Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

ma découverte de la sexualité

J’ai aujourd’hui 20 ans et ma sexualité à été définit par des agressions sexuels.

Mon premier rapport au sex remonte à mes 12 ans lorsqu’un autre élève de 16 ans se permet de mettre sa main sous mon soutien gorge et de saisir mon sein de façon violente en glissant sont autre main sous mon t-shirt. Je mord me débat me défend, il perd prise et me traite de « sale chienne ». Rapidement les autres élèves le suivent en coeur et s’offusquent de ma réaction « démesurée ».
J’en parle donc aux adultes responsable qui le renvoie de l’établissement promptement, les élèves me culpabilise, la honte s’installe. Je finit par m’excuser à mon agresseur qui me remercie de mes excuses comme si celle ci étaient dû et normal.

A 15 ans je partage une chambre avec un homme de 18 ans, amis de la famille qui m’héberge. Au bout de quelque semaine je suis charmé par son coté adulte et l’embrasse, une chose menant à une autre il à une érection. Je dit que je n’en ai pas envie ce à quoi il répond « tu as commencée tu finit, c’est ta faute ». Je le masturbe et commence une fellation à laquelle je n’arrive pas, il me dit alors  » c’est pas grave ». Je suis reconnaissante qu’il ne m’obliger pas à faire une fellation. Il me repousse et s’endort. S’en suivent des troubles obsessionnels compulsifs de la propreté durant 4 ans par la suite et qui persiste encore aujourd’hui.

A 17ans je ne souhaite toujours pas avoir de relation sexuelle, mon entourage familiale et amicale me traite de prude et me pousse à passer à l’acte. Je m’intéresse à un garçon quelque peu plus âgé que moi.
Après trois tentatives infructueuse pour une pénétration je perd ‘enfin’ ma virginité.
Et toutes les autres fois durant ces 3 mois sont douloureuses, je n’ai pas le droit de bouger et me force à regarder le plafond, je ne ressent pas de plaisir mais je me force. Je me laisse faire sans vouloir de ces relations sexuelles pour autant.

A 19 ans je suis dans une relation toxique et abusive, 3 fois il aura une relation sexuel avec moi sans que je ne dises non sans que je ne dises oui. Je n’ose pas dire non j’ai peur qu’il s’énerve qu’il cri. Je n’ai pas l’énergie de me battre mentalement contre lui, je sais qu’il se serait arrêté à ma demande, mais je sais aussi qu’il aurais été violent verbalement et culpabilisateur. Je pleure à la fin, il s’énerve et ne comprends pas et pars de chez moi.
Quelque mois plus tard je lui avoue, et il s’énerve que je ne l’ai pas arrêté.
Quelque mois après il dit que l’une de ces fois lui aussi s’est forcé.

Mais peut on appeler une de ces agressions un viol ? Ou bien même une agression sexuelle?
Hormis la première fois il n’y a jamais eu de violence physique, je ne me suis jamais débattue. Je n’ai jamais dit non.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

1
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
psionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Chère jeune dame en devenir, votre récit est terrible tant de par son contenu que par sa précision et la manière dont vous le relatez: on est saisit au coeur d’une douleur pour vous. Vous vous interrogez sur ce que vous avez subi, le plus simple est de citer la loi du 5 août 2018:

« Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui ou sur la personne de l’auteur par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol ».

Il est clair pour la loi que vous avez été violée à de nombreuses reprises: fin des doutes.

Vous êtes donc une victime de viols multiples et répétés.

Je vous invite à lire cette page:

https://www.village-justice.com/articles/nouvelle-definition-viol-posee-par-loi-schiappa-aout-2018-2018-703,29423.html

Maintenant, vous avez 20 ans ce sera difficile de poursuivre vos violeurs et prouver qu’il y a eu viol, c’est tout le problème. Ce que je vous conseille c’est d’appeler d’urgence ces organismes:

Réseau France victimes

http://www.france-victimes.fr/

numéro d’urgence: 116 006
Sites associatifs d’aides aux femmes victimes:

Associations de lutte contre les violences faites aux femmes
CFCV – Collectif féministe contre le viol
http://www.cfcv.asso.fr
numéro d’urgence: 0 800 05 95 95

FNSF – Fédération nationale solidarité femmes
http://www.solidaritefemmes.asso.fr

CNIDFF – Centre national d’information sur les droits des femmes et des familles
http://www.infofemmes.com

Femmes solidaires
http://www.femmes-solidaires.org

FDFA – Femmes pour le dire Femmes pour agir
http://www.femmespourledire.asso.fr

Elles vous permettront de parler à un thérapeute qualifié pour commencer un suivi dont vous avez grand besoin ma chère anonyme. Vous ne pouvez pas rester ainsi seule avec votre souffrance, il vous faut commencer votre chemin de guérison, pour la justice cela sera plus difficile, mais voyez avec les associations.

Peut-être avez-vous besoin d’un traitement adapté, le plus tôt sera le mieux, afin de soulager votre souffrance.

N’hésitez pas à venir nous demander des précisions, nous sommes un groupe de bénévoles qui aidons les victimes sur ce site depuis un an environ.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.