Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Je lui ai trop fais confiance

Je suis une femme, j’ai 20 ans. Lorsque je suis arrivée seule dans mon appartement dans cette grande ville pour effectuer ma licence, j’ai souhaité rencontré du monde étant célibataire. C’était aussi le cas de plusieurs autres filles dans ma classe. J’ai commencé à rencontrer des garçons, j’étais toujours claire, étant vierge, je ne voulais faire que des préliminaires.
Vers la mi novembre j’ai rencontré un garçon qui me disait que je lui plaisais beaucoup. Comme approche, il m’a dit cela en ajoutant que “même si on ne veut pas les mêmes choses, j’aimerai beaucoup te voir” (lui souhaitant une relation éphémère et moi une relation sérieuse après plusieurs expériences que je n’avais pas trop appréciées). Ce n’était pas possible pour moi à ce moment là et il venait d’une ville à 2h en voiture de mon appartement, on était d’accord qu’il valait qu’il reste dormir la nuit pendant un week end. Ce n’était donc pas possible avant début janvier. Entre fin novembre et début janvier nous parlions donc tous les jours, nous donnant des nouvelles. Il m’avait même dit que s’il avait le coup de coeur, il pourrait se mettre en couple avec moi. J’y ai cru et je pensais que nous serions en couple après notre première rencontre. J’ai toujours des discussions avec lui. Avant que nous nous voyions, nous nous sommes disputés car je n’avais pas forcement envie de faire ma première fois avec lui tout de suite étant donné que pensant continuer sur une relation à long terme, nous aurions du temps pour cela et je ne voulais pas me presser.
Il m’a par exemple envoyé: “Je fais un bon trajet pour venir, je suis quelqu’un d’intéressant, et on pourra parler toute la soirée, je paierais pour la nourriture et je mettrais ma passion du massage pour toi et à la fin quand je serais vraiment bien avec toi tu vas me dire un truc du genre “non me touche pas j’ai pas envie”, alors que si je veux le faire c’est que tu me plais. Ouais tu veux une relation platonique quoi oO. Bonne chance pour trouver quelqu’un comme ça. Tu fais partis des gens qui pense que le sexe cest anormal”. Je voulais quand même le voir parce que je pensais qu’il m’aimait, il était là pour moi, pour m’écouter.
Je ne me souviens plus de tous les détails lorsque nous nous sommes vus. Il a essayé à un moment, j’ai refusé de continuer plus loin que les préliminaires et il accepté pour que nous mangions. Après cela, il a fallu que ça arrive.
Il ne voulait pas mettre de préservatif et j’ai cédé. J’avais mal, je pleurais, je lui ai demandé d’arrêter, je lui ai dis non et il a continué. Je voulais faire une pause alors j’ai dis que j’avais envie de vomir, je me suis mise sur le côté et il a écarté mes jambes pour continuer. Je serrais mes jambes contre lui et ça l’énervait, il m’a demandé pourquoi je faisais ça d’une manière qui m’a fait peur. Je l’ai mordu parce que j’avais trop mal mais il a continué. Je lui ai demandé en pleurant pourquoi il me faisait ça à moi et il m’a répondu: “Ah non tu vas pas faire passer ça pour un viol sérieux…” alors je me suis calmée. Il a prit ma jambe et la fait basculer en arrière pour pouvoir rentrer jusqu’au fond, j’ai eu très mal, j’ai senti en moi une déchirure. J’ai senti mon visage partir en arrière. Ensuite, je l’ai laissé faire, je le sentais faire, je faisais du bruit pour faire en sorte que ça l’excite et qu’il termine rapidement. Il ne me regardait pas, ne m’embrassais pas, ne me touchais pas. J’étais seule je crois. Il parlait tout seul, je ne me souviens pas de ce qu’il disait mais ça me faisait peur. Il a terminé, ensuite nous avons pris une douche. Il avait des marques sur le torse, je lui ai demandé ce que c’était et il m’a dit que c’était moi, que je m’étais débattue. Nous nous sommes couchés, il voulait recommencer, pas moi. Il a commencé à pleurer, à dire que personne voulait de lui alors j’ai cédé et il a recommencé. Je ne me souviens pas. Je crois qu’il est juste entré en moi. A un moment il m’a aussi fais monter sur lui mais je ne bougeais pas, je ne sais plus.

