Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Les violences faites aux Femmes

LA MARIANNE 2018 – 2019 : MARIE LAGUERRE
À « Laguerre » comme à la guerre !

C’est l’histoire d’une jeune femme âgée de vingt-deux ans. Nous sommes au mois de juillet. Marie Laguerre marche tranquillement dans les rues du XIXème arrondissement de Paris. Un homme croise son chemin et sans savoir pourquoi, l’insulte. Marie ne se laisse pas faire et lui répond. Chacun passe son chemin, mais l’homme, sans doute piqué dans sa fierté masculine, revient sur ses pas et lui assène un violent coup au visage. Tout est allé très vite. Pas le temps pour Marie de réagir, alors elle encaisse. Pas question pour elle de baisser les yeux ou de s’excuser. Son honneur de femme est plus fort. Elle reste droite et digne face à son agresseur.

Grâce aux caméras de télésurveillance, cet incident a été enregistré et relayé sur les réseaux sociaux. Les images choquent. L’ampleur est immédiate. Marie reçoit des centaines de messages de soutien qui réaniment aussitôt le débat sur les violences faites aux femmes. Il faut que les mentalités changent. Politiques, médias, culture, écoles, tous les secteurs doivent y travailler de concert et mener le combat de front contre ce phénomène sociétal. La femme n’est pas un objet. Elle doit être respectée que ce soit chez elle, dans la rue comme au travail. Rappelons qu’en France, près de 9 femmes sont violées toutes les heures et que tous les trois jours, une femme a été tuée en 2006. Des chiffres qui font froid.

Alors, l’étudiante en architecture a décidé d’inter agir. C’est de bonne guerre. Par ce que son détracteur lui a fait vivre, qui mieux que Marie pour parler d’agressions et de harcèlement sexuel et qui mieux qu’elle pour en être un porte-parole ? Et quoi de plus symbolique pour celle qui porte le prénom de Marie (très répandu au XVIIIème siècle avec celui de Anne), que d’être soutenue dans son action par l’association Graffart et d’accepter l’idée de poser en Marianne, emblème de la France. Une anonyme de la République, une mère patrie qui prône telle une guerrière, clin d’œil à son nom, les valeurs du peuple : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Par cette posture allégorique réalisée par le graffeur togolais Sitou, c’est toute une génération de femmes que Marie défend, un message qu’elle adresse haut et fort pour qu’elles n’aient plus jamais honte, plus jamais peur. Plus rien ne va l’arrêter. Marie fait « Laguerre » !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

7
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
7 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
3 Nombre de personnes ayant commentés
AudeCatounepsionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Excellente initiative, absolument d’accord, car pour cette lutte il faut également des symboles très forts, et rien de mieux que de donner les traits de Marie à la République !
J’ajoute chères aminchettes que c’est aujourd’hui le procès de son agresseur.
Courage et soutien Marie !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité

Chère Anonyme,

Tout à fait d’accord pour que Marie Laguerre soit notre Marianne !

Mais, elle représente bien plus à mes yeux ! Elle se hisse à la hauteur d’une Simone Veil ou d’une Rosa Parks !

Les femmes auront-elles le courage de suivre son exemple, de se dresser et d’affronter seules leurs porcs ? Je l’espère!

Relevons ensemble ce défi !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité

Le verdict du procès : le porc de Marie est condamné à 1 an de prison ferme dont 6 mois avec sursis, trois ans de mise à l’épreuve et 2.000 euros de dommages-intérêts. Il devra également suivre un stage de sensibilisation aux violences faites aux femme.

Les antécédents du porc n’ont pas plaidé en sa faveur: depuis 2012 il a été condamné neuf fois pour des faits allant de la conduite sous stupéfiants à l’enlèvement avec séquestration en passant par du proxénétisme aggravé.

Victoire amère pour Marie !

Une condamnation certes, mais au goût amer. Marie Laguerre espérait un procès pour harcèlement sexuel, or les faits ont été requalifiés en « violence avec usage ou menace d’une arme ».

Le parquet a estimé que sans répétition « de propos ou comportements à connotation sexuelle » comme en dispose l’article 222-33 du code pénal, le harcèlement sexuel n’était pas caractérisé.

Avec ce procès, la victime de 22 ans porte toutefois l’étendard des victimes du harcèlement de rue.

Elle espère ainsi « mettre des mots sur la situation dans laquelle se trouvent les femmes et faire avancer leur cause », a-t-elle déclaré.

