Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Les colleurs du tram

Hier j’étais en plein centre ville avec une amie, j’ai 16 ans et mon amie aussi, et en arrivant à mon arrêt de tramway il y avait une bande de 6 jeunes d’environ 15 ans. Ils se mirent à parler à voix haute de mes chaque faits et gestes. En rentrant dans le tram un des jeunes en pousse un autre, qui lui, me met la main aux fesses. Tellement gênée et mal à l’aise, je n’ai rien osé dire mais je les voyais me regarder insista ment. A l’arrêt d’après, la personne derrière moi descend, et le garçon m’ayant touché les fesses, se met derrière moi. Mais il m’a collé de très près, et il a réessayé plusieurs fois de me toucher les fesses mais j’avais mis mon sac derrière moi. Pendant ce temps ses amis me filmaient, et l’arrêt d’après je devais descendre. Personne dans le tram n’a bougé. En sortant j’ai crié “gros pervers” mais personne n’a rien dis non plus je trouve ça honteux.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
4 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Catoune
4 années plus tôt

Chère Anonyme,

Vous écrivez : “Tellement gênée et mal à l’aise, je n’ai rien osé dire.”

Vous avez eu tort ! Il faut de suite réagir et parler fort et clair en dénonçant le mauvais geste commis, sinon, ils vous croient faible et ils vont intensifier l’agression sexuelle envers vous.

Vous reprochez aux personnes autour de n’avoir rien dit et rien fait, alors que vous-même vous avez accepté sans broncher cette main aux fesses !

N’attendez pas des autres qu’ils agissent à votre place ! Regardez votre amie, vous a-t’elle défendue ? Non !

Le problème, c’est vous qui l’avez ! Il vous faut donc apprendre à vous défendre !

Voilà ce qu’il faut faire :

Si vous ne vous sentez pas en sécurité, ignorez la personne qui vous harcèle et éloignez-vous ou réfugiez-vous dans un endroit sûr (magasin, restaurant…).

Si vous vous sentez assez en sécurité, répliquez calmement et fermement, sans vous excuser : « ne me sifflez/touchez/etc. pas ! C’est du harcèlement ! », « Vous n’avez pas le droit », « Je ne vous ai rien demandé », « Eloignez-vous ! »

Si vous décidez d’entrer en confrontation, adoptez une posture assurée (regard fixe, parler d’une voix claire et forte, sans sourire, les épaules hautes) :

– sans laisser la personne parler, expliquer que son attitude est illégale, qu’il ou elle ne souhaiterait pas que quelqu’un se comporte ainsi avec ses proches, qu’il y a des manières plus respectueuses d’aborder des gens si le contexte implique un rapport de séduction.

– Identifiez la personne qui agresse en pointant du doigt « eh vous avec le tee-shirt jaune ! Arrêtez ce que vous faites. »

– Utilisez l’humour ou le sarcasme : « C’est intéressant… Pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous pensez que vous avez le droit de me dire ça ? »

– Faites semblant de ne pas avoir entendu et faites-lui répéter ses propos plusieurs fois jusqu’à ce qu’il-elle se sente stupide : « Hein ? », « Quoi ? », « Je n’ai pas entendu »

Si la personne qui harcèle est dans une voiture, faites semblant de prendre en photo la plaque d’immatriculation, cela peut la dissuader de continuer.

Dites à la personne qui vous harcèle que vous êtes en train de faire une enquête sur le harcèlement de rue et commencez à lui poser des questions : « Vous le faites souvent ? », « Comment choisissez-vous les personnes que vous harcelez ? », « Le faites-vous seul-e ou avec vos ami-e-s ? », « Avez-vous déjà parlé de ce que vous faites à vos parents, frères, sœurs… ? »

Lorsque la personne qui vous harcèle se fait plus agressive, menaçante ou vous suit, appelez le 17 ou le 112 et signalez son identité (vêtements, lieu, plaque d’immatriculation…) et/ou prenez une photo ou une vidéo pour les fournir à la police.

N’insultez pas, cela peut générer un comportement plus violent de la part de la personne qui harcèle.

Apprenez à ne pas vous laisser faire par des porcs ! Mettez-leurs la honte !

Bonne chance ! Soyez courageuse !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Tic tac
Tic tac
4 années plus tôt
Répondre à  Catoune

J’en prends de la graine, merci beaucoup, c’est plein d’idées.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
4 années plus tôt
Répondre à  Tic tac

Je vous en prie ! Ce coup-ci je n’ai pas eu droit à “n’importe quoi !” Chouette ! Je plaisante ! J’adore ça !

Je vous ai répondu aussi à “Agressions dans la rue !”. Mais, voici quelques idées qui peuvent vous aider.

Harcèlement de rue : 5 conseils pour ne plus être désarmée

Un homme qui vous siffle, un groupe qui vous interpelle sur votre tenue en ajoutant des commentaires dégradants, une personne qui vous suit en insistant pour vous parler… Selon une étude du HCEFH (Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes) parue mi-avril, toutes les femmes ont déjà été victimes de harcèlement dans les transports en commun. Mais savez-vous comment réagir?

Bien identifier s’il y a danger… et se protéger le cas échéant

Premier réflexe : il faut identifier si vous êtes en situation de danger, ou non. S’agit-il de quelqu’un de visiblement agressif ou d’un “lourd” qui insiste mais n’est pas dangereux ? “Je ne vais pas avoir la même attitude dans les deux cas. La priorité quand on est isolé est de se mettre en sécurité. Dans l’autre cas, il faut selon moi dénoncer le comportement du harceleur.”

Rien ne sert de courir en revanche : “Je pense qu’il faut paraître calme. Quand on montre sa peur, c’est là qu’on peut avoir plus de problèmes. Mieux vaut marcher vite, mais normalement.” Pensez aussi à solliciter les personnes autour, en attirant leur attention. “C’est aussi à cause de l’absence de réaction des gens que l’on n’ose pas réagir soi-même”.

Penser à l’avance à quelques répliques, avoir un scénario

Bien réagir au harcèlement de rue, cela commence par s’y être préparé. Par des lectures d’articles comme celui-ci, mais aussi en réfléchissant à ce que l’on pourrait répondre.
“Il faut avoir un scénario tout prêt dans la tête”. Qui peut être différent selon chacun : “Pour moi il faut ignorer et continuer son chemin”. “Répondre ? Parfois quand je ne réponds pas, ça se passe de la même manière que quand je réponds”.

“On ne siffle pas” et pas “Toi, ne siffle pas”

Dans les répliques à “prévoir”, pensez à ne pas interpeller directement la personne en face, qui pourrait mal réagir si elle se sent attaquée. Mieux vaut des répliques impersonnelles,et qui décrivent ce qui est en train de se passer. “On ne siffle pas Monsieur, c’est du harcèlement” plutôt que “Arrêtez de siffler”. Idem, préférez dire : “C’est interdit de faire de tels gestes” plutôt que “Vous êtes dégoûtant”. Et évitez le tutoiement.

Dire des phrases absurdes, désarçonner

C’est une technique plus surprenante, mais qui a fait ses preuves, qui s’inspire de lectures du “Projet Crocodiles”, une bande dessinée dénonçant le harcèlement. Un “relou” vous demande de coucher avec lui ? Répondez-lui par exemple : “La nuit tous les chats sont gris.” Le temps qu’il comprenne et s’interroge, vous serez déjà partie ! Ou bien demandez-lui combien de victimes par jour il fait, en sortant un carnet et en faisant mine de noter. Évidemment, ce n’est pas le genre de répliques auxquelles il s’attend !

Feinter : faire semblant d’être au téléphone

C’est une technique plus classique mais qui marche : faire semblant de recevoir un appel et prétendre que la personne qui vous appelle va arriver. “Ah, tu arrives, super on se retrouve dans deux minutes”. Et si vous êtes en danger manifeste, composez (vraiment) le numéro de la police (le 17), en disant bien fort : “Allô, la police ?”