Quand il est parti, je sentais que quelque chose était bizarre, j’avais un peu peur de le revoir et que les choses se passent de la même manière. Mais je ne voulais pas le perdre. J’avais des bleus sur les cuisses et j’ai saigné pendant 3 jours je crois. J’aurai pu porter plainte, j’aurai pu allé voir la police mais je n’avais pas compris ce qui c’était passé. Ce n’est qu’une semaine plus tard quand il a arrêté de me parler car il ne me faisait soi disant pas confiance que j’ai compris. Je lui avais fais trop confiance au contraire, je lui ai donné ma virginité. C’était trop tard pour prouver quoi que ce soit. Il est étudiant en psychologie et m’a tué psychologiquement.

Je suis maintenant en couple avec un homme très respectueux mais je ne veux pas l’empêcher d’être heureux parce que moi j’ai peur. Il respecte lorsque j’ai envie d’arrêter et j’ai l’impression d’être tombée sur une perle rare, c’est la première fois qu’on m’écoute.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
FashionsFeministas
FashionsFeministas
1 mois plus tôt

Je vous comprends totalement. J’ai connu des attitudes quasi-similaires avec un trajectoire différente. Faites vous accompagner par des professionnels des associations contre le viol, les violences sexistes et sexuelles, il y’a la bureau d’aide psychologique dédiée aux étudiants dans chaque universitaire. Ausdi, le collectif étudiant contre le harcèlement sexiste CLASH, ne vous laissez pas vous abbatre par ce traumatisme. Heureusement, que votre actuel cheri, vous respecte pour ce que vous êtes. Chapeau à lui !. Pourquoi personne des lecteurs a réagit ?! Ce que vous avez vécu est atroce, c’est un VIOL !. Il a abusé de vous, votre naïveté, votre fragilité, votre confiance. C’est pas vous la coupable, c’est lui. Il devrait payer sa faute, pas vous en lui offrant votre virginité de cette façon indigne. Votre post devrait être intitulé : Je lui ai fait confiance, il m’a violé pour ma première. ” pour faire réagir les esprits etroits misogines et mettre la puce aux oreilles aux filles qui se font violer sans le connaitre sous le coucert d’un devoir conjugal, ou amour passionel toxique. Faire sa première fois de cette facon inhumaine, d’une telle agressivité et frustration est une atteinte à votre intégrité. Le viol sur conjoint/ concubin est une circonstance aggravante, c’est un crime passible de 20 ans de réclusion criminelle et 75 000 d’amende. Il a suffit de faire constater ses lésions par un gynécologue, ou aux urgences histoire de laisser une trace, meme si vous avez peur de porter plainte. Au moment, où vous realisez qu’il vous a agressé sexuellement et physiquement, vous auriez au moins une preuve. Il a fallu simplement signaler ça, à une association, une psy, médecin, assistante sociale à l’université pour réaliser que vous étiez victime de viol. Et quil vous a manipulé et mis sous son emprise. Il est toxique, manipuleur pervers narcissique et a abusé de vous mentalement et physiquement. Quel honte pour un futur psychologue ! Meme si vous voulez pas portez plainte a ce moment là, ce qui tout à fait compréhensible, car etant victime on est pris dans un sentiment d’incompréhension, d’impuissance, de honte, de sidération, de culpabilité et encore pire meme de compassion et d’empathie pour son bourreau. Il a suffit de signaler cette agression sexuelle, son comportement pervers, déposer main courante à la gendarmerie ou police et c’est eux qui vont mener l’enquête pour vous protéger et proteger des futurs victimes potentielles. C’est eux qui qualifiront les faits, y’a des unités spécialisées dans les violences faites aux femmes. Demandez une femme spécialisée dans ce genre d’affaire, au moins vous serez comprise et moins jugée ou mal accueilli. Le viol est un crime de droit commun, une enquête sera déclenchée auprès du procureur de la République, même en absence de plainte et la personne sera arrêtée, auditionnée et placé en garde à vue en attendant le verdict. Toujours, laissez des traces ecrites, appels enregistrés, sms où vous reprocher le comportement de votre agresseur , soit disant amoureux et suciter sa réaction. Laissez le s’exprimer sur ces attitudes et comportements par ecrit pour susciter des preuves.
Le combat contre les violences intrafamilales, conjugales, scolaires, professionnelles, sexistes, sexuelles, faites aux femmes, filles, enfants et meme hommes, est un long combat, qui commence par l’éducation familiale et scolaire. Unissons nous et semons la paix sur terre. C’est la clé de la fraternité et l’humanité.

