque encore de vous faire un peu sourire.

Après une discussion très rapide tous ensemble, ma belle mère finit par décider de me faire dormir avec elle, et mon père avec mon demi-frère.
(Bizarrement il n’as pas été somnambule pendant le reste de la nuit 😉 ).

Le lendemain, forcement je ne suis vraiment pas bien et je reste dans mon coin. Je me met en retrait sous un palmier au bord de la plage et je pleur. Je me demande pourquoi moi…
Cela ne plait pas! Je fais la tête alors que nous sommes en vacances.
« IL FAUT PROFITER » me dit-on.
« MAIS C’EST QU’IL A PEUT ÊTRE DES SENTIMENTS POUR TOI »
« ET PUIS CA ARRIVE SOUVENT EN FAMILLE »
« IL NE FAUT PAS EN FAIRE DES CAISSES »
« ARRÊTES D’AVOIR DES PENSÉES NÉGATIVES »

Dans quelques jours, j’aurais 24 ans.
J’ai pris mon indépendance, j’ai un CDI, mais un petit salaire et je n’arrive pas à trouver l’amour.
Lui, il a une copine avec qui il vient d’acheter une maison, ils gagnent tous les deux bien leurs vies.

Pensez-vous que la roue tourne?
Ou devrais-je la faire tourner moi-même?

Il m’arrive de vouloir en parler à sa copine.
Par exemple, en rigoler à un repas de famille, vue que selon eux c’est un événement  » PAS SI GRAVE QUE CA » .
Je serai curieuse de voir la réaction de tous le monde.

Mais je ne le ferais surement jamais…

Vous devez-vous demandez pourquoi je garde contact avec ces gens?
La réponse est simple : pour ma petite sœur qui a 10 ans de moins que moi. Et qui n’a pas subir ces histoires d’adultes.

Je prends tout de même de plus en plus de distance. Mais même si ce ne sont pas des gens que je vois au quotidien, la conséquence de leurs actes (tous autant qu’ils soient) a laisser une trace indélébile…

Si j’ai un conseil à vous donner, c’est d’en parler autour de vous. Même si les gens n’ont pas la réaction attendue, d’en parler soulage d’un très lourd fardeau. Malgré leur réaction je ne regrette pas de m’être confiée. Maintenant ils savent. C’est a eux de vivre avec leur propre conscience.

Bon courage à vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

1
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
2 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
Catoune Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Catoune
Membre

Chère Anonyme,

Je vois que votre psy est très compétente et qu’elle vous aide efficacement, car vous avez pris du recul par rapport aux agressions sexuelles dont vous avez été victime!

Un grand merci aussi à cette prof qui vous est venue en aide !

Je comprends que vous preniez de la distance avec eux, car on ne peut pas dire qu’ils aient, et qu’ils ont, pris la mesure des conséquences traumatisantes de ces agressions à votre endroit !

J’avoue que le coup du somnambulisme, il fallait y penser ! Mais, les porcs ont toujours une grande imagination lorsqu’il s’agit de se trouver des excuses ou de couvrir un autre porc!

Quant à votre Belle-mère, j’exècre ce type de mère qui font de leur fils des violeurs en les considérant comme des Dieux! Elles sont toutes aussi coupables que leurs porcs de fils !

À vos deux questions, je répondrais, patientez, si vous le pouvez, jusqu’à ce que votre petite sœur soit en âge de s’assumer, vu que vous vous inquiétez pour elle ! Ensuite, si l’occasion se présente, balancez tout ce que vous avez sur le cœur devant toute la famille !

Par contre, n’attendez pas de mettre votre petite sœur au courant de ce que vous avez subi, de manière à la proteger de ce porc ! Qu’elle vous en parle s’il tente quoi que ce soit !

La roue tourne t’elle ? Les porcs sont-ils toujours punis pour leurs fautes, délits ou crimes?

La réponse est non vu le nombre de porcs qui continuent de dénigrer, de harceler, d’agresser, de violenter, de battre, de maltraiter, de violer et de tuer des femmes!

Je vous souhaite le meilleur ! Prenez soin de vous!

Merci de remplir les champs obligatoires.