Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Piqûres éducatives

Je suis abasourdie (et triste) de constater comme il est difficile d’aborder la sexualité dans les familles. C’est pourtant en parlant et en expliquant aux enfants qu’on les protège le mieux d’être des victimes, autant que de devenir des harceleurs. Je ne prétends pas en savoir plus qu’un autre, mais c’est mon leitmotiv de m’assurer que mes enfants oseront me parler de leurs doutes ou de leurs problèmes, quels qu’ils soient, mêmes s’ils pensent avoir fait des bêtises.
Voici quelques exemples, de discussions et de mots pour aborder des sujets délicats, sans être choquant pour leur âge. si cela peut aider …
J’ai été très vigilante dans l’éducation de mes enfants à construire leur auto-protection et à savoir ne pas aller trop loin.
J’ai tenté de leur apprendre dès leur entrée à la maternelle que leur corps leur appartient : si une caresse, un regard ou une attitude les gêne, ce n’est pas eux qui ont tors. (Ils pouvaient faire confiance à leur intuition.) Mais c’est celui ou celle qui en est à l’origine qui pose problème.
Cela veut dire qu’ils avaient le droit de refuser la bise d’un grand ou d’un autre enfant, même si je le connaissais bien. (toute fois, ils devaient DIRE bonjour, au revoir, et merci).
Cela voulait dire aussi qu’ils n’avaient pas le droit de caresser, embrasser, regarder avec insistance ou toucher quelqu’un qui ne voulait pas ou qui semblait gêné.
Si un adulte leur ordonnait de garder un secret, c’est qu’il y avait un problème ! Ils m’ont évidemment parlé des cadeaux de fête des mères et d’anniversaire. Dans ce cas, ils pouvaient en parler à d’autres adultes que leur maman ou la personne dont c’était l’anniversaire. C’était la preuve qu’il n’y avait pas de problème avec ce secret. Donc, dans le doute, ils DEVAIENT parler à un adulte en qui ILS avaient confiance.
De même, personne n’avait le droit de les obliger à suivre un adulte qui ne leur inspirait pas une totale confiance. C’est leur cœur, leur avis qui comptait le plus fort.
Rien que ça, ça a fait polémique dans mon entourage !
Un jour, un de mes oncles est passé à la maison, juste au moment où je sortais faire une course de 5 minutes. (Celui-là est un vrai gentil, enfin je crois.) Ma fille (- de 5 ans) a refusé de lui faire la bise ni même de lui serrer la main, comme venait de le faire son petit frère. Elle a DIT « bonjour », je ne l’ai pas obligée à plus. Tonton a fait une réflexion sur le caractère déjà bien trempé de la gamine qu’il rencontrait pratiquement pour la première fois. Elle était bien la fille de sa mère !
Nous discutons. Les enfants sympathisent avec lui. (Rien d’étonnant, il est sympa). Il accepte mon invitation à déjeuner.
Puis revient le besoin de faire ma course vite fait. Ma fille, discrètement, me fait savoir qu’elle n’a pas envie de rester seule avec lui. Qu’elle avait le droit, puis ce que je lui avais dit quelques mois avant de ne pas rester avec un ou des adultes seule si elle avait des doutes, même si c’était la maîtresse qui le lui ordonnait. Qu’elle s’arrange pour être avec d’autres personnes, adultes ou enfants qu’elle connaissait et en qui elle avait confiance. Et que s’il arrivait qu’on l’oblige à rester seule avec quelqu’un malgré son refus, elle me le dise. Pour mon oncle, je ne saurai jamais si ma fille testait ma réaction ou si elle avait réellement un doute. Qu’importe, ça ne m’arrangeait pas, mais je l’ai habillée, emmenée avec moi et avec son petit frère (pas question de l’exposer non plus si elle avait un doute !) La course a pris 1/4 d’heure ou une 1/2 heure. Tonton s’est retrouvé tout seul comme un couillon à la maison. (Signe que j’avais confiance en lui et que je le connaissais pourtant bien !) J’ai préféré ça que de trahir la confiance que ma fille avait en moi et son assurance d’être crue en toutes circonstances.

Tout au long de leur enfance, j’ai été vigilante sur les codes vestimentaires et l’apparence (masse corporelle …). à chaque mise en garde enseignée à ma fille, je me suis assurée que mon fils était présent. par exemple :
A 8 ans, tu es trop petite pour porter des strings, (ou des tee-shirts qui montrent le nombril, ou encore de te maquiller pour aller à l’école) même si tes copines en mettent et même si c’est la mode. Ce sont des vêtements qui sont faits pour séduire certains hommes. Les femmes qui en portent connaissent des codes de séduction que tu ne maitrises pas encore à ton âge. (A destination de mon fils, entendu par ma fille 🙂 Mais pour autant, ce n’est pas parce qu’elles portent des vêtements qui séduisent que tous les hommes ont le droit de faire ce qu’ils veulent avec elles. Ce n’est pas destiné à chacun d’eux et même celui à qui s’est destiné, il doit s’assurer qu’il a bien compris le message qu’elle a voulu envoyer. Une fille a le droit d’être jolie pour être jolie.
Aujourd’hui, ils sont ados. A l’occasion de discussions sur ce site. (Une femme expliquait qu’après avoir accepté des invitations d’un séducteur, celui-ci l’a violée. Où finit la drague, où commence l’agression ?) La semaine dernière, j’ai discuté avec eux du droit de dire non à tous moments, même si au départ on acceptait d’être dragué(e). même si on accepte d’être embrassé(e), … Et du devoir d’écoute de l’autre. D’entendre ses silences, et de s’assurer qu’ils ne cachent pas une sidération. Une fille comme un garçon peut être surpris ou avoir l’impression que les choses vont trop vite, ou pas comme on voulait. ça ne fait pas d’elle une allumeuse ni de lui un impuissant.

Il est possible que je leur dise aussi des bêtises, ou que mes valeurs ne soient pas partagées par tous. Mais je préfère me tromper que les laisser dans l’ignorance, ou dans la crainte de parler.
L’échange et la discussion sont les meilleures protections que je puisse leur offrir.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

1
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
Intimite Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Intimite
Invité
Intimite

Je valide. Seule la confiance en l’adulte référent, en sa parole pourra être salvatrice et autoriser l’enfant à se confier…Nous éducateurs, parents, référents devons offrir un positionnement sans ambiguïté avant que les faits ne se produisent…

Merci de remplir les champs obligatoires.