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
1 mois plus tôt

Chère anonyme, chère FashionsFeministas. J’avais l’intention de répondre plus complètement mais en ce moment le rythme des témoignages est très soutenu et je nous arrivons plus de mal à suivre. Ce témoignage mérite une réponse approfondie.
Vous avez dit tout ce qu’il fallait. Je vais juste ajouter quelques remarques et conseils.

Chère anonyme, vous êtes tombée sur un manipulateur, cela se lit très clairement dans la manière dont il vous a embrouillée. Ce salopard utilise ses connaissances en psychologie pour ses besoins pervers et non pas pour soulager, c’est hélas un travers bien trop courant. Combien de techniques de soumission par des remarques blessantes j’ai entendu de la part de jeunes hommes sur leurs compagnes dans l’espace public: les pratiques de management de la terreur ou de psychologie soumission. C’est affligeant et très regrettable. Relisez ce qu’il vous a envoyé sur comment tout allait se dérouler, le pire c’est le début car il instaure la fait indiscutable qu’il est intéressant, ce n’est pas à lui d’en juger. Vous avez vu comme il a manipulé odieusement en pensant à votre place pour vous embrouiller ! Ce n’est pas ainsi qu’on construit ne serait-ce que la promesse d’une relation, même amicale. Dans cette tirade de porc libéral-nihiliste tout y figure ! Il vous a nié votre libre arbitre et votre humanité pour vous violer par la suite en continuant à vous manipuler dans l’acte même par la force cette fois: la négation de l’acte en cours ! Tout y est: votre culpabilisation pour vous conduire à la prédation qu’il avait planifiée pour vous, et cela en vous déniant tout libre arbitre au nom d’une prétendue anormalité culpabilisante. L’abjection absolue et donc la voie toute tracée au viol. C’est vraiment affreux, j’en suis affligé pour vous car il vous reste une profonde blessure de l’âme, de votre personne donc de votre humanité. Vous l’écrivez, vous avez peur, c’est terrible, vous avez besoin d’aide.
Personnellement je vous incite à contacter des associations de victimes de viol, vous en trouverez la liste dans le forum du site en section “trouver de l’aide”.

Pour aller vite, voici quelques unes dont vous trouverez les sites:

  • le cfcv 0 800 05 95 95;
  • victimes de viol;
  • l’échappée;
  • france victimes : numéro: 116 006
  • **FNSF – Fédération nationale solidarité femmes : contre les violences faites aux femmes, bien que spécialisée dans les violences conjugales: 3919

Je vous conseille de contacter PARLER de Sandrine Rousseau pour deux raisons, la première est qu’elle vous fournira un espace de parole bienveillant, la seconde c’est qu’elle peut vous aider à retrouver d’autres victimes de votre violeur qui vous a manipulée et vampirisé cette étape si importante dans la construction de votre féminité. Ainsi, peut-être pourrez obtenir justice car vous n’êtes certainement pas la dernière de ses victimes.

Enfin, je vous invite à vous faire suivre, car c’est une blessure à l’âme dont il est long et difficile de guérir. A tout le moins je vous invite à consulter au moins à titre préventif. Les associations pourront vous orienter vers des thérapeutes aptes à comprendre votre souffrance et vous aider.

Un dernier conseil, si le moindre thérapeute minimise les faits ou les relativise, changez-en tout de suite ! C’est un peu comme les chocolats, il faut parfois en goûter plusieurs pour trouver les bons.

Enfin, votre dernière remarque est touchante et je comprends votre soulagement et votre étonnement. C’est une découverte surprenante mais si les garçons étaient mieux éduqués ce serait la norme, hélas, l’accès à l’intimité féminine n’est bien souvent pas vu comme une rencontre des coeurs mais un obstacle à la prédation, ou pire encore, totalement négligé dans notre monde libéral-nihiliste pornocratique.

Je l’écris à toutes, les forces sombres qui ne doivent rien au hasard sont en jeu, il nous revient de faire en sorte d’éviter que la prophétie d’Andréa Dworkin devienne réalité.

De tout coeur avec vous.

Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.