Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Sortie boire un verre avec des « amis »

Il y a quelques années, j’arrive dans mon école, c’est la première semaine, on organise une soirée avec toute ma promo pour faire connaissance. Je rencontre deux hommes, très drôles et bien plus éméchés que les autres. Ce sont les seules pièces rapportées, le coloc d’une camarade et son ami. Étant les seuls à vouloir poursuivre la soirée, je les suis sans me faire trop de soucis, sachant que sa coloc était partie devant. On passe une super soirée tous les trois.

Dans les mois qui suivent on se voit régulièrement. On partage les soirées, les cafés, les coups de gueules, les coups de coeurs etc. N’ayant jamais excellé dans les amitiés homme-femme, je suis méfiante, mais le fait qu’ils soient deux et leur comportement parfait me font progressivement baisser complètement ma garde.

Un soir comme un autre je vais les retrouver en terrasse. J’ai un drôle de sentiment en arrivant. Il n’y en a qu’un qui est là et bien qu’il soit sympathique, je le trouve aussi un peu étrange. Notre autre ami qui est à l’intérieur met particulièrement du temps a arriver, il n’est pas venu me saluer et l’autre insiste de façon anormal pour que je n’aille pas et que je reste avec lui. J’ai l’impression que mon ami tente quelque chose, j’esquive gentillement, pas de malaise, ça se passe toujours bien. Il finit par se lever pour chercher un verre, et surprise, c’est l’autre qui revient. J’ai toujours ce drôle de sentiment, ça se passe bien mais j’ai comme l’impression que quelque chose qui m’échappe est en train de se jouer et maintenant c’est l’autre qui ne revient pas.
Après un très long moment, alors que j’étais pressée, je fini par avoir les deux avec moi. Et l’étrange a lentement fait place au profond malaise. Verbalement au départ, l’un des deux commençait a être désagréable avec moi, surprise forcément, j’envoyais gentillement promener comme on le fait avec des amis, et l’autre me défendait. Schéma classique. Mais ensuite les rôles interchangeaient et c’était celui qui me défendait qui s’en prenais à moi et l’autre qui me défendait. Gentille critique, blague sexiste puis insulte franche mais pour rire. Il y en avait toujours un qui m’agressait et l’autre temporisait, soit en me défendant, soit en me disant de ne pas le prendre au sérieux.
Mais ensuite l’agression a glissée sur le physique. Pour rire, l’un d’eux s’est vautré sur moi sur une banquette et m’a maintenu un moment, très drôle.. Pour rire on m’a craché au visage de l’alcool.
La machine était en marche et il était déjà trop tard pour faire quelque chose. Plus je ripostais et plus ils étaient violents pour me retenir. Ils me ramenaient des verres, me collaient et j’avais beau lancer des regards de détresse, de l’extérieur on ne pouvait rien voir, et si je tentais quelque chose il y avait plus de chances que ça tourne mal.

Ils ont décidé de venir chez moi, de « passer » chercher quelque chose, en me faisant croire qu’ils repartiraient aussitôt. A ce stade, je savais que tout ce qu’ils me disaient n’était que prétexte pour me tenir encore la jambe et qu’ils me laissent d’eux-même c’était ma seule sortie de secours.
Sur le trajet, je me fais plusieurs fois tirer violemment en arrière par le sac parce que j’avance trop vite. Ils cassent une bouteille à côté de ma tête etc. Je choisis soigneusement les rues les plus vivantes et on arrive enfin à ma coloc.
On croise une de mes colocs qui repart dans sa chambre aussitôt. Mes « amis » ont de merveilleuses idées. « Et si on allait faire une surprise à ta coloc? » « Elle est pas très belle mais elle ferait l’affaire, non? » « C’est pas toi qui va nous en empêcher. » J’étais mortifiée, j’essayais de les calmer en jouant le même jeu qu’eux, en faisant semblant de ne pas prendre au sérieux leur propos, en blaguant. Et c’est exactement comme ça que j’ai réussi à m’en sortir. En jouant à leur propre jeu. Bien sur j’ai passé plusieurs heures à me faire pincer, mordre, et un a même trouver drôle de me brûler les cheveux par surprise. Mais je m’en suis tirée en parlant, en rigolant, en dédramatisant, en pesant subtilement mon ton, mes propos etc. Je me rappelais que ma mère m’avait parlé d’un cas similaire, et elle m’avait dit que je devrais faire comme elle, et choisir lequel me passerait dessus. Mais j’ai choisi d’essayé d’être plus maline qu’eux. Chance pour moi, ça a fonctionné. Je me suis isolé avec l’un d’eux pendant que l’autre s’endormait sur mon canapé, et je l’ai abreuvé de paroles. Plus je parlais, moins il en plaçait et moins il était violent. Fatigué et avec son pote sur les bras, il a fini par partir en s’excusant mille fois. J’ai dit que ça arrivait, qu’ils avaient un peu trop bu et que c’était pas grave, jusqu’au bout j’ai tenu ce rôle pour m’en sortir alors que j’avais envie de pleurer, de hurler à la mort.

