Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

« Tais toi, ça va faire des histoire »

Voilà maintenant 13 ans, j’ai été droguee et violee au cours de la soirée du nouvel an. Cette soirée s’annonçait tellement bien, ma meilleure amie, celle avec qui je partageais tout et en qui j’avais toute confiance m’avait invité dans une soirée donnée dans un château en Belgique. Soirée bien fréquentée, lieu magnifique, tenue de soirée, super ambiance, mais me voilà titubant alors que je n’ai bu que 2 coupes, black out, je me réveille par brides, maintenue plaquée au sol, ma robe est relevée, je n’ai plus de culotte, je ne peux pas bouger, je m’écroule, je me réveille, mais qu’est ce qui se passe, je ne comprends rien que font ils, ils m’écartent les jambes mais je ne peux pas bouger qu’est ce qui se passe? Je m’écroule à nouveau, je n’arrive pas à respirer avec ce coussin qu’ils me mettent sur la tete. Je perds connaissance à nouveau. Quand je reprends mes esprits je suis seule dans une pièce, mais comment je suis arrivée là, il fait jour, je déambule dans ce château, mais qu’est ce qui se passe bordel. Et soudain une enclume sur la poitrine lorsque je sens mon corps se réveiller. J’étouffe un cri, je suis complètement pétrifiée. Oui mais voilà, je ne veux pas déranger, je ne veux jamais déranger, je m’excuse, je baisse les yeux, je suis comme ça. Alors encore une fois je baisse les yeux pour ne croiser personne, je récupère mon sac au vestiaire et tombe sur mon amie, je suis tellement soulagée, mais je ne trouve pas mon air, j’essaye de calmer ma respiration pour lui expliquer. Oui mais encore une fois je ne veux pas déranger, je minimise, je bégaye, je finis mes phrases par « je ne me souviens plus trop ». Biensur que si je me souviens, et je me souviens encore plus de la réponse de mon amie « Mais non et puis, tais toi ça va faire des histoires »… Alors pour ne pas déranger, encore et toujours je suis partie en silence et en toute discrétion. Avec ce sentiment de culpabilité d’avoir pu créer un malaise. J’ai pris la route pour rentrer chez mes parents, et là j’ai hurlé, frappé le volant, les larmes ne s’arrêtaient pas, des larmes de colère, de rage mais surtout de peur, et encore des larmes, franchement je ne pensais pas qu’on puisse pleurer autant. J’ai fait des détours, je respirais pour me calmer, et puis je suis arrivée à la maison , comme si rien ne s’était passé. Je pensais vraiment bien jouer la comédie, et pourtant ce jour là, quand ma mère m’a regardé, elle, si respectueuse de ma vie privée qui ne m’a jamais demandé quoi que ce soit m’a dit « que s’est il passé ». Avec toute la pudeur qui me caractérise et pour ne pas trop la blesser je lui ai raconté. C’est dans le regard noyé de larmes de ma maman que j’ai compris ce qui s’était passé.
Je suis allée à la gendarmerie porter plainte. Pour être brève (car je ne veux pas vous déranger ) après examen médical, il n’y avait pas de preuves suffisantes, les gendarmes ne savaient clairement pas comment s’y prendre, Ils n’arrêtaient pas de me répéter « c’est compliqué ça s’est passé en Belgique, vous portez plainte en France, il faut plutôt aller dans un commissariat belge bla-bla-bla » ils m’ont fait comprendre que ça n’irait nul part. J’étais jeune, je n’avais pas la force de continuer, l’affaire a été classée. J’y pense presque chaque jour, cet evenement a non seulement fortement altéré ma vie intime, mes rapports avec les hommes que je ne connais pas sont très compliqués, je ne supporte aucun médias parlant de violences sexuelles si bien que mon unique média est la radio et encore certaine chroniqueuse me bouleversent, je pense à Giula foïs sur France Inter) mais ça ne sont que des petits désagréments à côté de la culpabilité que je ressens face à ma lâcheté, car les gendarmes m’ont appris ce jour là que les individus qui m’ont fait ça étaient en contact permanent avec des jeunes filles. J’ai abandonné les poursuites pour … ne pas déranger, mais ce soir j’en ai marre de ne pas déranger, est ce qu’il y a quelqu’un qui pourrait m’aider dans les démarches, je voudrais juste m’assurer qu’ils sont surveillés.
Merci

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
1 mois plus tôt

Chère anonyme, votre récit est tellement abominable que j’en ai eu les larmes aux yeux dans le passage où vous décrivez comment vous avez compris avec le regard embrumé de votre maman.

il est maintenant temps de contre-attaquer.

Vous êtes tombées sur un réseau de violeurs organisés, rappelez vous que la Belgique est l’un des paradis de la prostitution en Europe. Ce sont peut-être des criminels eux-mêmes ou en liens avec des esclavagistes.

Je vous invite à consulter notre liste complète de liens utiles et de conseils aux victimes dans le forum en section “trouver de l’aide”. Nous y avons mis des associations d’aides aux victimes en Belgique.
De toute évidence ils ont utilisé du GBL et du GHB pour vous violer: effet anesthésiant et amnésiant,d ‘où le trou noir…

Nous allons vous aider. Pour aller au plus vite, contactez l’une des associations suivantes:

  • le cfcv 0 800 05 95 95;
  • victimes de viol;
  • l’échappée == elle est dans le nord et connait sûrement les endroits où vous avez été.
  • france victimes : numéro: 116 006
  • **FNSF – Fédération nationale solidarité femmes : contre les violences faites aux femmes, bien que spécialisée dans les violences conjugales: 3919
  • PARLER de Sandrine Rousseau
  • Mouvement du nid (pour l’aspect prostitution)
  • Les associations en Belgique.

Ensuite avec les associations vous pourrez d’une part avoir une parole qui sera écoutée, un suivi thérapeutique et préparer votre contre-attaque.

Votre témoignage sera sans doute très utile pour serrer ces criminels.

Il est grand de temps de FAIRE DES HISTOIRES ET DE BIEN GLAUQUES.

Au besoin contactez moi en privé et je verrai ce que je peux ajouter.

N’hésitez pas à revenir nous demander quoi que ce soit.

De tout coeur avec vous.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.