Persuadée que son histoire est loin d’être un cas isolé, Marie Laguerre a lancé début août la plate-forme Internet « noustoutesharcèlement.fr » pour recueillir des témoignages. Elle a déjà enregistré plus de 1.500 contributions tandis que sa pétition sur change.org ne compte pas moins de 75.000 signatures.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité

Quelques infos et propos de Marie :

Marie Laguerre, indique être toujours harcelée et menacée !

Elle compile les messages de haine reçus depuis son agression à Paris. Insultes, dérision ou théories du complot.

Aujourd’hui, elle est la cible de nombreux trolls en ligne, qui lui envoient des messages parfois d’une violence extrême:

– « Si j’avais été à sa place, je t’aurais massacré, sale merde! », écrit par exemple l’un d’eux.

– « Vous êtes j’en suis sur une extrémiste fanatique a voir le contenu de votre compte. Quelle haine des hommes!! »

« Parce que c’est important de montrer ce que ça implique d’oser dénoncer des problèmes de société, et plus particulièrement quand on est une femme », tonne Marie Laguerre sur le réseau social. « Partager ces captures d’écrans glanées durant ce dernier mois est ma façon de résister et de ne pas les laisser m’atteindre. »

Sur les captures d’écran compilées dans un album intitulé « Blacklash », traduisible par « Retour de bâton », certains internautes remettent en cause la véracité de son agression, ou se réjouissent qu’elle ait été agressée. D’autres, encore, lui retournent la responsabilité, estimant que la jeune femme aurait « cherché » son agresseur.

Marie Laguerre rappelle que le cyber-harcèlement dont elle est victime est un délit en France, que les échanges soient publics ou privés….

Ces hommes qui se croient tout permis, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu’on s’en offusque, c’est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement CESSE.

Les images sont la preuve d’un phénomène qu’on a souvent du mal à illustrer : oui, des hommes embêtent les femmes, et quand elles leur tiennent tête, elles peuvent se faire frapper.

Son histoire est le symbole du harcèlement de rue.

Pourtant, désormais, Marie Laguerre dit qu’elle n’est pas rassurée quand elle met les pieds dehors. Il suffit d’une remarque et elle se met à paniquer… D’autant que cette agression n’était pas la première.
On lui a déjà craché au visage dans la rue. On lui a déjà attrapé l’entre-jambes.

Aux hommes, on ne fait pas ça. Ce sont les femmes qu’on « importune ». Y compris celles qui ne souhaitent pas être « importunées »…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Aude
Invité
Aude

C’est clairement une idée parfaite !

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
Membre

Salut les aminchettes !

Tout d’abord un tweet de Gina Grimont:
« Je fais partie des grands-méres. Non, il n’y avait pas ce harcélement de rue là. Dans la rue, au café dans les jardins publics c’était la drague permanente mais gentille et quand on disait laissez moi tranquille, le mec se cassait sans t’insulter, de dire que t’es une pute etc.. »

Sans commentaire.

Sur le sujet du billet:
1) un papier sur la première année de metoo et balancetonporc en France dans l’express intitulé:
« #MeToo: où en sont celles qui ont parlé?  » on y apprend que les sites ont contribué à un sursaut de victimes, certains points sont abusifs, mais ce n’est pas le moment. J’ajoute que cela fait partie d’un fil de l’express intitulé Le mouvement #MeToo

2) Marie Laguerre n’est pas seule hélas à être victime du harcèlement des porcs: un article sur Le Figaro Madame intitulé:
Karin Viard à propos de #MeToo : « Je ne me suis jamais autant fait traiter de pute qu’en ce moment »

Phénomène connu de l’anonymat d’internet qui permet toutes les outrances… Affligeant, cela me peine pour elles et toutes celles qui sont persécutées ainsi.

Sinon sur le figaro madame pas mal d’articles sur le sujet metoo / btp. dont une très intéressante analyse d’une historienne qui estime qu’au Brésil, le vote des femmes peut complètement changer l’issue électorale. N’oublions que samedi dernier les femmes brésiliennes ont manifesté à Paris en solidarités avec leur soeurs sur place.
Voir le site autre bresil, l’article « Femmes unies contre Bolsonaro : rassemblement samedi 29 septembre à Paris ».

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
Membre

Foutremerdaille ! vous avez vu le pedigree de l’agresseur de Marie Laguerre ? Un délinquant multi récidiviste avec un cv de 9 condamnations: alcoolosophe, chichonneur, vol avec violence, conduite bourré, proxénétisme aggravé… voir l’article des inrocks intitulé: « C’était un compliment »: récit du procès de l’agresseur de Marie Laguerre.

Merci de remplir les champs obligatoires.