Voilà bêtement comment je me suis fait avoir, et comment j’ai sauvé ma peau. Je détail beaucoup afin qu’on comprennen bien que peu importe à quel point ils ont l’air réelement sincères et gentils, ou le fait qu’ils soient plusieurs, amis d’amis, que vous les connaissiez depuis des mois, voir des années. Si vous avez une alerte comme celle que j’ai eue lorsque je suis arrivée à ce bar, faites confiance à votre instinct!
Aussi par la suite j’ai parlé avec sa colocataire, qui m’a avouée qu’elle s’enfermait tout les soirs dans sa chambre parce qu’il essayait de rentrer de force, mais qu’elle n’avait pas osé m’en parler. Alors parlez!, De ceux qu’on sait être fous, de notre expérience qui peut éventuellement servir, a s’en sortir ou même juste a comprendre où on a mis les pieds quand je me suis rappelée des propos de ma mère.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
Koxiepsionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Chère anonyme, je vous félicite pour votre habileté à vous sortir de cette situation dangereuse que vous décrivez avec précision. Il me semble clair que vous avez été confrontée à un grand danger avec ces deux homos porcus qui ont prémédité un viol en réunion à votre encontre que vous déjoué avec brio par la tactique indirecte de l’usure par inertie puis de l’occupation du terrain au moment décisif. Vous avez laissé approcher l’ennemi, puis vous l’avez usé jusqu’à ce qu’il abandonne par manque de motivation. C’est une belle victoire comme Sun Tzu les aimait: « gagnée sans tirer une seule flèche ». Cela étant, vous avez pris de grands risques mais vous avez su gérer la montée aux extrêmes et la harcèlement. Notez qu’aux yeux de la loi ce que ces deux porcs vous on fait subir constitue une agression sexuelle:

http://mce-avocat.fr/lexique-dictionnaire-juridique/agressions-sexuelles-definition-juridique/
extrait:
« Une agression sexuelle est une atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise (Articles 222-22 et suivants du Code pénal).

Une agression sexuelle peut consister en des attouchements ou des caresses de nature sexuelle. »

Leurs visées étaient très claires puisqu’ils ont fait référence au fait que vous ne pourriez les en empêcher. Il me semble clair qu’ils ont prémédité votre viol en réunion. C’est très grave et vous avez été très habile car c’est une situation terrifiante, ce qui es clair lorsque vous écrivez que vous étiez mortifiée. De plus votre coloc a été bien légère en ne vous avertissant pas des comportement inacceptables de ces deux porcs qui sont visiblement de sales petites merdes dangereuses qui mériteraient un séjour au chaud et une bonne correction.

Quoi qu’il en soit, je vous invite à leur faire la publicité qui convient car ils finiront sûrement par passer à l’acte si ce n’est déjà fait. Vous pouvez le vérifier en recherchant leur nom sur cobabuse.fr.

Je vous invite également à discuter sérieusement de cette affaire avec votre coloc pour sa légèreté d’une part et pour les risques qu’elles vous a fait prendre à toutes deux.

Encore merci pour votre témoignage très éclairant et utile.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Koxie
Membre

bravo pour votre ingéniosité, et vous pouvez aussi remercier votre mère de vous avoir parlé de ce qu’elle a subi. Et, je suis d’accord avec Psionic, votre colocataire doit réagir car elle est avec des pervers, et vous met en danger. Il faut les signaler. L’alcool a bon dos, cela n’excuse pas tout.Et, vous dites que vous êtes méfiante des relations hommes-femmes, pourquoi?

Merci de remplir les champs obligatoires.