Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Mon premier petit ami, ma première fois

J’ai 17 ans, je suis en fin de lycée.

J’ai rencontrer mon premier petit ami en seconde, durant l’année 2016-2017 j’avais 15/16 ans, lui 17.

A première vues il ne me mettait pas la pression pour la première fois.
Il était insistant un peu plus tard au bout d’un mois de relation.
J’ai commencer à faire ce qu’il voulait, très anxieuse. Il ne me demandais pas vraiment si je le voulais ou non.
Il commençait par des caresses et puis un peu plus au fur et à mesure, comme si il testait jusqu’où il pouvait aller, et c’était toujours un peu plus à chaque fois.
Pour certaines choses je n’en avait pas réellement l’envie et ça m’est arriver plusieurs fois de lui dire mais il insistait, et dès que c’était terminer je me retournais et je pleurais.
Je sais pas si il fermait les yeux ou si il ne me remarquais vraiment pas. Il est arriver une fois où j’ai craquer et j’ai pleurer pendant l’acte d’un coup, il a poser sa tête sur mon ventre en me faisant un câlin et en répétant pendant 10 minutes « désolé »
Je sais pas si il était conscient de tout cela ou même si il en est conscient aujourd’hui.

Je ne me suis pas rendue compte de la situation durant nos 4 mois de relations, ni même après.
Ce n’est que l’été dernier soit 1 an après notre rupture, que j’ai parler à des personnes, en soirée dans un bar car « la première fois » était le sujet de notre discussion:
J’expliquais juste comment j’avais vécu mes premiers rapports sexuelles.
Une des deux filles à qui j’en parlais m’a dit une phrase qui fut mon premier déclic:

« C’est fou, on sait que ca existe mais on s’en rend comptes réellement quand on rencontre des filles qui ont vécus ça comme toi »

Pourtant je ne faisais que décrire, et je n’avais à aucun moment prononcer le mot « viol » ou « abus ».

Mon deuxième déclic fut une semaine plus tard, je parlais à une amie du même sujet. Et elle m’a clairement dit :
« Mais c’est du viol conjugal, j’suis désolé »

Tout cela date d’il y a 5 mois.
Aucun adulte n’est au courant, aucune personne de ma famille. Juste 1 proche et 3 personnes.
Je n’ai pas envie que ma famille ou d’autres le sachent. Tout d’abord parce que j’ai honte, que j’ai peur du jugement, et aussi peur d’une phrase comme « bah non tu t’es Pas faite violée/abusée tu exagères ».
Ma famille n’a clairement pas le mentale pour supporter ça.
Mais d’un autre côté j’ai vraiment besoins de le dire et d’en Parler.

Depuis lui je n’ai connu personne d’autres. J’ai peur d’aller dans une relation amoureuse. J’ai peur de coucher avec un homme.
Et d’un autre côté plus le temps passe plus j’ai besoin de vivre quelque chose et tourner la page, de ne pas rester sur ce que j’ai vécu avec lui.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
Catouneanonymeeeeee Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
anonymeeeeee
Invité
anonymeeeeee

courage à toi, parler je pense que sa te ferai du bien pourquoi pas une psychologue ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Membre

Chère Anonyme,

Le principal dans la vie est de suivre la règle des trois « R »: Respect de soi-même Respect des autres et Responsabilité de tous ses actes !

Telle est la clé d’une vie réussie !

Respectez-vous et les autres vous respecteront !

Si vous ne voulez pas, si vous n’avez pas envie, vous devez dire NON ! Dites-le d’une telle façon que votre refus soit bien entendu et bien compris !

S’il insiste, plaquez-le ou traitez-le de violeur, ça va le calmer ! Et si ce n’est pas le cas, allez chercher une carafe d’eau et rafraîchissez-le !

Je vous invite à contacter le Planning Familial le plus proche de chez vous. Coordonnées sur Google. Là, vous aurez de l’écoute, surtout en ce qui concerne la sexualité, c’est gratuit et anonyme !

Sinon dans les CMP (centre médico psycho) pour mineurs, vous pouvez consulter des psychologues et ce gratuitement et de manière anonyme!

Apprenez à vous respecter et à être forte! De tout cœur avec vous !

Merci de remplir les champs obligatoires.