Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Ma première fois

J’ai aujourd’hui 29 ans et je me rends compte à quel point ma première expérience sexuelle m’empêche aujourd’hui d’avancer. J’avais 16 ans et je sortais de temps en temps avec un jeune homme de 23 ans durant des soirées avec des amis. C’était lui qui était venu vers moi et j’avais appris par la suite qu’il avait une petite amie . Malgré ça je continuais de flirter avec lui en soirées car j’étais très peu sûre de moi à l’époque, que c’était un beau garçon, je me sentais flattée et en même temps pas du tout à la hauteur. Une énième soirée, nous faisons la fête dans la maison d’une amie. Nous sommes beaucoup, une quarantaine de jeunes adultes. Il est présent lui aussi mais ce soir il ne vient pas vers moi. Je bois beaucoup, je bois trop. Un des garçons de la soirée m’embrasse , puis un autre, plus insistant. Mais moi je n’ai d’yeux que pour lui, ce garçon avec qui je flirt habituellement mais qui ce soir là m’ignore. Je prends mon courage à deux mains, alcool aidant, je lui demande pourquoi cette distance. Je ne sais plus ce qu’il me dit, tout s’enchaîne, on s’embrasse et je comprends rapidement qu’il attend + de moi. J’ai envie aussi sur le moment. Il m’entraîne dans la maison, la fête bat son plein. Il me fait monter dans une chambre, ferme la porte à clefs. Je me souviens lui dire que je fais n’importe quoi, que je suis ivre . Il ne m’écoute pas, il vient vers moi brutalement, me met à terre alors qu’il y a un lit derrière nous , me fait mal avec ses mains sur moi, ses doigts en moi. Et très rapidement il me pénètre. La douleur est horrible, je ne dis rien, je pense même à cet instant qu’il pense que j’apprécie. Je me retiens de hurler même si je sens qu’il force énormément. Il termine, se met à côté de moi. Je ne sais pas pourquoi, j’ai tellement honte que je fais semblant que tout est normal , je l’embrasse même. La douleur est intense mais malgré tout je ne dis rien, j’ai l’impression d’avoir des sentiments pour lui à cette époque. Il compte pour moi. Il revient sur moi mais décide cette fois de me prendre par derrière sans me le demander. La douleur est juste horrible, le bruit aussi, j’ai le souffle coupé, je me répète “tiens le coup, ça va se terminer, ça va finir par s’arrêter ” ça me semble durer des heures. Il termine, se relève, se rhabille et disparaît . Je me sens tellement sale et humiliée, j’ai envie de revenir en arrière et d’empêcher que ça arrive . Je reprends mes esprits , je sors, descends les marches et me retrouve à nouveau au milieu de la fête. On me dit qu’il est parti . Je me dirige vers les toilettes, je saigne, devant peu, derrière beaucoup . Et j’ai tellement mal. Je sors des toilettes, un des garçons qui m’avait embrassé en début de soirée m’attrape et m’enferme avec lui dans les toilettes. Il m’embrasse, je le repousse . Il se met à me doigter , fort et soudainement sans que je ne le vois venir. Je retrouve mes esprits d’un coup, je le repousse de toutes mes forces, je le frappe et j’arrive à sortir des toilettes. Un pote à lui est derrière la porte. Le garçon qui m’avait enfermé avec lui lance à son pote “putain elle veut pas, et maintenant je bande et j’ai mal à la queue pour rien ” . Je me sens tellement sale , tellement souillée , à ce moment là je me souviens avoir pensé que j’étais juste une “pute”. J’ai maintenant 29 ans, j’en avais 16 lorsque c’est arrivé. Depuis je n’ai jamais été capable de construire quelque chose de durable avec un homme. Je n’ai jamais pu faire confiance à l’un de mes petits amis. J’ai enchaîné les plans d’un soir et j’ai toujours eu des comportements paradoxaux avec mes petits amis. Je peux être extrêmement entreprenante comme les repousser. J’ai du mal à dormir avec eux. Ça les a souvent dérouté, mais personne n’a jamais cherché à savoir. Il faut dire que je vais toujours vers des profils de “mauvais garçons” qui ne s’intéressent pas réellement à qui je peux être. Je n’en ai d’ailleurs jamais parlé sauf à deux amies sans rentrer dans les détails, juste en disant que je n’étais pas consentante pour tout ce qu’il s’est passé lors de mon premier rapport sexuel. C’est la première fois que je raconte tout ça, de la façon dont ça c’est vraiment passé. Le jeune homme de l’époque qui a abusé de moi c’est excusé il y a quelques années en m’envoyant un message sur les réseaux. Au début, dans son message il me draguait , me demandait comme j’allais depuis toutes ces années tout en ajoutant “avant tu avais ton charme mais aujourd’hui tu es devenue une très belle femme”. Ce à quoi j’ai répondu tout ce que j’avais sur le coeur. Qu’il m’avait fait du mal physiquement et mentalement, que ça aurait pu me détruire etc. Il m’a demandé pardon , m’a dit que j’étais quelqu’un de bien , que je ne méritais pas ça. Je n’ ai plus répondu, il m’a supprimé et bloqué sur les réseaux. Ça m’a soulagé sur le moment , bien que le “quelqu’un de bien ” m’a semblait de trop. Personne ne mérite ça. Étrangement, de marquer ce qu’il m’est arrivé ce soir me fait beaucoup de bien ..

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
psionic
27 jours plus tôt

Chère anonyme, jeune femme, votre récit est horrible et la fois touchant de par votre style sobre et spontané. J’en suis bouleversé et j’ai le coeur serré. Pourquoi ? Car je comprends tout ce qui vous traverse et que vous avez vécu depuis cette funeste soirée. En effet, dans votre récit je retrouve tous les mécanismes psychiques associés au viol et au conséquences de celui-ci. Je vais les schématiser mais il n’y a de mon point de vue rien de paradoxal dans votre récit: tout y est, d’ailleurs, votre récit mérite d’être cité comme exemple de ce que produit le viol sur le moment et par la suite. Je proposerai à notre groupe de l’inclure dans les récits didactiques sur les conséquences psychiques.
Voici schématiquement ce qu’il s’est passé. Vous subissez un viol très violent de ce jeune homme qui est majeur au moment des faits (c’est important) alors que vous êtes mineure.
Vous subissez la sidération, puis la honte et faites semblant d’y croire car il compte pour vous à ce moment pourtant ce qu’il fait est de la prédation, la plus pire de toutes, la honte vous envahit ensuite, il recommence, sidération à nouveau, la perception du temps s’altère: vous avez l’impression que cela n’en finira pas, vous êtes toujours sidérée et devez prendre sur vous pour supporter cette abomination. Ensuite il disparait en vous laissant (c’est important pour la suite). Vous vous sentez salie, avilie, humiliée, et c’est bien ce que vous avez subi: il vous a utilisée comme un objet sexuel, je dit souvent, une branloire à porc, sauvagement en plus, en pleine connaissance de cause car il cherchait à vous faire mal. Vous commencez à vouloir revenir en arrière: à cet instant s’enclenche le mécanisme psychique qui va conduire à l’errance affective douloureuse que vous connaîtrez par la suite. En effet, vous êtes profondément avilie dans votre personne intime, votre corps et votre âme, donc dans votre humanité, pourtant vous devez vivre dans ce corps souillé et avili et c’est cela qui engendre la douleur psychique intense qui commence à la suite du viol. Le reste est très logique et n’a rien de paradoxal, bien au contraire. Comme votre première expérience est un viol avec violence, et qu’en plus vous étiez attachée à votre violeur, la victime est souvent conduite à des prises de risques qui la conduisent à reproduire les situations dangereuses qu’elle a connue car c’est un moyen pour elle d’amoindrir la douleur psychique. C’est le terrible lot des victimes de viols et de violences sexuelles: c’est la raison on observe souvent les prises de risques: alcool, toxicomanie, mises en dangers, lieux interlopes, histoires éphémères, sur-sexualisation etc… Bon je schématise mais c’est dans les grandes lignes cela mais seul un travail thérapeutique sérieux vous permettra d’en dérouler les ressorts exacts pour vous.
Je vous invite à prendre contact avec une association de victimes de viol au plus vite:

  • le cfcv 0 800 05 95 95;
  • victimes de viol;
  • l’échappée;
  • PARLER;

Je vous invite à consulter dans le forum, section “trouver de l’aide” nos listes de liens et de conseils utiles.

Vous avez grand besoin de consulter chère anonyme et de commencer votre chemin de guérison car vous êtes en grande souffrance et avez besoin d’aide. Les associations vous orienteront vers des thérapeutes compétents aptes à vous aider et elles vous soutiendront en vous procurant des lieux de paroles où votre souffrance sera entendue et écoutée. C’est très important.

Un dernier point, votre bourreau vous prend encore pour une cruche car il sait très bien ce qu’il fait et surtout ce qu’il a fait. Ces compliments alors qu’il ne vous connait absolument pas ne sont qu’un écran de fumée: il cherche à vous enfumer par des compliments car il sait qu’il risque gros car vous étiez mineure et lui était majeur. Si vous l’attaquez au pénal vous et même au civil vous pouvez encore le faire dans les 17 années qui viennent au pénal (30 ans après la majorité) et 13 ans encore eu civil.

Vous pouvez même faire mieux: avec PARLER vous pouvez retrouver d’autres victimes de ce votre violeur car vu ce qu’il vous a fait il est possible que ne soyez pas la dernière de ses victimes. Si vous en retrouvez d’autres, vous pouvez peut-être obtenir justice.

Je finirai par une dernière remarque: il n’y a rien d’étrange à ce que venir poster ici vous fasse beaucoup de bien: vous vous êtes libérée d’un poids énorme qui entrave votre humanité depuis maintenant 13 ans ! C’est un bon début, continuez ainsi et nous sommes là pour vous aider.

De tout coeur avec vous.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Anonyme
Anonyme
13 jours plus tôt

Psionic, votre commentaire m’a fait extrêmement de bien . Je l’ai lu plusieurs fois , j’ai pris les noms des associations que vous citez. J’espère réussir à faire la démarche. Je ne vais pas répondre à chaque point que vous développez mais tout est là , votre réponse me permet davantage encore de réaliser . Je me suis sentie écoutée sans être jugée , bien au contraire. La tournure de vos phrases et tout le contenu , tout est très juste et très bien amené. Merci beaucoup , vraiment

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
11 jours plus tôt

Chère Anonyme, comme je l’écris toujours, votre réponse vaut pour moi tous les honneurs du monde. Je suis touché et ravi de vous permettre par ces quelques lignes de vous aider à comprendre mais surtout débuter votre chemin de guérison. Je ne fais que vous tenir la main pour les premiers pas et ce sera un long voyage où vous apprendrez beaucoup sur vous-même, pour renaître, vous reconstruire.
Je vous invite vraiment à consulter notre liste de liens et de conseils dans le forum en section “trouver de l’aide”. Je suis certain que vous arriverez à faire les démarches, et soyez en sûre, ici nous vous lisons sans jugement aucun. De plus, vous êtes totalement libre, aucun de besoin de répondre à tout, vous pouvez revenir quand vous en avez besoin ou pas du tout, l’important c’est que vous trouviez la force de commencer votre chemin de guérison et de justice.
De tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.