Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Se protéger commence par arrêter d’avoir peur.

Un jour je suis descendue de chez moi pour rapprocher ma voiture de chez moi. J’habite en ville, et le samedi après-midi l’effervescence urbaine cède sa place au silence fantomatique. Une fois la voiture garée, je descends et cherche mes clés devant la porte. Deux hommes d’une trentaine d’années ( j’ai 18 ans ) s’approchent de moi. Ça faisait quelques semaines que l’un d’entre eux me tournait autour, car il venait acheter ces doses quotidiennes de je ne sais quelle drogue auprès de mon voisin : il me disait que j’étais belle et qu’il voulait avoir mon nom, mon numéro, qu’il avait ce qu’il fallait pour s’occuper de moi.

S’il n’avais jamais été agressif, cette après-midi là, il ne me laissais pas m’en aller, il me bloquait l’entrée à mon appartement et se montrait très insistant. Le plus dure à cette instant est de ne pas céder à la panique, gérer ces émotions, les dominer pour agir de manière stratégique et éviter le pire. Mais lorsqu’il a sorti un spray pour l’haleine j’ai commencer à paniquer et me suis mise sur la défensive. J’ai demandé “est-ce que tu pourrais me laisser rentrer chez moi en toute tranquillité ?” et puis deux autres gars de 20-30 ans sont sortis a leur tour de chez “ce voisin-dealer”. Ils ont eux aussi commencer à me dire que j’étais vraiment très belle alors j’ai répondu “Merci beaucoup” et ai profité d’un léger moment de distraction pour m’engouffrer dans mon hall et verrouiller la porte.

En montant les marches, j’ai réussi à entendre à travers les battements démon cœur sa voix résonner dans la cage d’escalier. Il devait dire quelque chose comme “ah oui je suis vraiment séduit” ou un équivalent en créole. J’ai appelé mes parents, et les ai attendu avec un couteau de cuisine en main en guettant chaque balcon pour être sûre que personne ne viendrait.

Cela ressemble à un passage cynique de roman, mais pourtant c’est la vrai vie. Il est vrai, personne ne ma touché, ça aurait pu être pire, des femmes ont malheureusement connues pire. Pourtant pas un jour ne passe sans que j’y pense, j’en fais encore des cauchemars en imaginant a quel point ça aurait pu être pire. Mais surtout, la prochaine fois qu’en sera t-il ? Que ferais-je ? Et si je suis seule autour d’une bande d’hommes mal intentionnés, qui me protégera ? Moi sûrement. JE NE VEUX PLUS AVOIR PEUR, je ne veux plus me taire, je ne veux plus être sans cesse sur mes gardes, car si mon corps n’a aucune trace, l’impact psychologique est bien présent et récurrent. J’ai eu d’abord de la haine, plus énormément de chagrin, tant d’émotion, que j’en avais des hauts de cœur, et des poussés de tension. Ce n’est pas futile, banal, anodin. C’est Grave et aucune personne sur la terre ne devrait vivre ça.

Mais comment se protéger ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Galathée
Galathée
4 années plus tôt

Déjà pour commencer la police ne fait pas son traval ou akors vous êtes dans une zone de non-droit – normalement un tel nid de toxicos devrait être sous surveillance policière voire déjà éliminé (tout le monde sous les verrous) – c’est vrai ce n’est pas normal ce que vous vivez (vous êtes une proie pour ces types) – vous ne pouvez pas déménager ou obtenir d’un homme de votre famille qu’il loge chez vous temporairement afin de dissuader les prédateurs ? Qu’en est-il des autres voisins? Dans le même genre ? Ou embêtés comme vous sans le harcèlement sexuel ? Vous ne pouvez pas faire un collectif et vous plaindre à votre bailleur pour faire expulser le dealer et aller à la police (vous ne serez pas seule à devoir assurer la démarche) – pouvoir appeler un voisin (correct – et balèze) pour qu’il vienne vous chercher en cas d’embrouille…. achetez un taser, ayez sur vous quelque chose pour vous défendre. Bon courage. Les noirs sont souvent très insistants – j’ai peur qu”il vous reste que deux alternatives : partir ou trouver un moyen de faire dégager votre source de nuisance (dealer) donc dénoncer (police, pouvoirs publics – réunions de quartier, collectif de voisins). Essayez d’avoir un groupe d’amis/amies surlesquels vous appuyer et qui pourraient vous accompagner. En attendant soyez stratégique : planifiez vos entrées /sorties, faites vous héberger en famille le week-end, ne sortez que pour des trucs réellement imortant (ravitaillement) à des heures où vous avez remarqué que ce bouge moins dans le nid de caf… dealers. Si vous avez affaire encore à ce type qui vous bloque zl’entrée, n’insistez pas , ressortez et réfugiez vous dans un commerce (par exemple) – appelez lesflics pour agression. Rusez !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Galathée
Galathée
4 années plus tôt
Répondre à  Galathée

avoir un gros chien aussi peut aider (ils en ont peur) si vous en avez les moyens et la place – par contre ça vous oblige à le sortir (sauf jardin privatif) et ça vous expose donc davantage – adoptez un chien déjà adulte (SPA ou autres). berger allemand, danois, rottweiler

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME