Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Il existe ausssi des truies

Je suis une femme hétérosexuelle, mère de famille et grand-mère. Durant mon enfance, j’ai été victime d’abus sexuels durant des années de la part d’un membre féminin très proche de mon cercle familial. Le poids du silence n’en a été que plus lourd et douloureux car pendant très longtemps, l’existence de femmes violeuses n’était pas même soupçonnée. Je me suis tue de peur d’être ridiculisée et soupçonnée de mythomanie. J’ai également été victime de trois tentatives de viols par femmes : l’une à l’âge de 21 ans sur un campus universitaire, l’autre à l’âge de 29 ans lors d’un stage de formation professionnelle et la dernière en 2013 durant le défilé parisien de soutien au mariage gay auquel je m’étais forcée à assister pour ne pas être traitée d’homophobe, ce que je ne suis pas. Au soir de ma vie, je ressens le besoin de balancer ma (mes) truie (s). Allez-vous me jeter des pierres ? Des personnes ont-elles vécu des expériences similaires ? Cela me ferait tant de bien de me sentir moins seule et moins sale. Je ne suis pas à la solde des hommes, il s’en faut de beaucoup, et j’ai lutté pour les droits de la femme lorsque c’était d’actualité. Mais il y a des limites… et j’ai besoin de ma catharsis. Merci d’avance.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
10 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tolérance
Tolérance
3 années plus tôt

Bonjour,
Vous êtes courageuse de parler de ce tabou.
Il a fallu des décennies pour parler de celui lié aux hommes.
Il en faudra d’autres, je le crains, pour oser parler de celui lié à la femme; l’image de la maman, peut-être, accentue le poids de la chape de plomb. ..
Vous en êtes une précurseur…
Petit à petit, peut-être, les choses changent. ..
On osera au moins en parler sans trop choquer…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Coucou
Coucou
3 années plus tôt

Si vous en avez gros sur le coeur, parlez.
La malfaisance n’a pas de sexe.
Différence de taille quand même, il n’y a pas d’infériorité physique( à âge comparable), on est à armes égales et en général on peut se défendre.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Yoshi
3 années plus tôt
Répondre à  Tolérance

Bonjour Tolérance, vous avez parfaitement résumé la situation. Oui il existe aussi des violeuses et il s’agit d’un tabou qu’il faut également lever. En espérant que les victimes des femmes violeuses se servent de ce mouvement pour elles aussi prendre la parole.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Envol
Envol
3 années plus tôt

Homme ou femme la perversité n’a pas de sexe. Après on comprends pas c’est flou dans votre recit qu ont fait ces femmes pour tenter de vous violer exactement ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Clepsydre
Clepsydre
3 années plus tôt
Répondre à  Envol

Merci de votre réponse. Mon traumatisme essentiel est surtout celui de mon enfance car il s’étend de l’âge de trois ans à l’âge de quatorze ans. Les trois tentatives ultérieures que je cite pourraient se résumer comme suit :
1976 : nous sommes en pleine libération (hétéro) sexuelle, dans un appartement sous les toits. La jeune femme, une amie de ma colocataire arrivée à l’improviste alors que j’étais seule se jette soudain sur moi; j’étais peu habillée car c’était durant la célèbre canicule qui a sévi cette année là. Elle insinue sa main dans mon slip et ses doigts dans mon intimité. Elle plaque sa bouche sur la mienne. C’est une bolivienne qui a beaucoup de force car elle a subi un entrainement militaire dans son pays. Je suis sauvée ma l’arrivée imprévue de ma colocataire.
1984 : je suis un stage de formation professionnelle à Paris. Une participante, très souple et sportive procède de la même façon que mon assaillante dé 1976 avec la différence que cette fois, la personne semble avoir bu. Moins forte et habile qu’elle, je suis tirée d’affaire par un garçon qui suivait le même stage.
2013 : je me suis rendue à Paris pour soutenir la manif en faveur du mariage gay. J’avais accepté face à l’insistance de mecs gays que j’aimais bien. Je ne voulais pas passer pour homophobe car je ne le suis pas. J’assimile les agressions que j’ai subies à des accidents liés à un manque de chance. Durant la manif, je me suis égarée dans le groupe des lesbiennes. L’une d’entre elles avait environ mon âge. Là aussi elle a plaqué sa bouche sur la mienne et introduit sa langue dans ma bouche. L’entourage m’a aidée à lui échapper.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Clepsydre
Clepsydre
3 années plus tôt
Répondre à  Tolérance

Merci, merci de votre réponse car il m’a fallu plusieurs dizaines d’années pour parler. Ma mère était parfaitement au courant de ce qui se passait mais n’est jamais intervenue, sa maxime favorite étant “Nul n’est censé étaler ses turpitudes”. J’ai cherché durant toute ma vie des personnes ayant traversé le même enfer. Mon psy m’a dit que c’était très rare. Si seulement mon histoire pouvait encourager des personnes à “rompre le silence pour éviter l’asphyxie” comme disait Ferrat, je crois que je vivrais l’automne de ma vie avec plus d’apaisement. Nombreux sont les hommes violés par des hommes. Ils en parlent assez facilement. Alors, pourquoi ce tabou dans un cas comme le bien ? Avec toute ma gratitude.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Clepsydre
Clepsydre
3 années plus tôt
Répondre à  Yoshi

Je renouvelle mes remerciements. La viol de femme à femme est le dernier tabou, du moins je le pense. On minimise la gravité du fait. Il en a toujours été ainsi. Il n’est que de se référer au marquage des déportés dans les camps nazis. Les hommes homosexuels portaient le triangle rose infâmant alors que les lesbiennes, lorsqu’on les déportait, étaient marquées du triangle brun des personnes asociales, sans plus, ce qui ne diminuait pas leur immense souffrance et leur déshumanisation.. La différence est néanmoins très parlante d’un point de vue symbolique.. Encore merci de votre écoute.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Clepsydre
Clepsydre
3 années plus tôt
Répondre à  Coucou

Merci Coucou. Vous avez raison, en principe, on doit pouvoir se défendre à âge égal. Je donne des précisions dans la réponse adressée à Envol qui, et on peut la comprendre, trouvait mes propos trop vagues (voir ci-dessous). Je contextualise les trois attaques subies, ce qui permet de comprendre pourquoi la défense n’a pas été aisée. Merci encore.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Gbj
Gbj
2 années plus tôt

J’ai 18 ans. De mes 4 ans à mes 6 ans j’ai été agressée sexuellement à de nombreuses reprises par ma soeur qui avait alors 17 à 19 ans. Cela n’a cessé que quand elle a déménagé pour ses études. Aujourd’hui je suis encore profondément traumatisée : cela fait plusieurs années que je suis en dépression et j’ai passé mes années de collège à me droguer pour oublier.
Vous n’êtes pas seules.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Koxie
Koxie
2 années plus tôt

Toutes tendances perverses plongent par leurs racines dans l’enfance.
Sigmund Freud ; Introduction à la psychanalyse, XX (1917)

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME