Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

L’ami de mon frère

En rentrant chez moi…
Je ne me rappelle pas de la date exacte.. mais je me souviens que c’était le moi d’avril.. Je suis sortie avec des amis faire la fête. Il me semble que c’était une bonne soirée..
Je suis partie pour rentrer chez moi vers 3h du matin.. Je ne me rappelle pas avoir été suivie..
Mais d’un coup, cette main qui m’agrippe..
Je me retourne et d’abord, je suis soulagée quand je le vois et je lui souri. Mais son regard est resté d’une noirceur intense.
Je commence à comprendre qu’il y a un problème.. qu’il ne m’a pas fait simplement une mauvaise blague. Et là tout ce bloque.. le battement de mon coeur, ma respiration, ma voix.. Je me tetanise..

Il me plaque violement contre le mur.. ma tête prend un coup énorme mais je ne perds pas connaissance.. Je suis toute étourdi mais bien consciente.. ma gorge ne fait que de se resserrer..
Je lui demande ce qu’il fait et le supplie d’arrêter..

Il se colle contre moi et me prend les mains.. J’essaie de me défendre de toute mes forces.. mais il me frappe..
Je me prend une première gifle.. je me retourne .. Il m’agrippe les cheveux.. et en se collant et frottant à moi, il me déboutonne mon pantalon et ouvre ma braguette..
Il y met sa main.. et je sens ses doigts. Il me fait mal..

Je suis dégoutée et choquée aussi.. mais impossible pour moi de crier.. Je suis persuadée d’être entrain de mourir..

Je le repousse encore une fois, je ne sais pas d’où vient cette force.. mais j’y arrive. Et il me fait tomber.. Je me prend des coups de pieds dans le ventre et dans les côtes..
Il me relève brusquement et je ne me rappel que de certaines phrases qu’il a prononcé..
– Laisse toi faire petite pute.!
Laisse toi faire où tu crèvera là !
Je me suis laissée faire.. J’étais en pleurs et j’avais beaucoup de mal à respirer.. Il m’ordonne d’enlever mon pantalons.. et le reste..
Il faisait très froid.. j’étais sur que j’allais mourir..

Et je l’ai laissé me salir à vie..
Il m’a pénétré..fort.. j’avais mal.. très mal..
Il me demandais si j’aimais ça.?!
Il m’a dit que c’était bien fait pour moi et que de toute manière les filles comme moi ne servait qu’a ça.
Il me tirait les cheveux et m’étranglait de plus en plus fort..

Combien de temps ça a duré? Je n’en sais rien… beaucoup trop longtemps..

Quand il a finit, il m’a dit..
Je t’avais dit qu’on s’entendrait bien! On s’est bien amusé non?!
Il m’a plaqué à nouveau contre le mur très violement.. j’ai cru que mon crâne allait se fendre en 2..
Il a mit sa main autour de ma gorge et s’est mit à serré..
Ça y est.. c’est comme ça que je vais mourir.. c’est ici..
Il s’est rapproché de mon oreille et m’a menacé.. il a dit qu’on se connaissait bien lui et moi.. et qu’on allait se revoir très vite.. Mais surtout qu’il me faisait confiance pour que ça reste entre nous..

Il m’a lâché et il est parti..

J’ai mis un moment à réaliser ce qui c’était passé.. Je suis rentrée chez moi.. j’ai pris une douche.. j’ai vomi.. beaucoup..
J’avais les lèvres en sang.. et très mal au ventre..
Je suis sortie.. Je ne savais pas quoi faire.. Je me suis retrouvée en face du commissariat.. j’ai dû passer une heure devant la porte avant qu’un policier qui rentrait me demande ce qui m’étais arrivé. J’ai essayé de raconter mais rien ne sortait.. Il m’ont emmené à l’hôpital où plusieurs examens on été réalisé..

Je ne disais pas un mot.. je les laissaient faire.. j’ai eu a subir plusieurs examens.. des photos des marques sur mon corps ont été prises.. mais sincèrement je n’étais plus là.. ce n’était que mon corps.. mon esprit n’était plus là..

Je n’ai jamais osé dire à la police que je connaissais mon agresseur..
Il n’a jamais été arrêté..

