Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Le jour ou je me suis senti sale!!

Les circonstances exacte sont un peu flou, je vous l’avoue. pourquoi? Tout simplement parceque j’ai toujours et depuis tout ce temps appris à vivre en me persuadant que ce n’était peut-être pas vrai, jusqu’à ce qu’on m’en parle car il s’en était « vanté « …
J’etait âgé de 14 ans quand j’ai subi les attouchements de la part d’un frère de mon père. Rien que d’y repenser j’ai envie de vomir. J’en avais parlé a ma mère a mon adolescence car cet événement a eu un tel impact destructeur dans ma construction de jeune adulte que j’ai fais malheureusement bien des bêtises… Et a cette époque, elle m’a plutôt conseillé de ne rien dire, de passer outre pour mes petits cousins, et afin d’éviter je pense tous les problèmes que cela aurait pu engendrer au sein d’une famille. Alors c’est ce que j’ai fais. J’ai tant bien que mal essayé de construire et de faire ma vie en tentant d’oublier. La seule chose que je n’ai pas pu m’empêcher a été de le détester de toutes mes forces de mal lui parler, même en famille je manifestait sans aucuns problèmes le fait que je l’avais exclu de ma famille, que sa vue horrifiant et que sa présence m’insupportais fortement. Et tout ça pendant de très longues années. Aujourd’hui j’ai 40 ans je suis maman de deux garçons, ma vie est plutôt correcte et je pourrais dire que je suis heureuse mais c’est pas tout à fait le cas.
Il y a 4 ans de ça, mon cousin(fils de mon porc) devenu lui-même papa d’1 jolie petite fille rencontre des soucis relationnel avec son père suite à une dispute qu’il a eu avec sa femme.
Quand celle ci demande à me voir afin de me demander quelque chose… je vais la voir.
Là elle me dit que son père et mon porc ont travaillé ensemble par le passé et que celui ci se serait vanté d’avoir eu une relation avec une de ses nièces. Ma vie s’est écroulée, je n’avais pas consentie à ces actes et en plus il s’en était vanté quel porc… elle voulait que je lui confirme ces soupçons sur moi… je n’ai rien dis, je n’ai pas pu. Je me suis senti encore une fois salie, j’étais brisée de nouveau à partir de ce moment. Et je le suis encore aujourd’hui car je ne fais que repensais à cette conversation, qui ont réveillé mes anciens mauvais souvenirs, et veilles blessures.
J’aimerais tant lui dire que c’est un PORC.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

3
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
3 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
Louvepsionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Très chère anonyme, votre témoignage me bouleverse ! Je viens d’en prendre connaissance, je vous répondrai plus complètement très prochainement, en fin de journée. de tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
Membre

Chère anonyme, je reviens vous répondre plus amplement. J’ai relu votre témoignage et j’en suis encore plus bouleversé. En effet, dans votre récit sobre et digne, d’une femme abusée dans son enfance, je retrouve les pires ingrédients de la violence inouïe de ce crime incestueux. Je vais tenter de résumer ce que je comprends en vous lisant puis je vais vous communiquer des liens utiles pour la suite car vous êtes de toute évidence dans une grande souffrance psychique. Notre amie Louve vous répondra sûrement plus tard et elle sera bien plus bouleversée que moi.
Vous avez été abusée par un oncle pédophile vers 14 ans, l’âge si difficile pour les jeunes femmes en devenir. Un âge de grande fragilité et délicatesse où se fait souvent la découverte de l’intime et au moins l’expérience unique de la profonde transformation du corps féminin. Je vais droit au but: l’agression incestueuse et pédophile sont les plus destructrices sur le plan psychique d’après la psychiatrie. L’agresseur, par sa prédation avilissante détruit cet équilibre fragile du rapport entre votre corps et votre esprit qui constituent votre personne alors dans une étape critique de votre devenir. Cette coupure est d’une telle violence qu’elle est source d’une souffrance psychique inouïe qui provient du rejet de votre corps avili avec lequel vous devez vivre et construire quand même votre personne dans une grande souffrance. Mais comment construire sa personne quand on est avilie toute jeune dans son humanité, dans son âme ? La réponse est que sans aide adéquate, c’est presque impossible, en tous cas très difficile. De plus, le porc en vous avilissant par sa prédation laisse en vous un besoin morbide de remettre en acte l’agression: c’est cela qui vous pousse à prendre des risques auxquels vous faites allusion. C’est un piège mortel pour la victime du porc prédateur. Ensuite, comme toujours, la famille minimise et enterre votre agression alors que c’est un crime contre votre personne donc votre humanité, c’est encore plus douloureux car vous vous trouvez livrée seule avec votre souffrance que vous devez endurer en silence. Ce manque d’aide de votre mère, de votre famille, a sans doute poussé à ce que vous aliiez voir ailleurs, et de part la blessure perverse du porc vous avez fait des conneries. Je ne plaisante pas, certaines en meurent, dans la drogue, l’alcool, les pratiques dangereuses, les fréquentations glauques, le sous lumpen proletariat, la glandaille, et j’en passe. Pourtant, vous avez trouvé la force de vous défendre, seule, en traitant publiquement ce porc comme il le méritait: vous avez eu parfaitement raison de le faire, c’était votre colère (donc votre tristesse) de jeune femme en devenir avilie par ce porc qui osait se pavaner en famille, ce criminel, cette ordure. Vous le conchiez encore et vous le conchierez toujours et c’est ce qu’il faut faire, je vous en félicite car c’était courageux pour une jeune adolescente d’aller contre toute sa famille en disant le VRAI. Vous avez réussi à en sortir et vous avez deux fillettes, c’est une grande réussite dont je vous félicite. Et puis tout cela revient lors de cet entretien avec cette femme. Et vous êtes paralysée, de part l’énormité d’apprendre que cette pourriture de porc incestueux sen VANTAIT de vous avoir agressée.
Je suis déjà trop long, je vais tenter de vous aider. Il vous faut d’urgence prendre contact avec ces associations suivantes:

https://aivi.org/

https://www.sos-inceste-violences-sexuelles.fr/
numéro vert: 02 22 06 89 03
ARSINOE – Liens Utiles
http://www.arsinoe.org/arsinoe-liens.php
http://www.resonantes.fr/
l’Association Vivre Soleil Renaître est une aide aux victimes de l’inceste, de viol extra-familial, d’agressions sexuelles,

http://www.vivresoleilrenaitre.org/

Réseau France victimes

http://www.france-victimes.fr/

numéro d’urgence: 116 006

J’ajoute enfin que vous pouvez poursuivre depuis la loi de 2017 jusqu’à 30 ans après votre majorité, donc jusqu’à vos 48 ans. Il est encore temps de le faire si toutefois ce porc est encore vivant. Les associations vous aideront dans cette perspective.

vous n’êtes peut-être pas la seule victime de votre oncle, pour vous en assurer contactez:

* Association PARLER de Sandrine Rousseau:

https://www.associationparler.com/

Enfin, je note que vous souffrez psychiquement car vous avez dû vivre avec ce profond traumatisme et cet entretien avec cette femme ravive les souvenirs traumatiques. Il ne faut pas rester ainsi, vous devez consulter d’urgence, pour vous aider voici quelques liens qui complètent ceux des associations de victimes précédents:

Sites médicopsychologiques:
** site de l’institut de la victimologie vous avez un annuaire des associations de lutte contre le harcèlement dont l’adresse des centres régionaux:
http://www.institutdevictimologie.fr/annuaire.php

** site de Muriel Salmona: mémoire traumatique ; voir son article mémoire traumatique en pdf sur le site
https://www.memoiretraumatique.org/

** indiqué par Céline9: un site très intéressant d’ailleurs
https://www.cyrinne.com/

Je vous invite à consulter rapidement chère anonyme, de préférence un psychiatre spécialisme des traumatisme, passez par les associations de victimes elles ont des thérapeutes compétents et investis dans l’aide aux victimes.

de tout coeur avec vous.

Courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Louve
Membre

Bonjour, je suis désolée de ne pas avoir pu répondre plus tôt. J’étais absente et je lis avec beaucoup de tristesse (et certainement encore de colère) votre témoignage qui me ramène à une situation vécue. J’approuve chaque mot de Psionic et effectivement je ne pouvais pas rester sans vous répondre. J’espère que vous aurez aussi l’occasion de lire ma réponse.

