Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Harcelement sur mon lieu de travail

On me traite de PD et on me dit souvent d’aller me faire enculer sans parler des doigts d’honneur et autre moqueries incessantes sur ma religion #BalancetonPorc

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

7
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
6 Nombre de commentaires
1 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
6 Nombre de personnes ayant commentés
Catounela marteSyndicalisteLoulouNath Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
Anti-porc
Invité
Anti-porc

Je suis de tout coeur avec toi, courage !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nath
Invité
Nath

Avez-vous songé à avertir vos supérieurs des moqueries et insultes dont vous êtes victime ?

Merci de remplir les champs obligatoires.



Loulou
Invité
Loulou

A ce sujet, une anecdote qui m’avait bien étonnée il y a quelques années: Dans ma petite ville, 4000 habitants, une rue commerçante et ses commerçants. L’un de ceux-ci je ne sais plus dans quelles circonstances traite son voisin de pédé comme cela se fait parfois banalement. Ce dernier s’en va illico voir les gendarmes qui descendent dire deux mots à l’insulteur très surpris de les voir se déranger pour si peu, enfin c’est ce qu’il pensait.
Cela fait son petit effet, voiture des flics, gendarmes devant le magasin qui stationnent bien longtemps pour qu’on les voie bien, tout le monde qui se demande ce qui se passe, les flics savent très bien faire leur petit théâtre! Ils mettent en garde. Efficaces.
Depuis, l’insulteur ne parle plus à l’insulté, il ne peut plus déraper tranquille, il se méfie.
Quant à la religion, elle est affaire privée et ne regarde personne, comme l’orientation sexuelle. Alors si vous le pouvez, tentez le coup, peut-être appuyé de témoins, d’enregistrements,…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Syndicaliste
Invité
Syndicaliste

Prévenez votre employeur en lui adressant une LRAR. S’il ne fait rien pour faire cesser ces insultes, alors rapprochez-vous d’un syndicat.

Merci de remplir les champs obligatoires.



la marte
Membre

Bonjour,
LRAR à la personne la plus haut placé de la société. Et médecine du travail pour faire acter les faits. Après ça l’employeur ne plus prétendre ne pas être au courant et si il ne réagit pas. Plainte à la gendarmerie. Courage.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité

Cher Anonyme,

Pour vous défendre et rappelez à la Loi votre employeur, contactez l’une ou les deux Associations suivantes :

• Association : SOS-HOMOPHOBIE

sos-homophobie(.)(org)

Soutien et accompagnement juridique :

SOS homophobie propose un accompagnement personnalisé aux victimes.

Après un témoignage sur la ligne d’écoute ou via le site internet, des bénévoles de SOS homophobie proposent un soutien juridique aux victimes après analyse de leur dossier.

Il peut s’agir par exemple :

– d’envoyer une lettre de rappel à la loi à un employeur n’agissant pas en cas d’homophobie constatée dans l’entreprise (harcèlement, injures,…),
de dénoncer une discrimination dans le cadre d’un refus de vente ou de prestation de service,

– d’intervenir auprès d’établissements scolaires ou de services administratifs,

– d’envoyer une lettre de rappel à la loi à un propriétaire ou à un voisin lesbophobe, gayphobe, biphobe ou transphobe,

– d’un accompagnement juridique suite à une agression physique en se constituant partie civile dans certains cas,

-de proposer une médiation…

Pour joindre le service Soutien aux victimes de SOS homophobie, vous devez préalablement impérativement :

soit contacter la ligne d’écoute SOS homophobie : 01 48 06 42 41,
soit déposer votre témoignage en ligne sur notre site.

Les écoutant-e-s ou les répondant-e-s vous orienteront alors vers le service Soutien.

SOS homophobie assure un service d’écoute téléphonique nationale pour les personnes victimes ou témoins, d’actes ou de discriminations lesbophobes, gayphobes, biphobes ou transphobes. Ce service est anonyme.

Lieu d’accueil de la parole, de soutien, de conseil, d’information, la ligne permet aux appelant-e-s de sortir de l’isolement, et leur fournit des éléments qui leur donnent la possibilité d’agir. Les appels reçus contribuent de plus à établir le rapport annuel sur l’homophobie en France.

Ligne d’écoute anonyme
01.48.06.42.41

Pas d’écoute les jours fériés
Lundi à vendredi : 18h – 22h

Samedi : 14h – 16h

Dimanche : 18h – 20h

Témoigner/signaler
Chat’écoute tous les jeudis 21h – 22h30 et dimanches 18h – 19h30 (sauf jours fériés)

• Association : MOUSSE

Mousse est une association française de loi 1901 visant à lutter contre les discriminations liées au sexe, au genre et à l’orientation sexuelle.

