Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Mon propriétaire m’a fait des avances et j’ai dû partir

La seconde fois, j’étais étudiante et je louais une chambre chez un particulier. Au départ, il semblait sympathique. Ses enfants avaient quitté la maison depuis plusieurs années et il semblait faire cela pour avoir de la compagnie. Souvent quand je le croisais, il me proposait un chocolat ou de regarder un film. J’ai invité mon petit ami. Il ma reproché de ne pas avoir éteint la lumière, puis de salir les escaliers. Je ne ressentais pas ça juste comme des reproches mais comme une façon d’imposer son autorité. J’avais fait quelques choses de mal en invitant mon copain. Une autre fois alors que je rentrais, il a demandé à me parler et c’était étrange car je voyais son écran d’ordinateur où des images de femmes à poil tournées et où lui voyait bien que je les voyais. A l’époque, ça m’avait mis la puce à l’oreille mais en discutant avec des amies on avait dédramatisé l’événement en pensant à tout ces gars qui mettent des photos de femmes nus sur leur lieu de travail. Finalement, il a débarqué un matin dans ma salle de bains en peignoir et ma fait un discours pour m’expliquer qu’il voulait coucher avec moi ! Je ne savais pas trop quoi faire. Bien sûr, je ne voulais pas couché avec lui mais ses comportements précédents : ses petites crises d’autorité et sa façon de me mettre sous les yeux des images érotiques me faisaient penser qu’un « non » ne suffirait pas et que, je passerai mon année à repousser ses avances… Je décide de partir. Discussion avec des amis. Certains veulent que je pose une main courante, d’autres me disent que ça arrive de tomber amoureux… Je travaillais comme pionne à l’époque et la CPE de mon établissement a téléphoné au CROUS pour que je puisse avoir rapidement une chambre. Dans mon contrat de location, il était noté que si je partais avant la fin de l’année, je lui devais malgré tout les loyers. Le sentant « homme à ne pas lâcher l’affaire ». J’opte pour la main courante. Monsieur était déjà connu des service de polices pour des faits similaires : il avait envoyé des photos de lui nu et des sex-toys à une femme dont il était amoureux. De plus, il n’a effectivement pas lâcher l’affaire et j’ai dû avoir recours à des associations d’aide (APU) pour ne pas payer le restant des loyers… Cela a pris plusieurs mois.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
  Notification par e-mail  
M'envoyer un e-mail si