Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



J’avais 5 ans…

Bon… Ceci est mon histoire…
Un jour avec ma famille je me suis rendue chez ma tante maternelle, j’avais 5 ans. Mon plus grand cousin, avec qui j’ai 5 ou 6 ans d’écart, ma demandé de venir dans sa chambre et de “baisser”. Il me demandait ça sans aucune violence, mais quand j’essayais de partir, il refermait la porte. Donc j’ai dû accepter, mais a l’époque je ne savais pas ce que je faisais, j’étais trop petite pour comprendre. Au cours du séjour, ça s’est produit 3 ou 4 fois, et a un moment il m’a demandé une autre chose… Je ne voulais pas car je ne devais pas avoir le sens des proportions, je trouvais que c’était encore plus grave. Mais il n’arrêtait pas de dire “pour me faire plaisir” alors sous le coup de la pression, je l’ai fait. Ensuite ma famille et moi sommes rentrés chez moi et a cause de ça je n’ai pas dormi pendant des semaines, j’arrêtais pas de pleurer la nuit, il m’avait dit que je ne devais en parler à personne. Mais une fois je n’ai plus tenue et j’ai tout dit à mes parents. Ils ont appelé ma tante et en ont parlé avec elle, puis m’ont soulagée en disant que ce n’était pas ma faute.
Depuis j’y pense rarement mais je ne peux m’empêcher d’imaginer si j’avais refusé ou si j’en avais parlé avant, ça m’aurait évité bien des souffrances…
Aujourd’hui j’ai 14 et tout va très bien, enfin je crois…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Zaragan
Zaragan
27 jours plus tôt

Bonjour,
Ayant eu une histoire similaire, j’ai envie de te dire quelques mots :
Même si ce n’était pas violent physiquement, c’était en faite, très violent ce qu’il t’a fait. Il t’a réduite au rang d’objet. C’est violent pour n’importe qui de subir des actes sexuels non-consentis (ce sont des agressions). Alors c’est d’autant plus insupportable pour un enfant d’être confronté à ce que tu as vécu, à tout chose d’ordre sexuel (que ce soit une « proposition » ou un acte). Il est toujours contraint et/ou manipulé. C’est pourquoi on appelle ça des violences sexuelles.
Se demander si on aurait pu faire quelque chose pour empêcher cela ect…, est normal. Toutes les victimes se demandent cela. Mais, le problème, c’est que inconsciemment tu te rejettes la faute, la responsabilité des évènements et des souffrances qu’ils ont engendrés, en pensant cela. Quand on est victime d’une agression, ce qu’on subit nous est imposé, on est contraint par l’autre. Tu n’aurais pas pu empêcher ça car tu n’avais pas le choix : c’est l’agresseur qui avait le contrôle. Pour ne serait-ce que refuser, il faudrait déjà au moins comprendre. Mais ce n’est pas possible pour un enfant de comprendre cela seul. Et encore, il faut aussi avoir la capacité de refuser. On peut être paralysé partiellement ou totalement à cause du choc (c’est ce qu’on appelle la sidération). On peut avoir peur de sa réaction ect… Donc même parler peut être difficile ou impossible. De toute façon, il est difficile d’imaginer que l’avis d’une petite fille pourrait avoir du poids face à quelqu’un qui est beaucoup plus grand et qui s’est imposé… Même quand tu sais ce que c’est, une agression est quelque chose de violent, on est face à quelqu’un qui se fiche de ce qu’on peut ressentir et qui fera en sorte d’agir et nous faire taire. Pour ce qui est d’en parler : c’est déjà difficile quand on est adulte, alors pour un enfant c’est quasiment impossible. Tu ne le sais peut-être pas mais il faut avoir beaucoup de force pour en parler et encore plus pour le faire aussi tôt ! Donc je t’en félicite, tu as eu énormément de courage. La majorité du temps, si une victime en parle, c’est lorsqu’elle est adulte (soit 20-30 ans plus tard). Moi-même j’ai mis 10 ans et c’est plutot tôt paradoxalement (j’en ai parlé à mes 16-17 ans). La responsabilité d’en parler plus tôt ou de refuser n’a et n’avait pas à reposer sur tes épaules et n’aurait même pas dû exister car il n’avait pas à te faire ça. En réalité, tu as fait tout ce que tu as pu, et tu as même réussie à te sortir de là et c’est déjà énorme. Il faut se rendre compte de la chose : tu as vécu des choses insupportable que tu n’aurais pas dû vivre et tu n’étais qu’une petite fille.
Le fait que tu hésites pour savoir si tu vas vraiment bien ou non est assez important: mais peut-être as-tu besoin de davantage de temps pour vraiment le savoir ? C’est quand même très lourd ce que tu as vécu. Cela peut te préoccuper ou te faire souffrir, même si tu as l’impression d’avoir tout pour être heureuse. Tu peux aussi en souffrir plus tard. Si tu ne vas pas bien ou si tu en ressens tout simplement le besoin, n’ai pas honte d’en parler en tout cas. Tu peux te confier à une personne de confiance, à un thérapeute ou encore à une ligne d’écoute (Fils santé Jeunes, SOS amitié, Viols femmes informations ect…). Je ne sais pas si tu en as près de chez toi, mais il existe aussi des lieux où tu peux être écoutée gratuitement (Maison des adolescents, Point Accueil Ecoute Jeunes).
En tout cas, sache que tu n’es pas seule.
Bon courage
Note pour plus tard: Il existe un site “Arrêtons les violences” qui recense pas mal de ressources qui pourrait t’être utile un jour (accompagnement psychologique/juridique, ou se constituer une plainte). Enfin c’est quelque chose d’assez lourd et complexe donc tu as le temps d’y réfléchir et tu peux en parler avec des adultes.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME