Balancetonporc.com
Victime de viol ou d’agression sexuelle ? Postez anonymement votre témoignage sur Balancetonporc.com

Est ce une agression sexuelle?

Bon… par quoi commencer quand on ne se sent pas légitime…

C’était l’année dernière.
Une soirée était organisée chez un membre de ma famille.
J’avais bu et je me suis endormie avec un homme pour qui j’avais une attirance.
J’avais déjà dormi avec lui plusieurs fois sans qu’il ne se passe rien.

Il ne savait pas que j’étais attirée par lui, il me considérait comme un membre de sa famille. Et j’avais confiance en lui.

Je ne voulais jamais dormir avec lui, mais face à son insistance, j’acceptais.
Mais encore une fois j’avais confiance en lui.

Il m’a réveillée en me mettant sur lui et a commencé à me toucher. J’étais paralysée, je n’arriverais pas à dire non.
J’ai réussi à chuchoter « arrête » lorsqu’il a commencé à rentrer sa main dans mon pyjama.
Il s’est arrêté et a recommencé à me toucher au dessus de mon pantalon.
De nouveau pétrifiée, j’ai réussi à me dégager au bout de quelques secondes, qui m’ont parues une éternité.
Je n’arrivais plus à bouger.
J’ai regroupé toutes mes forces pour sortir du lit et aller dans une autre pièce.
Il m’a rejoint quelque temps après pour avoir une discussion.
Il s’est excusé, m’a dit qu’il ne savait pas ce qui lui était passé par la tête, mais qu’en même temps j’avais eu une attitude séductrice tout le long de la soirée.
Il est vrai que j’avais bu, il me plaisait.

La discussion s’est achevée sur lui qui avouait ses tords, et moi qui avouais avoir été séductrice. C’était 50/50.

J’en ai parlé à ma soeur, présente à la soirée, qui m’a confirmé avoir eu une attitude séductrice. C’est normal qu’il ait tenté…

Je me suis mise dans la tête que c’était de ma faute.
Cette personne ne savait pas que j’étais vierge.
Aujourd’hui, je sais que, certes je lui ai envoyé des signes lui montrant que j’étais attirée par lui, mais jamais assez pour qu’il tente quoi que ce soit.

Je pensais être passée à autre chose. Après tout, je me sentais coupable.

Mais les images ne quittent plus mon esprit depuis ce moment. Je revis sans cesse la scène et ressens ses gestes.

Cachant ce que je ressentais, notamment à moi-même, j’ai accepté de le revoir plusieurs fois.
Mais petit à petit, je suis devenue de plus en plus en colère, me sentant de plus en plus victime de ses actes, et non la responsable.

J’ai fini par lui avouer que je ne souhaitais plus le revoir, et je lui ai expliqué que cette histoire n’était finalement pas passée.
Il s’est énervé et m’a dit qu’il n’avait rien fait, que je causais des ennuis pour rien finalement.
Il a ensuite appelé ma soeur, qui n’était pas au courant de mon état d’esprit actuel, pour lui demander davantage de détails, ainsi que le restant de ma famille. Ils ont tous très mal réagi face à ce que j’avançais. Enfin… ce qu’il avançait.

Aujourd’hui, la situation est plus que jamais vivante dans ma tête.
J’ai l’impression qu’il a pris une partie de moi.
Je ne me sens pas prête à être dans une relation, encore moins à me laisser toucher par un autre homme.
Je ne voulais pas dire à ma famille à quel point je vis aussi mal la situation. Mais il m’a volé mon ressenti, se plaçant lui-même en position de victime.

Je me sens tellement illégitime de poster cela ici, mais je me dis que je ne suis pas la seule à vivre cela.
Peut-être que poser mon histoire peut m’aider à avancer.

Mais est-ce une agression sexuelle?
Suis-je une victime?
Oui, je n’étais pas consentante.
Mais j’avais bu. J’ai dormi avec lui. Je l’ai séduit. En envoyant des signaux malgré moi, le laissant penser que ça pourrait aller plus loin.
Je ne me considère pas comme une personne naïve en temps normal, j’ai toujours eu peur des hommes, j’ai toujours été consciente de ce que certains peuvent faire. Je ne leur ai jamais fait confiance. Sauf lui.
Finalement, il a juste tenté, il s’est arrêté à mon deuxième refus.

Est-ce une agression sexuelle?
Et quand bien même, comment ne plus avoir tout ça dans la tête? Comment refaire confiance? Comment trouver l’intimité belle alors qu’elle a été salie avant même d’avoir une première expérience?

Je me considère comme une personne forte et courageuse, mais il a brisé une partie de moi.
Je sais qu’un jour j’arriverai à surmonter ça, mais en attendant, je suis partagée entre colère, tristesse, dégoût et incertitude.

Même si mon sentiment d’illégitimité est présent, je me permets de mettre m’inclure dans un Nous, représentant toutes les personnes se sentant brisées à un certain moment, a cause d’actes qui ne sont pas de notre faute,
Nous sommes fortes et nous y arriverons!

Merci de remplir les champs obligatoires.



Nous vous proposons de lire également
Notification par e-mail
M'envoyer un e-mail si
guest
5 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
lajeunefille
lajeunefille
20 jours plus tôt

Bonjour,
je viens de lire ton histoire .
Pour moi c’est un viol parce qu’à partir du moment ou tu exprime un refus il doit arrêter .
que tu soit briser est une réaction tout à fait normale , crois moi ….
J’ai moi meme mis mon hsitoire sur ce site et pour ma part ca m’as libérer est-ce ton cas ?
Cependant je pense que le fait de l’avoi vu plusieurs fois n’as fais que de t’enfoncer jour après jour et mais tu as été assez forte pour dire stop merde et arrêter de le voir .
Pour passer à autre chose tu devrais suivre une thérapie psychologique oue n parler à des personne sde confinace et en parlant de ca (de confinace) ca vas prendre beaucoup beaucoup de temps avoir de réussir à accroder de la confiance aux autres mais tu trouveras les bonnes personnes et tu y arriveras .

