Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Balancetonporc.com : le site de témoignages de viol et agression sexuelle le plus visité de France 🇫🇷

Merci de remplir les champs obligatoires.



Et puis un soir j’ai perdu ma virginité…

Jeune étudiante, je travaillais en tant que serveuse dans un restaurant. Un soir mon patron m’a demandé si j’accepterai de m’occuper de la salle des séminaires (il s’agissait d’une salle en sous-sol du restaurant classique qui était réservée aux groupes un peu bruyant). J’ai accepté et ai donc fait mon service un peu exceptionnel ce soir là. Fin de service, j’informe mon patron que les derniers clients ont quitté la salle et que je pars. Il me demande si exceptionnellement je pourrai remettre la salle en place pour le lendemain, car un nouveau groupe était attendu pour le lendemain midi. Je m’exécute. Lorsque j’ai terminé, mon patron m’explique que les clients étaient très satisfaits de mon service, et qu’il pourrait envisager à l’avenir de me confier encore ce genre de service, ce qui pour moi s’apparentait à une promotion. Il a alors souhaité que nous inspections ensemble la salle pour le service du lendemain. C’est en redescendant que je me suis rendue compte que nous étions seuls car il était très tard. Mes collègues étaient déjà partis et le bar du restaurant était fermé. Arrivé dans la salle, rien n’allait. J’avais fait perdre du temps et de l’argent à mon patron qui était en colère. Je lui propose donc de refaire immédiatement la salle. Mais il refuse. Il m’explique alors qu’il n’y a qu’une seule manière dont je peux me faire pardonner mes erreurs : accepter ses avances immédiatement. Je refuse. Je lui explique que je peux revenir le lendemain matin mais pas cela… Il rentre alors dans une rage noire. Il m’insulte, m’explique que quand on est habillée comme je le suis c’est une forme d’approbation (j’étais en robe), il me dit aussi que je l’ai cherché toute la soirée, donc que j’avais fini par le trouver. Et puis si je refuse, il me vire et s’arrangera pour que je ne retrouve pas d’autres boulots.
Face à son agressivité je décide de partir, mais au moment où je monte les escaliers, il arrive à m’attraper en me faisant tomber. Je ne sais pas trop comment expliquer mon “vide” de souvenir, mais lorsque je suis revenue à moi, j’étais plaquée face contre le sol. Il était en moi. Rapidement, il s’est rendue compte que c’était ma première fois. Et là, c’est comme si il était content de lui. Il m’a dit qu’il était surpris et qu’il voulait être la première fois pour tout et que je me rappelle de lui à chaque fois qu’à l’avenir j’aurai des rapports. Il m’a alors sodomisé puis forcé à lui faire une fellation.
Lorsqu’il a eu terminé, je suis rentrée dans mon appartement d’étudiante en m’enfermant de peur qu’il revienne me voir. Puis j’ai tenu ce secret pendant neuf ans. Après un mariage et deux bébés, ce secret est devenu bien trop lourd à porter. Je ne sais plus quoi en faire. Je suis tombée dans une dépression et j’ai mis plusieurs mois à me rendre compte que l’origine de tout cela remontait à cette histoire. J’ai alors raconté les événements (sans grand détail) à mon médecin traitant. Je commence une thérapie avec un psychiatre dans quelques semaines…

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
psionic
1 année plus tôt

Chère anonyme, je vous remercie pour votre témoignage courageux sur cette abomination que vous relatez et dont vous portez en votre personne intime les séquelles psychiques. Vous avez fait un travail considérable pour arriver par vous même à remonter les ressorts des conséquences psychiques du viol subi qui est en outre assorti d’une immense portée symbolique pour une jeune femme en devenir et encore vierge au moment des faits.
La démarche que vous entreprenez est la bonne mais elle sera difficile, vous le savez sans doute déjà et je peux vous le garantir ce sera un long voyage et une aventure de découverte de votre personne intime, de son devenir depuis cet évènement tragique. C’est ce voyage qui sera éprouvant mais rassurez-vous, il sera aussi réparateur et vous pouvez commencer votre chemin de guérison.
Pour le préparer au mieux je vous invite à écouter votre intériorité et à noter dans un carnet personnel toutes les impressions, pensées et évènements liés à ce traumatisme: cela vous aidera vous-même en gardant une trace de votre état émotionnel et psychique mais aussi votre thérapeute car vous pourrez mieux formuler vos impressions et peut-être progresser plus vite, espérons-le.
Vous avez bien fait d’en parler avec votre médecin traitant car il ne faut jamais rester seule avec une telle souffrance: la dépression vient souvent masquer un traumatisme plus profond qui transparaît partiellement dans votre témoignage. Vous écrivez ne plus vous rappeler que de bribes: c’est l’effet du refoulement, vous devrez travailler cela avec votre psychiatre, il vous aidera à diagnostiquer l’ampleur du traumatisme.
Il faut ajouter qu’on ne guérit jamais complètement de ces traumatismes, par contre avec un suivi de qualité, une thérapie bien menée et; au besoin, un traitement adapté, on peut vraiment atténuer très fortement la souffrance psychique.
A toutes fins utiles, je vous incite à visiter notre liste de liens utiles aux victimes. Pour cela, répondez à n’importe quel témoignage, puis cliquez sur la mention “Obtenir de l’aide” qui apparaîtra sous le cadre de réponse. Elle ouvrira un onglet sur la section du forum du site où se trouvent les listes de liens utiles.
De tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



ar173547
ar173547
1 année plus tôt

Bonjour Psionic, merci pour votre réponse. Effectivement cet événement a laissé plus de séquelle psychique que je ne l’aurai imaginé. Mais à l’époque, faire comme si de rien était plus facile … De d’années en années j’ai comme “oublié”. J’avais trouvé un exutoire avec ma jument. Environ 10 jours après la naissance de ma deuxième fille, je l’ai perdu dans des conditions abominables. C’est à ce moment là où j’ai commencé à sombrer dans la dépression, à avoir des idées noires ou des attitudes qui ne sont pas les miennes. En parlant je me suis rendue compte que ma jument était un pansement face à cette hémorragie, et que je devais vivre sans ce pansement désormais… Mais que cela est compliqué… D’écrire cette histoire, de savoir que je l’ai raconté à quelques personnes qui m’auront lu, me fait sentir dans une marche en avant dans la guérison. Enfin je met des mots… Certes par écrit, à des inconnu(e)s et derrière un ordinateur, mais dans un sens je sors du silence quand même.

Merci de remplir les champs obligatoires.



Veuillez remplir les champs obligatoires.
POSTER UN TÉMOIGNAGE ANONYME