Elle se donne notamment pour objectif de poursuivre en justice les auteurs de propos et discriminations sexistes, homophobes et transphobes.

Mousse – Association de loi 1901
100, rue de la Chapelle, 13e étage, App. B, 75018 Paris

[email protected] – Tél. : 01.85.08.34.89

Sites :
– assomousse(.)(org)
– nohomophobes.fr/#!/en-saviour-plus/

Vous pouvez aussi contacter LA HALDE qui lutte contre toutes les Discriminations!

Faites taire ces ordures ! Peu importe vos préférences sexuelles ou Religieuses, cela ne regarde que vous ! Vous avez le droit de vivre et de travailler en paix !

Défendez-vous ! Faites-vous aider par ces Associations !

Bonne chance ! Nous vous soutenons !

Merci de remplir les champs obligatoires.



Catoune
Invité

Cher Anonyme,

Quelques Articles du Code du Travail qui vous aideront :

• L’article L1153-1 du code du travail relatif au harcèlement sexuel dit:
Aucun salarié ne doit subir des faits :
1. soit de harcèlement sexuel, constitué par des propos ou comportements à connotation sexuelle répétés qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante

• Article L1153-3 du code du travail : « Aucun salarié, aucune personne en formation ou en stage ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire pour avoir témoigné de faits de harcèlement sexuel ou pour les avoir relatés ».

• Ces sanctions sont « nulles » (article L1153-4 du Code du travail), c’est-à-dire qu’elles doivent être annulées, ou si la salariée licenciée refuse la réintégration, elle doit être indemnisée.

• Exemples de propos et comportements:

– Regards déshabilleurs
– Commentaires sur le physique (« tu devrais mettre un pantalon plus souvent, ca moule bien tes fesses. »; « Avec ce rouge à lèvres, t’as une bouche à… »)
– Confidences sexuelles imposées
– Propos graveleux généralisés ou individualisés (« C’est bien la clim, les tétons pointent! »)
– Commentaire sur la vie sexuelle des salariés
– Chantage (« Si t’es gentille, t’auras ta prime, tes vacances, ta formation… » « Si t’es toujours aussi méchante, tu risques pas d’évoluer »; « Si t’es une bonne manager, tu me fais ta présentation toute nue. »)
– Présence de pornographie imposée (mailing, écrans de veille, images…)
– Normalisation des critères pornographiques masculins, intégration de cette dimension au management
– Mimes sexuels manifestes ou latents (fellation, copulation)
– Contacts physiques (pied sous la table, bise appuyée, massages des épaules imposés, mains autour de la taille, caresses dans le dos, mains dans les cheveux, bouton déboutonné ou reboutonné, rapprochement dans l’espace intime…)

Ces agissements sont graves et punis par la loi. Ils peuvent être constitutifs de harcèlement sexuel, d’exhibition, de viol. Vous pouvez porter plainte contre l’auteur des faits, et/ou contre votre employeur dont la responsabilité est engagée même s’il n’est pas coupable des faits.

• Article L4121 du Code du Travail
S’agissant de la répétition, la circulaire « exige simplement que les faits aient été commis à au moins deux reprises. Elle n’impose pas qu’un délai minimum sépare les actes commis »:
– « L’atteinte à la dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant » peut être constituée par « des propos ou comportements ouvertement sexistes, grivois, obscènes ».
– « La situation intimidante, hostile ou offensante » peut être constituée par « un comportement qui a pour conséquence de rendre insupportables les conditions de vie, de travail ou d’hébergement de la victime ».

• Pour le délit « assimilé au harcèlement sexuel » :
Le caractère de gravité des pressions « s’appréciera au regard du contexte et plus précisément des relations existant entre le harceleur et sa victime, de la situation dans laquelle se trouve cette dernière et de sa capacité plus ou moins grande à résister à la pression dont elle fait l’objet ».

• L’acte de nature sexuelle peut être « tout acte de nature sexuelle notamment les simples contacts physiques destinés à assouvir un fantasme d’ordre sexuel voire à accentuer ou provoquer le désir sexuel ».

• Ces définitions s’appliquent aux agissements qui ont continué au-delà ou commencé à compter du 8 août 2012.

Avant, aucune répression pénale du harcèlement sexuel n’est possible, sauf à ce que les faits dénoncés puissent constituer une autre infraction (harcèlement moral, violences volontaires à caractère psychologique, appels téléphoniques malveillants).

Merci de remplir les champs obligatoires.