Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Soirée (très) arrosée

(#viol 3 sur 3.)

Bon, je poste mon dernier viol (j’espère). Après ça, mes épaules seront soulagées…
C’est « encore » une histoire qui implique mon ami l’alcool.

En fait, je fais partie d’un comité d’organisation de soirées. Donc comme vous vous en doutez, nous avons l’habitude de sortir régulièrement, et ce avec de grands excès.
On s’y amuse tellement!! Que vous soyez anti-alcool ou non, je passe ici les meilleurs moments de ma vie!

Un soir, nous avions organisé une sortie incroyablement importante. Elle demandait à ce qu’on boive le plus possible. Les présences étaient obligatoires.
Le principe est bête, je vous l’accorde. Je n’étais pas la seule à ne pas vouloir y aller…

Toujours en couple ou presque, me voilà libérée cette année.
Ce soir là, j’embrasse un membre du comité que je ne connais pas plus que ça. Les images sont floues…

Fin de soirée, il faut rentrer. J’habite en ville et la salle de fête est plus loin, dans un quartier très mal fréquenté.

Je ne me souviens de rien.

Juste d’un flash: moi et 5-6 amis, sur un pont en ville, dont l’homme que je venais d’embrasser.
On m’expliquera plus tard qu’il fallait scinder nos chemins pour me raccompagner chez moi. Personne ne voulait faire le détour. Celui qui m’a embrassée s’est vite dévoué.

Nous étions en fait rentrés à pied et non en taxi. 50min de marche. 0 souvenirs.

Arrivée à mon appartement (j’y vis seule), je lui sors donc un matelas pour qu’il y dorme.
Je suis encore incroyablement ivre. Mais tout allait bien. J’étais à la maison.

Tout allait bien, oui. Jusqu’à ce qu’il vienne dans mon lit. Et fasse ce qu’il faut faire.
Je ne dis rien, je suis le courant des choses. Je ne ressens pas de malaise sur l’instant. Seulement le lendemain soir.

Je réalise vite qu’un homme a profité de moi, pour la troisième fois. Je m’en veux car je me mets moi-même dans cet état…

Peu après, je dois participer à une conférence sur l’alcool en soirée (pour veiller à la sécurité des invités notamment).
Un slide affichait « VIOL ».
Mon coeur bat.
Le conférencier explique que 20% des actes lors d’une soirée alcoolisée sont regrettés.
Mon cœur s’arrête.
Slide suivant, je respire à nouveau…

Des mois après, même problème. L’alcool me fait coucher avec l’ex d’une grande amie (L.). J’avais dit « non. » par loyauté envers elle. Mais les faits sont là. Je ne voulais plus vivre le lendemain…
Je ne veux pas ici compter un 4ème viol, par pitié. Je veux juste trouver une solution à tout ça. Je dois moins boire, sans doute. Mais quitter le comité serait trop dur pour moi. Tout mon bonheur vient de mes amitiés tissées là-haut. Et les soirées sont plus que mémorables.

Je ne sais plus quoi faire… Je n’ai plus autant envie de sortir comme avant, par peur… Je sais que les peurs ne doivent pas constituer une barrière. Mais donc dois-je sortir tout autant? Toute personne sensée dirait non…

Cette histoire, ma sexologue-thérapeute ne la sait pas. Je sait qu’elle me jugera, car ces comités sont mal vus dans la ville. Je sais que les coups d’un soir ne sont pas valorisant non plus.

Je suis perdue…

Merci beaucoup d’avoir lu,

M.

(Pour les curieux/ses, mes deux autres viols se trouvent dans la section « lieu public » et section « au sein du couple »… Quelle vie…)