Ça fait 7 ans aujourd’hui que ça c’est passé.. j’ai 26 ans et je suis mariée. J’essaie de me reconstruire tout les jours.
Mais à chaque fois que je sors de chez moi j’ai une peur bleue de le recroiser.. Avec mon mari ça peut-être très dur par moment.
Surtout quand je fais des cauchemars.. je revis souvent cette scènes dans mes rêves.. j’entends encore sa voix dans ma tête.. ses phrases.. et souvent je sens ses mains sur moi qui m’étouffent et m’étranglent.

Aujourd’hui je décide de balancer mon porc mais je me sens encore lâche.. lâche de ne pas oser l’affronter.. mais c’est plus fort que moi.. je n’y arrive pas.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
2 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
LouveAnne Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Anne
Membre

Lâche ? Certainement pas. Que vous manquiez encore de forces, cela se comprend.

Vous dites avec justesse que vous allez devoir l’affronter, c’est à dire lui faire face, le combattre, vous exposer.

Et bien sûr ce n’est pas facile, d’autant plus qu’il s’agit d’un ami de votre frère. Ce n’est pas facile non plus car, en gardant le silence, vous êtes terriblement seule.

Vous avez pourtant une carte maîtresse entre vos mains: la preuve de ce viol. Vous avez eu la force de faire une déposition et de faire les examens nécessaires alors que vous étiez sous le choc et encore incapable d’en parler à vos proches.

Il vous faut encore du temps pour l’affronter. La force, vous allez la prendre au contact des autres, en parlant, que ce soit à un thérapeute, votre mère, votre mari, une amie, un groupe de paroles…. À vous de choisir la personne ou les personnes qui sont d’une écoute réconfortante et apaisante.

Vous semblez prête pour en parler.
Vous venez de faire un premier pas en postant ce témoignage glaçant qui laisse sans voix.
Vous avez raconté avec délicatesse ce viol terrible. Si c’est trop difficile de parler, donner votre témoignage à lire. On ne peut que vous croire et comprendre votre désarroi en vous lisant.

La parole libère et va vous permettre d’avancer et d’être pleinement heureuse.

Je crois comprendre que votre mari n’est pas au courant malgré vos cauchemars ? À un moment, il me semble que ce serait mieux qu’il le sache afin de mieux vous comprendre.

Parler, d’abord pour vous permettre d’avancer mais parler aussi pour les autres. La violence qu’a manifestée cet homme laisse supposer que vous ne serez pas la seule.

Bon courage à vous sur ce chemin difficile mais qui va vous permettre de vous reconstruire et reprendre votre vie en main. Soyez heureuse.

Anne

Merci de remplir les champs obligatoires.



Louve
Membre

Bravo pour votre témoignage ! Vous avez ouvert une porte pour vous libérer.
Je suis pleinement d’accord avec Anne pour l’avoir également expérimentée. Un porc ne cesse jamais de l’être du jour au lendemain et compte tenu de la violence de ses actes, je le vois comme un prédateur.
Parler libère vraiment. Parler c’est arrêter l’engrenage pour vous et pour d’autres.
Ce que vous avez vécu est d’une violence inouie. J’ai l’impression de radoter en ce moment mais je puis vous assurer que j’ai trouvé de l’écoute au 0 800 05 95 95. J’ai appelé l’AMAV. Et sans oublier le KRAVAMAGA où l’on apprend les gestes pour SE DEFENDRE. Pour l’instant j’en suis au cours d’initiation mais je compte bien reprendre à la rentrée.
Comme vous j’ai subi le phénomène de sidération et j’ai même été jugée par les défenseurs de mes agresseurs.
A 41 ans, je n’aurai qu’un conseil à vous donner en plus : entourer vous de personnes bienveillantes qui accueilleront votre souffrance sans jugement et vous aideront à avancer.
La solidarité sera notre meilleure force pour faire bouger les lignes.
Parler pour enfin prendre conscience que vous avez été bel et bien victime et que vous décidez de ne plus baisser la tête, de ne plus avoir peur.
Il y a eu des constats médicaux. Maintenant, il vous reste à parcourir ce chemin pour donner le nom de votre agresseur.
L’agresseur sait quand nous avons peur et que nous ne dirons rien.
A 26 ans vous avez plein de belles choses à vivre et non vous n’êtes pas une pute. Vous ne le serez jamais.
MERDE on a quand même le droit d’être femme sans craindre de perdre notre intégrité.
…;je suis rarement vulgaire mais ça m’arrive quand je sens la révolte et la colère monter. Vous MERITEZ D ETRE PROTEGEE.
Je suis de tout coeur avec vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.