Enfin, ne gardez pas pour vous-même ce qui vous est arrivé : parlez-en autour de vous. Le harcèlement, par petites touches, peut vous fragiliser si vous n’en parlez pas.

J’espère avoir pu vous aider. Bonne chance !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
4 années plus tôt
Répondre à  Catoune

Les Frotteurs, Agressions dans la rue et suivie dans la rue : que faire ?

Je vous recommande ce site :
buzzfeed.com/anaisbordages/ce-que-les-femmes-font-pour-se-sentir-en-securite-dans?utm_term=.ibOQLMJj2o#.wxjp4q2PYX

Pour nous sentir en sécurité dans la rue ou dans les transports en commun:

1. Mettre nos clés entre nos doigts dans notre poing fermé quand nous rentrons seules chez nous le soir.

2. Faire semblant de ne pas parler français quand on nous aborde.

3. Ne pas manger de bananes dans les lieux publics pour éviter les remarques ou les regards déplacés.

4. Manger des bananes en public mais en découpant des bouts avec nos doigts plutôt que de les mettre directement dans notre bouche.

5. Toujours nous mettre dos à la paroi dans le métro pour éviter les frotteurs.

6. Monter dans la première rame du métro pour pouvoir interpeller le chauffeur s’il nous arrive quoi que ce soit.

7. Regarder systématiquement qui se trouve dans les rames avant de monter dans le métro, et éviter celles avec uniquement des hommes.

8. S’asseoir plutôt vers des femmes que vers des hommes dans les transports en commun.

9. Descendre volontairement au mauvais arrêt de bus ou de métro pour tenter de semer quelqu’un qui nous fixe ou qui semble vouloir nous suivre.

10. Quand on rentre à pieds, marcher très vite et tenter d’adopter une démarche qui évoque la force.

11. Ne pas répondre quand un homme nous parle dans la rue.

12. Répondre rapidement quand un homme nous parle dans la rue («merci», «c’est noté») sans s’arrêter car il arrive que certains hommes prennent très mal le fait qu’on ne réponde pas et menacent de nous frapper car on les ignore.

13. Dire «désolée, je n’ai pas le temps» en faisant semblant de marcher très vite, comme si on était en retard alors que ce n’est pas le cas.

14. Mettre des écouteurs ou un casque pour faire semblant d’être occupées.

15. Ne pas mettre de musique dans nos écouteurs pour savoir ce qu’il se passe autour de nous et pouvoir repérer le danger.

16. Appeler un-e ami-e, nos parents ou notre partenaire pour se rassurer quand on marche seule.

17. Ne jamais laisser un taxi nous raccompagner juste devant notre porte, pour éviter qu’on sache où on habite ou parce qu’on habite dans une rue sombre.

18. Refermer systématiquement la porte de notre immeuble derrière nous et la tenir jusqu’à ce qu’elle se verrouille.

19. Rentrer dans un commerce quand nous nous rendons compte que nous sommes suivie par un homme dans la rue.

20. Rentrer dans un commerce et demander à quelqu’un de nous parler jusqu’à ce que la personne qui nous suit soit partie.

21. Changer de rame si nous sommes seule dans une rame avec un homme, surtout le soir.

22. Porter une alliance alors qu’on n’est pas mariées.

23. Se mettre sur le siège côté couloir du bus même si on préfèrerait être côté fenêtre, pour ne pas se retrouver coincée.

24. Prendre en photo le numéro du taxi dans lequel nous sommes et l’envoyer à un-e proche.

25. Faire semblant d’être au téléphone.

26. Adopter une attitude un peu «crado» (renifler, cracher, se gratter les aisselles, se tripoter le nez) dans l’espoir de dégoûter les mecs autour de nous.

