Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Il a profité de ma mauvaise situation pour abuser de moi.

Alors voilà, mon témoignage semblera long car dans mon histoire chaque détail compte.
J’ai eu une adolescence compliquée, un père absent et j’ai été privée de toute liberté par le mari de ma mère. J’ai donc toujours été à la recherche d’une figure masculine aimante dans ma vie, naïve; je ne me suis jamais méfiée.
Ma première expérience fut avec le meilleur ami du mari de ma mère, quand j’avais 15 ans, je sortais à peine d’une dépression nerveuse et a gentiment proposé de m’emmener à la pêche pour me détendre. Ce jour-là, le fameux ami a essayé de m’embrasser, je l’ai repoussé et après avoir insisté quelques fois il a finalement renoncé. Je n’en ai parlé à ma mère et son mari que quelques jours après avoir reçu plusieurs demandes de photos nues.
Nous avons conservés les demandes et avec ma mère nous sommes allés à la gendarmerie pour déposer plainte. Non recevable car pas d’attouchements. Nous avons tout de même déposer une main courante afin qu’il y ait une trace au cas où il recommencerait avec une autre.
Après ça, ne voyant aucune réaction de la part de la seule figure paternelle que j’avais, j’ai pensé que finalement ce qui s’était passé n’était pas si grave, sinon il serait intervenu…
Quelques année sont passées, ma mère a finalement demandé le divorce et ma mère et moi nous sommes beaucoup éloignées, elle avait retrouvé sa liberté et n’était jamais à la maison, de mon côté, face à toute cette liberté qui s’offrait à moi, je me suis égarée et j’ai emprunté un mauvais chemin. J’ai rencontré de nouvelles personnes qui se trouvaient être de mauvaises fréquentations. J’ai découvert le monde des rave party ainsi que les vices qui y sont associés. Je suis tombée dans la drogue et j’ai quitté la maison de ma mère. Un jour, voyant les circonstances dans lesquelles je vivais (dormais dans ma voiture, mangeais à peine…), j’ai tout quitté en quête d’un environnement plus stable.
J’ai finalement rencontré des personnes qui m’ont tendues la main et qui m’ont aidés à trouver du travail : j’ai été embauché par un couple qui me proposait de vivre sous leur toit et de me nourrir contre la garde de leur enfant pendant leurs heures de travail.
Je ne pouvais pas rêver mieux pour me remettre sur le droit chemin. Mais le rêve ne fut pas long. Je dormais dans le salon, sur le canapé et un soir, en rentrant du travail, le père de famille m’a rejoint pour regarder la télé. Je dormais à moitié. Je l’ai entendu éteindre la télé et quitter la pièce. Je me rappelle que cette nuit-là j’ai fais un cauchemar, je marchais dans la rue et me sentais poursuivie sans pouvoir m’échapper. Lorsque je me suis réveillée, j’étais sur le ventre, je sentais mon short de pyjama à mes chevilles, des mains entourer mes poignets, un poids lourd écrasant mon dos, j’ai compris que c’étais le père, je sentais son égo s’immiscer entre mes cuisses. A ce moment-là, ma seule réaction fut de ne pas bouger, faire semblant de dormir encore pour ne pas qu’il me fasse davantage de mal.
Le lendemain, je rassemblais toutes mes affaires et je quittais la région, comme ça, sans prévenir personne, j’allais chez mon grand-père.
Pendant 4 mois, je ne pouvais pas me regarder dans une glace, je cachais mon corps, je n’avais aucune relation, ni amoureuse ni sexuelle et je prenais ma douche la lumière éteinte.
Mais j’ai réussi, toutes ces choses ont finies par s’effacer me rendant plus forte. J’ai parcourue quelques régions et j’ai appris à m’aimer sans avoir ce besoin constant de cette présence masculine qui m’avait autrefois valu tant de peine.
Aujourd’hui, je suis rentrée dans ma région, j’aime celle que je suis, j’ai rencontré quelqu’un et je mène une vie paisible.
La douleur ne s’est pas effacée et elle ne s’effacera probablement jamais, le mal est fait, mais j’arrive à vivre avec et je sais que vous pouvez le faire aussi.
Trouvez en vous cette force de connaître la personne que vous êtes, aimez la sans limite et n’oubliez jamais que vous avez combattu le mal, je crois en vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Sisi
2 mois plus tôt

Bonsoir chère Anonyme,

Sache que tu es très forte, bravo à toi d’avoir réussi à t’aimer.

Ton histoire est triste et a quelques points communs avec la mienne…

Courage!

Merci de remplir les champs obligatoires.