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
Koxiepsionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Chère amie, bonne année à vous et merci de vos témoignages, voici la réponse promise, avec un retard certain. Bon pour commencer, vous avez été abusée parce que vous étiez bourrée, comme il se doit, votre porc de comité d’alcoolosophes a bien préparé son ignoble forfait. Légalement il s’agit d’un viol puisqu’il a visiblement été au bout, sans votre accord et alors que vous n’étiez pas en l’état de vous défendre ou de protester: c’est donc bien un rapport sexuel contraint sans consentement. C’est extrêmement grave, d’ailleurs vous l’avez ressenti en visionnant les diapos du cours…
Ma chère amie, vous avez un gros problème avec l’alcool, et cela vous conduit à vous faire abuser et violer à cause des effets de l’alcool. Vous ne pouvez pas continuer ainsi. Je vous conseille de consulter, pour les deux problèmes qui conduisent à détruire votre vie affective. Le premier c’est l’alcool, cela peut se maîtriser avant qu’il ne soit trop tard, mais je vous en supplie, ralentissez et ne rentrez pas dans les jeux débiles de beuverie où vous serez toujours la proie des porcs de passage. Sachez ma chère amie que les effets de l’alcool à dose égale sont deux fois plus fort chez la femme que chez l’homme. L’alcool est très destructeur et la dernière étude qui fait référence sur le sujet s’intitule:
« Risk thresholds for alcohol consumption: combined analysis of individual-participant data for 599 912 current drinkers in 83 prospective studies » The Lancet Volume 391, ISSUE 10129, P1513-1523, April 14, 2018
La conclusion est claire, le niveau de consommation optimum pour la santé humaine est de ZERO.
Mise en point en septembre:
« No level of alcohol consumption improves health »
Robyn Burton, Nick Sheron
Volume 392, ISSUE 10152, P987-988, September 22, 2018

les deux papiers sont en accès libre.

Bon je ne vous demande pas d’arrêter sec mais de ralentir et surtout de bien vous concentrer sur votre vie ce que tout cela vous apporte vraiment, est-ce que ces amitiés en sont vraiment ? Que vous apportent-elles ? Qu’est-ce que ces beuveries apportent à vos amitiés ?
Ce qui est visible c’est que tout cela détruit votre vie affective ma chère amie, il vous faut donc en sortir vous ne pouvez continuer ainsi, voyez avec un thérapeute: de préférence un psychiatre d’école analytique, pour votre problème d’alcool et pour les séquelles psychiques de ces viols. Sans compter que les risques liés aux ISTs ? Les violeurs se protègent-ils ? Votre récit me fait craindre que non, vous prenez donc des risques considérables.
Je vous en prie ma chère, mettez un terme à cette spirale qui bousille votre vie. Apprenez déjà à maîtriser votre consommation dans un premier temps, en réduisant les doses de moitié et en anticipant les signes où vous perdez l’esprit, puis peu à peu en réduisant allez vers zéro. Faites-vous aider par un thérapeute ou un addictologue si besoin est.

Vous exprimez le besoin de sortir de tout cela, c’est l’occasion de le faire ma chère. Je pense qu’il vous faudra autre chose qu’une sexologue pour sortir de votre problème d’alcool, cependant si vous avez une bonne écoute avec elle, dites-le lui car c’est important pour votre santé, c’est votre vie qui importe, M. Et puis il s’agit d’un viol lié à un état de faiblesse de votre part ! La peur que vous ressentez est aussi une protection, regardez au fond de vous, écoutez-vous, c’est souvent très salvateur, mais pour cela il faut être clair, il se passe de toute évidence des choses bien glauques derrières ces soirées, réfléchissez-y bien M, vous écrivez ne plus vouloir sortir autant, on vous comprend parfaitement car c’est DANGEREUX pour vous !

Consultez le site institutionnel alcool info service fr. Ensuite voici quelques sites de soutien psychologique:

** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
** psy coach: un espace consacré au harcèlement
** soutien-psy en ligne

N’hésitez pas à nous demander d’autres précisions chère M, nous sommes là pour vous aider.

Courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Koxie
Invité
Koxie

Un viol ce n’est pas rien, les dégâts sont immenses, boire à outrance, ce n’est pas rien non plus, que cherchez-vous? A vous faire encore plus de mal et en vous disant que vous ne méritez pas de vivre car vous vous êtes salies, si vous méritez de vivre, mais arrêtez l’auto-destruction! que puis-je vous souhaiter pour 2019? que vous trouviez la lumière qui est en vous et qui vous dise que la vie vaut la peine qu’on se batte pour elle et vous valez la peine que vous vous battiez pour vous sortir du trou noir dans lequel vous êtes tombés (et ce n’est pas à moi qu’il faut faire croire que les fêtes alcoolisées sont marrantes).

Merci de remplir les champs obligatoires.