Nous avons à peu près le même âge. Nous faisons partie d’une génération qui a beaucoup tu les choses et je dirais même normaliser en nous incitant à ne rien dire, ne pas faire de vague. Souvent le silence est caché sous un argument qui me reste encore en travers de la gorge « soyons pudique ». Votre oncle était un vrai porc. Le mien m’a fait faire des fellations et j’en ai gardé des séquelles profondément ancrées dans mon âme. Je m’épanouis dans mon travail (bien que l’injustice continue à me révolter) mais je n’ai pas réussi à construire ma vie affective.

J’ai juste envie de vous dire que j’ai commencé par pousser des portes pour ne plus rester isolée dont celle de l’Association Parler qui organise des groupes de paroles entre femmes victimes. L’idée est de créer cette solidarité et une dynamique pour sortir de l’isolement comme de la culpabilité et bien d’autres sentiments dus à ces agressions.. Aujourd’hui quand je constate que je suis encore en vie malgré la répétition de certains scénarios dans ma vie je ne me considère plus comme faible. Ce que nous ressentons est plutôt sain car ce sont des signaux d’alerte pour nous dire de prendre notre vie en main afin de ne plus laisser ces souvenirs nous gâcher ce qu’il peut y avoir de beau.

Vous pouvez lui dire que c’est un porc simplement en faisant en sorte que ce dont il se vante soit mis entre les mains de la justice. Je me suis faite agressée POUR LA DERNIERE FOIS par mon ex beau père (le père de mon ex compagnon puisque ce dernier qui était au courant de tout a pris le défense de mon agresseur) qui m’a gentiment mis le doigt au vagin. J’ai une fois encore culpabilisée car on m’a fait croire que j’étais la seule et j’ai appris que NON et que ça durait a minima depuis 20 ans. J’ai porté plainte car cette ordure garde encore ces petites filles et que dans la famille personne ne semble comprendre la gravité et les conséquences de ces actes. (vous voyez en 2020, nous vivons encore des environnements malsains et inconscients) Je vais maintenir ma plainte et continuer à m’investir dans des associations pour qu’un jour ces actes ne soient plus « normalisés, évoqués comme de simples diffamations ».

Faites vous aider SVP et surtout ne vous imposez pas cette ordure. Je ne vais pas vous mentir. Parler, dire la vérité peut isoler des cons, des sous empathiques, sous développés humainement mais il existe des professionnels de qualité, des personnes, des amis de valeur qui croiseront aussi votre route et pour certains s’installeront durablement. L’avantage de mon vécu fait que je repère beaucoup plus vite les gens à éviter sur le long terme. Si je dois bosser avec eux why not mais si possible à petites doses.
Nous sommes à une époque où la bienveillance semble être à la mode mais je la rencontre peu ou du moins on en parle mais elle est loin d’être intégrée. Peut-être qu’un jour il y aura assez de recul pour comprendre les conséquences d’un viol et/ou une agression sexuelle vécue durant l’enfance. Peut-être qu’un jour l’empathie ne sera plus une légende. Peut-être qu’un jour la fragilité ne sera plus perçu comme un handicap mais comme le moyen de percevoir les failles d’un système. Je dis « peut-être » mais j’y crois car à force de tirer sur un élastique il finit toujours par céder.

N’oubliez pas que d’être arrivée là où vous en êtes est le signe d’une grande force. Votre dégoût témoigne aussi d’une vraie morale et si vous ne vous libérez pas celà peut continuer à vous « ronger de l’intérieur ». Avez vous des personnes très proches et de confiance qui pourraient vous accompagner dans vos démarches ? La thérapie est essentielle et surtout RIEN A FOUTRE DE CE QUE PENSENT CEUX QUI NE BOUGENT PAS POUR FAIRE CHANGER LES CHOSES. Vivez pour vous, pour être une femme épanouie, pour ne plus subir, pour ne pas faire partie des moutons qui croient qu’en taisant les choses, ils sauvent une famille. Dire ce n’est pas détruire c’est faire en sorte que la situation soit assainie et construire sur des bases solides. Parler c’est libérer sa douleur et comprendre que nous n’y sommes pour rien.

De tout coeur avec Vous. Virez ce porc et cherchez ce qui vous fait vibrer ce qui vous fait rire, vous rend vivante ! On ne peut pas oublier mais on peut apprendre à vivre avec ces souvenirs et surtout se libérer de toute la culpabilité, la colère,…..qu’il peut y avoir derrière ces actes immonde.

Merci de remplir les champs obligatoires.