Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

insultes dans lieux public

Ce matin je prends un raccourci pour aller promener mon petit chien dans le quartier du boulevard Alsace-Lorraine à Pau. Pour ce faire je traverse une cour où tout le monde passe de jour comme de nuit, Beaucoup y stationnent de jour comme de nuit, en semaine comme en week-end. Jusqu’à très réçament il y avait même un squat et les étudiants qui passaient eux aussi par cette cour s’amusaient à jeter des cailloux sur les vitres du squat. Il y a au fond de cette court un immeuble vétuste et probablement insalubre, habité il y a encore peut, qui donne sur une autre court à l’arrière d’une pharmacie. Au rdc de cet immeuble une association-entreprise d’insertion qui procède au nettoiement des véhicules sans eau ….. ?????? Ce matin j’ai été violemment, très violemment prise à partie par le responsable, ou le représentant, allez savoir, il ouvre la fenêtre de son bureau et commence à me hurler « allez faire chier votre chien ailleurs, dans la cours derrière (cqfc : la 2émé cours, celle à l’arrière de la pharmacie) pas sous ma fenêtre! ». Je lui réponds que mon chien n’avait rien fait et que de toutes les façons j’avais une poche à cet effet et je lui montre. Il continue à me hurler dessus « j’en ai rien à foutre ! » puis « tu n’es qu’une merde ! ». Là c’était trop ; je m’approche et je lui demande calmement mais fermement de cesser ses propos humiliants, infâmants et pas dignes d’un responsable d’une association d’insertion . qui utilise des jeunes en difficulté. Il continue, ivre de rage, dangereux, humiliant avec un geste dédaignant de la main, ré-itérant que je suis une merde, que je ne fais rien de ma vie, que je ne fais rien et que je ne suis pas utile à la société.
Comment peut-il savoir ce que je fais de ma vie vue qu’on ne se connaît pas ?
Trop, c’est trop !
Je vocifère à mon tour que la merde c’est lui et que dans la vie j’investis dans l’immobilier. Ca ne l’arrête pas pour autant. Il continue à hurler que je ‘ai rien à faire là et me dis « casses-toi pauvre fille içi, c’est une propriété privée ! ». Je lui réponds que la pauvre fille l’emmerde et que l’endroit n’a rien d’une propriété privée puisque tout le monde y passe, y stationne et que les accés sont toujours ouverts. Je lui dit également que le squat ne l’a jamais dérangé et que les autres peuvent passer sans qu’il dise rien.
Il m’humilie, me rabaisse et me souille par ses propos et leur violence. Je suis impuissante mais au fond de moi je je peux pas accepter de tels propos. Comprenant qu’il est complétement dangereux et qu’il ne cessera pas, je m’éloigne et vais vers le jeune homme qui était entrain de nettoyer un véhicule. D’abord celui-ci ne se montre pas, je fais un pas à l’intérieur du garage puis je dis « monsieur, s’il vous plaît, je sais que vous êtes là  » ; je jeune sors avec un seau. Je lui demande si il sera témoin de ce qu’il vient de se passer. Il me répond gêné, la tête baissée « je peux rien faire, c’est mon patron ». Un homme est en train de passer au fond de la cour ; je dis au jeune homme « vous voyez, à lui il lui dit rien, il lui dit pas que c’est une propriété privée » ; le jeune est très gêné, je le sens prisonnier lui aussi de la violence de ce monstre sans limites, méprisant et odieux qu’est le responsable de l’association, ou son représentant, prétendument propriétaire des lieux. Je sens que lui aussi est terrorisé, néanmoins il ose relever discrètement la tête pour constater. C’est une esquisse d’appui et je comprends parfaitement sa réaction. Qui sait dans quelles conditions et pourquoi il travaille là. Je le sens compatissant et ça m’aide à reprendre le dessus. Je reste un moment dans la cours faisant semblant de passer un appel , je ne veux pas donner à l’agresseur la satisfaction de me voir partir en courant. Hors de question que je satisfasse à ses besoins de domination et d’humiliation. Je cache et maîtrise ce que je ressens mais hors de question que cet individu ai le dessus et m’écrase.
Je tourne dans la cours, je ne fuis pas, je ne suis pas sa proie, je ne suis pas sa victime, ça c’est hors de question ! Le monstre s’est réfugié derrière sa fenêtre, il s’est tu. Même si ses propos m’ont humiliée, dévalorisée et choquée, j’ai été son os du jour et je lui ai tenu tête ! Il ne m’a pas eue ! Je pars la tête haute, fière de ne pas m’être laissée faire et d’avoir résisté.
Faut dire que j’ai un instinct de survie assez développé qui m’a déjà sauvé la vie.
C’est tellement simple et lâche de s’en prendre ainsi à une femme. Je sais par témoignage qu’il est également violent avec les hommes mais que comme par hasard, il sait s’arrêter quand l’autre mâle commence à lever la voix !
On n’insulte pas les gens, on ne les humilie pas, on ne les rabaisse pas, on n’utilise pas ce qu’on croit être un pouvoir ou une supériorité !
Sachez Monsieur qu’il y a des femmes qui ont une force de caractère et un courage que vous n’aurez jamais !
Ne traitez pas les autres de ce que vous êtes et de ce qui n’est que votre réalité !
Le jeune homme a fait ce qu’il a pu, j’ai senti sa compassion, j’ai senti que s’il n’avait pas été employé de ce monstre mais qu’il avait été un simple passant, il serait intervenu. Merci jeune homme pour votre soutient.
Quant au porc du jour qu’il apprenne ici qu’à 50 et quelques printemps, et d’une classe qui n’a vraiment pas à se plaindre, après avoir fait face à plusieurs porcs de son espèce, je suis toujours debout et chaque jour plus battante et combative.
Que le porc du jour, responsable ou représentant d’une association d’insertion, apprenne ici que les propos qu’il a tenu à mon encontre ce matin démontrent un profond mépris pour les gens en général. Au mieux ils mettent en valeur son hypocrisie et sa lâcheté et au pire ils discréditent l’action d’aide en général.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

2
Poster un Commentaire

avatar
  
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
1 Nombre de commentaires
1 Nombre de réponses
0 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
2 Nombre de personnes ayant commentés
oser se défendreNiet Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Niet
Invité
Niet

C’est bien dit, on voit toute la scène. On tremble et on s’indigne avec vous. Caresse au petit chien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



oser se défendre
Invité
oser se défendre

Merci Niet pour votre soutient et votre empathie. Ma petite fille à 4 papattes vous remercie pour le câlin.

Merci de remplir les champs obligatoires.