Merci de remplir les champs obligatoires.



psionic
20 jours plus tôt

Chère anonyme, chère lajeunefille,
Je souhaite apporter quelques clarifications. En vous lisant, je dirais que le commentaire de lajeunefille est juste sur le plan psychique et mais pas sur le plan juridique.
Voici ce que j’ai compris, sur le plan juridique il n’y a pas eu pénétration en vous ni par un membre ni par un objet, donc, en état actuel de la loi, il n’y a pas viol mais bien agression sexuelle. Vous pourrez le vérifier par une recherche sur les termes “définition légale du viol” sur service public. Il s’agit donc d’une agression sexuelle sur le plan légal de la loi française (mais pas de la récente loi danoise qui, à terme, aura une influence sur les lois européennes sur ce sujet).
Par contre lajeunefille a parfaitement raison lorsqu’elle remarque sur les effets psychiques qui sont très importants dans votre récit. Cela indique clairement que cette agression vous a profondément affectée, changée, peut-être traumatisée. De plus dans votre récit, on remarque les effets psychiques du viol: sensations de dégout, de souillure, distorsion de la perception du temps, paralysie. Lajeunefille a bien raison d’écrire que c’est un viol car les effets psychiques sont bien là mais hélas ils ne sont pas reconnus par la loi qui doit se baser sur les faits et éventuellement dédommager un préjudice moral.
Je vous recommande donc de prendre contact avec des associations de victimes afin de pouvoir discuter de votre souffrance dans un environnement bienveillant et de consulter pour vous faire suivre, évaluer vos blessures psychiques, un éventuel traumatisme, et surtout veiller à votre état psychique et émotionnel.
Voici quelques associations :

  • contactez d’urgence une association d’aide aux victimes de viols par exemple:le cfcv 0 800 05 95 95;
  • victimes de viol;
  • l’échappée;
  • france victimes : numéro: 116 006
  • **FNSF – Fédération nationale solidarité femmes : contre les violences faites aux femmes, bien que spécialisée dans les violences conjugales: 3919
  • PARLER de Sandrine Rousseau

Je vous conseille pour aller au plus vite d’appeler le 3919.
Vous pouvez revenir ici quand vous voulez pour discuter sans jugement.
PARLER peut vous aider grandement en vous écoutant et en retrouvant d’autres victiemes de votre agresseur.
De tout coeur avec vous.
Affection, courage et soutien.

Merci de remplir les champs obligatoires.



emma
emma
14 jours plus tôt

Bonjour, je viens de lire, bravo pour ce courage d’exposer ce qui est intime. Je rejoins ces deux personnes, ce qui m’a frappé dans votre récit c’est que vous vous décrivez comme séductrice, comme si c’était une faute et que ça donne le droit à quelqu’un de ne pas avoir votre consentement clair pour vous toucher. car séductrice c’est tellement relatif et quand bien même on l’est ça ne veut pas dire oui!! bonne route à vous.

Merci de remplir les champs obligatoires.



meta
meta
8 jours plus tôt

Bonjour, je vous fait part de mon soutiens . En rien vous ne méritez de douter de vous même. N’écouter pas ceux et celles qui vous font douter . Chacun et chacune devrait se sentir l’autorisation d’être et agir spontanément sincèrement dans la joie le sourire le bien être l’interaction sociale authentique et la séduction aussi, sans que quiconque ne juge ou culpabilise, et sans que quiconque n’instrumentalise ou culpabilise. Une part de séduction fait le plus souvent partie du partage social , parfois aussi candide ou pas consciente, parfois voulue, ou une part de chaque.., Où commence la séduction, où atteint elle d’éventuelles limites, personne ne détient d’objectivité possible. En aucun cas la séduction n’est coupable de provoquer qu’un autre s’autorise des gestes et intentions intrusives sur le corps d’un(e) autre … Pas non plus dans ce cas où il n’y a eu ni invitation ni communication qui soient clairement communiquées verbalement pour quelconque approche tactile , encore moins de discussion permettant de connaître les intentions respectives de l’un et de l’autre , l’accord ou le désaccord non plus, concernant un projet d’éventuel lien intime ou pas … A l’inverse une simple présence humaine à l’origine amicale parfois d’apparence hésitante parfois neutre , mérite comme toute autre relation d’être maintenue protégée et respectée . L’individu à tenté de forcer une communication corporelle, c’est un acte traître, abusif physiquement, abusant la confiance entre autres… s’il reconnaît qu'”il ne sait pas ce qui lui a pris” dans ce cas il n’ a plus qu’ à proposer des excuses concrètes claires, ou ne plus rien dire (et tenter de progresser s’il le peut ). En revanche ni cet individu ni quiconque n’est légitime de juger ou culpabiliser la personne agressée , personne n’est légitime de désigner la séduction en tant que faute. Le fautif est l’abuseur. Emma , Psionic, La jeune fille, expliquent très bien en étant synthétiques 😀

Merci de remplir les champs obligatoires.



anonyme
anonyme
2 jours plus tôt

Bonjour,
Je tiens à vous remercier pour votre aide et vos conseils.
J’accepte de plus en plus le terme d’agression sexuelle, j’accepte de l’avoir été et vous avez bien raison, je n’ai pas à me sentir coupable et personne ne peut me le faire sentir.
Merci beaucoup, vous me permettez d’avancer

Merci de remplir les champs obligatoires.