Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Harcèlement scolaire moral, harcèlement sexuel et menace de viol.

J’avais déjà posté mon témoignage sur le site de Balance ton Porc le 16 avril 2019, mais là je vais le reposter puisque celui-ci est beaucoup plus complet que celui d’avant : Quand j’étais au collège, j’ai subie du harcèlement scolaire de l’âge de 13 ans à l’âge de 15 ans par un garçon de 15 ans.

Cela a commencé au milieu de l’année scolaire 2007 et s’est terminé à la fin de l’année 2009 avec des insultes à caractères sexuelles : dont s….e, p…e à plusieurs reprises…

Je voulais savoir si comme cela s’est passé dans le cadre scolaire, si c’est considéré soit comme des injures sexistes et/ou sexuelles ou alors comme du harcèlement sexuel ou pas?

Au début,il a commencé à me suivre partout où j’allais dans le collège,par exemple à chaque fois que j’allais au CDI,il s’asseyait toujours derrière moi il se mettait beaucoup trop près de moi.

Quand je descendais du self, il était toujours en train de m’attendre à chaque fois dans le hall pour me guetter et ensuite pour me suivre.

Une fois, quand je redescendais d’un cours, il m’a même bousculé en bas des escaliers, j’ai quand même réussi à pouvoir le repousser.

Une fois il m’a mis un coup de pied par derrière dans la cour alors que j’étais dos à lui.

En plus en quatrième, on a été ensemble dans la même classe,puis un jour en cours de techno, on a été obligés de faire un travail de groupe ensemble, donc forcément j’ai été obligé de lui parler et lui il faisait comme si de rien n’était.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase,le point de non retour, c’est quand un jour, quand j’étais assise dans la cour de récré, qu’il s’est vraiment approchée beaucoup trop près de moi et qu’il m’a dit à voix basse,pour que personne autour de nous ne puisse entendre : « je vais te violer »…

Je précise que cet élève faisait exprès de faire toutes ces choses là quand il n’y avait personnes autour de nous pour qu’il n’y ait pas de témoins…

Le soir,en rentrant du collège,ma sœur a vu qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas du tout donc après qu’elle ait insisté,je lui ai raconté ce qui s’était passé dans les grandes lignes,je lui ait dit le nom et le prénom de cet élève puis ensuite elle a été le dire à mes parents…

Le lendemain matin, ma mère s’est déplacée au collège pour voir et aller prévenir la principale du collège qui en plus était une femme, mais celle ci a pris ça un peu à la légère comme elle a minimisé les faits en disant que ce garçon n’était pas très méchant,qu’il était juste un peu arriéré dans sa tête et donc que ce n’était pas « très grave » entre guillemets…

Quand la principale a été prévenue de la situation, par ma mère qui était venue la voir le matin même,elle m’a fait venir dans son bureau dans l’après-midi, où elle m’a montré la photo de cet élève dans le fichier du collège pour que je lui confirme que c’était bien lui qui m’avait harcelé, elle m’a demandé de lui dire si c’était bien cet élève là qui m’avait fait tout cela puisqu’avant de le faire venir pour avoir sa version des faits, elle m’a dit que c’était très grave d’accuser quelqu’un de menace de viol, je lui ai donc redit et confirmé que c’était bien lui qui m’avait dit ça.

Avant de le faire venir,elle m’a demandé si je voulais bien qu’il soit là, j’ai d’abord refusé une première fois parce que je n’avais pas du tout envie d’être en face de lui, puis après j’ai quand même accepté pour qu’il s’explique, pour qu’il reconnaisse les faits en disant toute la vérité.

Quand il est arrivé dans son bureau, la principale lui a demandé de lui dire toutes les choses qu’il m’avait faite puisqu’il a commencé cela au milieu de l’année scolaire 2007 jusqu’à la fin de l’année scolaire 2009 et aussi la menace qu’il m’avait faite le jour d’avant dans la cour de récré.

Moi j’étais dos à lui contre le mur pour ne pas le voir puisque je n’osais même pas le regardé.

Bien sûr, cet élève a tout nié en bloc,il a dit à la principale qu’il ne m’avait jamais harcelé du milieu de l’année scolaire 2007 jusqu’à la fin de l’année scolaire 2009 et qu’il ne m’avait jamais menacé de viol.
Elle ne m’a même pas dit ou conseillée d’aller porter plainte soit à la police ou soit à la gendarmerie pour dénoncer tous les faits qui se sont passés pendant ces quatre années et à l’heure d’aujourd’hui, je regrette beaucoup de ne jamais avoir pu porter plainte.

Elle a juste téléphoné au père de cet élève, celui ci a juste dit qu’il s’excusait pour le comportement irrespectueux de son fils mais moi je n’ai jamais eu d’excuses en face à face puisque bien sûr son cher fils a toujours nié tous les faits qui se sont passés.
Moi je voulais que tout le monde puisse voir son vrai visage pour ne pas qu’il s’en tire aussi facilement puisque devant les autres élèves et aussi avec tous les profs, il ne laissait paraître du tout : il faisait l’élève normal, sage,que personne ne pouvait soupçonner de quoi que ce soit.

Si j’avais été plus informée à cette époque, c’est que j’aurais pu peut-être déposé plainte,que cet élève aurait eu des sanctions pour ce qu’il a fait et aujourd’hui je me sentirais sûrement beaucoup mieux.

Je me dis que si j’aurais réagis avant,cela n’aurait peut-être pas été jusqu’à la menace de viol, je ne savais pas comment me sortir de cette situation, parce que je me dis que si je l’avais dis avant,ça aurait été encore pire et que j’aurais eu des représailles de cet élève.

J’étais comme bloquée, anesthésiée, sous son emprise puisque je ne savais même pas comment réagir face à cette situation.

Depuis tous ces événements, par périodes, j’ai souvent des troubles anxieux : stress, anxiété et crises d’angoisses.

Ma toute première crise d’angoisse est survenue en 2009,à l’âge de quinze ans, au milieu de la nuit où quand je me suis réveillée, je n’arrivais plus à pouvoir respirer normalement, j’avais l’impression que j’allais finir par m’étouffer et/ou que j’allais mourir.

Je suis allée ensuite aux urgences où le médecin que j’ai vu m’a dit que j’étais en train de faire une grosse crise d’angoisse.

Parce que tout de suite après, j’étais un peu dans le déni, pas du harcèlement scolaire en lui-même,mais de la situation que j’ai vécue pour pouvoir supporter tout ce qui s’était passé et pour continuer à avancer, je me suis dis que de toute façon, je ne voulais plus à avoir a en reparler et devoir repensé à toute cette période de harcèlement…

Au mois de juin 2009, à la fin de l’année scolaire, quand j’ai enfin réussi à pouvoir en parlé à ma sœur et à mes parents avant que cet harcèlement n’aille plus loin, jusqu’à la menace de viol que l’élève m’avait faite.

Mes parents m’ont dit que j’aurais du le leur dire plus tôt et que j’aurais dû réussir à pouvoir me défendre face à cet élève, que je lui dise clairement d’arrêter, mais moi je leur ai dit que tant que l’on n’avait pas vécue cette situation,on ne pouvait pas la comprendre et que je ne savais pas du tout comment réagir pour pouvoir arriver à me sortir de cette situation de harcèlement.

Moi avant, je pensais qu’au fil des années, j’allais pouvoir réussir à oublié petit à petit toute cette période de ma vie en n’y repensant plus et que j’allais réussir à pouvoir dépassé cela toute seule.

En 2010, je n’ai pas repensé à cet harcèlement comme je n’avais pas refais des crises d’angoisse cette année là, mais en 2011, j’ai recommencé à y repensé puisque je me suis mise à me rappelé de certaines choses qui se sont passées puis après tout est remonté d’un seul coup à la surface.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également

1
Poster un Commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire
1 Nombre de commentaires
0 Nombre de réponses
1 Nombre de followers
 
Commentaire le plus réagi
Commentaire le plus aimé
1 Nombre de personnes ayant commentés
psionic Personnes ayant récemment commenté

  Notification par e-mail  
plus récents plus anciens plus de votes
M'envoyer un e-mail si
psionic
Membre

Chère jeune femme en devenir, votre récit est terrible et illustre bien la détresse que ressentent les toutes jeunes victimes qui subissent ces agissements ignobles. Les harceleurs procèdent toujours ainsi: ils vous isolent et savent que vous souffrez d’angoisse, et c’est ce qui les excite dans leurs jeux pervers. Ne vous y trompez ma chère jeune femme en devenir, ce n’est pas une simple taquinerie de cours de récré, c’est une tentative de détruire votre psychisme de jeune fille en devenir, c’est très pervers et destructeur: pour preuve vous en souffrez encore.

Maintenant, le mieux est de vous renseigner légalement, voici quelques sites utiles:

https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/que-faire/le-harcelement-cest-quoi/

Sites institutionnels:
https://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/

* service public fr
voir le section sur le harcèlement

* Haut conseil pour l’égalité femmes hommes:
site très intéressant pour les publications sur le sujet
http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/

https://outilstice.com/2016/05/comment-denoncer-le-cyberharcelement-sur-les-reseaux-sociaux/
https://www.netecoute.fr/

un sujet très important est celui du cyberharcèlement dont les femmes sont les principales victimes. Je vous invite à lire ce rapport:

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_rapport_violences_faites_aux_femmes_en_ligne_2018_02_07.pdf

Enfin, si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous invite à contacter le réseau suivant:

Réseau France victimes

http://www.france-victimes.fr/

Par contre, vous montrez des signes de troubles liés à ce harcèlement, avec vos crises d’angoisses, vos cauchemars et difficultés de respiration. C’est bien le signe des dommages psychiques considérables pour les victimes. Je vous invite à consulter le site du réseau france victimes pour approcher des associations de victimes d’agressions sexuelles et de harcèlement. Il vous faut consulter chère jeune femme en devenir, vous avez peut-être besoin d’un traitement adapté, et de plus une thérapie bien menée est toujours une aventure enrichissante même si elle commence sur le constat d’une souffrance.

Je vous invite à visiter sur le forum, dans la section viol & tentatives de viol, la liste de liens destinée au victimes dont j’ai tiré ceux donnés ici.

Il vous faut avant tout consulter pour traiter votre souffrance. Au surplus, votre petit porc harceleur, ne s’est peut-êttre pas arrêté à vous. Vous pouvez le savoir en consultant le site co-abuse.

Enfin, il faut savoir que vous étiez mineurs tous les deux au moment des faits donc une plainte aurait impliqué une peine pour mineur en cas d’aboutissement, mais même cela peut être réparateur, car c’est le signe que la société reconnaît votre souffrance, dis la loi et impose réparation.

Affection, courage et soutien

Merci de remplir les champs obligatoires.