27. Mettre un short sous notre jupe ou notre robe pour éviter les remarques sur nos vêtements «trop courts».

28. Arrêter de porter des jupes, des robes ou des shorts en dehors de chez nous.

29. Avoir un pantalon et un pull sur nous pour pouvoir se changer si besoin.

30. Ne pas se tenir droite volontairement pour «cacher» nos seins.

31. Réfléchir sérieusement avant de mettre un décolleté.

32. Mettre un foulard ou une écharpe autour du cou quand on met un décolleté.

33. Parler fort de notre mec (même si on n’en a pas) en soirée pour être sûre de ne pas nous faire draguer par un éventuel relou.

34. Toujours prévenir quelqu’un quand on monte dans un taxi ou un Uber.

35. Envoyer des SMS pour prévenir que nous sommes rentrées chez nous saines et sauves.

36. Repérer des femmes à qui on pourrait aller parler dans le métro si jamais on se fait harceler.

37. Demander explicitement à un couple ou un groupe de femmes de marcher avec eux/elles.

38. Avoir son téléphone dévérouillé, au cas où.

39. Composer le 17 à l’avance sur son téléphone, au cas où.

40. Réfléchir à tout ce qui pourrait nous servir d’arme : une bombe de laque, une bouteille de parfum, un parapluie, des bijoux un peu pointus…

41. Ne pas longer les murs dans la rue pour éviter de se retrouver bloquées.

42. Utiliser les vitrines de magasins et les panneaux publicitaires pour surveiller ce qu’il se passe derrière nous.

43. S’installer près du signal d’alarme dans les trains vides.

44. Transporter un sifflet ou une bombe au poivre.

45. Ne pas rester immobile ou s’appuyer au mur quand on attend quelqu’un dans la rue, sous peine de recevoir des sollicitations.

46. Envoyer des textos à une amie proche avant un rendez-vous, pour la prévenir que c’est étrange si elle n’a plus de nouvelles de notre part d’ici une heure.

47. Changer de trottoir la nuit quand nous sommes seule et voyons un mec arriver sur le même trottoir.

48. Porter notre sac devant nous en guise de bouclier.

49. Mettre notre sac en bandoulière de façon à ce qu’il cache nos fesses, pour éviter les mains baladeuses.

50. Dans les transports, mettre notre sac devant nos parties génitales, pour éviter les mains baladeuses.

51. Éviter le regard des hommes dans la rue ou dans les transports pour éviter de susciter une réaction.

52. Faire un pas de côté quand un homme arrive sur le trottoir d’en face, pour lui laisser la place.

53. S’habiller volontairement «mal» les jours où on a envie d’être tranquilles.

54. Ne pas sourire à un homme qui nous sourit dans les transports en commun de peur que ce ne soit interprété comme une invitation.

55. Changer de trottoir quand un groupe d’hommes arrive sur notre chemin.

56. Faire semblant de regarder le trottoir d’en face pour mieux épier ce qu’il se passe derrière nous.

57. Faire semblant d’être perdue et de regarder autour de nous pour vérifier que personne ne nous suit.

58. Avoir l’air le plus énervé possible pour qu’on nous laisse tranquille.

59. Faire semblant de s’arrêter dans la rue quand on pense être suivie, et laisser l’homme derrière nous nous dépasser pour être plus tranquilles.

60. «Scanner» les petites rues avant de s’y engager.

61. Se forcer à porter un soutien-gorge pour ne pas prendre le risque d’«exciter» qui que ce soit.

62. Vérifier que notre pull tombe en dessous des fesses.

63. Marcher avec notre portable à la main pour être prête à appeler quelqu’un.

64. Ne pas emprunter les rues mal éclairées.

65. Attacher nos cheveux longs.

66. Mettre une capuche.

67. Marcher vite.

68. Serrer les poings.

69. Ne pas mettre de talons pour pouvoir courir si besoin.

70. Ne pas boire trop d’alcool.

71. Ne jamais laisser notre verre sans surveillance.

72. Ne jamais baisser notre garde.

73. Essayer de devenir invisibles.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME