Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Harcèlement et abus sexuel – Ma vie d’étudiante à Paris

C’était il y a 12 ans, j’étais alors étudiante à Paris, je vivais seule dans une chambre de bonne dans le 11ème arrondissement. Lors d’une soirée, j’ai rencontré un garçon, on s’est plu, on s’est fréquentés quelques semaines puis je lui ai dit que je voulais mettre fin à notre “relation”. Il a accepté… Mais par la suite, pendant des mois, il est venu sonner chez moi et me harceler à chaque fois qu’il avait envie de sexe (c’est-à-dire très souvent). Très vite, d’autres de ses amis ont fait de même, comme si j’étais “un bon plan” qu’on se refile entre potes. J’avais 19 ans, tout à prouver à moi-même et à mes proches (le choix d’étudier à Paris était loin d’être évident) ; je me suis démerdée seule avec ça. Parfois, de guerre lasse, je finissais par leur donner ce qu’ils voulaient, histoire qu’ils partent enfin. Combien de nuits j’ai passées la lumière éteinte chez moi, pour qu’ils croient qu’il n’y avait personne… J’ai fini par fuir : déménagement dans un autre quartier, fin des contacts avec nos connaissances communes, changement de numéro de téléphone. Dès que j’ai pu, je suis partie loin, très loin de Paris. Je suis tombée malade (maladie auto-immune) bien avant de réussir à mettre des mots sur cette période noire. J’ai mis deux ans avant d’en parler à quelqu’un. Du déni pur et simple à la culpabilité en passant par la colère et les crises d’angoisse, je suis passée par tous les stades psychologiques. Je n’en guérirai jamais. Et je lutte, encore aujourd’hui, pour que ma relation au monde, et à la gente masculine, ne soit pas définitivement abîmée. Pour apprendre, comme on dit, à “profiter de la vie”.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
lili
lili
3 années plus tôt

J’ai habité aussi dans le 11ème, tristes souvenirs. J’ai quitté cet arrondissement, j’y suis resté 12ans. Je n’ai jamais été heureuse d’être là.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Monpseudo
Monpseudo
3 années plus tôt

Il paraît que l’on choisit toujours la solution qui nous coûte le moîns, en d’autres termes, celle qui nous protège le plus. Tu dis que tu as parfois cede de guerre las et on peut l’envisager. À certains moments, leur résister aurait à l’époque été plus difficile, au dessus de tes forces. Aujourd’hui j’imagine que ça te mets mal à l’aise (ton attitude) mais remets vite les choses à leur place. Tu te protégeais car chaque fois que tu cédais, tu avais enfin la paix. Ce sont bien eux et leur comportements qui étaient malsains et coupables. On trouve toujours de la force en soi. Aujourd’hui tu parles. Les laisserais tu faire ? Les laisserais tu agir envers toi, une autre ou envers tes propres filles ainsi en toute impunité ? Je n’y crois pas. On est plus forte que l’on crois et là on est nombreuses et je pense que ça nous rend définitivement invincible ! Je te souhaite de trouver celui auprès duquel tu te sentiras vraiment heureuse.

Merci de remplir les champs obligatoires.