Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Mon parrain légionnaire

Je l’adorai, il était mis sur un piédestal par mon père et sa mère. Il était militaire et même légionnaire. Il nous achetait souvent des jouets quand on le voyait.
Ce jour là, nous nous retrouvions dans l’appartement de ma tante d’Alsace (bien trop petit pour loger chacun dans une chambre) tous bien heureux de se retrouver en famille.
Je me souviens de cette nuit où de retour de soirée entre frangins, il s’est proposé pour rester dormir dans le couloir et laisser les autres adultes dans les chambres. Je dormais avec mon frère dans le couloir.
D’après mes souvenirs je me suis réveillée avec sa main dans ma culotte, qui cherchait… je ne savais quoi … Je me suis retournée plusieurs fois pour retirer sa main, puis j’ai tenté de me border avec la couverture de l’intérieur afin de bloquer le passage de sa main. Il insistait. Je me suis levée et suis partie rejoindre ma mère et ma tante qui dormaient ensemble, prétextant avoir fait un cauchemar …
Plus tard il est venu à la maison, chez nous. J’ai reçu un billet de 200F pour pouvoir me faire plaisir. Pendant son séjour, il fallait qu’il vienne dans ma chambre, pour que je lui montre comment je me débrouillais avec le jeu électronique qu’il m’avait offert la fois précédente. Il fallait que je m’assoie sur ses genoux, alors qu’il glissait sa main sur sa cuisse en même temps…
Lors du même séjour ou d’un autre, je ne sais plus, j’ai passé l’après midi chez une copine qui fêtait son anniversaire, ma mère voulait que je reste avec A. la petite fille qu’elle gardait, mais je suis partie. Ce soir là, ma mère reçoit un coup de fil, de la maman, elle blêmit et court chez la petite. Moi je l’observe, il tourne en rond, se sert un apéro anisé, puis un autre. Mon inconscient me dit protège toi et je suis restée enfermée dans les toilettes jusqu’au retour de ma mère effondrée. Je ne sais pas ce qu’ils se sont dit, j’ai du monter dans ma chambre. Ma mère est venue plus tard me rejoindre anéantie pour m’expliquer qu’il ne fallait que personne ne rentre dans ma chambre cette nuit, j’avais compris et je lui ai dit “Moi aussi c’était il y a longtemps …”
Depuis j’ai appris que mon frère ainé en a été aussi la victime. Je porte la culpabilité de n’avoir pas porté plainte, malgré y avoir pensé souvent : à 18 ans, puis vers l’âge où la prescription m’a convaincu de me taire c’est trop tard, à mon mariage car j’ai rappelé à mon père qu’il ne serait pas présent, à la naissance de mes enfants. La culpabilité car la petite A. n’aurait pas été sa victime, ni peut-être toutes celles que je ne connais pas. Il a une fille G. qui m’avait dit faire beaucoup de migraines, lorsque j’ai fait sa connaissance aux obsèques de ma grand-mère. Et une belle fille M. qui doit avoir des problèmes de développement mental, sans doute une victime idéale.
Je n’ai pas porté plainte pour protéger mon père du scandale, je l’adore. Je porte ce fardeau et cette culpabilité. Je serai pourtant capable de me dresser désormais face à lui mais seule pas évident.
Je demande pardon à A. G. M. et aux victimes de ne pas en avoir eu le courage.

Se sent-il concerné ? Est-il conscient du mal qu’il a fait autour de lui ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments