Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Un prédateur sexuel

Maîtresse de conférences russiste actuellement dans une université française, je ne peux dénoncer que maintenant, à cause de la peur que j’éprouve et du chantage que j’ai subi, les multiples viols que j’ai subis de la part de ce prédateur sexuel, lui marié, professeur, russiste à Paris IV-Sorbonne. Mon cas n’est pas unique ! Quasi chaque femme qui voulait faire carrière dans le milieu de la slavistique devait subir de multiples viols de la part de ce monstre, un véritable prédateur sexuel, protégé par son université et par le ministère de l’éducation. Après plusieurs viols auxquels j’ai essayé de résister physiquement mais auxquels j’ai néanmoins été contrainte par la violence physique et des chantages administratifs (car l’administration était de son côté et j’aurais dû sacrifier des années d’études si je ne me soumettais pas à ce violeur), j’ai obtenu un poste de maîtresse de conférences dans une université française. Même là, j’ai une peur énorme : si je dénonce ce monstre violeur, ce « Weinstein de la slavistique française » qui a commis de multiples viols, je pourrais encore perdre mon emploi, me faisant radier de l’Université française car le corporatisme de mes collègues frise la corruption (ils font pression sur les médias pour que la vérité sur ce prédateur sexuel, ce gourou, ne sorte pas). Naturellement, il y avait des femmes qui ont évité ces viols. Elles étaient généralement très laides (L. J.) et étaient réduites à une autre forme d’esclavage (le servage administratif de ce prédateur sexuel ou celui des concubines de ses amis …). Mes autres collègues femmes, pour faire carrière ou seulement récolter le fruit de leurs études, ont pu se « défendre » uniquement… en trouvant un « défenseur » auprès d’un autre collègue de ce prédateur sexuel de Paris IV-Sorbonne : il fallait de toute façon coucher pour être « protégée » et ne pas subir d’autres violences ou être marginalisée et chassée de l’Université française. Membre du Conseil National des Universités (CNU) ce prédateur sexuel pouvait me poursuivre, de sa vengeance sexuelle, au niveau national : même si j’ai quitté Paris IV – Sorbonne pour une autre université française, je devais être violée par ce prédateur sexuel qui me forçait à rentrer à Paris pour subir ses viols répétitifs.

Au moindre refus d’être violée, ce prédateur sexuel aurait démoli ma carrière (et donc toute ma famille : ma mère malade, mes enfants, …) en profitant de sa place au CNU, plus tard en utilisant ses larbins fidèles eux aussi membres du CNU après son départ à la retraite.

Maintenant que la parole des femmes violées se libère enfin, je sais que les études russes de l’Université française constituent un véritable milieu carcéral où il faut absolument se laisser pénétrer par des prédateurs sexuels pour obtenir une « protection ». Naturellement, les filles de familles riches et puissantes sont épargnées, mais chaque femme du peuple qui choisit de faire carrière dans la slavistique française doit se laisser violer par un ou plusieurs prédateurs sexuels.

Il est peut-être temps que les langues se délient et que nos médias français qui ont un respect excessif pour le milieu universitaire se mettent à dénoncer les violeurs en série comme ce prédateur sexuel de Paris IV-Sorbonne qui m’a violée à maintes reprises pendant des années.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

6
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
4 Nombre de commentaires
2 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
4 Nombre de personnes ayant commentés
assoméeJécouteLa femme de César est irréprochableAnne64 Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Anne64
Invité
Anne64

C’est horrible.
On se croirait en Russie avec la stasie de Poutine.
La France n’a vraiment rien d’une démocratie. C’est une dictature monarchique.
Avec son Roi sa cour d esclaves en tous genres .

Merci de remplir les champs obligatoires.



La femme de César est irréprochable
Invité
La femme de César est irréprochable

C’est du pareil au même dans les autres disciplines et ce à Paris comme en Province. Mais, là encore, l’omerta règne. Elle est d’autant plus forte qu’elle est entretenue par celles-là même (les femmes) qui doivent leur carrière à leurs compétences horizontales bien plus qu’à leurs compétences scientifiques. C’est pourtant un secret de Polichinelle mais tout le monde préfère fermer les yeux. Le comble est atteint lors des Concours de recrutement : en principe, la Loi interdit que les membres du Jury qui ont un lien de parenté avec les candidat(e)s puissent continuer à y siéger. Mais comme aucun lien de ce type n’existe officiellement, ces membres du Jury font avancer à grand pas la carrière de leurs maîtresses. Personne n’est dupe mais tout le monde collabore quite à ce que l’ascenseur leur soit renvoyé la fois d’après…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Jécoute
Invité
Jécoute

Je me souviens, une elève avait eu 20/20 à L’oral de Français: le prof était l’ami de ses parents et ils avaient été vus ensemble au resto le jour avant …. je regrette de n’avoir rien dit. Trop jeune pour réagir….

Merci de remplir les champs obligatoires.



assomée
Invité
assomée

Je suis choquée que vous vous en preniez à certaines femmes, de certains milieux, peut-être tout simplement silencieuses par terreur d’avoir le « choix » entre être à la rue ou être violée. Comment osez-vous demander si elles sont « vicieuses, vulgaires et arrivistes » ? Et vous, qu’avez-vous dénoncé publiquement, en donnant suffisamment d’éléments pour que tout le monde puisse reconnaître votre identité ? Combien de signalement de mineur.e.s en danger avez-vous fait en écrivant au Procureur ou en vous déplaçant au commissariat ou à la gendarmerie ? Combien de questions et propos torturants avez-vous subi de leur part et de la part de la PJJ suite à vos courageux signalements ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



assomée
Invité
assomée

C’est bien de dénoncer, mais toutes les femmes recrutées dans la recherche ou qui progressent dans leur carrière n’ont pas été forcées de se soumettre à des viols ou d’autres formes d’agressions sexuelles.

Merci de remplir les champs obligatoires.



assomée
Invité
assomée

Encore une remarque sur les complices qui étouffent ces crimes des « élites » et contraignent les victimes au silence : si leur argument est de ne pas salir la réputation de certaines fac, de l’Educ nat’, des fonctioannaires, il faut leur rappeler que ce sont les porcs, leurs complices et tout.e agent se rendant coupable de délit ou de crime qui SALISSENT la réputation de nos institutions publiques.

Celles-ci seront « lavées » quand elles auront licencié tou.te.s les agents publics auteurs ou complices. Rien de plus simple. Cela fera de la place pour les personnes honnêtes.

Et une suggestion : SAUVEGARDEZ EN PLUSIEURS LIEUX SÛRS ET DIFFÉRENTS TOUt CE QUE VOUS RÉDIGEZ SUR CES VIOLENCES.

Merci de remplir les champs obligatoires.